Aller au contenu


Photo

Cholestérol


  • Veuillez vous connecter pour répondre
21 réponses à ce sujet

#1 Propheteus

Propheteus
  • Localisation : Montreal,Quebec,Canada
  • Intérêts : Mon plus grand intérêts est de découvrir la véritée.

Posté 10 janvier 2007 à 03:02

Non pas que ce soit un gros probleme, y aurait-il quelqu'un qui conaitrait les bons aliments a manger lorsque l'on souffre d'un taux de cholestérol un peu élever. :thermo:

Merci d'avance.

#2 Asylum Psychopath

Asylum Psychopath
  • Localisation : À l'asile
  • Intérêts : Les camisoles de force, leur résistance, leur confort, leur grandeur, leur couleur, les dessins brodés dessus, et ce qu'il y a à l'extérieur de l'asile.

Posté 10 janvier 2007 à 03:40

Des agrumes, de l'huile d'olive, des Oméga 3, des tomates, des brocolis, des trucs du genre, et faire beaucoup d'exercice pour avoir une bonne circulation sanguine.

#3 napo

napo
  • Genre : Femme
  • Localisation : Belgikistan

Posté 10 janvier 2007 à 09:01

Un taux un peu élevé par rapport à quoi ? :???: Et qu'est ce que tu entends par "souffrir" ?
Voilà ce que je comprends de ton message :
Pour une raison que tu ne nous expliques pas, le médecin t'as proposé une analyse sanguine. Au labo, quelqu'un (ou un ordinateur ?) a comparé tes résultats, une série de nombres, avec une autre série de nombres considérées comme "normaux". Comme tes résultats n'entrent pas dans les bons critères, le médecin en a donc déduits que tu "souffrais"...
Voilà comment la médecine allopathique transforme une personne en bonne santé en une personne malade :bravo: :ptdrasrpt2:
  • dj_kroket aime ceci
La vérité est un pays sans chemin (krishnamurti)

#4 illusion

illusion
  • Localisation : Sud

Posté 10 janvier 2007 à 18:23

Vitamine B3 (Niacine ou Vitamine PP)
La niacine (acide nicotinamique, nicotinamide) nous aide à nous procurer de l’énergie, à fabriquer des hormones, à synthétiser des neurotransmetteurs. Sous la forme de complément, c’est le meilleur traitement du cholestérol et des triglycérides élevés. Elle diminue le risque de maladie cardiovasculaire et de mortalité. Dans l’arthrose et la prévention d’Alzheimer, les études sont prometteuses. Au terme d’une analyse poussée des études scientifiques, LaNutrition.fr vous dit absolument tout sur cette vitamine : apports conseillés par catégorie d’âge, effets avérés, doses conseillées, effets indésirables, limites à ne pas dépasser, interactions médicamenteuses…

http://www.lanutriti...)-a-887-45.html

#5 Fleur de Diamant

Fleur de Diamant

    Artiste Talentueuse

  • Membres
  • 4 652 messages
  • Genre : Femme
  • Localisation : Hémisphère Sud
  • Intérêts : Nombreux

Posté 10 janvier 2007 à 18:32

Je mange des protéines végétales, et tout va très bien. :malice:
Ce que tu donnes est à toi, mais ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'on te fasse.

Mon lien

#6 nexus11

nexus11

    Toujours en pleine recherche...

  • Membres
  • 1 068 messages
  • Genre : Femme
  • Localisation : chez moi

Posté 11 janvier 2007 à 15:48

C'est peut-être de la propagande, mais les infos sont interressantes :
http://www.broneer.o...lesterol_FR.htm

#7 boo

boo
  • Genre : Femme
  • Localisation : Planète Chouchen

Posté 11 janvier 2007 à 16:31

Comme tes résultats n'entrent pas dans les bons critères, le médecin en a donc déduits que tu "souffrais"...
Voilà comment la médecine allopathique transforme une personne en bonne santé en une personne malade icon_bravo.gif

Bien que trés souvent d'accord avec ton point de vue et faisant partie de ceux qui fuient autant que possible la médecine allopathique et les engrenages dûs aux examens, check-up et Cie, je pense qu'il ne faut pas non plus systématiquement nier ou railler tout ce qu'il émane de ce système allopathique.

Mon père, lors d'un simple check-up s'est vu lui aussi notifier un excès de cholestérol, et après examen approfondi, s'est rendu compte que cela aurait bien pû lui être fatal, rapidement, s'il avait continué à l'ignorer et à ne rien modifier à son comportement. L'effet néfaste du mauvais cholesterol avait déjà causé pas mal de dégâts qui étaient passés hélas complètement inaperçus :cpasmafaute:

Diagnostic confirmé par mon homéopathe qui pourtant n'a rien en commun avec l'idéologie allopathique.....comme quoi.....
Et de plus, tenir compte d'un examen sanguin, n'implique pas forcément ensuite se soigner de façon allopathique.
La cohabitation des deux systèmes de soins, l'un pour les exams et l'autre pour la médication peut aussi donner d'excellents résultats.

Comme je l'ai dit, ce n'est pas pour autant que j'abonde dans le sens des examens etc...Mais sembler rejeter la moindre chose émanant de la médecine allopathique revient pour moi exactement au même comportement que celui qui, à l'inverse, raille toutes les sciences hollistiques.
La médecine allopathique ne transforme pas systématiquement des personnes en bonne santé en personnes malades. Je trouve cette analyse trés réductrice :cpasmafaute:
Mais bon, peut-être n'était-ce pas là exactement ce que tu sous-entendais, auquel cas j'ai rien dit :nonnonnon: :chamaille:


Sinon pour en revenir à la question de Propheteus, il me semble me souvenir d'un topic de Loupdessteppes (euh...je crois :oops: ) qui disait que le fénugrec est excellent pour combattre les excès de cholesterol. En graines germées de préférence.
Ceci dit il vaut mieux essayer de retrouver le topic ou de vérifier avec d'autres sources au cas où je me planterais :shy:
Aimer d'abord, et Aimer fort.
Si cela ne marche pas : Aimer plus fort encore…
Remlug



Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire (dixit Evelyn Hall)

#8 napo

napo
  • Genre : Femme
  • Localisation : Belgikistan

Posté 11 janvier 2007 à 17:43

Mais bon, peut-être n'était-ce pas là exactement ce que tu sous-entendais, auquel cas j'ai rien dit

Je voulais dire qu'il n'y a pas "souffrance" quand on a un taux "un peu élevé"
La vérité est un pays sans chemin (krishnamurti)

#9 boo

boo
  • Genre : Femme
  • Localisation : Planète Chouchen

Posté 11 janvier 2007 à 18:03

QUOTE
Mais bon, peut-être n'était-ce pas là exactement ce que tu sous-entendais, auquel cas j'ai rien dit

Je voulais dire qu'il n'y a pas "souffrance" quand on a un taux "un peu élevé"

Disons qu'étant donné que dans la phrase de Propheteus, "souffrir de" veut dire "avoir", on peut effectivement souffrir d'un taux de cholesterol peu élevé :wink:

Mais je comprends mieux le pourquoi du quiproquo :chamaille:
Aimer d'abord, et Aimer fort.
Si cela ne marche pas : Aimer plus fort encore…
Remlug



Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire (dixit Evelyn Hall)

#10 scalp

scalp

Posté 11 janvier 2007 à 18:54

Bonjour,

évite au maximum les graisses animales et les laitages, à commencer par le beurre et le fromage. Si tu remplaces ça par des substituts à base de soja et graisses végétales ça ira déjà bien mieux.

#11 bouboule

bouboule
  • Localisation : france

Posté 11 juin 2007 à 00:01

voici quelques lignes concernant le cholesterol:

Traitements médicaux
Changements d’habitudes de vie : alimentation, exercice, arrêter de fumer.
Médicaments : statines, résines, niacine, fibrates et ezetimibe.

Traitements non conventionnels

Levure de riz rouge, phytostérols.


Policosanol.


Ail, guggul, artichaut, protéines de soya.


Chitosane, calcium.


Voir la signification des symboles et les critères de classification utilisés


Cette fiche traite seulement de l’hypercholestérolémie qui touche les adultes et qui est attribuable aux habitudes de vie. Il existe une autre forme d’hypercholestérolémie, qui est héréditaire. Elle est dite « familiale » et, à cause de ce qu’on appelle l’effet fondateur, touche plus particulièrement certaines populations : Libanais, Afrikaners, Tunisiens, Juifs ashkenazes d’origine lituanienne, Finlandais de Carélie du Nord et Québécois francophones. Au Québec, par exemple, l’hypercholestérolémie familiale touche en moyenne 1 personne sur 270, mais la prévalence varie beaucoup d’une région à l’autre, soit 1 sur 81 dans la région de la Côte-Nord et 1 sur 909 à Montréal. La prévalence en Amérique du Nord est de 1 sur 500.



Description médicale
Le cholestérol est une substance grasse (un lipide) indispensable à l’organisme. Il est produit par le foie et entre dans la composition des membranes cellulaires, de certaines hormones et de la bile. Le foie produit environ 75 % du cholestérol présent dans l’organisme, et les aliments fournissent les 25 % restant. L’hérédité joue donc un rôle important dans le taux de cholestérol sanguin, mais de mauvaises habitudes de vie le font augmenter (mauvaise alimentation, sédentarité et tabagisme notamment).

Les aliments d'origine animale (viandes, oeufs, poissons, crustacés et produits laitiers entiers) sont les seuls à contenir du cholestérol, mais il faut savoir que les gras saturés, hydrogénés et trans, même d’origine végétale, accentuent le taux de cholestérol sanguin, car ils sont transformés en cholestérol par le foie. (Voir notre dossier Gras trans: pas dans ma tourtière.)

Le cholestérol, tout comme les autres lipides sanguins, n’est pas soluble dans le sang. Pour y circuler et être acheminé aux cellules, il a besoin d’être transporté par des substances appelées lipoprotéines. En réalité, ce sont elles, plutôt que le cholestérol lui-même, qui risquent de contribuer à l’apparition de graves problèmes vasculaires comme l’athérosclérose.

Il existe deux types principaux de lipoprotéines :

Les HDL (lipoprotéines de haute densité — High Density Lipoproteins). On les associe au « bon cholestérol ». Elles entraînent le cholestérol vers le foie, et ont un effet « nettoyant » dans les vaisseaux sanguins.

Les LDL (lipoprotéines de faible densité — Low Density Lipoproteins). On les associe au « mauvais cholestérol ». Si elles sont trop abondantes dans le sang, elles peuvent se déposer sur les parois des artères et y pénétrer. Cela peut amorcer un processus d’inflammation et causer l’accumulation de différentes substances qui, à la longue, finiront par former une plaque qui rétrécira de plus en plus le diamètre des artères. C’est ce qu’on nomme l’athérosclérose (voir l’illustration en haut de la page). En plus de nuire au passage du sang, cette plaque endommage en profondeur les parois des artères; ces blessures des artères peuvent ensuite entraîner la formation de caillots de sang coagulé (thrombose). À leur tour ces caillots, coincés par la plaque, pourront boucher l’artère en question ou alors circuler et causer une obstruction plus loin dans le système sanguin.

Pas une pathologie, mais un important facteur de risque
Avoir un taux élevé de cholestérol, même de « mauvais cholestérol », n’est pas une maladie en soi. Il se peut même que cela n’entraîne aucune conséquence néfaste. Cependant, en conjonction avec d’autres éléments (tabagisme, diabète, hypertension artérielle, obésité, inactivité physique, stress, etc.), l’hypercholestérolémie augmente le risque d’être atteint de troubles cardiovasculaires. Il importe de savoir que les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont les causes les plus fréquentes de décès et de maladie dans le monde chez les personnes de plus de 15 ans : en 2002, elles ont causé plus de 12 millions de morts et plus de 22 millions en souffraient1. Pour plus de détails et pour connaître l’ensemble des facteurs de risque et les moyens de prévenir les troubles cardiovasculaires, voir notre fiche.

Quel taux viser?
Une simple mesure du taux de cholestérol total (CT) dans le sang n’est pas suffisante pour détecter une hypercholestérolémie. En fait, on doit vérifier le rapport LDL/HDL en faisant un bilan lipidique. Par exemple, si le taux de cholestérol total est élevé en raison d’un haut taux de LDL, le risque de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral sera beaucoup plus grand que si seul le taux de HDL est élevé.

Au Canada, on estime que 48 % des hommes et 43 % des femmes ont un taux de cholestérol trop élevé. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, aux États-Unis, 105 millions de personnes, soit plus du tiers de la population, sont à risque de maladie cardiovasculaire à cause d’un haut taux de cholestérol.

Les niveaux souhaitables pour la population en général sont les suivants :

Cholestérol total (CT) : inférieur à 5,2 mmol/l (200 mg/dl*)
HDL (« bon cholestérol ») : égal ou supérieur à 1,0 mmol/l (39 mg/dl)
LDL (« mauvais cholestérol ») : inférieur à 3,4 mmol/l (130 mg/dl)
Rapport CT/HDL : inférieur à 4,5
Rapport LDL/HDL : inférieur à 5,0
*Les mesures en mmol/l sont utilisées à peu près partout dans le monde, sauf aux États-Unis, où l'on se sert plutôt de la mesure en milligrammes par décilitre (mg/dl).



Les taux de cholestérol qu’un individu doit viser peuvent toutefois varier en fonction de son taux personnel de risque de maladie cardiovasculaire. Ce taux est calculé en fonction des facteurs suivants : sexe, âge, tabagisme, pression artérielle et niveau actuel de cholestérol total et de HDL. Ainsi, par exemple, un homme fumeur âgé de 55 ans, souffrant d’hypertension et affichant pourtant des taux de cholestérol normaux sera considéré à risque élevé. Il devrait donc viser à réduire davantage ses taux de cholestérol (LDL à moins de 2,5 mmol/l (95 mg/dl) et CT/HDL à moins de 4,0). Par contre une femme de 34 ans non fumeuse et sans hypertension, même si ses taux de cholestérol sont élevés, sera considérée à faible risque : ses cibles de réduction pourront être moins ambitieuses.
Calculez votre risque en faisant notre test (dans Plus d’info).

Taux personnel de risque de maladie cardiovasculaire
Taux de LDL à viser
Rapport CT/HDL à viser

Élevé
moins de 2,5 mmol/l (95 mg/dl)
moins de 4,0

Modéré
moins de 3,5 mmol/l (135 mg/dl)
moins de 5,0

Faible
moins de 4,5 mmol/l (170 mg/dl)
moins de 6,0


Tiré des lignes directrices canadiennes du groupe de travail sur le traitement de l’hypercholestérolémie et la prévention des maladies coronariennes mises à jour en octobre 20032.



Certaines personnes, en plus d’un trop haut taux de cholestérol peuvent aussi présenter un taux élevé de triglycérides (un autre type de lipides sanguins). On dit alors qu’elles sont atteintes d’hyperlipidémie, ce qui peut également contribuer à l’obstruction des artères. Les traitements de ces deux affections peuvent différer, mais elles peuvent être enrayées par un même programme préventif.

Symptômes
À cause d’un ensemble de facteurs, dont l’hypercholestérolémie, les artères peuvent s’obstruer et s’endommager lentement, mais sûrement. Cependant, tant qu’il n’y a pas d’obstruction majeure, aucun symptôme ne se manifestera. De petits nodules (xanthome) de dépôts gras peuvent toutefois apparaître sur les paupières ou la cornée.
Quand les premières douleurs à la poitrine (angine) ou aux membres inférieurs se manifestent, c'est que les artères ont déjà perdu de 75 % à 90 % de leur fonctionnalité.
La seule façon de savoir si les taux de cholestérol total et de « mauvais cholestérol » sont trop élevés est d’effectuer un bilan lipidique à partir d’une prise de sang.
Personnes à risque
Personnes ayant des antécédents familiaux d'hypercholestérolémie.
Personnes ayant des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire précoce (avant 55 ans pour les hommes et avant 65 ans pour les femmes).
Hommes de plus de 45 ans.
Femmes de plus de 55 ans ou celles qui ont eu une ménopause prématurée; la baisse du taux d’oestrogène (une hormone féminine) après la ménopause, tend à faire augmenter le taux de cholestérol total et de LDL (« mauvais cholestérol »).
Facteurs de risque
Outre l'hérédité, ce sont les habitudes de vie qui contribuent à hausser le taux de cholestérol :

Alimentation. Un régime riche en gras saturés, en gras trans et en cholestérol.
Tabagisme.
Surplus de poids. Le surplus de poids entraîne une hausse des taux de triglycérides et de LDL (« mauvais cholestérol »), et abaisse les taux de HDL (« bon cholestérol »).
Diabète de type II.
Sédentarité.
Certaines maladies comme l’insuffisance rénale chronique et l’hypothyroïdie entraînent des taux élevés de cholestérol.
La consommation de certains médicaments fait augmenter le taux de LDL et diminuer le taux de HDL : les progestatifs, les stéroïdes anabolisants et les corticostéroïdes.
Prévention
Mesures de dépistage

Puisque l’hypercholestérolémie n’entraîne pas de symptômes, on doit la dépister grâce à une prise de sang. Les recommandations officielles varient d’un pays à l’autre au chapitre de l’âge auquel cette détection devrait se faire. Par exemple, au Canada, on recommande un dépistage systématique tous les cinq ans chez les hommes de plus de 40 ans et chez les femmes ménopausées ou âgées de plus de 50 ans; le dépistage doit être plus fréquent chez les patients à risque (diabète, hypertension, tabagisme, obésité abdominale, antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, athérosclérose)2,3. De son côté, le National Cholesterol Education Program des États-Unis recommande de faire vérifier ses taux de cholestérol tous les cinq ans, à partir de l’âge de 20 ans4.



Mesures préventives de base

Adoptez une alimentation saine, riche en fibres et faible en gras. Les fruits et les légumes, ainsi que les grains entiers, devraient figurer en abondance à votre menu. Choisissez judicieusement les matières grasses en privilégiant les gras monoinsaturés (huiles d’olive et de canola par exemple) et les gras polyinsaturés (huiles de tournesol et de maïs par exemple). Les poissons gras, les aliments à base de soya (tofu, lait de soya, tempeh), les noix et les graines contribuent également à maintenir un bon taux de cholestérol. Voici les recommandations alimentaires de base de Santé Canada :

Prenez chaque jour :

de 7 à 10 portions de fruits et légumes;
de 6 à 8 portions de produits céréaliers (grains entiers de préférence);
de 2 à 3 portions de lait ou substituts;
de 2 à 3 portions de viandes ou substituts (soya, légumineuses, etc.);
moins de 300 mg de cholestérol;
de 25 g à 35 g de fibres.
La répartition calorique doit être la suivante :

moins de 30 % des calories provenant du gras, dont 10 % ou moins provenant des gras saturés. Cela représente un maximum de 65 g de gras pour un apport calorique quotidien de 2 000 kCal;
environ 60 % des calories provenant de glucides;
environ 10 % des calories provenant de protéines.
Limitez votre consommation de cholestérol, de gras trans et de gras saturés. Les autorités médicales canadiennes et américaines recommandent de restreindre l’apport quotidien de cholestérol sous la barre des 300 mg par jour. Pour ce faire, réduisez les aliments riches en cholestérol ou en gras saturés comme les abats, les viandes grasses, les charcuteries, les oeufs et les produits laitiers entiers (crème, beurre, fromages). On recommande également de ne pas consommer plus de 170 g de viande maigre, de volaille ou de poisson par jour. Réduire sa consommation de gras trans demande de la vigilance, car de très nombreux produits transformés en contiennent (croustilles, craquelins, frites surgelées, biscuits, beignets, pâtisseries industrielles, etc.). Surveillez les termes suivants sur les étiquettes des aliments : shortening, huile hydrogénée, margarine hydrogénée, huile de palme, huile de palmiste, huile de noix de coco, huile de coprah. Au Canada, depuis 2006, la teneur en gras trans des aliments pré-emballés est obligatoirement indiquée sur leur étiquette. Quelques entreprises ont déjà éliminé les gras trans de leurs produits. Voir notre dossier Gras trans: pas dans ma tourtière.

Adoptez les graisses insaturées. Les gras insaturés remplacent avantageusement les gras saturés dans l’alimentation. On les trouve dans plusieurs aliments : les huiles végétales (olive, canola, arachide), les poissons (surtout les poissons gras d’eau froide comme le saumon, le maquereau et le hareng, qui sont d’excellentes sources d’oméga-3), certaines noix (noix de cajou, noisettes, pacanes, etc.) et certaines margarines molles (à base d’huile d’olive ou de canola).

Cessez de fumer. Le tabagisme endommage les parois artérielles et réduit les taux de HDL. En cessant de fumer, ce taux pourrait retourner à son niveau initial.

Faites de l’activité physique et, si vous faites de l’embonpoint, perdez du poids. L’activité physique régulière peut faire augmenter les taux de HDL, réduire les taux de LDL et limiter l’embonpoint, l’hypertension et le diabète. L’endroit où le gras s’accumule sur le corps peut aussi augmenter le risque d’athérosclérose : ceux qui stockent leur surplus de poids autour de la taille sont plus à risque que ceux qui le portent ailleurs (sur les hanches et les cuisses, par exemple) parce que le gras s’accumule autour et dans les organes intra-abdominaux, un facteur de risque important pour l’hypercholestérolémie et le syndrome métabolique3.

Si vous buvez de l’alcool, buvez modérément. Selon des données épidémiologiques, une consommation modérée et régulière d’alcool (pas plus d’une consommation par jour chez les femmes, pas plus de deux consommations par jour chez les hommes) semble faire augmenter le taux de HDL. Mais si vous ne buvez pas, ne commencez pas, puisque les risques liés à la consommation d’alcool (l’alcoolisme, l’hypertension, l’obésité, les AVC, le cancer, pour ne nommer que ceux-là) dépassent largement les avantages.




Traitements médicaux
Les personnes à haut risque de maladie coronarienne qui souffrent d’hypercholestérolémie devraient entreprendre immédiatement un traitement médicamenteux (voir ci-dessous) en conjonction avec un changement des habitudes de vie.

Pour les personnes dont le risque de maladies cardiovasculaires est peu élevé, le médecin exige d’abord un changement important des habitudes alimentaires et des autres habitudes de vie (tabagisme, sédentarité).

Le régime TLC (Therapeutic Lifestyle Changes). Ce régime alimentaire est proposé par le National Cholesterol Education Program des États-Unis4. En voici les lignes directrices :

Moins de 7 % de l’apport calorique quotidien provenant de gras saturés.
Jusqu’à 10 % de l’apport calorique quotidien provenant de gras polyinsaturés.
20 % de l’apport calorique quotidien provenant de gras monoinsaturés.
Moins de 200 mg de cholestérol par jour.
De 50 % à 60 % de l’apport calorique quotidien provenant des glucides (privilégier les grains entiers).
De 20 g à 30 g de fibres par jour.
Environ 15 % de l’apport calorique quotidien provenant des protéines.
Un apport calorique juste suffisant pour atteindre ou garder un poids santé (cet apport varie d’une personne à l’autre).
Faire régulièrement de l’exercice. On recommande généralement un minimum de 30 minutes d’activité modérée ou intense, idéalement tous les jours, sinon au moins cinq jours par semaine (marche rapide, nage, jogging, cyclisme, etc.).
En cas d’hypertension, limiter la consommation de sel à 2 400 mg par jour.
Il peut être difficile de traduire ces recommandations en gestes concrets dans la vie quotidienne. Une consultation auprès d’un nutritionniste ou d’un diététiste peut s’avérer d’un très grand secours pour faciliter la transition.

Si cette première étape ne donne pas de résultats, le médecin peut recommander d’augmenter la consommation de fibres et d’intégrer des phystostérols sous forme alimentaire (offerts aux États-Unis et en Europe sous forme de margarine notamment, mais pas au Canada).

Les fibres solubles. L’efficacité des fibres solubles pour faire baisser le taux de cholestérol sanguin est reconnue. Les principales sources alimentaires de fibres solubles sont le son et la farine d’avoine (voir notre fiche sur l’avoine), les légumineuses (pois, haricots secs, lentilles), les fruits riches en pectine (pommes, agrumes, oranges, pamplemousses, fraises) et l’orge. Le psyllium est aussi une excellente source de fibres solubles. Le dosage recommandé est de 10 g à 20 g de psyllium par jour, en deux doses.

Les médicaments. Il en existe cinq familles : les statines, qui limitent le foie dans sa production de cholestérol, les résines, la niacine (vitamine B3), les fibrates, et un plus récent traitement, l’ezetimibe, qui limite l'absorption intestinale du cholestérol.


Utilisée comme traitement médical, la niacine (vitamine B3) requiert des dosages très supérieurs à l'apport nutritionnel recommandé et même à l'apport maximal tolérable. Elle ne devrait jamais être utilisée en automédication, car les effets indésirables de telles doses sont fréquents et potentiellement dangereux (voir notre fiche pour en savoir plus).



Traitements non conventionnels

Plusieurs suppléments en vente libre peuvent réduire le taux de cholestérol, mais ce sont des solutions de longue haleine. Avant de choisir un tel traitement, il faut d’abord évaluer l'urgence de la situation, car lorsque les artères sont déjà endommagées ou que le taux de cholestérol est extrêmement élevé, il est prudent de recourir aux médicaments ou suppléments qui ont fait leurs preuves pour réduire aussitôt que possible les risques d'accidents cardiaques et vasculaires. Toutefois, si le médecin juge que la situation ne présente aucun danger et qu'il s'agit d'intervenir à titre préventif pour réduire, puis maintenir le cholestérol à un taux raisonnable, certains des suppléments mentionnés ci-dessous peuvent s’avérer utiles, en conjonction avec de bonnes habitudes de vie, dont l’efficacité pour diminuer et maintenir le taux de cholestérol est démontrée.



Plantes et Suppléments
Levure de riz rouge. Les suppléments de levure de riz rouge qui ont fait l’objet d’essais cliniques probants pour leurs effets hypocholestérolémiants sont des extraits normalisés de manière à renfermer une certaine quantité de monacolines (formes naturelle de statines). Le Cholestin® a été commercialisé en Amérique du Nord jusqu’en 2001 et le XueZhiKang® est vendu en Chine. Le Cholestin® n’est plus commercialisé en Amérique du Nord en raison d’une guerre commerciale entre son fabricant et des compagnies pharmaceutiques qui produisent des statines de synthèse qui a amené la Food and Drug Administration des États-Unis a interdire la vente libre de suppléments de levure de riz rouge contenant de la lovastatine. La teneur en monacolines des suppléments de levure de riz rouge actuellement sur le marché n’est pas normalisée et peut varier énormément : rien ne garantit qu’elle contienne de la lovastatine en quantité suffisante pour exercer l’effet pharmacologique recherché. Selon une synthèse d'études publiée en 2004 par des chercheurs canadiens, les extraits normalisés de levure de riz rouge peuvent faire baisser le taux de cholestérol total de 13 % à 26 %, le taux de LDL de 21 % à 33 %, et celui des triglycérides de 13 % à 24 %10.
Dosage
Au cours des études cliniques ayant porté sur des extraits normalisés en monacolines, le dosage était de 1 200 mg, deux fois par jour. Prendre les suppléments de levure de riz rouge en mangeant.

Phytostérols. Tout comme le cholestérol, les phytostérols appartiennent à la famille chimique des stérols. Ils sont cependant spécifiques au règne végétal. Les phytostérols entravent l’absorption du cholestérol en occupant ses sites d’absorption dans l’intestin. Aux États-Unis et en Europe, leur efficacité est reconnue pour faire baisser le taux de cholestérol. Dans ces pays, les phytostérols sont ajoutés à des margarines, des tartinades ou des sauces à salade; cet ajout n’est pas permis au Canada où, néanmoins, les phytostérols sont offerts sous forme de suppléments. En 2003, un groupe de 32 experts a analysé les résultats de 41 études à double insu avec placebo (plus de 2 300 sujets en tout) et a conclu que les phytostérols sont à la fois efficaces et sécuritaires pour faire baisser d’environ 10 % le taux de LDL. Les auteurs concluaient également que la consommation de phytostérols jumelée à une alimentation faible en gras saturés et en cholestérol réduit le taux de LDL de 20 %. De plus, pour les sujets prenant des statines et pour qui une baisse supplémentaire du cholestérol est nécessaire, la conjonction phytostérols/statines est plus efficace que de doubler la dose de statines9.
Dosage
Prendre 2 g de phytostérols par jour en deux ou trois fois, juste avant les repas ou en mangeant, lorsqu’ils sont ajoutés à des produits alimentaires (margarines, sauces à salade, etc.). Un régime alimentaire faible en gras saturés et en cholestérol augmente l’efficacité de ce traitement.

Policosanol. C’est au cours des années 1990 que des chercheurs cubains ont découvert l’action anticholestérolémiante du policosanol extrait de la canne à sucre. Le produit a été approuvé dans ce pays en 1991 et il est reconnu comme un agent hypocholestérolémiant dans plus de 25 pays, principalement en Amérique latine et dans les Caraïbes. Son mécanisme d’action n’est pas complètement élucidé, mais les chercheurs ont observé qu’il agit sur la synthèse du cholestérol d’une façon similaire à celle des statines. Des synthèses d’études rapportent les résultats positifs de plus de 60 essais cliniques ayant porté en tout sur plus de 3 000 sujets7,8: le policosanol agit sur les taux de LDL (baisse de 13 % à 31 %) et de HDL (hausse de 8 % à 29 %). Un bémol est cependant relevé par certains auteurs : presque toutes les études ont été menées à Cuba par le même groupe de chercheurs.
Dosage
Prendre de 5 mg à 10 mg, deux fois par jour aux repas (midi et soir) de policosanol extrait de la canne à sucre (les autres formes de policosanol n’ont pas encore fait leurs preuves). Il faut compter jusqu’à deux mois de traitement pour que les effets se fassent pleinement sentir.

Ail (Allium sativum). De nombreux essais cliniques et trois méta-analyses démontrent que la consommation de suppléments d'ail peut contribuer à faire baisser de façon légère, mais mesurable, les taux de triglycérides et de cholestérol11-16. Cependant, les auteurs d’une méta-analyse publiée en 2000 (37 essais à double insu avec placebo) concluaient que, si les suppléments d’ail abaissaient légèrement le taux de cholestérol après un mois et trois mois de traitement, les données étaient non concluantes après six mois, selon huit essais17. Notez que la Commission E18, l’ESCOP et l'Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l'usage de l'ail comme adjuvant aux mesures alimentaires contre l'hyperlipidémie et en prévention des troubles vasculaires liés au vieillissement.
Dosage
Ail frais : de 1 à 2 gousses (de 4 g à 8 g) par jour.
Ail séché : de 0,5 g à 1 g par jour.
Extrait normalisé : de 200 mg à 400 mg, trois fois par jour, d’un extrait contenant 1,3 % d'allicine et procurant de 3,6 mg à 5,4 mg d'allicine par gramme de poudre.
Ail vieilli : de 600 mg à 900 mg par jour.

Guggul (Paullinia cupana). Les résultats de nombreuses études cliniques de qualité variable indiquent que l'administration, durant 4 à 12 semaines, de gomme guggul ou d'un extrait normalisé en guggulstérones peut abaisser les taux de cholestérol et de triglycérides sanguins, tout en provoquant une augmentation du taux de HDL19-21. Cependant, une étude à double insu avec placebo publiée en 2003 effectuée avec un extrait normalisé à 2,5 % de guggulstérones n’a pas donné de résultat concluant au chapitre des lipides sanguins22.
Dosage
Prendre l'équivalent de 25 mg de guggulstérones, trois fois par jour : dans le cas d’un extrait normalisé à 5 % de guggulstérones, la dose est de 500 mg, trois fois par jour; dans le cas d’un extrait normalisé à 2,5 %, la dose est de 1 g, trois fois par jour.

Artichaut (Cynara scolymus). Bien que l'artichaut soit surtout utilisé pour stimuler le foie et la vésicule biliaire, on a remarqué qu’il avait également un impact sur le taux de cholestérol. Il est possible que cette plante interfère avec la synthèse du cholestérol. Les résultats de deux études (167 participants en tout) indiquent qu’un extrait de feuilles d’artichaut peut abaisser le taux de cholestérol total23.
Dosage
Au cours d'une étude à double insu avec placebo ayant donné des résultats positifs (143 sujets), on a administré 900 mg d'extrait sec, deux fois par jour24. Cet extrait était cependant de deux à trois fois plus concentré que les extraits du commerce (de 25 à 35:1, tandis que les extraits habituels affichent une concentration d’environ 12:1).

Chitosane. Le portrait de l’efficacité du chitosane n’est pas clair, car son efficacité pour faire baisser le taux de cholestérol dépend de deux critères selon Jean-Yves Dionne, pharmacien : son taux de désacétylation (qui devrait être d’au moins 89 %) et son poids moléculaire (environ 30kDa ou moins). Sur le marché, le taux de désacétylation et le poids moléculaire des produits varient grandement et ne sont malheureusement pas souvent indiqués sur l’étiquette, ni dans les études. Voilà ce qui expliquerait les résultats contradictoires des études portant sur cette fibre extraite de la carapace de crustacés25-29.

Calcium. Les résultats de trois essais cliniques indiquent qu’un supplément de calcium peut contribuer à faire baisser le taux de cholestérol total. Cependant, une seule de ces études, qui portait sur 223 femmes ménopausées, rapporte une baisse significative (à raison de 1 g par jour de citrate de calcium)30-32.

Aliments
Protéines de soya. Plus de 60 études sur les effets des isoflavones et des protéines de soya sur la santé cardiovasculaire ont été effectuées depuis le début des années 1980. En 2005 et en 2006, deux méta-analyses37,38 et deux synthèses39,40 ont été publiées au sujet de l’effet des protéines de soya et des isoflavones sur les taux de lipides sanguins. L’ensemble de la preuve pointe actuellement vers un effet modeste, soit une réduction d’environ 3 % du cholestérol LDL (« mauvais cholestérol »)38,39 et d’environ 6 % des triglycérides38, à condition de consommer environ 50 g de protéines de soya par jour39.
Au chapitre de l’augmentation du cholestérol HDL (« bon cholestérol »), l’effet des isoflavones et des protéines de soya est négligeable38-40. Bref, les experts estiment que leur ajout à l’alimentation n’a qu’un effet direct minimal. En revanche, s’ils remplacent une alimentation riche en protéines animales, en gras saturé et en cholestérol, les produits issus du soya (tofu, protéines de soya, beurre de soya, burgers), grâce à leur richesse en fibres, en vitamines et en minéraux, peuvent être bénéfiques pour la santé cardiovasculaire39.
Dosage
Consommer chaque jour 50 g de protéines de soya, en complément d’une alimentation faible en gras.

#12 Nestor345

Nestor345

Posté 11 septembre 2009 à 18:45

Le cholestérol n'est pas un problème en soi, même si la plupart des médecins sont / ont été conditionnés et nous incitent à prendre des médicaments pour faire baisser ce taux.
Je vous invite à approfondir le sujet en faisant une recherche google avec "le mythe du cholestérol" ou " le cholestérol : Vaste escroquerie".
Le site de phil est très bien fait et riche en références médicales de médecins rebelles ;)

La grande supercherie du cholestérol
http://phill443.unblog.fr/

forum :La controverse du cholestérol
http://forum.doctiss...et_145477_1.htm

Je vous invite à aller lire mon post sur éco-bio pour une synthèse plus facile à lire: ;)
sur le sujet http://www.eco-bio.i...__fromsearch__1

NB: Ce qui pose problème ce sont les triglycérides. Le corps a besoin de cholestérol, comme déjà dit (je simplifie).
Pour éviter un excès de cholestérol LDL et les plaques fibrinogènes qui s'ensuivent, il faut agir préventivement : éviter l'oxydation des artères en mangeant des fruits et légumes en quantités suffisantes, mais surtout en bannissant les graisses dénaturées. Mettre les oméga3 au menu et cuisiner à l'huile d'olive vierge ...
Nestor

Modifié par Nestor345, 11 septembre 2009 à 18:47.

  • dj_kroket aime ceci

#13 Cheminot

Cheminot

    Qu'est-ce que la Vérité?

  • Membres
  • 1 838 messages
  • Genre : Homme

Posté 12 septembre 2009 à 07:53

Bonjour,

Et bravo à tous pour la réouverture.

Nestor,
Il semble bien que les contradicteurs médicaux du début du fil sur les statines dans doctissimo aient été à court d'arguments !! :piout:

La vérité avance!

#14 sicnarfa

sicnarfa

    Chercheur d'idées

  • Membres
  • 1 231 messages

Posté 12 septembre 2009 à 08:18

Puisque l'on parle des artères je pourrais déjà parler du mercure ...
Mais bon !

En fait c'était juste pour faire un petit coucou à Cheminot en particulier et aux autres en général .
Salut à toi Cheminot !

#15 Laurelyne

Laurelyne
  • Genre : Femme
  • Localisation : Hors du temps
  • Intérêts : ésotérisme, occultisme, voyages, nature, animaux, apprendre toujours apprendre

Posté 12 septembre 2009 à 13:18

Le cholestérol n'est pas un problème en soi, même si la plupart des médecins sont / ont été conditionnés et nous incitent à prendre des médicaments pour faire baisser ce taux.
Je vous invite à approfondir le sujet en faisant une recherche google avec "le mythe du cholestérol" ou " le cholestérol : Vaste escroquerie".
Le site de phil est très bien fait et riche en références médicales de médecins rebelles ;)

La grande supercherie du cholestérol
http://phill443.unblog.fr/

forum :La controverse du cholestérol
http://forum.doctiss...et_145477_1.htm

Je vous invite à aller lire mon post sur éco-bio pour une synthèse plus facile à lire: ;)
sur le sujet http://www.eco-bio.i...__fromsearch__1

NB: Ce qui pose problème ce sont les triglycérides. Le corps a besoin de cholestérol, comme déjà dit (je simplifie).
Pour éviter un excès de cholestérol LDL et les plaques fibrinogènes qui s'ensuivent, il faut agir préventivement : éviter l'oxydation des artères en mangeant des fruits et légumes en quantités suffisantes, mais surtout en bannissant les graisses dénaturées. Mettre les oméga3 au menu et cuisiner à l'huile d'olive vierge ...
Nestor


Je suis ravie de la réouverture de ce forum super-intéressant.

D'autant plus que dès aujourd'hui je trouve des liens vers un sujet qui me concerne particulièrement : le cholestérol. J'ai un taux qui dépasse les 3, 4 grammes mais j'ai choisi de ne prendre aucun médicament. Pendant deux jours, il y a deux ans, j'ai essayé un médicament à base de statines que mon organisme n'a pas supporté. Tout ce que je viens de lire me confirme que j'ai bien fait de suivre mon instinct et de ne pas m'affoler à cause de mon taux élevé de "mauvais" cholestérol". Depuis des années, j'ai une alimentation bio et pratique le régime méditerranéen. Donc, mon cholestérol et moi allons poursuivre notre cohabitation en bonne intelligence :)
"Je me révolte, donc je suis."

#16 Daman

Daman

    Démiurge perplexe

  • Membres
  • 4 260 messages
  • Genre : Homme
  • Intérêts : Sieste(s).

Posté 12 septembre 2009 à 13:43

Tout ce que je viens de lire me confirme que j'ai bien fait de suivre mon instinct et de ne pas m'affoler à cause de mon taux élevé de "mauvais" cholestérol". Depuis des années, j'ai une alimentation bio et pratique le régime méditerranéen. Donc, mon cholestérol et moi allons poursuivre notre cohabitation en bonne intelligence :)


Je pourrais presque dire la même chose... Pareil : régime méditerranéen basé sur l'huile d'olive, régime bio aussi. J'ai instinctivement accordé peu d'importance à mon taux de cholestérol, tout en réduisant ma consommation de viande (au profit du poisson) et en tentant de réduire ma consommation de fromage. J'ai l'impression de ne jamais m'être aussi bien porté.

La Servitude s'impose de deux façons : l'une est l'abus de la Force, l'autre est l'abus de la Loi. Dans les deux cas, chacun a le devoir de lutter contre elle par tous les moyens..


#17 Laurelyne

Laurelyne
  • Genre : Femme
  • Localisation : Hors du temps
  • Intérêts : ésotérisme, occultisme, voyages, nature, animaux, apprendre toujours apprendre

Posté 12 septembre 2009 à 17:13

J'ai oublié de dire que depuis plusieurs mois j'ai laissé tomber le café/sucrette au profit du thé vert aux fleurs de jasmin qui a un effet diurétique. Résultat : j'ai "dégonflé"au niveau de la taille.
"Je me révolte, donc je suis."

#18 gilbert

gilbert

Posté 10 avril 2012 à 17:09

Le cholestérol n'est pas un problème en soi, même si la plupart des médecins sont / ont été conditionnés et nous incitent à prendre des médicaments pour faire baisser ce taux.
Je vous invite à approfondir le sujet en faisant une recherche google avec "le mythe du cholestérol" ou " le cholestérol : Vaste escroquerie".
Le site de phil est très bien fait et riche en références médicales de médecins rebelles ;)

La grande supercherie du cholestérol
http://phill443.unblog.fr/

forum :La controverse du cholestérol
http://forum.doctiss...et_145477_1.htm

Je vous invite à aller lire mon post sur éco-bio pour une synthèse plus facile à lire: ;)
sur le sujet http://www.eco-bio.i...__fromsearch__1

NB: Ce qui pose problème ce sont les triglycérides. Le corps a besoin de cholestérol, comme déjà dit (je simplifie).
Pour éviter un excès de cholestérol LDL et les plaques fibrinogènes qui s'ensuivent, il faut agir préventivement : éviter l'oxydation des artères en mangeant des fruits et légumes en quantités suffisantes, mais surtout en bannissant les graisses dénaturées. Mettre les oméga3 au menu et cuisiner à l'huile d'olive vierge ...
Nestor


pour ajouter de l'eau au moulin:
http://etat-du-monde...-du-cholesterol
De plus le chercheur a écrit un livre "Cholestréol mensonges et propagande" dont les critiques sont éloquantes sur amazon:
Morceau choisi:

Ce livre va à l'encontre d'idées reçues très répandues.

C'est une étude approfondie réalisée par un médecin spécialiste ( cardiologue, chercheur au CNRS de Grenoble ) .

On y trouve un historique de nombreux tests médicaux réalisés dans tous les pays du monde entier ( beaucoup sont ignorés du grand public ) ainsi que des informations concernant les laboratoires et les industries pharmaceutiques . Un travail personnel d'une grande ampleur...Les explications sur le fonctionnement de l'organisme et les résultats de recherches médicales sont rendues accessibles pour tous et concernent chacun de nous .

Un éclairage différent qui donne à réfléchir.


Modifié par gilbert, 10 avril 2012 à 17:11.

  • napo aime ceci

#19 dj_kroket

dj_kroket

    Chercheur

  • Membre
  • 755 messages
  • Genre : Homme

Posté 10 avril 2012 à 22:18


Cholestérol la Grande Supercherie

samedi 7 avril 2012
par Amessi



  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB
  • Image IPB


Image IPB

Dans son dernier ouvrage, le cardiologue et chercheur au CNRS Michel de Lorgeril jette un pavé dans la mare.

Selon lui, faire baisser son cholestérol ne servirait à rien, bon et mauvais cholestérol n’auraient aucun sens et les statines seraient inutiles.

En bref, le cholestérol permettrait surtout de faire de gros sous.




Sommaire

La Grande Supercherie du Cholestérol - Docteur Michel de Lorgeril, Cardiologue et Chercheur au CNRS

Cœur : le cholestérol accusé à tort ?

Propos recueillis par Cyril Dagois En provenance de MediSite.fr

Dans son dernier ouvrage, le cardiologue et chercheur au CNRS Michel de Lorgeril jette un pavé dans la mare. Selon lui, faire baisser son cholestérol ne servirait à rien, bon et mauvais cholestérol n’auraient aucun sens et les statines seraient inutiles. En bref, le cholestérol permettrait surtout de faire de gros sous.

1. Cholestérol : rentable pour les labos

Pourquoi le cholestérol est si souvent décrié ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Le cholestérol est devenu l’ennemi numéro 1 dans la prévention des maladies cardio-vasculaires car cela arrange tout le monde. Les enjeux économiques sont colossaux, en particulier depuis l’arrivée des statines.

Les laboratoires pharmaceutiques y trouvent largement leur compte. Les médicaments anti cholestérol représentent l’un des plus gros chiffres d’affaires du marché. Ils contribuent d’ailleurs pour 1 milliard d’euros au déficit de la Sécurité sociale. Les industriels de l’agroalimentaire en tirent également profit, avec leurs margarines et yaourts prétendument anti cholestérol. Cela arrange même certains médecins traitants, qui peuvent pratiquer une médecine systématique »

Bon et mauvais cholestérol : « à dormir debout »

Les termes de « bon » et « mauvais » cholestérol ou de « taux normal » ont-ils un sens ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Le ’bon’ et le ’mauvais’ cholestérol, ce sont des histoires à dormir debout, du pur Walt Disney avec la vilaine sorcière et la gentille fée, pour masquer les faiblesses de la théorie du cholestérol. Des essais cliniques comme Illuminate de 2007 montrent que l’augmentation du ’bon’ et la baisse du ’mauvais’ cholestérol ne protègent pas contre les maladies cardio-vasculaires !

Quant au taux normal de cholestérol, il s’agit plutôt d’une moyenne. Pour tous les paramètres biologiques ou physiologiques, il existe des moyennes et des écarts. Une personne peut sortir de la moyenne, vers le haut ou vers le bas, sans avoir pour autant un problème de santé. »

3. Les dangers du cholestérol, une croyance ?

Pourquoi vous opposez-vous à la théorie couramment admise sur les dangers du cholestérol ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Selon cette théorie, le cholestérol serait toxique pour les artères. Il représenterait la cause principale des infarctus, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des complications cardio-vasculaires. Et plus le cholestérol serait élevé, plus le risque augmenterait. Inversement, plus le taux baisserait, plus le danger diminuerait.

Certains adeptes de cette théorie recommandent même d’abaisser au maximum son taux de cholestérol. Mais il ne s’agit que d’une succession d’hypothèses sans validation scientifique. Des croyances relayées par les industries pharmaceutiques et agroalimentaires auprès des médecins. Et qui ne reposent sur aucune rationalité. »

4. Cholestérol et infarctus : aucun rapport ?

Un taux de cholestérol élevé n’est donc pas synonyme de maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« L’élévation du taux de cholestérol n’est pas en elle-même la cause des accidents cardio-vasculaires. Elle peut par contre traduire des altérations du mode de vie ou de nos paramètres biologiques qui sont les vraies causes des maladies cardio-vasculaires. En clair, le cholestérol est un mauvais indicateur de risque. De nombreuses études vont dans ce sens.

Dès les années 70, les données montrent que la mortalité cardiaque reste globalement la même, quel que soit le taux de cholestérol dans le sang. Notre mode de vie et nos conditions d’existence diminuent notre espérance de vie, pas le cholestérol. »

5. Faire baisser son taux de cholestérol ne servirait à rien

Une baisse du taux de cholestérol apporte-t-elle une protection ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Non, faire baisser son taux de cholestérol n’apporte rien. Tous les essais cliniques publiés après 2005 ont été négatifs sur la question. Le taux de cholestérol peut baisser par l’alimentation ou en prenant des médicaments. Mais si à côté, le mode de vie ne change pas, le risque reste le même. Si par exemple une personne continue à fumer en se disant qu’elle est protégée par sa statine, elle court droit à la catastrophe. »

6. Statines : pas d’intérêt en prévention

Les statines présentent-elles un intérêt pour se protéger des maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Non, elles n’apportent aucune protection. Elles entraînent une baisse de cholestérol qui n’a aucun effet sur la mortalité.

Beaucoup d’études sur ces médicaments restent très suspectes, à cause de l’implication de l’industrie pharmaceutique. Mais l’essai ALLHAT de 2002, le seul sponsorisé par des institutions publiques indépendantes, ne montre aucune protection malgré la baisse de cholestérol.

Toutes les études d’après 2005 révèlent également l’absence d’effet sur la mortalité, à part le récent essai Jupiter très controversé. Sur le risque d’AVC, aucune donnée scientifique ne prouve l’intérêt des statines. Idem avec l’insuffisance cardiaque. »

7. Les effets secondaires des statines

Existe-t-il des risques pour les patients prenant des statines ?

Dr Michel de Lorgeril :


« Les statines présentent un certain nombre d’effets secondaires. Chez les gens actifs, elles semblent altérer la qualité de vie et entraîner douleurs musculaires et déprimes. A long terme, il existerait également une augmentation des risques de cancer, en particulier chez les plus de 60 ans. L’étude PROSPER de 2002 notamment montre davantage de cancers et de décès par cancer avec la Pravastatine que sans traitement.

Attention cependant, les patients ne doivent pas arrêter leur traitement sans en discuter avec leur médecin traitant. Mais la prescription de statines me semble pire que l’affaire du sang contaminé en terme de chiffres. 7 millions de Français prennent ces médicaments inutilement. »

8. Les vraies causes des accidents cardio-vasculaires

Si le cholestérol est innocent, qu’est-ce qui provoque l’infarctus ?

Dr Michel de Lorgeril :

« L’infarctus vient d’une artère coronaire entièrement bouchée. Dans l’immense majorité des cas, la cause est un caillot de sang.

« La formation de ce caillot dépend de trois facteurs : »
  • l’agrégation des plaquettes sanguines,
  • la coagulation et la fibrinolyse,
  • un mécanisme anti-caillot

Le cholestérol n’intervient dans aucun de ces phénomènes.

Quant aux lésions d’athérosclérose, elles bouchent en partie les artères mais jamais complètement. Le cholestérol représente au grand maximum 10 % des ces lésions. Donc 10 % d’une obstruction partielle, qui n’est pas responsable en elle-même de l’infarctus. »

9. Comment protéger son cœur et ses artères

Quelles mesures faut-il prendre pour se protéger des maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Les maladies cardio-vasculaires sont des maladies du mode de vie. D’où l’importance d’agir notamment sur trois facteurs :
  • le tabac,
  • l’exercice physique,
  • l’alimentation

En clair, il ne faut pas fumer et essayer de respirer un air pur. Il faut aussi effectuer une activité physique adaptée.

Une masse musculaire importante est une réserve de protéines et d’acides aminés. Pour l’alimentation, la diète méditerranéenne a prouvé son efficacité clinique. En résumé, il s’agit d’une diète riche en céréales peu raffinées, en fruits et légumes frais, en légumes secs, en fruits à coque, en huile d’olive, en herbes aromatiques.

10. Pourquoi le monde médical reste silencieux

Pourquoi davantage de médecins ne font pas part de leurs doutes sur le cholestérol et les statines ?

Dr Michel de Lorgeril :

« D’abord, ils n’ont pas forcément accès aux médias. Mais si beaucoup de médecins se taisent, c’est aussi par crainte. Un des plus grands épidémiologistes mondiaux vient de relire mes travaux sur l’étude Jupiter, qui concerne l’utilisation préventive des statines. Il dit m’approuver et me soutenir. Mais il refuse de cosigner mon article. La raison : l’université pour laquelle il travaille a des contrats avec l’industrie pharmaceutique."

Quant aux médecins généralistes, beaucoup n’osent pas exprimer leurs doutes aux patients de crainte de se le faire reprocher par le cardiologue du CHU voisin. »


Sources :

  • - Cholestérol, Mensonges et Propagande, Dr Michel de Lorgeril, éd. Thierry Souccar, 2008.
  • - Effects of torcetrapib in patients at high risk of coronary events, Barter PJ et al., N Engl J Med, 2007.
  • - HDL cholesterol, very low levels of LDL cholesterol and cardiovascular events, Barter PJ et al., N Engl J Med, 2007.
  • - Major outcomes in moderately hypercholesterolemic, hypertensive patients randomized to pravastatin vs. usual care : the ALLHAT-LLT, ALLHAT Collaborative Research Group, JAMA, 2002.
  • - Rosuvastatin in older patients with systolic heart failure, Kjekhus J et al., N Engl J Med, 2007.
  • - Pravastatin in elderly individuals at risk of vascular disease (PROSPER) : a randomised controlled trial, Shepherd J et al., Lancet, 2002.
  • - High-dose atorvastatin versus usual-dose simvastatin for secondary prevention after myocardial infarction. The IDEAL study : a randomized controlled trial, Pedersen TR et al., JAMA, 2005.
  • - Is relationship between serum cholesterol and risk of premature death from coronary heart disease continuous and graded ? Findings in 356,222 primary screenees of the MRFIT, Stamler J et al., JAMA, 1986.
  • - Mediterranean diet, traditional risk factors and the rate of cardiovascular complications after myocardial infarction – Final report of the Lyon Diet Heart Study, De Lorgeril M et al., Circulation, 1999.

http://phill443.unblog.fr/2009/05/2...

Image IPB
Voir aussi : L’ESCROQUERIE DES STATINES par le Docteur Dwight Lundell



#20 pimousse

pimousse
  • Genre : Homme
  • Localisation : Vè Reichpublique
  • Intérêts : Le bilboquet

Posté 17 fvrier 2013 à 13:20

Je n'y connais pas grand chose donc je ne vais pas développer, juste une vidéo de Philippe Even, un peu connu pour ses positions sur le "tabagisme passif", les médicaments, etc... qui dénonce ici le cholestérol comme "la plus grosse erreur médicale" et "la plus grande arnaque de l'industrie pharmaceutique":


  • Wan aime ceci
« Respecter une femme, c'est pouvoir envisager l'amitié avec elle »

#21 tamaris

tamaris
  • Genre : Ne souhaite pas le dire
  • Localisation : Rennes, France
  • Intérêts : Cueillir des champignons

Posté 27 fvrier 2013 à 11:12


  • Atlantisarch aime ceci

#22 Atlantisarch

Atlantisarch
  • Genre : Homme
  • Localisation : oise
  • Intérêts : L'epic music. La recherche d'un sens à la vie.

Posté 28 fvrier 2013 à 21:47

atsuko.gif


L'important est de savoir pourquoi on veut nous le faire voir ainsi.

Chaque pièce à son revers. D'un coté il y a marqué "droits" et de l'autre il y a marqué "devoirs".

Certains cherchent des maîtres, d'autres cherchent des chemins ...