Aller au contenu


Photo

le père et le fils


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 pipoca

pipoca

    Chercheuse d'ennuis

  • Membres
  • 516 messages

Posté 11 juin 2006 à 10:33

Je répond ici à une question de Daman (démiurge désinvolte) :


le père prend conscience de lui même et devient le fils
voila .. est-ce que je fais avancer les choses? suis-je totalement incomprise en avançant cette pensée ? je peux essayer d'être plus claire avec un petit effort si vous voulez


Oui pipoca, peux-tu éclairer cette notion que j'ai du mal à comprendre avec un exemple tiré de la vie. A vrai dire je prends régulièrement conscience de moi-même ( trop même) sans éprouver un sentiment de confusion avec la personne de mon fils.


Eh bien ! pour répondre à cette question j'ai bien du ingurgiter 1 litre de tisane, 2 de thé vert et chiquer quelques grammes de menthe poivrée... :euh:
Comment commencer ? par un dicton entendu au Brésil : "Il ne suffit pas d'être père, il faut le devenir"
Bon, en faisant de la psychologie de "base" effectivement procréer ne suffit pas pour devenir père... c'est un long apprentissage... dasn une fonction qui est plutot de l'ordre du symbolique; pour devenir père il faut l'enfant, sa présence...
le père prend alors progressivement conscience qu'il est père quand il vit avec son enfant, quand il le voit, quand il s'en occupe... Mais que voit-il au jste ? un petit garçon ? une petite fille ? a t'il vraiment accès à "cela" qui se présente devant lui ?
personnellement je ne le pense pas... il ne perçoit qu'une impression, une représentation... en somme : une "idée" qui symbolise quelque chose de bien plus profond et qui sommeil en lui...
Reprenons la phrase : "il ne suffit pas d'être père, il faut le devenir" et effaçons "père"; cela donne :
"il ne suffit pas d'être, il faut le devenir"
Devenir être ? et pourtant dans l'infinité de l'instant présent c'est notre de devoir absolu de devenir "être". Quand mêm bizarre cette juxtaposition de deux verbes.... et pourtant à mes yeux rien de plus juste, de plus fécond, de plus vivant....
le verbe est la vie et ce qui vit est le verbe... à l'opposé du substantif .... : un tas de cendre, une statue immobile figée dans la mort.
le vol du papillon : acte, verbe
la pensée "le vol du papillon" : cadavre, mort...
Mais alors comment "devenir être" ? par un acte de conscience ; c'est-à-dire par un geste , un verbe : la personne pour devenir première personne , pour devenir "être", pour devenir "je", pour devenir "moi" (ce n'est pas le moi de l'ego, bien sur) le fait par cet acte de conscience :
personne -- acte de conscience -- première personne
ou:
qui suis- je ? -- me sachant -- je suis (moi)
ou
père -- esprit -- moi créature
ou
moi créateur --esprit saint -- fils
la relation fondamentale entre moi et moi, entre père et fils, entre créateur et créature se fonde dasn l'acte de conscience, acte, verbe et qui se répète à l'infini
Dans notre vie quotidienne la relation père/ enfant symbolise de manière concrète ce que nous avons perdu : l'accès direct à cet acte pur "moi qui suis conscient de moi qui suis conscient de moi qui suis conscient de moi qui suis ........"
cet acte renouvelé à l'infini, ce verbe, puisssance de vie, potentialité et en même temps fécondité, est "vérité" absolue, il est aussi léger qu'un brise qui rafraichit notre corps par une chaude journée d'été, c'est le libre arbitre
Dès que l'on sort de l'acte de conscience, on chute, on s'écrase dans les méandres de la pensée, non plus acte, ni verbe mais cendres, ombres de ce que nous sommes véritablement : c'est ce qu'on appelle encore les vérités , les faits, les dogmes....
Bien entendu ce que j'écris, ces mots qui s'inscrivent dans vos esprits : ne les laissez pas vous corrompre ! ce ne sont que des pensées....soyez libres !

Finalement je n'ai pas l'impression de répondre à la question de Daman....
En tout cas la trinité divine du christianisme c'est ainsi que je la "ressens" : le Père par l'Esprit Saint est le Fils...cette triplicité à l'iintérieur même d'une personne une et indivisible est un total mystère à mes yeux et pourtant cela se produit à chaque instant présent en nous mêmes (autant dire dans l'éternité de nos esprits)

Chers amis, bonne journée à tous et à toutes

Modifié par pipoca, 11 juin 2006 à 10:42.


#2 jean-yves

jean-yves
  • Localisation : var

Posté 11 juin 2006 à 11:30

Bonjour à tous,

le père prend conscience de lui même et devient le fils


Lorsque le père prend conscience de lui même, de "un" il devient "trois" celui qui prend conscience, celui dont il a conscience et le processus de prise de conscience lui-même. Même si ces "trois" ne sont finalement "qu'un", visiblement à travers cette phrase, c'est tout le processus de la création du monde qui est exprimé. Le monde qui se déploie dans la diversité à partir de l'unité fondamentale...
C'est en ce sens je crois que le père devient le fils, il devient "une expression" de lui même.

#3 RomArt

RomArt

    Acolyte aéroporté

  • Membres
  • 554 messages
  • Localisation : Bretagne

Posté 11 juin 2006 à 13:00

Le présent passé à venir, l'avenir passé présent...

1+1=3=2=1=ici main tenant l'ailleurs.

:hum: :) :hum:

#4 météore interne

météore interne

    chercheur du sol

  • Membres
  • 1 155 messages
  • Localisation : japon

Posté 11 juin 2006 à 15:07

le pere qui deviens fils est une allegorie. jesus est celui qui est devenus le fils de dieu pour pouvoir eprouver la souffrance de la vie . c est la difference fondamentale entre le judaisme et le chistianisme. dans le judaisme dieu est impatiale : celui qui ne respecte pas la loie est punie .jesus a apporter un cote humain a dieu , c est comme si dieu avait mis une part de sa conscience en jesus (enfin une grosse part , on est tous une part de dieu mais jesus dans l histoire c est plus que ca)dieu eprouve ce qu eprouve jesus , mais jesus n est pas dieu , car etre dieu c est etre toutes les choses en meme temps et sur terre c est impossible donc d ou le patronyme de fils .jesus n est qu une web cam avec des fils branches sur les sens de dieu , donc dieu est devenu plus compatissant , c est le christianisme, dieu est devenus amour devant la souffrance du monde grace a jesus son antene (la c est vrement du simplifiage biblique :biglol: )c est un peu le chemin de chacun qui fait un retoure sur sois meme en essayant d eduquer un enfant qui comprand mieu la vie que ce qu on en avait compris avant d oublier qu il faut rester enfant .

la parternite est le fait de ce voir dans son enfant et non le fait que son enfant est soi , dieu n est pas jesus et jesus a appris a dieu , la paternite est un apprantissage sur soi meme et l enfant un fruit . dieu c etait trompe sur sa creation et en l ecoutant a change , etre pere c est changer...

#5 pipoca

pipoca

    Chercheuse d'ennuis

  • Membres
  • 516 messages

Posté 30 juillet 2006 à 09:20

c est un peu le chemin de chacun qui fait un retoure sur sois meme en essayant d eduquer un enfant qui comprand mieu la vie que ce qu on en avait compris avant d oublier qu il faut rester enfant .

    la parternite est le fait de ce voir dans son enfant et non le fait que son enfant est soi , dieu n est pas jesus et jesus a appris a dieu , la paternite est un apprantissage sur soi meme et l enfant un fruit . dieu c etait trompe sur sa creation et en l ecoutant a change , etre pere c est changer...

Je ne sais pas s'il faut rester un enfant, certes l'enfant a une qualité quasiment divine (de la manière dont il s'aborde lui-même, donc la façon dont il aborde la vie, comme vous le dites) mais il la perd un jour ou l'autre... un jour ou l'autre il est confronté à la souffrance

Je ne suis pas non plus certaine qu'on puisse affirmer que Dieu s'est trompé... l'absolu est ainsi "créé par l'homme" pour que celui-si puisse avoir la certitude d'un point de référence un peu comme l'étoile polaire... si l'absolu se trompe, cela devient le "chaos", il n'y a plus de référence...

Lorsque le père prend conscience de lui même, de "un" il devient "trois" celui qui prend conscience, celui dont il a conscience et le processus de prise de conscience lui-même. Même si ces "trois" ne sont finalement "qu'un", visiblement à travers cette phrase, c'est tout le processus de la création du monde qui est exprimé. Le monde qui se déploie dans la diversité à partir de l'unité fondamentale...
C'est en ce sens je crois que le père devient le fils, il devient "une expression" de lui même.

oui je suis bien d'accord sur ce point
ce que je voudrais ajouter c'est qu'il doit etre "cause" de lui-même, jamais "effet", sinon c'est la chute

Modifié par pipoca, 30 juillet 2006 à 09:24.