Aller au contenu


Photo

neuroleptiques


  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 docteur vincent

docteur vincent
  • Genre : Femme
  • Localisation : autour de Paris
  • Intérêts : mon livre "journal d'un médecin généraliste" du docteur Stephanie Becquet

Posté 20 octobre 2006 à 06:31

Quelqu'un m'a écrit dans mon blog au sujet de connexions synaptiques que les neuroleptiques détruisent. la personne se demande pour combien de temps elle en a pour se sevrer de l'haldol (neuroleptique)
Y aurait-il y biochimiste parmis "on nous cache tout"?
Je pense que la volonté y est pour beaucoup dans le sevrage mais je connais des gens qui ont arrété leur neuroleptiques depuis quelques mois qui ont encore le regard figé, un peu exorbité, dont l'intellect est plus lent.
Quelle est l'explication à tout ça?

#2 Nico111

Nico111

Posté 20 octobre 2006 à 12:56

Mol Cells. 2006 Aug 31;22(1):51-7.Click here to read Links
Haloperidol induces calcium ion influx via L-type calcium channels in hippocampal HN33 cells and renders the neurons more susceptible to oxidative stress.

* Kim HS,
* Yumkham S,
* Choi JH,
* Kim EK,
* Kim YS,
* Ryu SH,
* Suh PG.

Department of Life Science, Division of Molecular and Life Science, Pohang University of Science and Technology, Pohang 790-784, Korea.

Haloperidol is a classical neuroleptic drug that is still in clinical use and can lead to abnormal motor activity following repeated administration. However, there is little knowledge of how it triggers neuronal impairment. In this study, we report that it induced calcium ion influx via L-type calcium channels and that the elevation of calcium ions induced by haloperidol appeared to render hippocampal cells more susceptible to oxidative stress. Indeed, the level of cytotoxic reactive oxygen species (ROS) and the expression of pro-apoptotic Bax increased in response to oxidative stress in haloperidol-treated cells, and these effects were inhibited by verapamil, a specific L-type calcium channel blocker, but not by the T-type calcium channel blocker, mibefradil. These findings indicate that haloperidol induces calcium ion influx via L-type calcium channels and that this calcium influx influences neuronal fate.

L'haldol rendrait les neurones plus sensibles au stress oxyatif.

Pharmacogenomics J. 2006 Jul-Aug;6(4):279-88. Epub 2006 Feb 7.Click here to read Links
Haloperidol induces apoptosis via the sigma2 receptor system and Bcl-XS.

* Wei Z,
* Mousseau DD,
* Dai Y,
* Cao X,
* Li XM.

Neuropsychiatry Research Unit, Department of Psychiatry, University of Saskatchewan, Saskatoon, Saskatchewan, Canada.

Toxicity of the typical antipsychotic haloperidol (HAL) comprises an apoptotic component that we link to pro-apoptotic Bcl-XS in PC12 preneuronal and N2a neuroblastoma cells. The mitochondrial translocation of Bcl-XS and its interaction with the pore-forming voltage-dependent anion channel (VDAC) correlates with the redistribution of cytochrome c and the cleavage of Poly(ADP-ribose) polymerase. Haloperidol-induced apoptosis is mediated by the sigma2 (sigma2) receptor system and does not involve the expected antagonism of the dopamine D(2) receptor, nor is it influenced by Vitamin E- or p53/Bax-mediated events. Pathological relevance is demonstrated by the cytotoxic synergism between HAL and the Alzheimer disease-related peptide beta-amyloid(1-40), which correlates with Bcl-XS expression and its interaction with VDAC, and with cytosolic cytochrome c translocation. These data provide for a unique apoptotic mechanism that could underscore the clinical risks associated with HAL, particularly following chronic regimens or in the elderly.

L'haldol a un effet pro apoptotique expliquant certains de ses effets secondaires.

Quant au sevrage, il est long (plusieur mois) et on peut avoir toute la volonté possible, il n'empêche que les neuroleptiques modifient fortement la quantité de neurotransmetteurs (dopamine) produits par les neurones qui s'adaptent et se modifient il faut du temps pour que cela revienne à la normal. ex:

J Pharmacol Exp Ther. 2006 Aug;318(2):709-24. Epub 2006 May 15.Click here to read Links
Time-dependent effects of haloperidol and ziprasidone on nerve growth factor, cholinergic neurons, and spatial learning in rats.
These data support the premise that, although ZIP (given chronically) seems somewhat superior to HAL due to less pronounced behavioral effects and a more delayed appearance of neurochemical deficits, both antipsychotics produce time-dependent deleterious effects on NGF, cholinergic markers (i.e., important neurobiological substrates of memory), and cognitive function.
Effets délètères sur la croissance nerveuse, transmission nerveuse, apprentisage

Bref une vrai saloperie à réserver aux cas d'urgence !
Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine, en ce qui concerne l'univers, je n'ai pas acquis la certitude absolue. A.Einstein

#3 docteur vincent

docteur vincent
  • Genre : Femme
  • Localisation : autour de Paris
  • Intérêts : mon livre "journal d'un médecin généraliste" du docteur Stephanie Becquet

Posté 02 fvrier 2007 à 14:12

Bonjour, une autre question me taraude: J'ai dit dans mon blog que les personnes prenant des neuroleptiques avaient un regard fixe, on m'a rétorqué que la maladie mentale provoquait elle-même un regard fixe et hagard. Il ne me semble pas cela, sauf pour des cas exceptionnels où les gens sont cinglés de chez cinglés. Mais je n'en n'ai vu un qu'une fois aux urgences: il se mettait tout droit sur son lit en pleine nuit et lançait un regard à faire peur. Mais c'est exceptionnel n'est-ce pas, et qui sait s'il n'avait pas ce regard à cause de son neuroleptique?

#4 Cyrille999

Cyrille999
  • Genre : Homme
  • Localisation : La lumière céleste
  • Intérêts : Trop, hélas: Ainsi sont les passionnés dont je fais partie.

Posté 02 fvrier 2007 à 14:23

Bonjour Docteur,

Bonjour, une autre question me taraude: J'ai dit dans mon blog que les personnes prenant des neuroleptiques avaient un regard fixe, on m'a rétorqué que la maladie mentale provoquait elle-même un regard fixe et hagard. Il ne me semble pas cela, sauf pour des cas exceptionnels où les gens sont cinglés de chez cinglés. Mais je n'en n'ai vu un qu'une fois aux urgences: il se mettait tout droit sur son lit en pleine nuit et lançait un regard à faire peur. Mais c'est exceptionnel n'est-ce pas, et qui sait s'il n'avait pas ce regard à cause de son neuroleptique?

C'est un mauvais psy (ou autre) si il te dit que "la maladie mentale" (qui par essence n'existe pas...)...

Un regard fixe, ça peut être tout simplement....une personne qui regarde fixement ;-)

Il ne faut pas interpréter, c'est vrai que c'est une maladie qui court chez les psys de toutes sortes, mais bon...

Il vaut mieux demander à la personne...et être surprise de sa réponse ;-)

Indépendamment de la biochimie des neuroleptiques, il y a reconstruction synaptique, mais évidemment après 10 ans, c'est plus long que si il a pris durant 1 an...

Cyrille
Les élues avançaient dans la Lumière de leur destin. Le temps des prêtresses dorées d'Athéna était arrivé.

#5 déviant

déviant
  • Localisation : burdigala, gironde

Posté 02 fvrier 2007 à 15:16

docteur vincent, je me permet de te parler de neuroleptiques, j'en ai pris une dizaine de différents, cela fait maintenant 3 ans et pendant un peu plus d'un an. Les effets de chaque pillules sont différentes les unes des autres...et peuvent changer radicalement d'une personne à l'autre.
Le regard fixe et hagard....effectivement, déja que t'a as les idées claires avant d'en prendre, cela empire avec les cachtons :gueulecassee: les doses sont souvents fortes, trés fortes, plusieurs fois par jours... pour ma part, je ne sentais plus mon corps et ses réactions, je tremblais sans mon aperçevoir, du mal à articulé, le regard totalement perdu je ne sais où..... la notion du temps change, tout va beaucoup moins vite.....ensuite vient l'addiction souvent....
Enfin pour dire, c'est des substances ultra-violentes, ils ne savent pas cqu'ils prescrivent....combien sont mort en pensant que les pillules de couleurs étaient seulement là pour les sortir du trou.....
  • napo aime ceci

#6 lifter

lifter

Posté 02 fvrier 2007 à 15:26

:D Salut à tous !!!

Bon, je vous avoue que je suis "testeur de neuroleptique" :cingle: !!!
J'ai tout d'abord testé le : Zyprexa (couramment utilisé chez les schizophrènes).
Eh bien, après un temps d'adaptation (les neuroleptiques n'agissent pas vite !) de quelques semaines, j'étais complètement abruti :sommeil: , je me couchais vers 23h00 et je me levais (j'avais pas le choix : à cause du médoc) vers 14h00 sachant que le restant de la journée, bin ... je pêtais pas la grande forme !!! J'étais plutôt :redeyes: !!!

Maintenant, j'ai des nouveaux neuroleptiques, c'est des Solian et çà va beucoup mieux :D !!!
Les Solian ne me font pas dormir exagérémment !!! Pour tout vous dire, je me demande s'ils ont une action quelconque sur moi !!!

Bon, en plus, je prenais aussi des Atarax (c'est des anxiolytiques) et çà, si t'en prend trop çà abruti aussi (moins que le Zyprexa) :ouf: !!!

J'vous raconte pas les mélanges avec l'alcool :alcolo: et avec le bédo :fumeur: mais çà déchire :marteau: !!! (maintenant, j'ai arrêté ces 2 substances)

C'est assez incroyable le nombre d'effets secondaires potentiels des neuroleptiques mais tout dépend de qui les prends pour qu'ils apparaissent, si vous voulez je peux vous dresser la liste exaustive de ces effets potentiels :D j'ai les notices ... !!!

Voilà, c'est mon témoignage pour la contribution à ce topic !!! :wink:

PS : Si vous trouvez des infos sur le Zyprexa, le Solian et aussi l'Atarax ; je suis preneur
Merci :cool: !!!

#7 déviant

déviant
  • Localisation : burdigala, gironde

Posté 02 fvrier 2007 à 15:38

Mon cher lifter, je connais bien le solian... pour mon cas, mes amis me réveillaient à coup de pied, tellement la nuit je partais loin loin loin.....La cure de solian ne m'a pas été bénéfique, au contraire....mais est-ce moi qui allait plus mal, ou est-ce le solian qui m'a agravé....c'est la ou c'est pas facile a déterminé...
Comme quoi , les psy ne sachant pas grand chose sur le mal et sur cqu'ils donnent, jouent aux apprentis sorciés..... :peur:
  • napo aime ceci

#8 lifter

lifter

Posté 02 fvrier 2007 à 16:26

:D Salut déviant !!!

Tout d'abord, je tiens à dire que malgré le ton humoristique qu'il m'arrive d'utiliser (genre avec mes débiles de smiles :cpasmafaute: ), les gens qui prennent des neuroleptiques traversent souvent des épreuves difficiles et douloureuses :gueulecassee: (déviant, je pense que c'est aussi ton cas !!!)

Maintenant, je ne vais pas m'apitoyer, mais j'aimerais te poser des questions ??? :???:
Voilà, je suis sous cure de Solian + Atarax de temps en temps !!!

Quand tu dis :

je connais bien le solian... pour mon cas, mes amis me réveillaient à coup de pied, tellement la nuit je partais loin loin loin.....La cure de solian ne m'a pas été bénéfique, au contraire


J'ai bien compris que pour toi, les solians c'était pas bon !!! :thermo:
Alors quand tu dis que la nuit tu partais loin loin loin ... cela veut-il dire que tu étais insomniaque ??? :???: Parce que si je dois citer un effet négatif du solian pour moi, c'est bien que je n'arrive pas à dormir la nuit et que je fais pleins de rêves bizarres ... :parano: !!!
Le truc c'est que çà rejoint ce que tu dis après :

mais est-ce moi qui allait plus mal, ou est-ce le solian qui m'a agravé....c'est la ou c'est pas facile a déterminé...


Donc j'ai envis de te poser la question suivante, suis-tu un traitement actuellement et si oui lequel ? Y-a-t-il pour toi un neuroleptique qui soit moins pire que les autres (t'as dis que t'en avais essayé une dizaine ...) ??? :???:


Maintenant,

Comme quoi , les psy ne sachant pas grand chose sur le mal et sur cqu'ils donnent, jouent aux apprentis sorciés.....  :peur:


Complètement d'accord, ce sont pour la plupart des abrutis qui se croîent érudits mais qui ne se remettent jamais en question !!! :puni: :tresfache: :poing: !!!
à partir du moment où tu rentre pas dans le moule de la société dite normale, les psy sont là pour te trouver une pathologie genre schizophrénie ou bipolarité et ils te "soignent" à grand coup de médocs produit par le lobbying pharmaceutique :grognon: :tresfache: :grognon: !!!

Voilà, c'était mon coup de gueule de la fin !!! :poing: !!!

Cependant, sans nier ma différence, je suis prêt à mettre ma main à couper qu'il y a de l'ESPOIR mais il faut le chercher ailleurs ... !!! 8) :wink:

PS : J'ai, je crois trouvé des solutions alternatives à ce que propose le système pour traiter notre différence, j'en reparlerais d'ici peu ... :malice:

#9 lifter

lifter

Posté 03 fvrier 2007 à 22:31

Salut !!!

Bon j'vous donne la liste des effets secondaires du Solian :

Ce n'est pas total ...

"Amilsulpride : c'est la substance active !!!

QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Comme tous médicaments, SOLIAN 200 mg, comprimé sécable peut entraîner
des effets plus ou moins gênants.

Ont été signalés :
_ insomnie, anxiété, agitation,
_ somnolence diurne,
_ troubles digestifs (constipation, nausées, vomissements, sécheresse de la bouche),
_ tremblements, rigidité musculaire, crampes, mouvements anormaux,
hypersalivation,
_ impuissance, frigidité,
_arrêt des règles, écoulement de lait en dehors des périodes normales d'allaitement
chez la femme, gonflement des seins chez l'homme, hyperprolactinémie (quantité
excessive de prolactine dans le sang,hormone provoquant la lactation),
_prise de poids.

Très rarement, ont été observés :
_torticolis, crises oculogyres (mouvements anormaux de certains muscles des yeux),
contraction intense des mâchoires, mouvements involontaires,
_ hypotension, ralentissement du rythme cardiaque, syncopes graves, troubles du
rythme cardiaque,
_ réactions allergiques,
_ augmentation des enzymes hépatiques et principalement des transaminases,
_ fièvre inexpliquée, associée à des troubles généraux et neurologiques,
_ convulsions.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, veuillez
en informer votre médecin ou votre pharmacien."


Heureusement çà ne s'applique pas à tout le monde ... :-?


:wink:

#10 benzo

benzo

Posté 05 juin 2013 à 01:44

Pour en savoir un peu plus sur les neuroleptiques, vous pouvez voir :

 

http://neuroleptiques.sosblog.fr

 

ou

 

http://neuroleptiques.wordpress.com/



#11 Trinicat

Trinicat
  • Genre : Femme
  • Localisation : un peu au sud de l'ouest
  • Intérêts : pleins

Posté 05 juin 2013 à 04:14


J'ai dit dans mon blog que les personnes prenant des neuroleptiques avaient un regard fixe, on m'a rétorqué que la maladie mentale provoquait elle-même un regard fixe et hagard.

 

Bonjour Docteur Vincent,

Je vous suggère une petite visite dans un "pavillon ouvert" d'un hopital psychiatrique et vous constaterez qu'ils ont tous le même regard, la même démarche, pour certains mêmes ils ont du mal à parler, dans ces lieux muets, on s'en donne à coeur joie dans la distribution des médocs,neuroleptiques, antipsychotiques, calmants, somnifères ... rien à cirer que tu prennes 20 kg ou que tu trembles ou que t'arrives pas à parler l'essentiel c'est que tu sois CALME .

 

Ces pavillons "ouverts" fermés à clé, ces espèces de nouveaux HP sont pires que les anciens à croire qu'ils ont été pensé par un concepteur de prison. C'est une honte ce qui se passe en France au niveau de la psychiatrie. Ces générations de jeunes et de moins jeunes, détruits par les médocs, gardés pendant des mois et des mois et des années, enfermés... L'arrogance de ces psychiatres à la botte de l'industrie pharmaceutique. Le pire c'est que je ne suis même pas sûre que c'est de leur faute, ils me font l'impression d'être formaté comme ça : maladie=médocs. On prescrit d'abord, on discute (peut-être après) et surtout surtout on ne t'informe pas que tu va t'accrocher.... on ne te dis pas que tu pourras plus éjaculer, on te dit encore moins que si tu arrêtes d'un coup tu va morfler grave et ces effets seront identiques à "des troubles" psychiatriques" - violence, angoisse, hallucinations, envie de suicide, etc etc. T'es étiqueté malade et malade tu resteras. D'ailleurs il ne me semble pas que "guérir" existe dans le langage des psychiatres  la philosophie est : tais toi et gobes !

Et puis après le personnel médical aura l'audace de remarquer que tu "n'a envie de rien", ne "fait pas de projets" , alors là, je me mets à bouillir devant ces remarques perverses, mais c'est ces saloperies de médocs, véritable camisole chimique.qui te la bouffe ton ENERGIE VITALE, et que t'as plus d'émotions, calme plat dans le royaume du cerveau.

 

Pourtant d'autres pistes sont explorées ailleurs, la Finlande où le recours aux médocs n'est utilisé qu'en dernier ressort. Des réseaux d'entendeurs de voix en Hollande, Suisse, Royaume Uni, Canada entre autres. Des approches différentes sont tentées. Mais ici, regarde un peu la gueule que fera ton psy si tu oses lui demander de t'aider à arrêter les médocs !


  • napo aime ceci

#12 Trinicat

Trinicat
  • Genre : Femme
  • Localisation : un peu au sud de l'ouest
  • Intérêts : pleins

Posté 07 juin 2013 à 23:47

Tiré du site : http://wildtruth.net...ialogue-ouvert/

Dialogue ouvert

Au nord de la Finlande, tout près du cercle arctique, un groupe de thérapeutes familiaux innovateurs ont converti le système traditionnel local en santé mentale – système qui avait, dans le passé, démontré les pires résultats en matière de guérison de la schizophrénie –, en un système qui démontre à présent les meilleurs taux de guérison des individus ayant souffert une première crise psychotique. Ils appellent leur approche le Dialogue ouvert.

Leurs principes, qui peuvent paraître radicaux à l’ère des cocktails de médicaments et des hospitalisations forcées, sont étonnamment simples. Ils voient leurs clients qui sont en crise immédiatement, et souvent sur une base quotidienne, jusqu’à ce que la crise soit résorbée. Ils évitent l’hospitalisation et ses effets de stigmatisation, lui préférant les visites à open-dialogue_image_larger-150x150.jpgdomicile de la part des thérapeutes. De plus, ils évitent la prise de médicaments antipsychotiques dans la mesure du possible, ce qui peut être une pratique controversée.

Ils travaillent également en groupes, car ils considèrent que la psychose à des sources relationnelles. Ils incluent donc les familles et les réseaux sociaux de leurs clients dans le processus de traitement ; également, leurs cliniciens travaillent en équipe et non en tant que praticiens uniques et isolés. De plus, leur approche respecte la voix de tous ceux qui sont impliqués dans le processus, en particulier celle de l’individu en crise. Finalement, les services qu’ils offrent, prodigués dans le contexte de l’accès universel aux soins médicaux de la Finlande, sont gratuits.

« Dialogue ouvert » entrecroise les entrevues de psychiatres, psychologues, infirmières et journalistes afin de présenter un aperçu saisissant de ce que peut être une guérison sans médicament et une critique éloquente de la psychiatrie traditionnelle.

Le film est entièrement sous-titré en 19 langues.