Aller au contenu


Etude de textes anciens


  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 zeh

zeh

Posté 13 novembre 2002 à 22:47

Superbe étude des textes anciens, bravo à l'auteur.

ACADÉMIE DES SCIENCES 1879
Rien ne vaut en effet une bonne explication....
image

La suite ici: http://photovni.free...tes anciens.htm

#2 dush

dush

Posté 14 novembre 2002 à 17:44

Savezvous que dans un codex du 16e siècle en Roumanie, on a découvert des dessins de deux fusées dont l'une à trois étages et apparement l'expérience aurait fonctionné. Ils auraient utilisés du méthane obtenu après transformation d'urine??? Incroyable, non?
Les ancêtres pas si con.
Amitiés.

#3 GuIgUi

GuIgUi

    Avec de vrai morceaux de sage dedans...

  • Membres
  • 495 messages

Posté 14 novembre 2002 à 18:13

on dit que les OVNI ne date pas d'hier, je trouve ça bie nnormal d'ailleurs. Puisqu'il y en a aujourd'hui pkoi n'y en aura t'il pas avant. Mais je sias plus dans quel topic y a plein de photo de gravure ou de peinture ou l'on voit une scene ancienne avec derriere un soucoupe volante, virvoletant deci delà... Je vaiss essayé de la retrouver

#4 abraxas

abraxas
  • Genre : Homme

Posté 15 novembre 2002 à 02:50

>Oui dush tu as raison.
Je vais citer ici un paragraphe au sujet de Conrad Haas, inventeur de la fusée a étages en 16ème siècle, du livre "Roumains au début de l'aeronautique moderne" de Maria Trandafir:

CONRAD HAAS

a développé la plus ancienne théorie sur les fusées (1529) attestée dans un document.

Dans les archives d'Etat de Sibiu on a trouvé un manuscrit où on mentionnait qu'en 1529, Conrad Haas, habitant de cette ville, avait réalisé une fusée multiple (dans l'histoire de la science on considérait comme representatif dans ce domaine, 1650, lorsque le traité de Semionowich fut publié, sous le titre "Artes magnae artilleriae, pars prima".

Donc, Conrad Haas a développé dans son manuscrit ("VariaII") la plus ancienne théorie sur les fusées, attestée dans un document. Il a fait connaître aux lecteurs non seulement des conseils techniques et d'execution d'une fusée, mais il aconstruit et expérimenté de tels engins utilisant de la poudre a canon, d'une façon si ingénieuse, qu'il était possible qu'on obtienne le plus avantageux carburant; il a projeté aussi une installation pour lancer des "charges explosives" dans le camp adverse. Les fusées avaient aux extrémités des stabilisateurs, a la forme de la lettre "delta".

L'armurier Conrad Haas, qui avait des conaissances de mathématiques, physique, chimie, de pyrotechnie a décrit, conçu et construit 17 types de fusée.

Il a établi les principes: des fusées multiples à niveaux s'allumant succéssivement, avec des stabilisateurs conçus de telle manière qu'ils puissent se déplacer en avant et en arrière, ou des fusées a la file actionnées par des batteries, d'une tour (rampe) de lançement, de l'emploi du combustible liquide. Mais a cause du carburant qu'il avait utilisé, de la poudre à canon, leur portée atteignait au plus 7kilomètres.



#5 Reptyl

Reptyl

    Premier secrétaire à la direction des mondes lointains

  • Membres
  • 1 857 messages
  • Genre : Homme

Posté 16 novembre 2002 à 16:41

Mais je sias plus dans quel topic y a plein de photo de gravure ou de peinture ou l'on voit une scene ancienne avec derriere un soucoupe volante, virvoletant deci delà... Je vaiss essayé de la retrouver



de nombreux textes antiques parlent de phénomènes que on peut rapprocher des ovnis actuels , il y a même quelques enlèvements analogues à ceux d'aujourd'huis qui ont été décrit dés le moyen âge . mais des gravures , étonnament il n'y en a pas beaucoup ... des extra-terrestres , oui , mais assez peu d'ovni . mais il parrait que le cerveau humain ne voit pas ce qu'il n'est pas capable d'assimiler à une éxpèrience connue . Ceci explique cela ...

par contre GuiGui , ton sens de la logique ne cesseras jamais de m'étonner ...

on dit que les OVNI ne date pas d'hier, je trouve ça bie nnormal d'ailleurs. Puisqu'il y en a aujourd'hui pkoi n'y en aura t'il pas avant.



bien peut être parce qu'ils ne sont arrivé que réçamment ... ou qu'ils n'ont pas besoin de mille ans pour faire une étude complète de la planète peut être ... il y a plein de raison possible ! je m'étonne même qu'il y en ait depuis si longtemps ... je ne comprend pas pourquoi ils ont besoin de s'attarder aussi longtemps sur notre tas de boue ...

cependant j'ai pus constater qu'un grand nombre de preuve tendent à étayer cette thèse et il me semble donc que tu a raison , les extra-terrestres (ou quoi que cela soit) sont là depuis des temps très reculé .

et si une éspèce était venue il y a ... disons 10 000 ans , donnant les gravures que on connait et de nombreuses légendes . Et puis qu'ils soient partis . Et une autre race est arrivée bien plus tard , il y a à peine 1000-2000 ans et soit toujours là , celle qui fait les ovnis actuels ...

#6 L'heretique

L'heretique

    Grain de sable........

  • Membres
  • 471 messages
  • Localisation : LYON

Posté 21 novembre 2004 à 07:59

Qui peut m'aider a retrouver les atterissages il y a deux trois siecles a lyon ou j'habite de vaisseaux et de descente d humains aux traits grossiers dont j'ai oublie le nom,qui se seraient meles a la population de l'epoque.Je ne retrouve plus ce site.MERCI.

#7 Evryn

Evryn

    Etat stationnaire

  • Membres
  • 384 messages
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 21 novembre 2004 à 10:42

J'ai trouvé ça, mais j'ignore si c'est ce dont tu parles, vu que ça date du IXè siècle. Et puis cet extrait aussi ici, qui relate le même événement :



Atterrisages, Traces au Sol et Êtres


Demeurons au Moyen Âge, sous le règne de Charlemagne (768-814), et regardons ce que nous disent plusieurs chroniqueurs médiévaux, dont l'archevêque de Lyon, sur un étrange peuple apparu dans toute l'Europe en 800. Dans les Chroniques « De grandine et tonitrua », un manuscrit conservé à la bibliothèque nationale, signé de l'archevêque de Lyon, Agobard (779-840), on trouve la description de scènes dignes d'un véritable scénario de science-fiction contemporain.

Image IPB


Agobard raconte comment sa cité fut subitement envahie en l'an 800 par « des créatures voguant sur des navires aériens. » La population pensa immédiatement qu'il s'agissait là des « tempestaires », une armée envoyée par leur voisin Grimoald, du pays de Magonie, afin d'abîmer les récoltes par le bruit et les vibrations extraordinaires de leurs vaisseaux. C'est donc en toute bonne foi que les Lyonnais firent subir les pires supplices aux « aériens » qu'ils interceptèrent à la descente de leurs engins. Après quoi, ils les clouèrent, vivants ou morts, sur des planches assemblées en forme de croix et les jetèrent dans le Rhône et la Soane.

Le but de ces étranges sacrifices était d'en faire des exemples pour qu'ils soient vus de leurs coreligionnaires restés dans les airs et que ce châtiment collectif soit suffisamment dissuasif. Ce fut bien le cas, car, au bout de quelques jours de massacre d'un grand nombre de ces étranges conducteurs d'aéronefs, l'invasion cessa.

Comme le mentionne Agobard, « ces gens ne comprenaient absolument rien à notre langage. Lorsqu'on leurs demandait, sous la torture ou les coups, s'ils étaient sorciers, ils acquiesçaient d'un hochement de tête quel que soit le ton avec lequel on leurs parlait. Par une fatalité inconcevable, ces malheureux poussaient la folie jusqu'à convenir qu'ils étaient sorciers. » Sceptique car il sentait que cette incompréhension de tout langage et cette différence de caractéristiques physiques cachaient quelque chose de plus irrationnel qu'une simple attaque de voisins gourmands aux visées expansionnistes, l'archevêque usa de son influence pour faire libérer « deux hommes et une femme », capturés à la sortie de leur astronef.

Agobard, archevêque de Lyon, écrit dans « De grandine et tonitrua » qu'il est tombé sur la populace en colère qui pendait deux hommes et une femme. Quant il demanda pourquoi ces gens allaient être pendus, la foule lui répondit qu'ils étaient les gens qui ont atterri de Magonie dans un vaisseau de nuages. L'archevêque libéra promptement les prisonniers contre qui la foule croyait qu'ils allaient utiliser la magie pour empoisonner les récoltes.

Pendant ce temps, Charlemagne émit des édits interdisant de troubler les airs et d'engendrer des tempêtes « par des moyens magiques! » Ces tempêtes n'étant perçues que comme des troubles atmosphériques systématiquement engendrés par la mouvance des fameuses machines volantes à leur approche du sol.

Image IPB


Ces créatures ont des caractéristiques physiques étranges : ils sont chauves, ils n'ont pas de pavillons d'oreilles visibles (à leur place, on distingue deux trous, comme chez les sauriens), ils ont les doigts des pieds et des mains palmés et ils dégagent une chaleur corporelle absolument anormale. Les chroniques du Moyen âge affirment également que les rares membres non chauves portaient les cheveux longs et les avaient invariablement blond comme blé au soleil.

Lorsqu'on regarde cette histoire (partielle) et sachant que le château médiéval de Neste, dans les Hautes-Pyrénées, a été converti en musée traitant de cette race, on est en droit de se poser certaines questions. Était-ce des extraterrestres, des descendants de la légendaire Atlantide ou simplement une race ayant évoluée en milieu clos et fuyant une catastrophe? La réponse vous appartient!



Bref, une petite recherche sur la toile, et je pense que tu trouveras ton bonheur. ;)

« Je me contredis ? Très bien, je me contredis. Je suis vaste, je contiens des multitudes. » (Walt Whitman)

#8 hermes

hermes

    ze nain power!

  • Membres
  • 812 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aux pieds du veilleur silencieux le "Sphinx"

Posté 21 novembre 2004 à 12:14

LES CHRESTIANS


Qui étaient les Chrestians (ou les Cagots) qui vécurent près de six siècles en Europe,
et surtout d'où venait réellement ce peuple qui... tomba du ciel ?!

Les représentants de cette race maudite furent baptisés "Chrestians", "Gézitains", "Gahets", " Agots" ou encore "Cagots".


Peu d'événements étaient susceptibles d'étonner l'homme de l'époque médiévale car il survivait alors à grand-peine. Lorsqu'il avait résisté aux hivers rigoureux, aux guerresféodales et aux fléaux, il acceptait sans trop se formaliser les incursions de l'irréel oudu fantastique dans le réel. D'ailleurs, la frontière était floue entre l'imaginaire et levécu et les phénomènes étranges pouvaient communément être acceptés comme des signes d'uneautre réalité. L'Eglise elle-même saisissait les esprits en évoquant la présence immanentedu malin et en décrivant les forces obscures de démons immatériels. La mort faisait partiedu quotidien et chacun se savait continuellement menacé.

Seul cet aspect de la pensée médiévale peut expliquer que, en l'an 800, sous le règne des Carolingiens, les habitants de la vieille ville de Lyon n'aient pas été choqués del'apparition de surprenants objets descendants du ciel. Les Lyonnais franchirent les portesfortifiées de la ville et gagnèrent avec force cris les champs où venaient de se poser lesvaisseaux. Ils furent rapidement encerclés, ouis un grand silence se fit lorsque le premierpilote sortit de l'engin. Comme les citadins ne comprenaient rien à son langage inconnu, ilfut décidé sans autre forme de procès de s'emparer de ces êtres. Les pilotes venus du cielfurent immédiatement cloués sur des planches et confiés au courant de la Saône et du Rhône.Ainsi pensait-on châtier ces étranges visiteurs qui " venaient sur Terre pour abîmer lesrécoltes par le fracas de leurs terribles engins volants ".

Ce châtiment était supposé dissuader d'autres visiteurs célestes qui, voyant du ciel leurscompagnons emportés par les flots, se seraient tenus à distance de la Terre. Pourtant, deschroniqueurs médiévaux rapportent que, quelque temps plus tard, apparurent en grand nombre,dans nos régions et sous nos climats, des êtres aux caractéristiques physiques pour le moinsétonnantes. Bien que d'abord persécuté, ils furent peu à peu tolérés jusqu'à vivre à côtédes humains. Relégué au rang des bannis, ils s'organisèrent de façon autonome en marge de lasociété. Les représentants de cette race maudite furent baptisés " Chrestians ", " Gézitains", " Gahets", " Agots ", ou encore " Cagots ". Les nombreux historiens à s'être penchés surl'histoire de cet étrange peuple dispersé, retrouve, aux quatre points cardinaux del'Europe, la même description de ces êtres que celle qui fut faite en France. Les Chrestiansont des caractéristiques physiques étranges : ils sont chauves, ils n'ont pas de pavillonsd'oreilles visibles (à leur place, on distingue deux trous, comme chez les sauriens), ilsont les pieds et les mains palmés et ils dégagent une chaleur corporelle absolumentanormale. Ce sont des particularités, maintes fois relevées, qui firent qu'on les relégualongtemps en tribus, aux portes des cités où ils érigeaient des sortes de faubourgsautonomes. Comme on considérait alors qu'ils avaient un aspect repoussant, obligation leurétait faite d'être amplement vêtus, encapuchonnés et chaussées. Ceci étant, mêmesoigneusement vêtus, les Chrestians avaient pour autres obligations de porter, cousue surleurs vêtements, bien visible sur la poitrine, une patte d'oie séchée et peinte en rouge. Cette signalétique rappelée à la population que ces êtres avaient des pieds et les mains palmés !

On pourrait voir dans ces descriptions le fruit d'un ramassis de légendes et de faussesinformations colportées par la rumeur si, au XVIe siècle, Ambroise Paré (1509 -- 1590), lepère de la chirurgie moderne, affecté au service du roi Henri II, ne s'étaitscientifiquement penché sur cette étrange race, maudite depuis déjà trois siècles.



À l'époque, les Chrestians, qui vivaient toujours en groupes isolés, n'avaient perdu aucune de leurs caractéristiques physiques et physiologiques consignées sous les Carolingiens. Ambroise Paré passa donc plusieurs semaines à les étudier quelques. S'efforçant de nepas se laisser influencer par les rumeurs, il s'attacha à accumuler de véritables constatations médicales et à les consigner soigneusement par écrit. Il rapporte notamment la capacité prodigieuse d'un Chrestian à pratiquer la " momification par magnétisme ". Cet exercice, rapporté ici dans le vieux français d'origine, est supposé révéler la puissance dumagnétisme personnel : " l'un d'iceux tenant en sa main une pomme fraîche, icelle aprèsapparaisoit aussi aride et ridée que si elle eut restée l'espace de huit jours au soleil. "Ambroise Paré explique cette réaction par la chaleur anormalement élevée dégagée par leur corps. O a dit que lors d'une saignée, est sorti de ses veines un liquide presque bouillonnant et d'une teinte entre le bleu et le vert ! Ces caractéristiques firent qu'un arsenal juridique spécifique fut mis sur pied afinde les mettre au ban de la société et d'éviter qu'ils ne risquent de se mêler aux humains.

Ci-contre : Exemplaire contemporain d'un bénitier de Cagots en l'église de Saint Savin


Vivant en groupes dans les faubourgs des cités, ils avaient leurs propres cimetières où ils étaient systématiquement inhumés sans prêtre ni office religieux.
Ils ne pouvaient exercer qu'un seul métier, celui de tonnelier car au Moyen Âge le boisétait réputé ne pas véhiculer les maladies. Ces êtres étranges ne vivaient cependant pasdans la misère car ils avaient un grand sens des affaires. D'anciennes archives notarialesnous ont laissé des inventaires de biens établis après le décès de Chrestians. On peutdécouvrir la description d'un niveau de vie très évoluée. Ces textes montrent, en outre, queces hôtes étranges possédaient une capacité juridique relativement évoluée pour l'époque.C'est probablement pour éviter le développement d'une économie parallèle indépendante qu'unarsenal juridique draconien fut alors mis en place. Ainsi, bien qu'interdits des cités, lesChrestians pouvaient posséder des maisons intra muros à condition de ne pas les habitereux-mêmes. Ceux qui étaient tentés de louer leurs propriétés à un humain devaitobligatoirement passer par l'intermédiaire d'un gérant non Chrestians. Bref, un racket bienorganisé a rapidement rendu tout à fait tolérable la présence ces populations marginalisées.

Image IPB

Ceci étant, la tolérance n'aurait pas pu aller jusqu'à l'intégration : il leur étaitinterdit de se marier, et plus encore de s'accoupler avec des humains. D'ailleurs, l'idéefaisait sourire à l'époque car on semblait ne rien connaître de leur mode de reproduction.La rumeur populaire les disait bisexués au point que jamais on ne parlait d'eux en utilisantun genre ! C'est lors d'un procès que la discrimination était encore plus forte : il fallaitles serments ou les témoignages de 7 Chrestians pour pouvoir rivaliser avec celui d'unhumain ! Les choses continuèrent ainsi pendant tout le Moyen Âge mais, peu à peu, lesChrestians se sont fondus dans la population et, c'est peut-être le signe de leurintégration, au XVIIIe siècle, seul le folklore parle d'êtres aux caractéristiques aussiétranges. l'histoire devait accélérer la disparition du peuple banni.

En effet, la révolution de 1789 donna naissance au " Droits de l'Homme ". Les Chrestiansdevait un immanquablement en profiter. Néanmoins, compte-tenu de l'étrangeté de leurscaractéristiques, une vaste étude médicale fut organisée afin de savoir si, oui ou non, ilspouvaient être considérés comme des hommes jouissant de la plénitude de ces droitsnouvellement acquis. Les conclusions de l'examen révélèrent que les spécimens examinésn'étaient affectés qu'approximativement des symptômes décrits par Ambroise Paré et leschroniqueurs du Moyen Âge. Dès lors, les Chrestians purent se fondre et se couler dansl'anonymat de la ville, achever la totale dilution de leurs caractéristiques et occuperjusqu'aux plus hautes fonctions au sein de l'état sans que leurs origines puissent même lorsêtre rappelées.

Pourtant, après les glorieuses victoires de l'Empire, auxquelles bon nombre d'entre eux avaitefficacement participé, un reste de mépris existait encore à leur égard dans les campagnes.Quelques Chrestians y revinrent malgré tout, chargés de gloire. On possède même letémoignage de l'un d'eux, se plaisant à venir bruyamment, avec du retard, aux offices dudimanche, couvert de toutes ses médailles bravement gagnées. Vingt années plus tôt, n'ayantpu imaginer mettre les pieds dans l'église d'une ville ou d'un village, il bravait enfin sesanciens tortionnaires, analphabètes pour la plupart, afin de voir si l'un d'eux aurait eu,selon ses propres termes, " l'envie de venir lui friser les moustaches ".

Rares sont les scientifiques modernes qui se penchèrent sur ce phénomène historique. Lesthèses ou écrits rédigés sur les Chrestians se comptent sur les doigts d'une main. À lafaculté d'histoire, on consacre aujourd'hui un cours à l'énigme des Chrestians mais leurorigine reste toujours inexpliquée. Certains auteurs du XIXe siècle ont avancé l'hypothèseque ces étranges individus auraient pu être des lépreux. Pour séduisante qu'elle soit, cettethèse ne tient pas car la façon dont ils étaient traités ne ressemble pas au traitementparticulier et aux signes distinctifs imposés aux lépreux au Moyen Achat. En outre, descimetière de Chrestians des XIIe et XIIIe siècles, récemment fouillés, laissent entrevoirdes squelettes parfaitement sains, dépourvus des terribles lésions osseuses que l'on peutobserver sur les restes des lépreux. D'autres chercheurs avancèrent l'hypothèse selonlaquelle les Chrestians seraient les descendants de Sarrasins restés sous nos climats aprèsles invasions. Or les chroniques du Moyen Âge assurent que les rares Chrestians non chauvesportant les cheveux longs les avaient invariablement " blond comme blé au soleil ". On aaussi parlé d'éventuels descendants de Vikings mais ces derniers étaient déjà, depuislongtemps, intégrés à la société européenne. Le milieu purement scientifique, en dehorsd'Ambroise Paré, ne s'est jamais préoccupé de savoir qui était vraiment les Chrestians, secontentant d'affirmer péremptoirement que " des êtres bisexués, sans oreille, aux doigtspalmés, avec un sang vert et chaud n'existaient pas ". Pourtant, en reprenant certainséléments de leur histoire, on peut, par exemple, être frappé par l'aspect de saurien quifait du Chrestian un parfait extraterrestre, semblable à ceux décrits par les contactésdepuis le milieu du XXe siècle ! Ensuite, fait encore plus troublant, ces êtres " venus denulle part " débarquent en Occident et principalement en France, juste après qu'y soitapparue une inexplicable invasion de vaisseaux aériens dont les pilotes, une fois pris,étaient systématiquement jetés dans les rivières après avoir été cloués en croire. Nefaudrait-il pas voir en eux des survivants de débarquement durement réprimés, résultat d'unexode planétaire pacifique, plutôt que d'une tentative de colonisation ?

Ces vaisseaux apparus en grandes quantités, comme le décrivent si bien les documents del'époque appelés capitulaires, n'ont finalement été remarqué que là où il y avait destémoins pour les voir, c'est-à-dire près des cités. On peut penser que la plupart de cesengins ont pu finalement débarquer sur Terre le plus paisiblement du monde. Quoi d'étonnant,dans ce cas, à ce que cette population aux caractéristiques physiologiques particulières aitformé une population rapidement mis à l'écart des villes ? Pendant plus de six siècles, ceshommes sont restés "les maudits" de notre histoire et il leur faudra attendre le XIXe siècle pour se fondre définitivement dans les rangs de la population terrienne. Pourapprocher un peu plus le mystère de cette population paria, le château médiéval de Nestes (IXe - XIe siècles), dans les Hautes - Pyrénées, a ouvert le musée des Cagots. On yapprend notamment que l'on interdisait à ces " intouchables " du Moyen Âge de boire oufontaine de peur qu'il ne les souille!


Lien sur les cagots :
sources: http://secretebase.f.../chrestians.htm
http://perso.wanadoo...radat/cagot.htm
http://www.originepy...es.com/mag/hist
"Lege, lege, relege, ora, labora et invenies".

#9 diamant bleue

diamant bleue

Posté 21 novembre 2004 à 13:27

Pour ceux qui sont intéressés par les chrestians, il y a un topic ici : http://www.onnouscac...5&hl=chrestians
;)

Diamant

#10 L'heretique

L'heretique

    Grain de sable........

  • Membres
  • 471 messages
  • Localisation : LYON

Posté 22 novembre 2004 à 09:50

Merci a vous tous qui m avaient fait retrouver les chrestians ou cagots lol.Je ne suis pas trop fiers de ces gens mais je dois avouer qu ils sont venus du ciel ou des cieux au choix et a lyon personne n'en parle.Lyon ville des gens refoules lol sauf papus et mon maitre philipe.

#11 L'heretique

L'heretique

    Grain de sable........

  • Membres
  • 471 messages
  • Localisation : LYON

Posté 23 novembre 2004 à 14:50

Encore merci de ton texte,je veux rechercher ce que sont devenus leurs vaisseaux il faut rechercher dans les annales religieuses et connaissants le s lyonnais comme je les connais meme mgr lustiger ne m'ouvrira pas sa bibliotheque ni ses archives sauf si quelqu un m aide ici.Je trouve cette histoire extraordinaire et je pense que les cagots sont des reptiliens echappes de quelque bagne ou de quelque colonie.L'an 800 n'est pas si loin et les traces ecrites a defaut de leurs vaisseaux doivent exister.Il serait temps de lever le secret.Tous les secrets d'ailleurs.Que cela plaise ou deplaise peu importe il faut etre clair sur le passe comme sur les decouvertes du present.De plus la toile nous aide ainsi que le mode d'expression des gens qui ressentent des choses disons cela comme ca.Donc si l'un d'entre vous desire m'aider dans cette recherche,en terme de temps c 'est mieux que de fouiner dans l'egypte ancienne ou dans les debuts du christianisme non?Je suis sur lyon et pret a toute evantualite.Voila merci de vous adresser a moi ellococool@msn.com