Aller au contenu


Pourquoi les optimistes me dépriment


  • Veuillez vous connecter pour répondre
21 réponses à ce sujet

#1 Sedenion

Sedenion

Posté 03 octobre 2010 à 14:03

Il existe de nombreux faux optimismes, tous les énumérer, en décris les diverses nuances représenterais un travail colossale tant chaque personne est différente, on peut cependant tirer quelques généralités.

Les personnes qui trouvent le bonheur en chaque chose et se réjouissent de chaque petit bonheur de la vie. toujours entousiastes, qui construisent leur bonheur au rythme des bonnes petites choses qui leur arrive au quotidien. Cette attitude est en fait souvent sympthomatique d'un malaise profond, d'une nécéssité de rééquilibrage constant, l'édifice menace de s'écrouler, il faut donc chercher la moindre petite miette de lumière partout où on peut. Dans une variante un peu différente, on trouve les adepte du "Ca pourrait être pire" qui est symptomatique d'une résignation, d'une perte de foi, on ne cherche plus l'amélioration, on a perdu ses idéaux, on ose plus rêver mieux, on préfère accepter son sors.

En fait c'est une constante des ces faux optimistes, ils ont perdu leurs idéaux, ou alors ils n'en ont jamais eu. Ils ont accepté de laisser leurs rêves de coté pour accepter le monde tel qu'il est, pour se satisfaire de ce qui leur était donné. Comme des esclaves qui auraient décidé d'oublier que la liberté existait pour moins souffrir de leur état, pour moins se sentir mal. ]La plupart de ces personnes s'accrochent à une forme de réalisme désoeuvré, ils voient souvent l'idéalisme et l'utopie d'un mauvais oeil, comme un danger, comme une chose qu'il serait mal d'entretenir : "Il ne faut pas rêver", "ainsi va la vie". Aussi peuvent-ils s'inquiéter de vous voir entretenir des rêves impossibles, vous incitant à revoir vos idéaux à la baisse, pour profiter de ce qui est proposé, ils vous invitent à vous résigner, comme eux, à changer votre point de vue, à oublier toute forme de révolte et a vous abandonner au réalisme du monde.


Ces personne emploient leur énergie à chercher la moindre parcelle de lumière disponible à l'extérieur, à convertir leur propre point de vue pour distordre la réalité pour la rendre acceptable, ils s'épuisent à accepter le monde tel qu'il est et à y trouver leur bonheur, leur plénitude. Ils dénient leur propre force intérieur, ils dénient leur indéaux, ils se dénient eux-même. Ils ont oubliés les enfants rêveurs qu'ils étaient, ils ont oublié "qui" ils étaient avant.

Cette énergie déployée à l'extérieur n'est plus disponible pour entretenir leurs idéaux, leur rêves, et leur donner la possibilité d'élever leur esprit au delà de la dimensions terrestre qui les entour. Dans les cas les plus graves, il se piègent sans le savoir dans la matière, car ils refusent d'une certaine manière de rejeter ce qu'ils jugent en réalité être la seule chose qui existe : ce monde de merde. Ainsi n'ont-ils plus la force de se projeter ailleurs, de projeter mieux, ni pour ce monde, ni pour un autre. Ils font fragiles, fragilisés, le moindre négativisme les atteint, les met en colère, car menace les faire s'écrouler. Ils refusent qu'on critique trop durement le monde, car ils ont appris à l'aimer et y ont investi leur énergie, comme si ils y avaient investis leur économies.

Dans les cas les cas désesépérés, la conversion est complète, seule ce monde existe, et seul ce monde apporte le bonheur, à la manière dont il le fait actuellement : consomation, commerce, argent, pouvoir... ils méprisent les idéaux, ils crachent à la gueule des rêveur et se moquent d'eux. Ils sont attachés à ce monde comme une sangsue est attaché à son hôte, ils sont prêts à mourir pour le système, ils sont devenus le système.

***
Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner. On sait que si on se tait, c'est pour mieux écouter, comprendre, et échafauder son plan, attendre l'opportunité, trouver les failles et les exploiter.

Modifié par Sedenion, 03 octobre 2010 à 14:04.

  • yoananda et curalibero aiment ceci

#2 ishtar

ishtar
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 03 octobre 2010 à 14:22

Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner. .


moi aussi je refuse de me "plier" ..mais je n'y peux rien
c'est vraiment viscéral

on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner.


on sait aussi que les opportunités sont cycliques

mais le pire dans tout ça c'est ce sentiment d'immobilisme ambiant
on attend toujours avec fébrilité le "coche"
mais...Anne ne voit rien venir...et la femme de barbe bleue sent sa fin proche...
cette vie n'est qu'un immense conte où on est tour à tour le benêt ou le héros

simples marionnettes sur l'échiquier qui ont l'outrecuidance d'affirmer qu'elles "pensent"...à défaut de ressentir

les optimistes sont des cons ,les pessimistes aussi
restent ceux qui savent doser....

ps: j'aime bien ce film :cool:

Modifié par ishtar, 03 octobre 2010 à 14:25.


#3 La scytale

La scytale
  • Genre : Femme
  • Localisation : Flatland

Posté 03 octobre 2010 à 14:28

Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner. On sait que si on se tait, c'est pour mieux écouter, comprendre, et échafauder son plan, attendre l'opportunité, trouver les failles et les exploiter.


Oui, soit on accepte le monde et on vit "normalement".
Soit on ne l'accepte pas et on se voit mourir à petit feu...
Parce qu'on a pas de solution ou pas forcément une grande marge de manœuvre...
Et ne finit-t'on pas par mettre nos idéaux au placard à la fin comme le reste du monde ? Lassés de ne pouvoir agir ou d'être étouffés et débilisés par une société qui régresse ?
C'est l'amour qui nous sauvera.

#4 Sedenion

Sedenion

Posté 03 octobre 2010 à 14:37

Soit on ne l'accepte pas et on se voit mourir à petit feu...


Non...

Et ne finit-t'on pas par mettre nos idéaux au placard à la fin comme le reste du monde ?


Ca, c'est mourir...

Modifié par Sedenion, 03 octobre 2010 à 14:37.


#5 La scytale

La scytale
  • Genre : Femme
  • Localisation : Flatland

Posté 03 octobre 2010 à 14:40

Non...



Ca, c'est mourir...



Je suis tout à fait d'accord avec toi. Mais du coup on comprend mieux pourquoi une majorité de personnes ont choisi de se voiler la face.
C'est tellement plus facile que d'avoir l'impression de se débattre dans le vent !
C'est l'amour qui nous sauvera.

#6 ZasTaLa

ZasTaLa

    Fils de Dieu et toi ?

  • Membres
  • 463 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : {{ **Dans le Multivers et sur Urantia-Gaïa **}}

Posté 03 octobre 2010 à 14:51

Sedenion, moi à ta place je ne me casserais pas la tête à trop réfléchir sur le pourquoi du comment des optimistes.

En tant qu'ex-pessimiste-réaliste, je peux te dire aujourd'hui que cela ne sert qu'à s'épuiser moralement, physiquement, énergétiquement, ...

Cela est certes nécessaire de voir l'état de décrépitude de ce monde, c'est certes intéressant de voir la manière de se comporter des autres personnes, mais il n'est pas bon pour la santé de s'éterniser sur ce qui est mauvais.

L'optimisme ne demande pas de fuir la dureté de la réalité, l'optimisme bien compris sert à emmagasiner de l'énergie pour pouvoir avancer malgré les difficultés rencontrées et en se servant d'elles : c'est comme un alpiniste qui observe les aspérités de la montagne pour pouvoir trouver des points d'appui et se hisser plus haut.

Maintenant comme décrit dans le livre C.A.D ( Conversation Avec Dieu de Neale Donald Walsh ) c'est une question de choix :

- Je décide quoi maintenant ?

- Je décide de rester dans la déprime et de m'y enfoncer ?

- ou bien je décide que cela suffit, j'ai compris les leçons et les impasses de ce monde matérialiste, je décide qu'il y a autre chose à voir, autre chose à faire, un autre état d'être ...


Ram le Little Bouddha lui a fait le choix de méditer pendant 6 ans sans manger, ni boire et il se porte comme un charme...

Les Maîtres éveillés appliquent ce principe :



{{ ** L’Homme supérieur ne demande rien qu’à lui-même ; l’homme vulgaire et sans mérite demande tout aux autres ** }} Confucius



IL PREND FEU EN MEDITANT (Retour en 2012 !)

http://www.youtube.com/watch?v=aaZ56A4RCwM&feature=related




Apprendre à méditer, ça m'aide à me calmer.


Learn How To Meditate Part 1 of 5


http://www.youtube.com/watch?v=SAISXfvkC0A&feature=related


Apprendre à rire des difficultés, ça aide aussi à ne pas faire de vilaines choses ou à ne pas se suicider.

Dieudonné - Mes Excuses - 1 sur 12




C'est juste une question de libre-arbitre et de choix.
« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » « La Terre a de quoi satisfaire les besoins de Tous mais pas l'avidité de chacun » Mahatma GANDHI
« Les malentendus sont des problèmes qu'il vaut mieux résoudre » ZasTaLa « Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie. » William Shakespeare

#7 La scytale

La scytale
  • Genre : Femme
  • Localisation : Flatland

Posté 03 octobre 2010 à 15:15

Cela est certes nécessaire de voir l'état de décrépitude de ce monde, c'est certes intéressant de voir la manière de se comporter des autres personnes, mais il n'est pas bon pour la santé de s'éterniser sur ce qui est mauvais.

L'optimisme ne demande pas de fuir la dureté de la réalité, l'optimisme bien compris sert à emmagasiner de l'énergie pour pouvoir avancer malgré les difficultés rencontrées et en se servant d'elles : c'est comme un alpiniste qui observe les aspérités de la montagne pour pouvoir trouver des points d'appui et se hisser plus haut.



Oui mais dans ce cas là on avance égoïstement ? Et au final est ce qu'on arrive un jour à changer le monde qui nous entoure ?
Tout le monde fait pareil et on a une société bien merdique quand même...
C'est l'amour qui nous sauvera.

#8 ZasTaLa

ZasTaLa

    Fils de Dieu et toi ?

  • Membres
  • 463 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : {{ **Dans le Multivers et sur Urantia-Gaïa **}}

Posté 03 octobre 2010 à 15:42

Oui mais dans ce cas là on avance égoïstement ? Et au final est ce qu'on arrive un jour à changer le monde qui nous entoure ?
Tout le monde fait pareil et on a une société bien merdique quand même...


Pourquoi penser que c'est égoïste de grandir ? de prendre le temps d'apprendre, d'évoluer vers sa propre maîtrise ?

Pour pouvoir aider les autres il faut déjà pouvoir s'aider soi-même : personne de sain d'esprit ne demande à un enfant de faire le travail des adultes car un enfant n'a ni la force, ni la taille, ni le développement d'un adulte.

Exemple pour conduire un super poids-lourd, l'enfant doit d'abord grandir en taille, en force, en sagesse, en intelligence, en connaissance, en responsabilité, etc ...

Dans l'exemple de Ram le Little Bouddha, il a dit lui-même qu'il lui faut encore parcourir beaucoup de chemin avant d'atteindre la force et la sagesse d'un Bouddha, c'est pour ça qu'il demande qu'on le laisse méditer pendant 6 années.

Une fois qu'il aura atteint le niveau bouddhique il pourra ensuite aider le monde : Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs


C'est pareil pour chacun d'entre nous, ce n'est ni logique, ni sensé de demander à un maçon de faire le travail d'un chirurgien, ou un professeur de sport d'enseigner la philo :



Les Inconnus - Education Nationale

http://www.youtube.com/watch?v=rsd92DHrUM4&feature=related


" Un temps pour chaque chose et chaque chose en son temps "

Modifié par ZasTaLa, 03 octobre 2010 à 15:47.

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » « La Terre a de quoi satisfaire les besoins de Tous mais pas l'avidité de chacun » Mahatma GANDHI
« Les malentendus sont des problèmes qu'il vaut mieux résoudre » ZasTaLa « Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie. » William Shakespeare

#9 Prema

Prema

    Question de perspective

  • Animateurs
  • 4 526 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Dictature française

Posté 03 octobre 2010 à 16:56

Sedenion :

Il existe de nombreux faux optimismes, tous les énumérer, en décris les diverses nuances représenterais un travail colossale tant chaque personne est différente, on peut cependant tirer quelques généralités.

Les personnes qui trouvent le bonheur en chaque chose.....................


Qu'il est confortable de mettre les gens dans des cases....
et prétentieux de croire tout savoir d'eux...

Si le climat était une banque il serait déjà sauvé.
Hugo Chavez


#10 yoananda

yoananda

    Déraisonnable

  • Membres
  • 3 457 messages
  • Genre : Homme

Posté 03 octobre 2010 à 17:32

Sedenion :

Qu'il est confortable de mettre les gens dans des cases....
et prétentieux de croire tout savoir d'eux...

remplace "personne" par "comportement".
Les bisounours m'ont tuer

#11 Sedenion

Sedenion

Posté 03 octobre 2010 à 18:00

Qu'il est confortable de mettre les gens dans des cases....


Non c'est pas confortable justement, je suis obligé de généraliser, si non j'écris rien du tout.

#12 Cassandre

Cassandre

    Tu sais, toi ? T'es sûr ?

  • Membres
  • 232 messages
  • Genre : Femme

Posté 10 octobre 2010 à 00:42

Sedenion, je vois ce que tu veux dire, mais quelques-unes de tes définitions me semblent hâtives.

Les personnes qui trouvent le bonheur en chaque chose et se réjouissent de chaque petit bonheur de la vie

Ça, ça me semble plutôt être des hédonistes : des gens qui savent vivre dans l'instant présent au lieu de resté bloqués dans le passé ou la projection, des pratiquants du Carpe Diem (celui qui libère hein, pas le « faux » qui asservit à nos plus bas instincts !) ;)

Dans une variante un peu différente, on trouve les adepte du "Ca pourrait être pire" qui est symptomatique d'une résignation, d'une perte de foi, on ne cherche plus l'amélioration, on a perdu ses idéaux, on ose plus rêver mieux, on préfère accepter son sors.

J'appelerais ça un fataliste, ce qui me semble être l'énergie contraire (le saboteur) de l'optimiste !

Aussi peuvent-ils s'inquiéter de vous voir entretenir des rêves impossibles, vous incitant à revoir vos idéaux à la baisse, pour profiter de ce qui est proposé, ils vous invitent à vous résigner, comme eux, à changer votre point de vue, à oublier toute forme de révolte et a vous abandonner au réalisme du monde.

Pourtant n'est-ce pas l'idéaliste qui est optimiste ?

Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement.

Là par contre, je partage complètement ton point de vue… et comprends mieux ta définition des « faux optimistes ». Mais le titre de topic devient donc trompeur…
P'tite provoc* ? ;)


* et ô combien je comprendrais, moi c'est les gens qui affichent un sourire forcé et me disent « mets de la couleur, c'est plus gai ! » qui me dépriment…

#13 chuma

chuma
  • Genre : Femme
  • Localisation : Entre le Ciel et la Terre
  • Intérêts : De plus en plus de choses !!!

Posté 10 octobre 2010 à 07:24

Salut Sedenion,

Excellent le film ;-)

Ceci dit entre le put... de système scolaire recalcitrant et ma mère et beau parents en phase finale de leur vie... y'a pas que les optimistes qui me dépriment...

On est tous differents, c'est ce qui fait notre "richesse" maintenant ils faut savoir avancer avec ça, il ne s'agit pas de laisser tomber les autres mais de prendre un autre chemin...

De toute manière on ne peut qu'avancer, quitte à aller droit dans le mur, franchement je vois pas comment on pourrais atterir ailleurs...

Certains y arriverons avant pour amortir le choc de ceux qui suivent... ainsi va la vie.

Chuma
Ensorceleuse du corps et de l'esprit
Communication intuitive : ciamour@hotmail.fr

Ne pas déranger je médite sur la connerie humaine, et cela risque de prendre du temps

#14 SIMHA108

SIMHA108

Posté 10 octobre 2010 à 11:09

Non c'est pas confortable justement, je suis obligé de généraliser, si non j'écris rien du tout.


Pourtant c'est ce que l'on fait, on travaille dans des sociétés et on dit dans des boîtes,
on roule dans des voitures, et on dit dans des caisses,
on à des comptes en banque, mais c'est un casier aussi,
nous avons classifier notre façon de vivre et nous sommes prisonniers de notre façon de penser en case,
si nous ne sommes pas dans le normes, il nous manque des cases.

on est sur terre, et un bout de papier nous en rend propriétaire (propre pour la terre)

et quand on meure on nous met aussi dans d'autres boîtes.

#15 Cyrille999

Cyrille999
  • Genre : Homme
  • Localisation : La lumière céleste
  • Intérêts : Trop, hélas: Ainsi sont les passionnés dont je fais partie.

Posté 10 octobre 2010 à 11:11

Il existe de nombreux faux optimismes, tous les énumérer, en décris les diverses nuances représenterais un travail colossale tant chaque personne est différente, on peut cependant tirer quelques généralités.

Les personnes qui trouvent le bonheur en chaque chose et se réjouissent de chaque petit bonheur de la vie. toujours entousiastes, qui construisent leur bonheur au rythme des bonnes petites choses qui leur arrive au quotidien. Cette attitude est en fait souvent sympthomatique d'un malaise profond, d'une nécéssité de rééquilibrage constant, l'édifice menace de s'écrouler, il faut donc chercher la moindre petite miette de lumière partout où on peut. Dans une variante un peu différente, on trouve les adepte du "Ca pourrait être pire" qui est symptomatique d'une résignation, d'une perte de foi, on ne cherche plus l'amélioration, on a perdu ses idéaux, on ose plus rêver mieux, on préfère accepter son sors.

En fait c'est une constante des ces faux optimistes, ils ont perdu leurs idéaux, ou alors ils n'en ont jamais eu. Ils ont accepté de laisser leurs rêves de coté pour accepter le monde tel qu'il est, pour se satisfaire de ce qui leur était donné. Comme des esclaves qui auraient décidé d'oublier que la liberté existait pour moins souffrir de leur état, pour moins se sentir mal. ]La plupart de ces personnes s'accrochent à une forme de réalisme désoeuvré, ils voient souvent l'idéalisme et l'utopie d'un mauvais oeil, comme un danger, comme une chose qu'il serait mal d'entretenir : "Il ne faut pas rêver", "ainsi va la vie". Aussi peuvent-ils s'inquiéter de vous voir entretenir des rêves impossibles, vous incitant à revoir vos idéaux à la baisse, pour profiter de ce qui est proposé, ils vous invitent à vous résigner, comme eux, à changer votre point de vue, à oublier toute forme de révolte et a vous abandonner au réalisme du monde.


Ces personne emploient leur énergie à chercher la moindre parcelle de lumière disponible à l'extérieur, à convertir leur propre point de vue pour distordre la réalité pour la rendre acceptable, ils s'épuisent à accepter le monde tel qu'il est et à y trouver leur bonheur, leur plénitude. Ils dénient leur propre force intérieur, ils dénient leur indéaux, ils se dénient eux-même. Ils ont oubliés les enfants rêveurs qu'ils étaient, ils ont oublié "qui" ils étaient avant.

Cette énergie déployée à l'extérieur n'est plus disponible pour entretenir leurs idéaux, leur rêves, et leur donner la possibilité d'élever leur esprit au delà de la dimensions terrestre qui les entour. Dans les cas les plus graves, il se piègent sans le savoir dans la matière, car ils refusent d'une certaine manière de rejeter ce qu'ils jugent en réalité être la seule chose qui existe : ce monde de merde. Ainsi n'ont-ils plus la force de se projeter ailleurs, de projeter mieux, ni pour ce monde, ni pour un autre. Ils font fragiles, fragilisés, le moindre négativisme les atteint, les met en colère, car menace les faire s'écrouler. Ils refusent qu'on critique trop durement le monde, car ils ont appris à l'aimer et y ont investi leur énergie, comme si ils y avaient investis leur économies.

Dans les cas les cas désesépérés, la conversion est complète, seule ce monde existe, et seul ce monde apporte le bonheur, à la manière dont il le fait actuellement : consomation, commerce, argent, pouvoir... ils méprisent les idéaux, ils crachent à la gueule des rêveur et se moquent d'eux. Ils sont attachés à ce monde comme une sangsue est attaché à son hôte, ils sont prêts à mourir pour le système, ils sont devenus le système.

***
Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner. On sait que si on se tait, c'est pour mieux écouter, comprendre, et échafauder son plan, attendre l'opportunité, trouver les failles et les exploiter.

Bonjour à toi,

Tu me fais sourire --- avec tes évaluations à l'emporte pièce ---- je ne doute pas qu'il existe ce que tu appelles des "faux optimistes" mais qu'en est-il des vrais ?

N'est ce pas un signe de sagesse d'être heureux juste ---- de vivre ?

Pourquoi tu prêtes des mauvaises intentions à ceux que tu appelles optimistes ? Pourquoi les optimistes ne seraient pas amoureux des idéalistes ? Pourquoi seraient-ils plus corrompus que les pessimistes ? Dis moi ???????

Comme beaucoup de personnes qui généralisent abusivement en fonction de compréhensions psychiques erronées, tu n'es pas prêt de comprendre la sagesse de l'optimisme...

Bien à toi,
Cyrille optimiste idéaliste
Les élues avançaient dans la Lumière de leur destin. Le temps des prêtresses dorées d'Athéna était arrivé.

#16 SIMHA108

SIMHA108

Posté 10 octobre 2010 à 11:24

Il existe de nombreux faux optimismes, tous les énumérer, en décris les diverses nuances représenterais un travail colossale tant chaque personne est différente, on peut cependant tirer quelques généralités.

Les personnes qui trouvent le bonheur en chaque chose et se réjouissent de chaque petit bonheur de la vie. toujours entousiastes, qui construisent leur bonheur au rythme des bonnes petites choses qui leur arrive au quotidien. Cette attitude est en fait souvent sympthomatique d'un malaise profond, d'une nécéssité de rééquilibrage constant, l'édifice menace de s'écrouler, il faut donc chercher la moindre petite miette de lumière partout où on peut. Dans une variante un peu différente, on trouve les adepte du "Ca pourrait être pire" qui est symptomatique d'une résignation, d'une perte de foi, on ne cherche plus l'amélioration, on a perdu ses idéaux, on ose plus rêver mieux, on préfère accepter son sors.

En fait c'est une constante des ces faux optimistes, ils ont perdu leurs idéaux, ou alors ils n'en ont jamais eu. Ils ont accepté de laisser leurs rêves de coté pour accepter le monde tel qu'il est, pour se satisfaire de ce qui leur était donné. Comme des esclaves qui auraient décidé d'oublier que la liberté existait pour moins souffrir de leur état, pour moins se sentir mal. ]La plupart de ces personnes s'accrochent à une forme de réalisme désoeuvré, ils voient souvent l'idéalisme et l'utopie d'un mauvais oeil, comme un danger, comme une chose qu'il serait mal d'entretenir : "Il ne faut pas rêver", "ainsi va la vie". Aussi peuvent-ils s'inquiéter de vous voir entretenir des rêves impossibles, vous incitant à revoir vos idéaux à la baisse, pour profiter de ce qui est proposé, ils vous invitent à vous résigner, comme eux, à changer votre point de vue, à oublier toute forme de révolte et a vous abandonner au réalisme du monde.


Ces personne emploient leur énergie à chercher la moindre parcelle de lumière disponible à l'extérieur, à convertir leur propre point de vue pour distordre la réalité pour la rendre acceptable, ils s'épuisent à accepter le monde tel qu'il est et à y trouver leur bonheur, leur plénitude. Ils dénient leur propre force intérieur, ils dénient leur indéaux, ils se dénient eux-même. Ils ont oubliés les enfants rêveurs qu'ils étaient, ils ont oublié "qui" ils étaient avant.

Cette énergie déployée à l'extérieur n'est plus disponible pour entretenir leurs idéaux, leur rêves, et leur donner la possibilité d'élever leur esprit au delà de la dimensions terrestre qui les entour. Dans les cas les plus graves, il se piègent sans le savoir dans la matière, car ils refusent d'une certaine manière de rejeter ce qu'ils jugent en réalité être la seule chose qui existe : ce monde de merde. Ainsi n'ont-ils plus la force de se projeter ailleurs, de projeter mieux, ni pour ce monde, ni pour un autre. Ils font fragiles, fragilisés, le moindre négativisme les atteint, les met en colère, car menace les faire s'écrouler. Ils refusent qu'on critique trop durement le monde, car ils ont appris à l'aimer et y ont investi leur énergie, comme si ils y avaient investis leur économies.

Dans les cas les cas désesépérés, la conversion est complète, seule ce monde existe, et seul ce monde apporte le bonheur, à la manière dont il le fait actuellement : consomation, commerce, argent, pouvoir... ils méprisent les idéaux, ils crachent à la gueule des rêveur et se moquent d'eux. Ils sont attachés à ce monde comme une sangsue est attaché à son hôte, ils sont prêts à mourir pour le système, ils sont devenus le système.

***
Lorsqu'on décide d'employer cette énergie à autre chose qu'a accepter le monde, on souffre du monde, car il nous atteint, et on souffre d'être en désacord avec lui, on souffre du fait qu'il n'est pas ce qu'on veut, on souffre souvent d'être seul à avoir un tel point de vue. Mais on sait alors où on est, et on ose le dire, et on ose en souffrir et s'en offusquer, car au fond, on est optimiste, car on ne peut pas faire autrement. On est prêt à remuer l'univers tout entier pour manifester ses idéaux, pour les rendre possible, ici ou ailleurs, maintenant ou dans 10 000 ans, parcequ'on refuse de se plier, parceque si on se courbe, on sait que c'est temporaire, que c'est reculer pour mieux sauter, feindre pour mieux attaquer, perdre pour mieux gagner. On sait que si on se tait, c'est pour mieux écouter, comprendre, et échafauder son plan, attendre l'opportunité, trouver les failles et les exploiter.



C'est bien de voir le monde tel qu'il est, mais très peu de gens le voient ainsi,
ils ne prennent pas le temps de le regarder, ils suivent une voie toute tracée.
C'est ainsi c'est leur monde, leur création limitée certes mais la leur.

Il n'y a pas de besoin de voir ou de vivre tout cela,
la seule chose importante pour chacun d'entre nous
c'est d'être soi-même, d'être en unité.
Tout le reste n'est pas très important,
car notre propre évolution se reflète sur tout notre environnement,
sur toute la terre et l'univers, même si personne autour de nous n'en a conscience.
Un seul être s'il atteint l'illumination,
permet à des milliers d'autres de changer son destin et sa vie,
C'est pour cela que les âmes très évoluées se réincarnent,
Par leur exemple, elles permettent à d'autres de retrouver le chemin ver l'unité,
de réaliser tout leur désir, d'être un avec son Soi.
C'est le but même de la vie.

#17 SIMHA108

SIMHA108

Posté 10 octobre 2010 à 11:27

Bonjour à toi,

Tu me fais sourire --- avec tes évaluations à l'emporte pièce ---- je ne doute pas qu'il existe ce que tu appelles des "faux optimistes" mais qu'en est-il des vrais ?

N'est ce pas un signe de sagesse d'être heureux juste ---- de vivre ?

Pourquoi tu prêtes des mauvaises intentions à ceux que tu appelles optimistes ? Pourquoi les optimistes ne seraient pas amoureux des idéalistes ? Pourquoi seraient-ils plus corrompus que les pessimistes ? Dis moi ???????

Comme beaucoup de personnes qui généralisent abusivement en fonction de compréhensions psychiques erronées, tu n'es pas prêt de comprendre la sagesse de l'optimisme...

Bien à toi,
Cyrille optimiste idéaliste


Bonjour Cyrille,

Quel est ton idéal alors ? D'être un sage optimiste ?
Il y a de vrais et des faux optimistes,
alors il y a aussi des vrais et faux idéalistes,
des vrais optimistes idéalistes et des faux .....

C'est cela le monde on nous vivons,
toujours dans la dualité
ce que j'appellerai l'erreur de l'intellect
Nous sommes tous dans la dualité, car nous avons été éduqué ainsi,
et nous ne pouvons plus voir l'Unité,
nous avons du mal à nous connaître,
à être nous-mêmes tout simplement,
alors nous nous mettons des adjectifs, des qualificatifs etc...
tout cela pour mieux nous tromper ou tromper les autres,
mais en fait nous ne trompons que nous-même par les autres,
et nous nous accrochons à ces idées, à cette dualité, que nous en oublions notre nature,
Notre nature est divine, plus nous divisons plus nous nous en éloignons.

Seulement si nous prenons conscience de notre unité, de notre nature divine,
toutes ces classements, tiroirs, caisses, boîtes, nous paraîtrons absurdes.

Notre but dans la vie c'est d'Etre tout simplement.

Modifié par SIMHA108, 10 octobre 2010 à 11:41.


#18 Chercheur aussi

Chercheur aussi

    Chercheur de vérités

  • Membres
  • 2 196 messages
  • Genre : Homme

Posté 10 octobre 2010 à 11:32

Aller hop ! je pète un boulon moi aussi :tresfache: !!!!! :guerrier: :gueulecassee:
:tss:

Et puis non finalement, :cogite:, je vais me vautrer dans la zénitude . :aureole7: :ange: :cool: ;-) :D

Ouf !

#19 robertix

robertix
  • Genre : Homme
  • Localisation : taverny france

Posté 21 novembre 2010 à 18:07

accepte que le marché est universel et joue la carte de la mobilité spatiale
tu as là une infinité d'opportunités,là c'est positif et optimiste

pour aimer il faut être vivant

plutôt que de participer comme figurant au tournage de la série yalta1,yalta2,yalta3 ect
c'est la suite logique d'événements,les guerres fédéralistes

évidement les acteurs locaux refusent de laisser partir les esclaves
il y a là conflits d'interrets entre eux,c'est le jeu des caïds

la guerre paye plus que la paix,parce que le commerce des armes est très lucratif

imagine que nous sommes en 1910 que fais tu ?

il n'y a pas de fatalité,seulement des partenaires moins stupides que d'autres
le père noel n'existe pas,le futur a un prix et les gens sont avares

petit bateau
site:www.robertix.com

#20 robertix

robertix
  • Genre : Homme
  • Localisation : taverny france

Posté 31 janvier 2012 à 13:51

qui sont les gentils,qui sont les méchants ?
où est le rêve,où est le réel ?

la vie est une longue partie de poker ou tu dois jouer la bonne carte au bon moment,le reste est philosophie
site:www.robertix.com

#21 robertix

robertix
  • Genre : Homme
  • Localisation : taverny france

Posté 31 janvier 2012 à 14:00

il y a de temps en temps redistribution des cartes à yalta

géopolitique
les nouveaux empereurs et les nouveaux empires

c'est là que la population doit bien jouer pour la pérénité de sa tribu
site:www.robertix.com

#22 chuma

chuma
  • Genre : Femme
  • Localisation : Entre le Ciel et la Terre
  • Intérêts : De plus en plus de choses !!!

Posté 31 janvier 2012 à 14:16

Le pessimiste est un optimiste avec de l'experience...
Ensorceleuse du corps et de l'esprit
Communication intuitive : ciamour@hotmail.fr

Ne pas déranger je médite sur la connerie humaine, et cela risque de prendre du temps