Aller au contenu


Photo

Ponérologie Politique


  • Veuillez vous connecter pour répondre
88 réponses à ce sujet

#1 grego

grego

    Lost in the Space

  • Membres
  • 721 messages
  • Localisation : SDF

Posté 07 janvier 2006 à 11:15

Salut à vous amis Cassiopéens, un nouvel article très intéressant... Peut-être sujet à polémique, mais on aime bien ça non ?? :biglol:

http://www.quantumfu...nerologie01.htm

#2 Persée

Persée
  • Localisation : France

Posté 07 janvier 2006 à 11:54

Grego,

Joël avait déjà commencé à en parler il y a quelques jours, ici:

http://www.onnouscac...érologie&st=240

Persée

#3 grego

grego

    Lost in the Space

  • Membres
  • 721 messages
  • Localisation : SDF

Posté 07 janvier 2006 à 12:00

Grego,

Joël avait déjà commencé à en parler il y a quelques jours, ici:

http://www.onnouscac...érologie&st=240

Persée

Ah ! autant pour moi !!!!! Modos vous pouvez supprimer ce topic !!!!

#4 grego

grego

    Lost in the Space

  • Membres
  • 721 messages
  • Localisation : SDF

Posté 07 janvier 2006 à 14:08

Bon, puisque le topic n'a pas encore été supprimé ou combiné à un autre, je reviens sur l'article sur la Ponérologie Politique ; si vous n'avez pas eu le courage de tout lire, j'ai relevé ce passage très intéressant qui - à mon avis - est aussi une description de ce que nous appelons le NOM :




"De toute éternité, l'homme a rêvé d'une vie dans laquelle ses efforts pour accumuler des bénéfices peuvent être ponctués par le repos pendant lequel il jouit de ces bénéfices. Il a appris comment domestiquer les animaux pour accumuler plus de bénéfices et quand cela n'a plus répondu à ses besoins, il a appris à asservir d'autres gens simplement parce qu'il était plus puissant et pouvait le faire.

Les rêves d'une vie heureuse où l'on jouit de "davantage de bénéfices accumulés" et plus de temps de loisir dans lequel en jouir, ont ainsi donné l'impulsion pour forcer sur les autres, une force qui déprave l'esprit de son utilisateur. C'est pourquoi les rêves de l'homme concernant le bonheur ne se sont pas réalisés partout dans l'histoire : la vision hédoniste du "bonheur" contient les graines de la misère. L'hédonisme, la poursuite de l'accumulation de bénéfices dans l'unique but de l'auto-plaisir, alimente le cycle éternel où des périodes bonnes mènent à des périodes mauvaises.

Pendant les bonnes périodes, les gens perdent de vue le besoin de la pensée, l'introspection, la connaissance des autres et une compréhension de la vie. Quand les choses sont "bonnes", les gens se demandent si ça vaut le co_t de réfléchir sur la nature humaine et les défauts dans la personnalité (la sienne propre, ou celle d'un autre). Dans les bonnes périodes, des générations entières peuvent grandir sans compréhension de la signification créatrice de la souffrance puisqu'ils ne l'ont jamais éprouvée eux-mêmes. Quand toutes les joies de la vie sont là pour être prises, l'effort mental de comprendre la science et les lois de nature - pour acquérir la connaissance qui ne peut pas être directement rapprochée de la substance qui s'accumule - ressemble à un travail injustifié. Avoir un "esprit sain," et être positif - un bon sport sans jamais un mot décourageant - est vu comme une bonne chose et quelqu'un qui prévoit des conséquences sinistres comme le résultat d'une telle insouciance est étiqueté rabat-joie.

La perception de la vérité sur la réalité, particulièrement une compréhension réelle de la nature humaine en toutes ses gammes et permutations, cesse d'être une vertu à acquérir. Les incrédules pensifs sont les "mouches du coche" qui ne peuvent pas assez bien laisser tranquille. "Ne le réparez pas, si ce n'est pas cassé." Cette attitude mène à un appauvrissement de connaissance psychologique incluant la capacité pour différencier les propriétés de la nature humaine et de la personnalité et la capacité de modeler les esprits sains avec créativité.

Le culte du pouvoir supplante ainsi les valeurs mentales et morales si essentielles à maintenir la paix par des moyens pacifiques. On pourrait considérer un enrichissement ou une complication nationale par rapport à sa vision du monde psychologique comme un indicateur disant si son avenir est bon ou mauvais.

Pendant les bonnes périodes, la recherche de la signification de la vie, la vérité de notre réalité, devient inconfortable parce qu'elle révèle des facteurs incommodes. L'élimination inconsciente des données qui sont, ou semblent être, inopportunes, commence à être habituelle, une tradition acceptée par des sociétés entières. Le résultat est que tout processus de pensée basé sur une telle information tronquée ne peut pas mener à des conclusions correctes. Cela mène alors à la substitution du mensonge commode au moi pour remplacer des vérités inconfortables s'approchant ainsi des frontières des phénomènes qui devraient être vus comme psychopathologiques.

Les faits sont que les "bonnes périodes" pour un groupe de gens ont été historiquement enracinées dans une certaine injustice pour d'autres groupes de gens. Dans une telle société, où toutes les vérités cachées se tapissent au-dessous de la surface comme un iceberg, le désastre est juste à proximité.

Il est clair que l'Amérique a vécu une longue période de "bon temps" pour la plupart de son existence, (peu importe combien de gens ils ont d_ opprimer ou tuer pour faire ainsi), mais particulièrement ainsi pendant les 50 années précédant le 11 septembre 2001. Pendant ces 50 années, plusieurs générations d'enfants sont nés et ceux qui sont nés au début de ce temps, qui n'ont jamais connu de "temps difficiles," sont maintenant à un âge où ils veulent "jouir" des bénéfices qu'ils ont accumulés. Malheureusement, il ne semble pas que ce soit sur le point d'arriver; le 11/9 a tout changé si profondément qu'il semble qu'il n'y ait aucun plaisir pour qui que ce soit pendant une très, très longue période de temps.

Comment cela a-t-il pu arrivé ?

La réponse est que quelques générations dignes des "bons temps" aboutissent aux susdits déficits sociaux décrits quant aux compétences psychologiques et critique morale. Les longues périodes de préoccupation du moi et des "bénéfices qui s'accumulent" pour le moi, diminuent la capacité de lire exactement l'environnement et les autres gens. Mais la situation est plus sérieuse que juste une faiblesse généralisée d'une société qui pourrait être "durcie" avec un peu de "temps difficiles"."



Que pensez vous de cela ???

Modifié par grego, 07 janvier 2006 à 14:09.


#5 grego

grego

    Lost in the Space

  • Membres
  • 721 messages
  • Localisation : SDF

Posté 07 janvier 2006 à 15:03

Un autre extrait intéressant sur la pathologie des "Hommes de Pouvoir" :




"L'épilepsie constitue les résultats connus les plus vieux de telles lésions; elle est observée en relativement petit nombre de personnes subissant de tels dégâts. Les chercheurs dans ces questions sont plus ou moins unanimes à croire que Jules César et plus tard Napoléon Bonaparte avaient des crises d'épilepsie. La mesure dans laquelle ces maux avaient un effet négatif sur leurs caractères et le processus décisionnel historique, ou a joué un rôle ponérogénique, peut être le sujet d'une étude séparée. Dans la plupart des cas, cependant, l'épilepsie est un mal évident, qui limite son rôle comme facteur ponérogénique.

Dans une partie beaucoup plus grande des porteurs de dégâts de tissu cérébral, la déformation négative de leurs caractères grandit au fil du temps. Cela prend sur des images mentales diverses selon les propriétés et les localisations des dégâts, leur temps d'origine et aussi les conditions de vie de l'individu après leur occurrence. Nous appellerons les désordres de caractère résultant d'une telle pathologie "Caractéropathies".

Certaines caractéropathies jouent un rôle remarquable comme agents pathologiques dans les processus de la genèse du mal à une grande échelle sociale. [...]

Un exemple relativement bien documenté d'une telle influence d'une personnalité caractéropathique à une échelle macro-sociale est le dernier empereur allemand, Guillaume II. Il a été soumis au trauma cérébral à la naissance. Pendant et après son règne entier, son handicap physique et psychologique a été caché de la connaissance publique. Les capacités moteur de la partie supérieure gauche de son corps étaient handicapées. Etant enfant, il avait de la difficulté à apprendre la grammaire, la géométrie et le dessin, ce qui constitue la triade typique des difficultés universitaires causées par des lésions cérébrales mineures. Il a développé une personnalité avec des caractéristiques d'infantilisme et un contrôle insuffisant de ses émotions et aussi un avis quelque peu parano•aque qui a facilement évité le cÏur de quelques questions importantes dans le processus d'esquive des problèmes.

Les poses militaristes et l'uniforme de général ont surcompensé ses sentiments d'infériorité et ont efficacement masqué ses défauts. Politiquement, son contrôle insuffisant des émotions et des facteurs de rancÏur personnelle sont apparus. Le vieux Chancelier de Fer a dž partir, ce politicien rusé et impitoyable qui avait été loyal envers la monarchie et avait créé la puissance prussienne. Après tout, il était trop bien informé des défauts du prince et avait oeuvré contre son couronnement. Un destin semblable a rencontré d'autres gens excessivement critiques, qui ont été remplacés par des personnes avec une intelligence moindre, plus d'obséquiosité et parfois, des déviations psychologiques discrètes. La sélection négative a eu lieu.


Remarquez ce dernier terme : "la sélection négative a eu lieu." C'est-à-dire un chef d'Etat défectueux a choisi son personnel, son gouvernement, basé sur sa vision du monde pathologiquement endommagée. Je suis sžre que le lecteur peut percevoir comment une telle situation peut être dangereuse pour les gens dirigés par une telle cabale "négativement choisie". La chose importante à considérer est ici quel effet cela avait sur la construction sociale conformément à l'autorité de tels individus."



Une question : Sarko est-il un de ces "Grands Malades" ???? :ptdrasrpt2: :ptdrasrpt2: :ptdrasrpt2:
ce qui expliquerait peut-être les problèmes de santé qu'il a eu dernièrement... Même chose pour Chirac et Sharon ????!!!!

Modifié par grego, 07 janvier 2006 à 15:10.


#6 henri

henri

Posté 28 juillet 2006 à 23:21

Nous espérons publier Ponérologie politique sous peu en français. Malheureusement, les bons livres en anglais sur la psychopathie ne sont pas disponible on français :

Hervey Cleckley, The Mask of Sanity

Martha Stout, The Sociopath Next Door

George Simon, In Sheep’s Clothing

Robert Hare, Without Conscience

Quelqu’un peut-il me conseiller quelques bons livres sur le sujet en français ?

Henry

#7 henri

henri

Posté 30 juillet 2006 à 23:04

Pour ceux et celle qui ont un intérêt dans le sujet de la psychopathie et de la ponérologie politique, nous avons la traduction du livre de Lobaczewski, Ponérologie Politique: Science de la nature du mal servant des buts politiques disponible en pdf.

Envoyez-moi un message privé si vous le voulez.

Henry


EXTRAIT DE LA PREFACE DE L’EDITEUR

“Aspire à être comme le Mont Fuji avec une base si large et solide que le plus fort des tremblements de terre ne pourra t’ébranler, et si grand que la plus grande des entreprises des hommes ordinaires te paraîtra insignifiante du plus haut de ta perspective. Si ton esprit peut s’élever aussi haut que le Mont Fuji tu verras toutes choses très clairement. Tu pourras percevoir toutes les forces qui mettent en place les événements, et pas seulement celles qui président à ce qui se passe près de toi.” Miyamoto Musashi

Le livre que avez dans les mains est peut-être l’ouvrage le plus important que vous lirez jamais; en fait il le sera. Peu importe qui vous êtes, votre situation dans la vie, votre âge, votre sexe, votre nationalité ou votre origine ethnique, à un moment de votre vie il vous arrivera de ressentir la main glacée ou la griffe du Mal. C’est un fait avéré que des choses désagréables arrivent à de bonnes gens.

Qu’est-ce que le mal? Historiquement parlant, la question du mal a toujours fait partie du domaine de la théologie. Des générations et des générations de théologiens ont écrit des bibliothèques entières de livres pour tenter de convaincre leurs lecteurs de l’existence d’un Dieu bon ayant créé un monde imparfait. Saint Augustin a fait la distinction entre deux formes de mal: le mal “moral”, celui qui est commis par choix par des humains qui savent ce qu’ils font; et le mal “naturel”, c’est-à-dire les choses déplaisantes qui surviennent, comme les tempêtes, inondations, éruptions volcaniques, maladies mortelles, etc.

Et puis il y a ce que Andrew Łobaczewski appelle “le Mal macro-social”: le mal sur grande échelle, qui affecte des sociétés et des nations entières, et qui le fait depuis des temps immémoriaux. Vue objectivement, l’histoire de l’humanité est une chose terrible.

La mort et l’anéantissement sont le lot de tous: riches et pauvres, hommes libres et esclaves, jeunes et vieux, bons et méchants, avec un arbitraire et une insouciance qui, on le voit bien, peuvent détruire à jamais la capacité de fonctionnement de toute personne normale.

Sans trêve, l’homme a vu ses champs et ses troupeaux détruits par la sécheresse ou la maladie, ses êtres chers tourmentés et décimés par la maladie ou la cruauté humaine, le travail de toute une vie réduit à néant en un instant par des événements échappant à son contrôle.

L’étude de l’Histoire par le biais de ses diverses disciplines offre une vue de l’humanité qui est quasiment insupportable. Les rapines de tribus affamées envahissant, conquérant et détruisant dans les ténèbres de la préhistoire; les barbares envahissant le monde civilisé pendant le Moyen-Age, les sanglantes croisades menées par l’Europe catholique contre les “infidèles” du Moyen-Orient, et ensuite contre les “infidèles” qui étaient leurs propres frères: la terreur de l’Inquisition, au cours de laquelle les martyrs ont éteint les bûchers de leur propre sang. Et puis aussi les furieux holocaustes des génocides modernes; les guerres, les famines, les terribles épidémies parcourant le globe dans leurs bottes de sept lieues; et plus terribles aujourd’hui que jamais auparavant.

Toutes ces choses produisent un intolérable sentiment d’impuissance devant ce que Mircéa Eliade nomme la Terreur de l’Histoire.

Certains diront que tout cela, c’est du passé; que l’humanité est entrée dans une nouvelle phase; que les sciences et les technologies vont bientôt nous permettre de mettre fin à toutes ces souffrances. Beaucoup croient que l’homme est en train d’évoluer; que la société évolue; et qu’à présent nous sommes à même de contrôler le mal arbitraire qui affecte notre environnement, ou du moins que nous le serons quand George Bush et sa bande en auront fini avec leur éternelle guerre contre la Terreur. Tout ce qui ne vient pas à l’appui de cette idée est réinterprété ou ignoré.

Les sciences nous ont offert bien des choses merveilleuses: les programmes spatiaux, le laser, la télévision, la pénicilline, les sulfamides, et tout un tas de choses utiles qui devraient rendre notre vie plus supportable et fructueuse. Mais nous voyons bien que ce n’est pas le cas. On pourrait même dire que jamais l’homme ne s’est trouvé en position aussi précaire, aussi proche de la destruction totale.
Sur le plan personnel, notre vie se détériore sans cesse. L’air que nous respirons, l’eau que nous buvons sont pollués presqu’au delà du supportable. Nos aliments sont bourrés de substances qui contribuent bien peu à nous nourrir et nuisent au contraire à notre santé. Le stress et la tension font à présent partie de notre vie et il est prouvé qu’ils ont tué davantage de gens que les cigarettes fumées justement pour relâcher cette tension. Nous avalons d’innombrables pilules pour nous éveiller, pour nous endormir, pour pouvoir faire notre travail, pour nous calmer les nerfs, pour nous sentir bien. Les habitants de la planète dépensent davantage d’argent en drogues de confort qu’en logement, habillement, nourriture, éducation ou autres produits et services.

Au niveau social, la haine, l’envie, la convoitise et la discorde se multiplient exponentiellement. Le crime augmente plus vite que la population. Du fait des guerres, insurrections, et purges politiques, des millions et des millions de gens partout sur le globe se retrouvent sans nourriture ni abri.
Et il y a bien sûr les sécheresses, disettes, maladies et désastres naturels qui prélèvent leur part de vies humaines et de souffrances. Tout cela aussi semble augmenter.

L’homme qui regarde l’Histoire telle qu’elle est est bien forcé de réaliser qu’il se trouve pris dans l’étau d’une existence où il ne trouve ni compassion ni souci de ses souffrances. Sans cesse, les mêmes souffrances fondent sur l’humanité, multipliées par des millions et des millions au fil des millénaires. La totalité des souffrances humaines est une chose terrible. Je pourrais écrire jusqu’à la fin des temps en utilisant des océans d’encre et des forêts de papier sans parvenir à traduire cette Terreur. La bête de la calamité arbitraire a toujours été parmi nous. Dès que le coeur de l’homme s’est mis à pomper du sang chaud et à le faire circuler dans son corps fragile, dès qu’il a commencé à briller de la douceur ineffable de la vie et à aspirer à tout ce qui est beau et bon et aimant, la bête ricanante, bavante, épiante, et intrigante, du mal brut s’est mise à se lécher les babines à l’idée de son prochain festin de terreur et de souffrances. Ce mystère de la condition humaine, cette malédiction de Caïn existe depuis le commencement des temps. Et depuis, ce cri a retenti en tout lieu: “mon châtiment est plus grand que mes forces!”.

La conjecture est que, dans les temps anciens, lorsque l’homme a commencé à prendre conscience des intolérables et incompréhensibles conditions de son existence, il a créé des cosmogonies pour justifier toutes les cruautés, aberrations et tragédies de l’Histoire. Il est vrai qu’en règle générale l’homme est sans défense contre les catastrophes cosmiques ou géologiques, et pendant longtemps il a été dit que l’homme moyen ne peut rien contre les massacres militaires, les injustices sociales, les mauvaises fortunes personnelles et familiales, et les innombrables attaques en tous genres menées contre son existence.

La situation est en train de changer. Le livre que vous tenez entre vos mains va vous donner des réponses à de nombreuses questions sur le Mal dans notre monde. Ce livre ne parle pas seulement du Mal macrosocial; il parle aussi du Mal quotidien parce que les deux sont littéralement inséparables. L’accumulation à long terme du mal de tous les jours conduit inévitablement au Grand Mal Systémique qui détruit plus d’innocents que n’importe quel autre phénomène sur cette planète.

Ce livre est aussi un manuel de survie. Comme je l’ai écrit plus haut, c’est l’ouvrage le plus important que vous lirez jamais, à moins, naturellement, que vous ne soyez vous-même un psychopathe. Vous me demanderez: “qu’est-ce que la psychopathie a à voir avec le mal individuel ou social?”.

Je vous répondrai: “absolument tout”. Que vous le sachiez ou non, tous les jours de votre vie sont influencés par les effets de la psychopathie sur notre monde....



#8 Daman

Daman

    Démiurge perplexe

  • Membres
  • 4 260 messages
  • Genre : Homme
  • Intérêts : Sieste(s).

Posté 31 juillet 2006 à 00:04

Fichtre... ça semble passionnant, Henri ... Je voudrais bien me pencher sur cet ouvrage. ;)

La Servitude s'impose de deux façons : l'une est l'abus de la Force, l'autre est l'abus de la Loi. Dans les deux cas, chacun a le devoir de lutter contre elle par tous les moyens..


#9 Angel Of Death

Angel Of Death

    Définir, c'est limiter

  • Bannis
  • 1 883 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : another side of infinity

Posté 31 juillet 2006 à 00:35

Psychologie évolutionniste... Mircéa Eliade... Ce genre de bouquins prolifère dans certains cercles...

Je commence à cerner les idées qui se cachent derrière le site des Cassiopéens.
« Désirer avec indifférence, c’est l’essence même du jeu. »
Henry de Montherlant

« La justice n'est que le rêve imbécile de quelques hommes. L'injustice est la volonté même de Dieu. »
Anatole France

#10 henri

henri

Posté 31 juillet 2006 à 01:11

Psychologie évolutionniste... Mircéa Eliade... Ce genre de bouquins prolifère dans certains cercles...

Je commence à cerner les idées qui se cachent derrière le site des Cassiopéens.

Il n'y a pas d'idées "qui se cachent derrière le site des Cassiopéens". Elles sont toutes là sous la lumière du jour.

Gurdjieff. Mouravieff, Ibn Al'Arabi...

Nous devrions avoir plusieurs livres disponible en septembre si tu veux faire un idée.

Henry

#11 YFSEE-MEE

YFSEE-MEE

    Petit Nuage Intemporel

  • Membres
  • 1 441 messages
  • Localisation : Paris-Botzaris

Posté 31 juillet 2006 à 01:58

Perte Neuro Informationnelle...
L'an dernier j'ai consulté le site des Cassiopéens et y ai trouvé une mine d'informations originales et très pertinentes.
Bien que l'auteur affirme elle-même ne pas être sûre absolûment de son channelling ses propres analyses personnelles et ce qu'elle nomme matériel sont très intéressants et se démarquent très fortement d'une tendance à l'endormissement et à la perte de son historicité.
J'ai plusieurs fois voulu revenir sur Signes des Temps pour consulter les archives historiques sur des périodes allant du début 1900 à 45 et + par ex. et n'ai jamais pû y avoir accès.
A la suite d'un crash de mon OS j'ai perdu presque toutes mes données y compris les favoris...et maintenant impossible de refaire le lien en français sur ces périodes.
Je m'adresse donc à Henri ou Grégo pour m'indiquer s'il est encore possible d'y accéder ou non. Merci.
Yfsee :euh: :aureole7:

#12 Angel Of Death

Angel Of Death

    Définir, c'est limiter

  • Bannis
  • 1 883 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : another side of infinity

Posté 31 juillet 2006 à 02:36

Il n'y a pas d'idées "qui se cachent derrière le site des Cassiopéens". Elles sont toutes là sous la lumière du jour.

Gurdjieff. Mouravieff, Ibn Al'Arabi...

Je ne sous entendais pas d'une quelconque propagande cachée, mais les références données par ce site indiquent que ces Cassiopéens vont clairement dans un sens bien défini.
Il y a des idées issues de la Gnose, de l'alchimie, eschatologistes, de la sociobiologie, etc etc, on parle même de 2 races humaines distinctes dont l'une dont le but est l'asservissement de l'autre... c'est assez caractéristique de certaines croyances.

Puis Gurdjieff, Mouravieff, Mircea Eliade, ils sont tous un peu de la même école pour répandre des idées similaires(des auteurs très populaires à "droite").

Par exemple les milieux du New Age utilisent des références totalement différentes, je ne fais que rémarquer ces "courants"...
« Désirer avec indifférence, c’est l’essence même du jeu. »
Henry de Montherlant

« La justice n'est que le rêve imbécile de quelques hommes. L'injustice est la volonté même de Dieu. »
Anatole France

#13 henri

henri

Posté 31 juillet 2006 à 13:47

Il y a des idées issues de la Gnose, de l'alchimie, eschatologistes, de la sociobiologie, etc etc, on parle même de 2 races humaines distinctes dont l'une dont le but est l'asservissement de l'autre... c'est assez caractéristique de certaines croyances.

Puis Gurdjieff, Mouravieff, Mircea Eliade, ils sont tous un peu de la même école pour répandre des idées similaires(des auteurs très populaires à "droite").

Je suis en accord avec toi que beaucoup de gens utilise des idées des deux races comme tu dis. Mouravieff parle “d’une élite”. Il mal interprète les idées de l’ésotérisme Chrétien dans un sens matériel, pas spirituel, selon les influences ‘A’, pas ‘B’, selon sa propre terminologie. Si tu lis notre site, tu verras que depuis le début, nous critiquons les idées de la “synarchie” de Schwaller, d'Ebola et de Mouravieff.

Mouravieff, quand il transmet la tradition, est juste. Quand il essaye de faire ses propres analyses, il ne comprend rien.

En lisant notre site Signs of the Times, tu verras que nos idées n’ont rien à faire avec la droite.

Si les deux races sont des psychopathes et des gens avec conscience, l’idée prend tout une autre dimensionne, non ? Il y a une différence qui fait vraiment la différence. Si tu veux mieux comprendre de quoi je parle, je serai heureux de t’envoyer le pdf de Ponérologie politique.

Mais de nous juger sans prendre le temps de nous lire ou nous poser des questions sera comme si moi, je te juge sur le fait que tu t’appelles « Angel of Death ». ;)

Henry

#14 Angel Of Death

Angel Of Death

    Définir, c'est limiter

  • Bannis
  • 1 883 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : another side of infinity

Posté 31 juillet 2006 à 15:27

Je connais votre site depuis 2 ans(un des meilleurs sites incontestablement dans le genre, site que j'ai pas mal relu grâce à Didier qui me l'a conseillé), il n'y avait rien de péjoratif dans ce que je disais, c'était une impression générale d'après les sources citées, qui sont les mêmes sources que celles des gens que je fréquente(slavophiles et eurasistes), qu'ils ne soient pas de gauche est un détail, l'ésotérisme n'a jamais été le dada du socialisme...
Puis on peut avoir les idées à droite et être politiquement de gauche... c'est même ce qu'il y a de plus sain selon ma vision.

Charles Péguy était un bon exemple, d'ailleurs il disait que "tout commence dans la mystique et tout finit dans la politique".

Ce serait sympa si tu pouvais m'envoyer le pdf :D (fais pas attention à mon mail, c'était de la provoc', tout comme mon pseudo, en vérité c'est l'un des surnoms de Shiva, qui détruisait... pour un monde meilleur :) J'aime bien le côté "indéterminé" comme mon avatar :P )

PS: j'suis d'accord pour Mouravieff, c'est pas avec lui qu'on s'éveillerait :ptdrasrpt2:

Modifié par Angel Of Death, 31 juillet 2006 à 15:31.

« Désirer avec indifférence, c’est l’essence même du jeu. »
Henry de Montherlant

« La justice n'est que le rêve imbécile de quelques hommes. L'injustice est la volonté même de Dieu. »
Anatole France

#15 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 17 aot 2006 à 19:44

Je viens de lire une discussion récente du SOTT (comme d'hab, toujours aussi passionnante) sur l'actualité et diverses notions comme la pathocratie et il y avait ce passage de Joe Quinn qui m'a bien tapé dans l'oeil :

(...)Il y a eu comme je l'ai dit différentes études de faites, des livres sur le sujet écrits par des psychologues et des psychothérapeutes, qui ont passé des années au contact de psychopathes, des études scientifiques sur les réactions de leur cerveau à certains stimuli.

L'explication simple, je suppose, est que quand on présente l'image d'une voiture, par exemple, à un psychopathe, une aire du cerveau va être activée pour permettre l'interprétation de l'image comme celle d'une voiture, et qui si après on lui présente une image dérangeante de souffrance ou de mort, il n'y a pas de différence de réponse ni d'aire du cerveau activée.

L'image d'une voiture émeut autant le psychopathe que l'image d'un enfant mort. Cela n'est pas le cas des gens normaux. Le meilleur moyen de les décrire est que, comme on peut s'y attendre, comme tout le monde se représente les êtres humains, ils sont doués d'empathie, ils ressentent des émotions, éprouvent des sentiments pour les autres et comprennent la souffrance des autres, toutes réactions humainement normales.

Alors qu'il y a une catégorie de gens qui n'ont pas de réactions humaines. Ils ne sont en fait pas dotés de conscience, ne sont pas doués d'empathie, ils ne ressentent pas d'émotions, ils n'éprouvent pas d'amour.

En conséquence, ils sont réellement capables de tout, sans éprouver les scrupules qui m'empêcheraient, qui vous empêcheraient de commettre un acte répréhensible ou illégal à l'encontre d'une autre personne.

Ils n'éprouvent rien qui les empêche de commettre un tel acte ; ils le commettent aussi facilement que le geste de soulever une tasse. (...)


Source : http://signs-of-the-...dcast_fr_62.php

J'espère que personne dans le forum ne présente ce genre de symptômes... :gueulecassee:

#16 tenten

tenten

    La carte n'est pas le territoire

  • Membres
  • 61 messages
  • Localisation : Paris/France

Posté 26 aot 2006 à 23:57

J'ai plusieurs fois voulu revenir sur Signes des Temps pour consulter les archives historiques sur des périodes allant du début 1900 à 45 et + par ex. et n'ai jamais pû y avoir accès.
A la suite d'un crash de mon OS j'ai perdu presque toutes mes données y compris les favoris...et maintenant impossible de refaire le lien en français sur ces périodes.
Je m'adresse donc à Henri ou Grégo pour m'indiquer s'il est encore possible d'y accéder ou non. Merci.
Yfsee  :euh:  :aureole7:

@YFSEE-MEE:

Voir http://www.cassiopae...ss/timeline.htm (anglais)
Ci-dessous la liste des années listées

[- Introduction -]
[- 1700 -] [- 1806 -]
[- 1823 -] [- 1832 -]
[- 1860 -] [- 1889 -]
[- 1893 -] [- 1897 -]
[- 1898 -] [- 1900 -]
[- 1901 -] [- 1903 -]
[- 1904 -] [- 1905 -]
[- 1906 -] [- 1907 -]
[- 1908 -] [- 1909 -]
[- 1910 -] [- 1911 -]
[- 1912 -] [- 1913 -]
[- 1914 -] [- 1915 -]
[- 1916 -] [- 1917 -]
[- 1918 -] [- 1919 -]
[- 1920 -] [- 1921 -]
[- 1922 -] [- 1923 -]
[- 1924 -] [- 1925 -]
[- 1926 -] [- 1927 -]
[- 1928 -] [- 1929 -]
[- 1930 -] [- 1931 -]
[- 1932 -] [- 1933 -]
[- 1934 -] [- 1935 -]
[- 1936 -] [- 1938 -]
[- 1939 -] [- 1940 -]
[- 1941 -] [- 1942 -]
[- 1943 -] [- 1944 -]
[- 1945 -] [- 1946 -]
[- 1947 -] [- 1948 -]
[- 1949 -] [- 1950 -]
[- 1951 -] [- 1952 -]
[- 1953 -] [- 1954 -]
[- 1955 -] [- 1956 -]
[- 1957 -] [- 1958 -]
[- 1959 -] [- 1960 -]
[- 1961 -] [- 1962 -]
[- 1963 -] [- 1964 -]
[- 1965 -] [- 1966 -]
[- 1967 -] [- 1968 -]
[- 1969 -] [- 1970 -]
[- 1971 -] [- 1972 -]
[- 1973 -] [- 1974 -]
[- 1975 -] [- 1976 -]
[- 1977 -] [- 1978 -]
[- 1979 -] [- 1980 -]
[- 1981 -] [- 1982 -]
[- 1983 -] [- 1984 -]
[- 1985 -] [- 1986 -]
[- 1987 -] [- 1988 -]
[- 1989 -] [- 1990 -]
[- 1991 -] [- 1992 -]
[- 1993 -] [- 1994 -]
[- 1995 -] [- 1996 -]
[- 1997 -] [- 1998 -]
[- 1999 -] [- 2000 -]
[- 2001 -] [- 2002 -]

#17 henri

henri

Posté 15 octobre 2006 à 13:33

La Ponérologie politique est maintenant disponible.

http://www.pilulerou...onerologie.html

Image IPB

#18 YFSEE-MEE

YFSEE-MEE

    Petit Nuage Intemporel

  • Membres
  • 1 441 messages
  • Localisation : Paris-Botzaris

Posté 15 octobre 2006 à 15:00

Merci chercheur Henri je n'avais pas vu le message du 26/8.
J'espère que le lien pourra s'établir en français car il semble bien que ces données ont disparu.
Je ne suis pas un PNI.
Yfsee :ptdrasrpt2:

#19 henri

henri

Posté 15 octobre 2006 à 15:14

J'espère que le lien pourra s'établir en français car il semble bien que ces données ont disparu.

C'est une problème temporaire avec le serveur.

[url="http://"http://www.quantumfuture.net/fr/timeline-fr.htm"]Timeline- fr[/url]

#20 Bulle

Bulle
  • Genre : Femme
  • Intérêts : La Vie :D

Posté 14 juin 2011 à 16:49

Pour ceux et celle qui ont un intérêt dans le sujet de la psychopathie et de la ponérologie politique, nous avons la traduction du livre de Lobaczewski, Ponérologie Politique: Science de la nature du mal servant des buts politiques disponible en pdf.

Envoyez-moi un message privé si vous le voulez.

Henry

Bonjour à vous j'ai envoyé un message à Henry mais pas de réponse... Quelqu'un aurait-il le livre sur la ponérologie en pdf à m'envoyer svp? :aureole7: :aureole7:
Il ya bien quelqu'un du forum (âme charitable :roll: ) qui a réussi à l'avoir et qui saurait me l'envoyer nan? :guerrier: :ange:
Merci d'avance, en espérant que l'absence d'Henry s'écourte et qu'il revienne très vite sur le forum.
Bulle :shy:

#21 elfredo

elfredo
  • Localisation : France

Posté 14 juin 2011 à 17:05

Bonjour à vous j'ai envoyé un message à Henry mais pas de réponse... Quelqu'un aurait-il le livre sur la ponérologie en pdf à m'envoyer svp? :aureole7: :aureole7:
Il ya bien quelqu'un du forum (âme charitable :roll: ) qui a réussi à l'avoir et qui saurait me l'envoyer nan? :guerrier: :ange:
Merci d'avance, en espérant que l'absence d'Henry s'écourte et qu'il revienne très vite sur le forum.
Bulle :shy:


Honnêtement, je l'ai eu entre les mains.
C'est un livre imbitable, probablement mal traduit, et pour le coup, on en retient pas grand chose.
  • Anthropoesis aime ceci

#22 anselme

anselme

Posté 14 juin 2011 à 17:10

C'est faux, c'est un livre très clair.

Voici le lien de téléchargement

le livre

Tu pourras te faire une idée plus précise. :calin:
  • Bulle aime ceci

#23 Bulle

Bulle
  • Genre : Femme
  • Intérêts : La Vie :D

Posté 14 juin 2011 à 17:41

C'est faux, c'est un livre très clair.

Voici le lien de téléchargement

le livre

Tu pourras te faire une idée plus précise. :calin:

Ha merciiiiiiiiiiiii :calin: :calin: :calin: :calin:
Je le trouve parfaitement adéquat à mes recherches, qu'il y ait hasard ou pas le fait d'avoir trouvé rien qu'une partie traduite a été pour moi très important, je venais de comprendre que je devais chercher la source (ou une des sources) de tout ce mal... Alors mille mercis Anselme :D :ange:

#24 elfredo

elfredo
  • Localisation : France

Posté 14 juin 2011 à 18:00

C'est faux, c'est un livre très clair.

Voici le lien de téléchargement

le livre

Tu pourras te faire une idée plus précise. :calin:


Ah moins que ça soit une autre édition !
La pochette était rouge - aux éditions pillule rouge.

#25 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 24 janvier 2012 à 11:45

http://extraneens.fr...Psychopathe.pdf Je lis le début la.

J'ai déjà pas mal parcouru ces théories sur la ponérologie et je suis d'accord avec le point qui consiste à dire que le propre du psychopathe est "c'est la faute des autres". Toutefois, il y a quelque chose qui me gêne lorsqu'on entre dans leur analyse.

Ils disent que le psychopathe se sert de nos émotions. Or l'émotion est de notre ressort. Se baser sur les émotions est justement ce qui fait croire, la plupart du temps que c'est la faute de l'autre. Secundo, la théorie justement avance (et c'est tout le discours de Laura K) que le problème est de la faute des autres (ces psychopathes) en les déshumanisant et finalement, en permettant d'expliquer les choses qui ne vont mal en rejetant la faute sur une élite psychopathe.
C'est là, de mon point de vue, que la théorie arrive à sa limite. C'est un peu le serpent qui se mord la queue ce truc.

Concrètement, ce que j'en pense, c'est que l'émotion étant une indication sur nous mêmes, il est important de regarder en soi ce qui arrive lorsqu'on émet ces émotions. Ce travail, mène à une structure émotionnelle différente que le commun des mortels qui s'énervent ou réagissent (au contraire d'agir librement dans les situations et de tenir compte de différents points de vue et donc d'élargir son champ de vision). Réagir, pour moi, ce n'est pas être libre mais, en omettant de regarder le mécanisme en nous mêmes (comme pourtant nous y invite les écrits par exemple, de Gurdjieff), on court le risque de perpetuer un comportement qui nous amène toujours au même résultat, au final, non satisfaisant.
Ce qui signifie qu'une solution, si vraiment on considère le monde distordu, est d'agir en soi, en conscience d'appartenance au Tout et non pas contre quelque chose (contre la psychopathie par exemple). Ensuite, d'extérieur, même si cette manière de fonctionner peut parfois donner l'impression d'agir contre, le fait d'être en quelque sorte libérer de la racine de l'émotion permet d'agir centré, serein et toujours en accord avec le Tout, de manière juste.

Cette théorie, qui révèle des choses intéressantes au demeurant en terme de psychologie, reste néanmoins révélatrice de cette séparation et me gêne dans le sens qu'il reprend le mépris, pour le projeter vers nos élites d'une part et d'autre part, extrapole sur les écrits de Gurdjieff et Mouraieff en omettant pourtant toute la partie mécanique de la psychée humaine, qui dans son étude, me semble intéressante.

Je pense qu'on ne peux jamais connaitre les intentions des autres, et a fortiori, des élites. Et par exemple, un membre de l'élite qui a la foi, qui est persuadé que ses choix, décisions, sont tournées vers le sens commun est même plus dangereux qu'un membre qui est dédouané de tout sentiment, toute émotion, et agit égoïstement (cette foi, celle du premier, étant une forme d'extrémisme).
Il y a donc amalgame, dans cette théorie et différents profils psychopathiques en fait :
- celui qui justifie ses actes tels que le mensonge, l'avidité, la cupidité, le sentiment de supériorité et donc la spoliation, en avançant, pensant intimement que c'est pour le bien de tous et en est convaincu (un caractère somme toute humain, mais séparé)
- celui qui agit froidement, sans émotions, et en total individualisme (le vrai caractère psychopathe).
Le psychopathe de cette théorie intègre bien maladroitement ces deux caractéristiques, mêle le profil psychotique de l'un, avec les résultats de l'autre (le premier profil) alors que ces caractéristiques appartiennent à deux profils bien distincts :
- l'homme émotionnel et égotique,
- le psychopathe sans émotion.
De mon point de vue, on ne peut pas être d'un côté être sans émotion, et de l'autre faire des discours dans lesquels on est convaincu du bien fondé de nos idées, à la manière d'un vrp (ou d'un intégriste) puisque ce discours se basent même sur un sentiment (amour, injustice...etc). Et donc le deuxième profil est à mon avis beaucoup plus rare.
Cette théorie divise encore, permet de se dédouaner de nos responsabilités, tant au niveau de la pensée, que de l'émotion et donc de l'action et, si on persiste à regarder leurs distorsions (aux psychopathes), plutot que les nôtres propres, alors nous sommes nous mêmes ce genre de psychopathe en déshumanisant l'autre (le côté glauque de cette théorie) et en fantasmant sur les intentions du tiers en lequel nous ne sommes pas.

Je ne dis pas que la psychopathie n'existe pas, je pense juste que se baser dessus pour une lecture du monde révèle une forme d'insanité (demander aux autres ce que nous ne faisons pas nous mêmes) et relève du même travers que ceux que nous pointons du doigt.

Voilà, j'espère avoir été claire.

#26 gwelan

gwelan
  • Genre : Homme

Posté 24 janvier 2012 à 14:30

La définition anglo saxonne de psychopathe est un peu un fourre tout de toute façon, çà manque de subtilité. La définition française du pervers narcissique est plus explicite à mon avis, bien que pour s'exercer, le pervers narcissique a besoin d'une victime et que l'on ne creuse pas assez le profil de la victime du pervers narcissique. La relation est perverse des deux côtés à mon avis, et si le pervers narcissique tente de combler un vide existentiel, la victime tente de combler un vide affectif. Ils sont fait l'un pour l'autre.

Çà nous donne dans ce jeu ou dans cette relation, un parti qui est dans un déficit d'empathie, et de l'autre un parti qui est dans un excès d'empathie.
  • Catarineta aime ceci

#27 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 24 janvier 2012 à 14:42

Je reviens...

Là ou je trouve que cette théorie n'est pas valable à mes yeux et qu'elle retourne les choses en fait.
J'essaie d'expliquer...
Qu'est ce qui pousse au crime, au sentiment d'impunité (qui justifie par exemple de manipuler ou de rendre les autres esclaves).
C'est l'émotion, puis le sentiment. Le crime n'est t il pas toujours un crime passionnel au final ? Que l'on se batte pour un être, par vexation (adultère) ou pour une idée ? N'est ce pas la passion pour une idée, figée, formée parfois en dogme qui pousse au crime...
Regardons :
Les guerres de libération des pays. Les conflits de territoire. Le conflit, écrit ou oral, entre deux personnes. A un moment, quelque chose souffre en nous, et c'est la débandade. Oui je sais, certains diront, Non je ne souffre pas... c'est la faute de l'autre ! Mais n'est ce pas l'autre qui part ses propos, son comportement, révèle une souffrance, même s'il l'a provoque ?

La ponérologie nous décrit des psychopathes froids et calculateur sans émotions, alors que la violence, la spoliation, sont... dans la réalité.. amenée par l'émotion.

Or être sans émotion, n'étant pas un état absolu, quant on se coince le doigt dans une porte, on a mal. Quand une émotion arrive, elle est là point, faut il accuser la porte ? Etre sans émotion est un état normal, calme, serein et l'émotion est passagère, je ne vois pas en quoi elle constituerai une base pour un acte, sauf lorsqu'on perd son "sang froid".

Donc dans cette théorie, on nous dit que les élites sont psychopathes et utilisent les émotions (ce qui n'est pas faux) mais qu'ils sont froids et calculateurs. Or il y a bien une émotion racine au fait d'être calculateur : l'idée que le monde est imparfait et qu'il serait mieux si...

C'est pourquoi je pense que cette théorie, en plus de diviser le monde entre les "bons" et les "méchants", jeter la pierre aux élites (oui, ils ont une responsabilité, mais où est la nôtre ???) sème le trouble dans la perception des choses.

La violence est certaine, et ressentie par beaucoup de gens. La violence d'un monde qui avance sur des non sens, qu'il est de bon ton de discuter sur le forum. Mais il me semble que répondre à cette violence par la division, la diabolisation, et finalement la violence perpétue les situations que pourtant, avec du recul, nous jaugeons comme indésirables (tueries, lois imposées...etc).
Sortir de cette spirale me semble un bon moyen de ne plus jouer le jeu des élites ou de tout autre forme de psychopathie.

#28 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 24 janvier 2012 à 14:45

La définition anglo saxonne de psychopathe est un peu un fourre tout de toute façon, çà manque de subtilité. La définition française du pervers narcissique est plus explicite à mon avis, bien que pour s'exercer, le pervers narcissique a besoin d'une victime et que l'on ne creuse pas assez le profil de la victime du pervers narcissique. La relation est perverse des deux côtés à mon avis, et si le pervers narcissique tente de combler un vide existentiel, la victime tente de combler un vide affectif. Ils sont fait l'un pour l'autre.

Çà nous donne dans ce jeu ou dans cette relation, un parti qui est dans un déficit d'empathie, et de l'autre un parti qui est dans un excès d'empathie.


Et en effet je pense que c'est la base même du système de fonctionnement humain actuel qui consiste à dire.. c'est pas de ma faute si j'agis ainsi, c'est l'autre. Je pense que cela révèle d'une certaine puérilité. Il serait plus juste de dire : par rapport à l'autre, je choisis d'agir ainsi, déjà.
Incorporer la notion de choix admet la possibilité d'une certaine créativité et donc essayer autre chose pour ne pas perpétuer les mêmes "erreurs" indéfiniment.
Mais il me semble que c'est prise de tête, rien ne vaut, à mon sens, la spontaneïté et la sincérité... quoi qu'il en soit. Alors si on doit chaque fois jauger les personnes pour voir si elle nous ment, manipule, vampirise etc. Quand ca nous gonfle, on se casse point... On s'exprime si on en a envie, nala. De toutes facons, si on passe à côté d'un blem, ça reviendra.

C'est là que je rejoins la théorie, mais dans l'ensemble, je la trouve destabilisante psychiquement parlant, car elle ne remet pas l'émotion à sa place, là encore, comme un indicateur et finalement quelque chose à surmonter (non pas nier, mais par l'acceptation) afin de gagner en... sagesse ? Ou en folie... c'est selon :grin:

#29 gwelan

gwelan
  • Genre : Homme

Posté 24 janvier 2012 à 16:46

Le probleme de l'exercice du pouvoir c'est qu'il exacerbe la tension qu'il peut y avoir entre l'attrait de l'apât et le frein relatif que peut constituer une forme de conscience morale. Chacun son "Hadock blanc et son Hadock rouge" quelque part, à ceci près qu'il y a des passages à l'acte qui sont plus déterminants que d'autres dans la mesure où ils n'autorisent pas de retour en arrière, on ne peux plus "effacer" un acte, faire en sorte qu'il n'ait pas eu lieu, alors on n'a pas d'autre choix que d'avancer et de se "construire" avec ... en déconstruisant ce qui pourrait faire conflit, c'est à dire en général, la conscience morale.

C'est un principe qui fait même partie intégrante de certaines formations ou certaines inititiations, et c'est en cela qu'elles changent un bonhomme à peu près comme tout le monde, en un être froid, insensible, parce que si la sensibilité devrait demeurer à son niveau initial, l'auto-jugement serait tout simplement terrifiant.

Ce sont des domaines qui autrefois étaient réservés à certains niveaux de pouvoirs, et que l'on voit se développer chez nous aujourd'hui, du fait de la "compétition" , dans le monde du travail, en cas de panique ... il n'y a plus "les femmes et les enfants d'abord ! ", c'est 'chacun pour soi, prend l'oseille et tire toi !" et on en arrive, alors que nos libertés individuelles sont partout de plus en plus bafouées gravement, à ce que la seule chose qui nous fasse vraiment bouger, c'est un truc comme megaupload .

Ou est notre empathie par rapport à la Lybie, à la Syrie, à l'Iran ... ou est notre empathie pour ceux que le démontage de la classe moyenne a jeté sur le bord de la route, notre empathie pour les Grecs, etc, etc ... La ponérologie politique a fait de nous des "patates de sofa" !
  • Catarineta aime ceci

#30 ishtar

ishtar
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 24 janvier 2012 à 17:08

je pense que nous sommes dans des temps où l'on croit faussement être libre de nos émotions et de l'expression de ces derniéres

Cat' quand tu dis :

alors que la violence, la spoliation, sont... dans la réalité.. amenée par l'émotion.

non
des fois il sagit simplement de calcul ,un calcul froid qui a oublié depuis longtemps quelle pouvait être "l'émotion" qui a déclenché tout ça


Or il y a bien une émotion racine au fait d'être calculateur : l'idée que le monde est imparfait et qu'il serait mieux si...

ce n'est pas une émotion mais un jugement
un jugement qui se veut dépasser la création en plus

on a le droit de dire quand une personne a un comportement dangereux ,cruel ,sans forcément lui donner des excuses toutes faites ou en le comparant avec nos propres erreurs
car si cette personne agit comme ça c'est que, elle, ne s'est jamais mise en face de ses propres erreurs
et ne le fera certainement pas si "quelque chose" ne vient pas enrayer cet engrenage
le grain de sable ça peut être nous

je ne me gênerai jamais de dire quand je trouve quelqu'un de "psychopathe" mais ce n'est pas pour autant que je sépare l'humanité en 2 (trop simple)

ces gars sont des malades

Ce sont des domaines qui autrefois étaient réservés à certains niveaux de pouvoirs, et que l'on voit se développer chez nous aujourd'hui, du fait de la "compétition" , dans le monde du travail, en cas de panique ... il n'y a plus "les femmes et les enfants d'abord ! ", c'est 'chacun pour soi, prend l'oseille et tire toi !" et on en arrive, alors que nos libertés individuelles sont partout de plus en plus bafouées gravement, à ce que la seule chose qui nous fasse vraiment bouger, c'est un truc comme megaupload .

Ou est notre empathie par rapport à la Lybie, à la Syrie, à l'Iran ... ou est notre empathie pour ceux que le démontage de la classe moyenne a jeté sur le bord de la route, notre empathie pour les Grecs, etc, etc ... La ponérologie politique a fait de nous des "patates de sofa" !


je plussoie
  • Catarineta et Marine aiment ceci