Aller au contenu


Photo

Et si l'ADN contenait tout le vivant ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
19 réponses à ce sujet

#1 flatron

flatron

Posté 01 avril 2006 à 13:27

Et si dans l'ADN humain était aussi codé tout l'ADN du vivant (plante, hommes et animaux) et que seul quelques séquences recombinées servaient à "créer" une autre espèce animal ou humaine mais avec le même code génétique ?

Le singe qui est à 99% semblable à l'humain ou le chien à 95% ne serait que quelques gènes influencés par le facteur génétique des parents mais assez proche finalement dans le génome (activation ou non de certaines séquences). Bon gardons ça sous le coude pour l'instant et rendez vous dans 5 ou 10 ans, qui sait ??

@+

Modifié par flatron, 01 avril 2006 à 14:04.


#2 Reekaym

Reekaym

Posté 28 juillet 2006 à 18:07

De toutes façons on peut exprimer un gène de bactérie chez une souris (résistance antibiotique), un gène de méduses (Green Fluorescent Protein) dans des cellules humaines...

Donc c'est bien la preuve que oui. :D

#3 Tom Nisciant

Tom Nisciant

    Hétérotrophe hétérodoxe

  • Membres
  • 171 messages
  • Localisation : France

Posté 28 juillet 2006 à 20:21

Sur Terre le code génétique est universel. Tout le vivant contient de l'ADN (ou de l'ARN pour certains virus qui sont à la limoite du monde vivant)

C'est pour cela que

on peut exprimer un gène de bactérie chez une souris (résistance antibiotique), un gène de méduses (Green Fluorescent Protein) dans des cellules humaines...

Mais il ne suffit pas de recombiner les gènes d'une espèce pour en obtenir une autre car certains gènes ne se rencontrent que chez les végétaux (Pigments chlorophilliens) par exemple. On aura beau manipuler les séquences non traduites du génome humaine, on n'en fera jamais sortir une orchidée.
En fait, je crois ne pas dire trop de conneries en disant que les phénomènes épigénétiques (ce qui fait qu'un gène s'exprime ou non sans toucher à sa séquence) sont moins un facteur de biodiversité que de différenciation cellulaire : une cellule de peau exprime les gènes qui servent à sa fonction, un neurone en exprimera d'autres.

L'évolution est loin d'être linéaire et l'apparition de gènes nouveaux intervient dans tous les embranchements de la vie. Le socle commun est très large et concerne l'énorme compléxité necessaire au fonctionnement d'une cellule. Pour les degrés d'organisations supérieurs, il existe beaucoups de différences entre les tétrapodes (reptiles, oiseaux, mammifères) et les insectes par exemple.
Pour répondre à ta question, Flatron (autant que je puisse tenter de le faire) l'idée de biodiversité repose sur une réalité : les variabilités génétiques interspécifiques et intraspécifiques ; il y a de vraies différences entre les espèces.

#4 Reekaym

Reekaym

Posté 28 juillet 2006 à 21:14

L'evolution n'est qu'une theorie (donc refutable d'apres les principes de Karl Popper)

#5 Tom Nisciant

Tom Nisciant

    Hétérotrophe hétérodoxe

  • Membres
  • 171 messages
  • Localisation : France

Posté 28 juillet 2006 à 21:47

Oui alors ça c'est un peu court. :-?

Si tu voulais bien développer en quoi ce que je dis ne te conviens pas...

#6 pop-corn

pop-corn

    Chercheur de lumière

  • Bannis
  • 4 965 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Bedarieux

Posté 28 juillet 2006 à 22:28

Le XXIe siècle sera-t-il celui de la guerre pour le contrôle des gènes? L’Américain Jeremy Rifkin le craint, et explique pourquoi.

• Quelle signification donnez-vous au «siècle biotech»?
Jeremy Rifkin: Nos futurologues ont défini de manière trop restrictive leXXIe siècle comme l’ère de l’information. En vérité, l’économie mondiale est en train de vivre une transformation bien plus profonde. De la mise en commun de l’informatique et de la génétique est en train d’émerger une puissance techno-économique qui sera le fondement du siècle biotech. Les ordinateurs sont de plus en plus mis à contribution pour décoder et organiser l’énorme masse d’informations génétiques qui constituent la matière première de la nouvelle économie globale. Les firmes multinationales se sont déjà engagées dans la création de gigantesques complexes de recherche sur les sciences de la vie, qui dessineront le monde bio-industriel de demain.
Les avantages à court terme de cette révolution sont considérables: de nouvelles plantes, de nouveaux animaux, de nouveaux produits pharmaceutiques, de nouvelles sources d’énergie vont voir le jour. Mais il faut être naïf pour croire qu’il n’y aura pas, en contrepartie, un prix à payer. Les conséquences environnementales, sociales et éthiques de ces changements risquent d’être terrifiantes. La création de clones et d’espèces transgéniques ne conduit-elle pas à la fin de la nature? Les organismes génétiquement modifiés ne vont-ils pas causer des dommages irréversibles à la biosphère? N’est-il pas dangereux d’envisager de fabriquer un bébé «parfait»?

• En quoi tout cela diffère-t-il du combat mené depuis toujours par l’homme pour transformer la nature?
J. R.: Il est vrai que nous n’avons cessé de modifier la nature depuis la révolution néolithique. Mais les nouveaux moyens de recombinaison génétique sont radicalement différents. Avec les techniques classiques de reproduction, seul le croisement d’espèces biologiquement voisines est possible. Aujourd’hui, nous avons fait tomber cette barrière. Ainsi, des scientifiques ont isolé le gène de luminescence chez la luciole et l’ont introduit dans le code génétique d’un plant de tabac qui, parvenu à maturité, brille 24 heures sur 24. Du jamais vu dans la nature.

• Dans le débat sur la thérapie génique visant à soigner ou prévenir des maladies chez l’être humain, vous avez soulevé la question de savoir qui doit décider si un gène est «bon» ou «mauvais». Sommes-nous en train d’entrer dans une ère eugénique?
J. R.: Certainement, mais pas dans le sens où l’entendaient les nazis. Le nouvel ordre eugénique ne sera pas social. Il sera économique, gouverné par les lois du marché. De futurs parents pourront bientôt programmer l’avenir biologique de leurs enfants, avant même leur conception. La pression sociale les incitera à vouloir gommer chez eux certains «caractères indésirables». Vous sachant porteur d’un gène de leucémie, ne désireriez-vous pas l’éliminer du sperme ou de l’œuf d’où naîtra votre enfant? Même chose pour l’obésité, la myopie… Une fois lancé sur cette voie, il n’y a plus moyen de s’arrêter. L’eugénisme prendra un tour véritablement effrayant quand on intégrera les enfants dans le champ de nos expériences.
Or, déjà dans les années 80, les sociétés Genetech et Eli Lilly ont breveté une nouvelle hormone de croissance, issue de la recherche génétique, destinée aux quelques milliers d’enfants atteints de nanisme aux Etats-Unis. En 1991, cette hormone était devenue l’un des produits pharmaceutiques les plus vendus dans le pays. Des médecins la prescrivaient à des enfants qui étaient simplement plus petits que la moyenne. Les distributeurs de cette hormone font maintenant pression auprès du corps médical pour que le fait d’être de petite taille soit assimilé à une maladie.

suite de l'article
http://www.unesco.or.../somm/intro.htm
La illaha illa Allah

#7 Reekaym

Reekaym

Posté 28 juillet 2006 à 22:46

D'ailleurs un article dans Nature le mois dernier annoncant l'expression d'une proteine fluorescente (GFP) chez le singe.

papier ici: http://www.nature.com/index.html

A mon avis c'est pour ouvrir les zoo meme pendant la nuit.

#8 Malkuth

Malkuth

    eternel ignorant

  • Membres
  • 584 messages
  • Localisation : France

Posté 28 juillet 2006 à 22:57

Je suis pas sur Flatron que l'humain soit celui qui comporte l'ADN le plus évolué... meme si son apparente "sur"-complexité permet de présager de la sorte. Nous avons 46 chromosomes, tous composés d'ADN mais séquencés différemment, porteurs d'une information différente. On ignore si notre patrimoine génétique dans son ensemble est une entité totale ou s'il n'est qu'une somme de parties. Je pense que la science actuelle a tous les moyens possibles pour chuter dans la deuxieme vision ( provoquant l'eugénisme et dire ce qui est bien ou mal dans la Nature ... ). On ignore aussi pas mal de choses sur l'influence, l'interaction, de l'environnement sur l'ADN. La mutation est elle aléatoire ? provoqué par un environnement changeant ? etc ...

Meme si la théorie de l'évolution n'est qu'une théorie, ses préceptes s'appliquent en permanence dans la vie de chacun. Je suis d'accord pour ne pas la considérer comme la seule option, ou l'option déterminante, mais il est parfaitement raisonnable à mon sens de composer avec elle. La spiritualité, la connaissance, la conscience, l'ascension, tout ça est de l'évolution dans le principe. Appelle le comme tu veux mais les choses changent et sont en mouvement ! Apres que l'évolution en soit une au sens propre ou une régression tout ça c'est spéculatif !

Dans le dernier bouquin de Icke (paix à son ame :ptdrasrpt2:), il se base sur les récentes découvertes de savants russes selon lesquels l'ADN serait assimilable à Internet, c'est la métaphore qu'ils emploient. Je peux faire suivre ce qu'ils racontent si ça branche quelqu'un !

Edit !
A oui je viens de me souvenir que l'ADN contient 22 Paires de Chromo ... comme les lettres hébraiques ... kabbale kabbale quand tu nous tiens ... :cogite: Mais aussi que les combinaisons ou les permutations de l'ADN sont au meme nombres que celles du Yi king :humhum: ( nombre m'échappe désol ! je le retrouverais plus tard ! ). Et que d'autres analogies sont possibles mais elles m'échappent. :grognon:

Edit 2
En fait 22 paires plus 1 polarisante

Modifié par Malkuth, 28 juillet 2006 à 23:03.


#9 pop-corn

pop-corn

    Chercheur de lumière

  • Bannis
  • 4 965 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Bedarieux

Posté 28 juillet 2006 à 23:04

je ne sait comment on appel ses recherches, mais il me semble que j'avais lu un article ou il était possible d'influer sur l'adn par des fréquences ou des sons ?

Modifié par pop-corn, 28 juillet 2006 à 23:04.

La illaha illa Allah

#10 Reekaym

Reekaym

Posté 28 juillet 2006 à 23:06

je ne sait comment on appel ses recherches, mais il me semble que j'avais lu un article ou il était possible d'influer sur l'adn par des fréquences ou des sons ?

Ah ouais y'avait un article dans Genes and Development y'a qq mois, faudrait que je retrouve le lien

#11 exos

exos

Posté 29 juillet 2006 à 06:55

]Dans le dernier bouquin de Icke (paix à son ame ), il se base sur les récentes découvertes de savants russes selon lesquels l'ADN serait assimilable à Internet, c'est la métaphore qu'ils emploient. Je peux faire suivre ce qu'ils racontent si ça branche quelqu'un



OUI malkuth cela m'interesse de voir encore un possible :D si tu as un moment...............

#12 pipoca

pipoca

    Chercheuse d'ennuis

  • Membres
  • 516 messages

Posté 29 juillet 2006 à 08:04

Et si dans l'ADN humain était aussi codé tout l'ADN du vivant (plante, hommes et animaux) et que seul quelques séquences recombinées servaient à "créer" une autre espèce animal ou humaine mais avec le même code génétique ?

mais n'est-ce pas la thèse officielle ??? :???: du moins chez les évolutionnistes ???

Modifié par pipoca, 29 juillet 2006 à 08:05.