Aller au contenu


Le végétarisme


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1238 réponses à ce sujet

#1081 doutoïd

doutoïd

    Guerrier mystique gaïen

  • Bannis
  • 1 776 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : par ici ou par là

Posté 21 aot 2006 à 08:20

A propos des femmes enceintes, un truc qui m'avait marqué...c'est que celles-ci refusent souvent certains aliments...dont la viande !!!

Quelque chose me dit que lors de l'incarnation de l'âme, celle-ci refuse "tous aliments un peu dangeureux" pour son évolution.
Et la viande en fait partie !!!

Etant un mangeur de viande, mais étant sincère, il est vrai qu'il existe une très grosse manipulation à ce sujet !

Je suis désolé de ce fait, et que peu de personnes en soient conscientes, à part ceux qui ont décidé d'être végétarien ou végétalien...

Enfin...

Comme tous les mensonges vont être détruits, UN à UN...

Cyrille

Bonjour,

Euh...pardonne moi, mais, c'est pas tout à fait juste.

la maman de mes enfants avait des fringales de viandes rouges importantes au point de vouloir des steacks de 200 grammes et de les manger facilement.

Non, je pense que le corps réclame ce dont il a besoin au moment ou il en a besoin et la viande en fait partie.

Surtout qu'en temps normal on n'en mange quasiment jamais.

Certainement que si elle avait pas eu la possibilité de manger de la viande rouge elle aurait mangé des oeufs en grande quantité.

A bientôt :D

#1082 Diane

Diane
  • Localisation : quimper

Posté 21 aot 2006 à 15:18

Bonjour,

Juste une petite pierre à l’édifice : je suis strictement végétarienne depuis peu, car l’idée que des animaux étaient tués dans des conditions cruelles pour me nourrir m’est devenue insupportable.
Dès que j’ai été en âge de me faire comprendre, j’ai refusé obstinément de manger de la viande, d’après ce que mes parents m’ont raconté. Mais j’ai fini par me conformer aux habitudes alimentaires de tout un chacun, tout en étant principalement végétarienne (par goût et non par principe).
J’ai entrepris un travail sur moi dans une volonté d’éveil et d’évolution depuis quelques années, et insensiblement je me suis arrêtée complètement de manger de la viande, qui ne m’apparaît plus que comme des morceaux de cadavres tués dans la violence et la peur (ce qui est, hélas la réalité, même si les carnivores évitent d’y penser).
Cela fait longtemps que je suis végétarienne chez moi, mais que j’accepte de manger de la viande quand je suis invitée (de peur du regard des autres !!)
Depuis quelques mois, j’ai suffisamment pris confiance en mes convictions pour refuser de manger de la viande même chez mes amis, malgré les plaisanteries et remarques douteuses.
Je suis persuadée que cette démarche ne peut donc se réaliser qu’après une prise de conscience et un long travail sur soi. Les carnivores ne pourront évidemment pas devenir végétariens du jour au lendemain ni comprendre que les animaux ne sont pas là pour nous servir de nourriture, contrairement au règne végétal qui s’offre - et qu’il faut remercier pour cela. C’est une conviction intime et propre à chacun.
Je crois que certains sont à un point différent par rapport à d’autres de leur chemin de vie, et qu’il ne sert à rien d’essayer de les convaincre ; tout simplement parce qu’ils ne sont pas encore prêts et que ce message ne trouve aucune « résonance » en eux (un enfant de 5 ans ne peut pas comprendre le théorème de Pythagore comme son grand frère de 15 ans ; cela ne veut pas dire pour autant qu’il est plus bête : il est juste plus jeune !!).

Je vous joins un doc marrant trouvé sur internet (toujours mettre les rieurs de son côté !! lol)


COMMENT SE PREPARER A RENCONTRER UN VEGETARIEN
Texte humoristique adressé aux bidochons.


Vous en rencontrerez de plus en plus. Parfois vous fréquenterez quelqu'un de longues périodes avant de vous rendre compte qu'il en est. Cela peut frapper votre famille, vos collègues ou votre partenaire de lit. Alors autant apprendre tout de suite comment vous comporter avec ces gens qui ne sont plus tout à fait comme vous. Eux. Les végétariens. Bien sûr vous pouvez avoir de la chance et tomber sur un spécimen qui ne mange pas de viande par simple affaire de goût ou de santé. Là, vous pouvez vous rassurer tout de suite. Simple affaire de choix personnel qui n'engage en rien l'entourage. Fréquenter ce genre de personnes ne changera pratiquement rien à votre vie.
Aucun risque de remise en cause de vos habitudes.

Et nous savons bien, jeunes révolutionnaires rockers anticonformistes qu'il est tout de même des habitudes que l'on change difficilement. Écouter d'autres disques que sa maman et porter d'autres vêtements suffit largement à se démarquer. S'il faut en plus remettre en cause sa routine quotidienne, c'est tout de même trop compliqué. Là, ça prend la tête. Et une fois prise, elle est occupée. Il vaut mieux prévenir que guérir et garder la tête vide qu'essayer de la vider une fois occupée, sans savoir si l'on n'oubliera pas quelque chose dans un coin.
Contentez-vous donc de fréquenter ces végétariens inoffensifs dont je parlais plus haut, ce qui vous permettra de dire que vous en connaissez (c'est très dans le coup et ça fait tolérant, comme d'avoir un copain homo). Évitez tout de même de les multiplier, il ne s'agit pas non plus de gâcher vos soirées. Et surtout, méfiez-vous des végétariens dangereux, les subversifs, ceux qui le sont par raisonnement.

D'abord, le raisonnement ça peut devenir contagieux et vous aurez l'air fin quand vous vous ferez traiter d'intellos par les copains. Ensuite, ils ont des arguments, on ne sait plus quoi leur répondre, c'est très chiant. Voilà donc les pièges les plus grossiers à éviter coûte que coûte pour ne pas perdre la face si vous tombez sur un ami qui vous révèle un beau jour qu'il l'est. Ne succombez pas à la tentation première, la plus évidente, en croyant vous en sortir par un humour dévastateur. Tout simplement parce que, si souriant soit-il, votre interlocuteur est aguerri, il a déjà entendu vos bonnes blagues plus de mille fois et vous rangera illico dans la boîte aux ringards, sans se priver de vous ridiculiser à peu de frais auprès de tous vos proches, jour après jour. Quelle qu'en soit votre envie brûlante, renoncez donc une fois pour toutes au répertoire classique dont sont extraits ces exemples parmi les plus connus : "Moi aussi j'aime le cheval, dans mon assiette", "Et pour le lait de soja, on trait le soja ?", "T'entends crier les radis quand tu les manges?", "Eh ben, et le lion et la gazelle, alors ?", "Hitler aussi était végétarien", "Vous voulez donner le droit de vote aux animaux alors ?", etc.

Le deuxième écueil est celui dans lequel tombe celui qui prend le végétarien de front, en croyant placer des arguments irréfutables qui seront démontés en deux coups de cuiller à pot. A bannir donc, les "mais, mes pauvres, qu'est-ce que vous mangez ?" (ils vous le diront), "J'aime les animaux mais j'aime la viande" (ils vous diront qu'il ne s'agit pas d'amour mais de droits des êtres), "un cochon c'est laid, une poule c'est bête" (ils vous feront la même réponse que ci-dessus, patiemment, ou pire épilogueront sur votre propre cas qui malgré tout ne donne pas droit à votre voisin de vous manger), "on aurait voulu vous voir pour la Yougoslavie " (ils vous diront que l'un n'empêche pas l'autre, ou, pire, vous demanderont ce que vous, vous avez fait pour la Yougoslavie). En fait les chances de vous en sortir sont minimes.

Reste le troisième écueil classique : faire bloc, freiner des quatre pattes, appeler maman au secours, bref y aller avec franchise : "c'est des choses, j'aime mieux pas y penser, je ne peux pas, j'aime trop ma petite bouffe, je peux déjà pas diminuer le sel sur mes frites alors vous pensez, oui, vous avez raison, bravo si vous pouvez, mais pas moi, y a déjà vous, ça suffit peut-être pour la cause, vous n'aimez sûrement pas ça autant que moi", etc. Agacés par vos bruissements, grands gestes, cris et larmes, on vous laissera sans doute tranquilles. Mais vous ne ressortirez pas grandis de la confrontation. C'est partout qu'il vous faudra assumer votre condition de bidochons pathétiques. Pas de quoi frimer.

Un seul salut, en fait, si peu honorifique soit-il : la fuite. Car si vous les laissez parler, ils vous expliqueront. Que rien n'autorise l'espèce humaine à exploiter et à tuer les autres espèces animales. Qu'il faut ajouter à votre vocabulaire l'expression antispécisme, le spécisme consistant à privilégier systématiquement les intérêts des êtres humains au détriment des autres, comme les racisme et sexisme privilégient les intérêts de certains humains en fonction de leur race ou sexe. Que vous avez la tête de ceux qui s'opposèrent il n'y a pas si longtemps à l'abolition de l'esclavage ou aux droits des femmes. De l'avis desquels on s'est fort bien passés. Que le mouvement est en marche. Et que, allez, après tout, c'est juste une notion de plus à intégrer !

Alias

#1083 NumberX

NumberX

Posté 21 aot 2006 à 17:38

Il y a des personnes qui naissent avec une peau épaisse et d'autres une peau fine et il y a plein de nuances entre ces deux extrêmes. Ceci est une image.

Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ? Certains naissent avec une peau bien épaisse qui traduit une conscience porcine et les meilleures volontés du monde n'en viendront à bout : cet individu aura besoin de viande, de pets, de gras, de lourdeurs de toutes sortes. Cela se verra dès sa jeune enfance et se vérifiera sans cesse le temps passant. Ce sera une brute épaisse, mauvaise et bête que seule une épreuve initiatique changera parfois... si Dieu ou quelque sort cosmique en a décidé ainsi ? Ce type d'individu est carnassier de nature dans tous les sens du terme. Son esprit est en résonnance avec les bas niveaux de la vie : ce qui relève de l'animalité obscure, de la laideur du monde, du royaume des ombres. Il aime ce qui sent mauvais, ce qui sent fort, ce qui pue vraiment... ce qui est à son image ! Ce genre là ne mange pas : il bouffe ! Il bouffe du cadavre sous toutes formes, c'est sa nature. Ce genre-là pullule et se multiplie sous l'effet des grands progrès de notre civilisation.

Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ? D'autres individus naissent et grandissent avec attrait pour la subtilité, la finesse, la beauté, le respect, l'esprit... Même si vous faites tout pour le détruire, la casser et l'abîmer, il viendra un moment où sa nature reprendra le dessus et il deviendra végétarien ou quelque chose comme çà. Son esprit est assoiffé de liberté et il ressent des parfums que seuls les esprits supérieurs de la nature connaissent. Ce type d' individu aime donner, recevoir et partager. Il est humain, mais d'une humanité qui n'a rien à voir avec ce qu'on appelle communément aujourd'hui l'espèce humaine, laquelle est recouverte d'une peau aveugle, épaisse et rugueuse.

Qui des deux extrêmes de cette humanité est en voie de devenir ou de disparition, allez savoir ? Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ?

#1084 naturelle

naturelle
  • Localisation : 37260 Artannes sur Indre
  • Intérêts : Animaux, alimentation naturelle, nature-environnement, politique, médecines naturelles

Posté 21 aot 2006 à 22:30

C'est trop facile de dire qu'on y peut rien, c'est en quelque sorte se déresponsabiliser. Bien au contraire, nous pouvons tout avec de la volonté et du bon sens !

#1085 eureka

eureka
  • Localisation : belgique
  • Intérêts : rando, lectures, sciences, inventions ,

Posté 01 septembre 2006 à 15:03

[QUOTEil bouffe ! Il bouffe du cadavre sous toutes formes, c'est sa nature. Ce genre-là pullule et se multiplie sous l'effet des grands progrès de notre civilisation.

[/QUOTE]

je te signale, qu'une plante déracinée, perd aussi de sa vitalité et deviendra un cadavre
de la pourriture aussi..
c'est le propre du vivant de mourir, ...un chicon pas consommer tout de suite
va aussi vers le cadavre
il est sûr que le gibier, faisandé, c'est de la merde
chez les riches, chasse à court, etc..des gens rafinnés
qui adore, comme les rois, du gibier, plein de purine, ...il y a quelque chose de puant
chez ces SNOBS...
mais un poisson frais, en quoi, cela pose problème
je suis d'accord,avec la surpeche et pollutions,
le végétarisme est une solution, et je crois que la plus grande pollution réside
pas dans notre assiette, car on a beau bouffer chez Aldi et être sain d'esprit

quand je vois le nombre de gens, étient et moribond, qui vont chez les maga BIO
et un couple super BIO, avec une âme pourrie..
l'homme ne vivra pas de pain seulement mais de toutes paroles qui sort de la bouche de Dieu
on a beau bien mangé, si on se pollue l'esprit avec la TV et autre mondanités
et sans alimenté son âme avec des écrits saints, ....
on peut être un matérialiste, et bien mangé bio....
la POLLUTION morale, les ECUS et le CULS, c'est encore plus PORCIF

Yves

]

#1086 Espritlibre

Espritlibre

Posté 01 septembre 2006 à 16:10

Il y a des personnes qui naissent avec une peau épaisse et d'autres une peau fine et il y a plein de nuances entre ces deux extrêmes. Ceci est une image.

Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ? Certains naissent avec une peau bien épaisse qui traduit une conscience porcine et les meilleures volontés du monde n'en viendront à bout : cet individu aura besoin de viande, de pets, de gras, de lourdeurs de toutes sortes. Cela se verra dès sa jeune enfance et se vérifiera sans cesse le temps passant. Ce sera une brute épaisse, mauvaise et bête que seule une épreuve initiatique changera parfois... si Dieu ou quelque sort cosmique en a décidé ainsi ? Ce type d'individu est carnassier de nature dans tous les sens du terme. Son esprit est en résonnance avec les bas niveaux de la vie : ce qui relève de l'animalité obscure, de la laideur du monde, du royaume des ombres. Il aime ce qui sent mauvais, ce qui sent fort, ce qui pue vraiment... ce qui est à son image ! Ce genre là ne mange pas : il bouffe ! Il bouffe du cadavre sous toutes formes, c'est sa nature. Ce genre-là pullule et se multiplie sous l'effet des grands progrès de notre civilisation.

Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ? D'autres individus naissent et grandissent avec attrait pour la subtilité, la finesse, la beauté, le respect, l'esprit... Même si vous faites tout pour le détruire,  la casser et l'abîmer, il viendra un moment où sa nature reprendra le dessus et il deviendra végétarien ou quelque chose comme çà. Son esprit est assoiffé de liberté et il ressent des parfums que seuls les esprits supérieurs de la nature connaissent. Ce type d' individu  aime donner, recevoir et partager. Il est humain, mais d'une humanité qui n'a rien à voir avec ce qu'on appelle communément aujourd'hui l'espèce humaine, laquelle est recouverte d'une peau aveugle, épaisse et rugueuse.

Qui des deux extrêmes de cette humanité est en voie de devenir ou de disparition, allez savoir ? Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ?

Ben sa alors...quel vue étriquer des choses!!!!


Dans la même ligne, si on refesait le monde avec cet étroitesse d'esprit il y aurait juste deux espèce: une espèce intelligente et toi. :ptdrasrpt2:


Je suis plutôt de l'avis d'Eureka qui n'a pas osé ou oublié de mettre l'adjectif adéquat pour les soit disant bien pensant qui se souillent l'âme de toute sorte de pourritures televisuel et autres qui veulent donner des leçons de savoir vivre et de bien manger, vont dans les magasins bio ,ne mange que cela en le fesant savoir car c'est aussi pour ces HYPOCRITES un signe exterieur de richesse parce que pour bouffer BIO tout les jours, faut en avoir de la tune ou avoir son jardin mais a ce moment la on n'y vas pas dans les MACBIO bon chic bon genre.

Les discours des extrémistes végétarien ne mène à rien car tout est une question de bon sens et d'équilibre, ce qui necessite un esprit saint et bien nourri car l'homme ne se nourri pas de pain seulement. :tss:

#1087 naturelle

naturelle
  • Localisation : 37260 Artannes sur Indre
  • Intérêts : Animaux, alimentation naturelle, nature-environnement, politique, médecines naturelles

Posté 01 septembre 2006 à 23:23

Manger BIO, n'est pas forcement synonyme de richesse, c'est un choix, d'ailleurs si tu veux vraiment avoir une alimentation saine, il te suffit de manger peu avec des aliments de qualité. Crois-moi, je suis loin d'avoir beaucoup de fric, d'ailleurs, je tris ce que j'achète. Il est évident qu'il ne faut pas être une famille nombreuse pour se le permettre. Pour en revenir aux animaux, ce n'est pas vrai de dire qu'ils ne souffrent pas quand on les tuent, ils sont comme nous, fait de chair, de nerfs, de muscles, de sang. On peut très bien être végétarien et avoir des activités saines ce n'est pas du tout incompatible, bien au contraire. Avant de critiquer qui que se soit, regardons, plutôt dans notre jardin ! Le sujet d'ailleurs, n'est pas sur les produits BIO, mais sur la viande, si vous voulez continuer à en manger, je vous plains, gare aux maladies qui vous guettent (vaccinations, médicaments de toutes sortes, céréales O.G.M. et j'en passe), vous ne pensez qu'à votre plaisir gustatif, pensez un peu à la souffrance animale. Comment peut-on parler de se nourrir l'esprit lorsque l'on réagit comme vous, essayer donc de bien nourrir votre corps !

#1088 mosfet30weff

mosfet30weff

    aveuglé par la lumière infra-rouge

  • Membres
  • 1 269 messages
  • Localisation : les pléaïdes

Posté 02 septembre 2006 à 00:30

la souffrance animale je trouves ca petit de naturelle , meme si sur la forme de son texte elle a raison ,à chacun de suivre une ligne de ressources de besoin vitaux, as-tu vu ou observé le régne animal, ils sont dans un perpétuel combat, le vaincu à mon avis doit souffrir, ils chassent pour leur survie et c'est la vie qui la dictée, l'homme dont les temps antèrieur était un prédateur aussi pour sa propre survie et devait recourir à la chasse plutot qu'à la cueillette du fait du manque de profusion de fruits et légumes, je ne trouves pas que ce soit un bon argument ,pour dire qu'etre végétarien c'est mieux, il y acertainement des arguments plus significatifs.....

#1089 eureka

eureka
  • Localisation : belgique
  • Intérêts : rando, lectures, sciences, inventions ,

Posté 02 septembre 2006 à 08:02

La viande a sa place dans toutes les cultures et as tu pensé au fait que les prédateurs ont leur place
comme l'homme, le super prédateur...
si les prédateurs y compris , nous, tous les carnivores et omnivores
touchaient à plus rien et mangeait que des végétaux
alors il y aura surpopulation d'animaux, ..trop de gibiers, trop de ceci et cela...
il faut être réaliste, ...il faut réguler les populations, sinon certaines, prendront le dessus sur d'autre
et les feront disparaître...les bons chasseurs ont ce rôle, comme les esquimaux, prélèvent juste ce qu'il faut
le végétarisme pur et dur est abérant et EGOISTE, car as tu penser aux esquimaux
, désolé, dans ces étendues glaçées, je vois pas trop de végétaux, ..et sans huile de phoque etc...
et aliments animaux, leur survie est impossible..de même que leur chien de traineaux
et si un végétarien a un chien, il va pas lui donner de viande, ...il faut de toute les manière
tuer des animaux, et le problème de la souffrance, c'est un faux problème, car on peut tuer la bête
rapidement et proprement, ..la mémoire des bêtes est courte...cela marche pas comme nous, tout à fait
assez d'antropocentrisme, et de SENSIBILERIE, il y a des pauvres, qui survivent, car le riches ont bousillé les biotopes....plus assez de végétaux, par l'élevage de cochon d'inde, ....les végétariens purs et durs
ont une vision égocentrique des choses, jusqu'au jour où la pauvreté les frappent
si il y a des nuisibles qui ravagent, faute de régulation les plantations, ...cela te sert à quoi de te dire
je m'en fous, ...si tu manges plus de plantes, car des animaux ont tout bouffé....
il faut pas être borné....les bons végétariens s'empiffrent pas de viandes mais la boude pas

Yves

PS : si j'ai des CANINES :biglol: ;, c'est pas pour des prunes :D

Modifié par eureka, 02 septembre 2006 à 08:03.


#1090 astral

astral

    Dans les sphères de l'immortalité

  • Membres
  • 506 messages

Posté 02 septembre 2006 à 09:21

Bonjour ,

La chasse c’est bien …. :o :cpasmafaute:

L’homme est une créature nouvelle par rapport au vécu de la terre.
Avant que l’homme arrive la nature savait très bien s’auto réguler ( chasseurs - proies. (pyramide nombre ( dimension) d’écologie).
La nature n’a jamais eux besoin de l’homme pour se réguler.

Si tu trouve que les végétariens sont égoïstes c’est ton point de vue, pour moi ils ne le sont pas du tout.
Si on reprend un principe de l’écologie on à la chaîne trophique, qui dit : la plante contient de l’énergie reçue du soleil, un animal la mange cette énergie sera divisée en 10 , un animal mange un autre animal , l’énergie sera divisée en 10, et ainsi de suite.
Donc un carnivore aura besoin de beaucoup plus de viande pour avoir la même quantité d’énergie que un végétarien. Ou il faudra 10 fois plus de viandes que de plantes pour former la même quantité de poids.

Les esquimaux, s’ils vivent dans ces conditions, c’est leurs choix, s’ils décident de manger de la viandes aussi.
S’ils veulent devenir végétariens ils le peuvent aussi, il suffit qu’ils montent sur un bateau et quitte leur région.

:( :piout:

#1091 Espritlibre

Espritlibre

Posté 02 septembre 2006 à 09:53

Bien sur que les bètes sont malade avec tout les produits que leur injecte les producteurs pour parfaire aux nouvelles normes ISO et obligation sanitaire, mais a qui la faute?Surement pas à cause de ceux qui ne peuvent que subirent.
Il est certain que manger peu de viande aujourd'hui ne peut être que bénéfique pour sa santé mais cela est comme les produits Bio ma chere naturel, en manger peu mais de bonne qualité, pas acheter au super marché du coin.

Je ne sais pas quel genre de reportage animalier certain regarde mais ce que je vois a travers les commentaires est plus que parlant.Ouvrer donc les yeux, les animaux ne ressente pas la mort comme les hommes qui ont conscience de la vie et de la mort.Ce qui les poussent à s'enfuir devant un prédateur est juste l'instinct de survie necessaire à la survie de l'espèce concervant ainsi l'équilibre ordonné et intelligent du règne animal.Les bêtes malades ou trop agées ne peuvent plus suivrent le troupeau ou le clan et sont la proie et le régal des prédateurs carnassiés.Les prédateurs fatigués, malades ou trop agés pour chassés meurs aussi à leur tour.
A force de regarder les animations walt disney des l'enfance ou la plupart des acteurs sont des animaux parlants :gueulecassee: , les plus débiles perdent tout sens du reel ou développent une hyper sensibilité maladive.

C'est le modernisme dans l'élevage qui est une dégénérescence et qui rend malheureu un animal des sa naissance jusqu'a sa mort, cela est une aberration et dépourvu de tout sens moral et surtout un irrespect du vivant.Le combat végétarien VS carnivore n'a pas lieu d'être, c'est le modernisme économique qu'il serait juste de combattre, mais voilà les végétarien pur et dur préfèrent combattrent plus petit et plus "faible" que soit et après avoir vomis les insanitées qu'ils nourricent dans leur esprit ils viennent se laver la conscience de ce qu'ils ne comprennent pas ou ne veulent pas voir sur leur semblables pour se sentir mieux. :tss:

Les orgies de quoi que se soit est mauvais ont le sais bien et je me répète , tout est une question d'équilibre et de bon choix comme le faite pour un chasseur juste qui ne prendra pas d'arme à feu mais un outil conventionnel tel un arc, une lance, ou un lance pierre , ce qui laissera une chance aux animaux.Prendre que le necessaire dans la nature ne nuis pas, bien au contraire.

Remplir des pièces de congèlation dans les abattoirs en constituant une reserve de plusieurs années est une abomination du modernisme economique qui s'ils narrivent pas à écouler cette marchandise préfèrent la brûler pour maintenir les prix du cours du marché artificiellement en laissant crever de fain une autre partie du monde qu'il brûle aussi en la vampirisant.


Alors pour la question " a t'on besoin de viandre pour vivre" je repondrais OUI et NON tout est une question de point de vue ,de lieu géographique comme le souligne eureka et surtout, d'un équilibre mental batit sur la méditation de nos actions et de la répercution sur ce joyaux qu'est la terre, mais en aucun cas je n'adhererai au principe de la société de consommation que je hais au plus haut point et que si demain elle disparaissais cela ne me ferais ni chaud ni froid, juste un sentiment de soulagement comme quand je vais au toilette pour les grosses commissions. :piout: :biglol:

#1092 Espritlibre

Espritlibre

Posté 02 septembre 2006 à 10:11

Si tu trouve que les végétariens sont égoïstes c’est ton point de vue, pour moi ils ne le sont pas du tout.
Si on reprend un principe de l’écologie on à la chaîne trophique, qui dit : la plante contient de l’énergie reçue du soleil, un animal la mange cette énergie sera divisée en 10 , un animal mange un autre animal , l’énergie sera divisée en 10, et ainsi de suite.
Donc un carnivore aura besoin de beaucoup plus de viande pour avoir la même quantité d’énergie que un végétarien. Ou il faudra 10 fois plus de viandes que de plantes pour former la même quantité de poids.




Excuse moi , mais ou as tu chercher les bases de l'apport energetique de la nourriture...sur un channeling ou une autre planète ou c'est un petit gris ou bleu qui ta donner un livre de recettes avec la chaine energétique des aliments et corps de l'univers? :ptdrasrpt2:

Alors regarde la pages 245! quoi elle y est pas, ils l'ont déchirés les salauds!!!! c'est la page de recette spécial alien pour cuisiner l'humain façon channeling, très gouteux a ce qu'il parait!!!!!!
Pas cher en plus parce que c'est les adeptes qui fournissent le neccessaire parce que les gourous ne font que bouffer et parler de lumière mais la seule qu'ils peuvent fournir c'est celle de leurs neurones qui éclatent dans leur tête. :peur:


Et les lois de la tranformation , tu connais? Réfléchie avant d'ecrire des bétises comme beaucoup sur les forums. :tss:

#1093 astral

astral

    Dans les sphères de l'immortalité

  • Membres
  • 506 messages

Posté 02 septembre 2006 à 10:34

Si tu trouve que les végétariens sont égoïstes c’est ton point de vue, pour moi ils ne le sont pas du tout.
Si on reprend un principe de l’écologie on à la chaîne trophique, qui dit : la plante contient de l’énergie reçue du soleil, un animal la mange cette énergie sera divisée en 10 , un animal mange un autre animal , l’énergie sera divisée en 10, et ainsi de suite.
Donc un carnivore aura besoin de beaucoup plus de viande pour avoir la même quantité d’énergie que un végétarien. Ou il faudra 10 fois plus de viandes que de plantes pour former la même quantité de poids.




Excuse moi , mais ou as tu chercher les bases de l'apport energetique de la nourriture...sur un channeling ou une autre planète ou c'est un petit gris ou bleu qui ta donner un livre de recettes avec la chaine energétique des aliments et corps de l'univers? :ptdrasrpt2:

Alors regarde la pages 245! quoi elle y est pas, ils l'ont déchirés les salauds!!!! c'est la page de recette spécial alien pour cuisiner l'humain façon channeling, très gouteux a ce qu'il parait!!!!!!
Pas cher en plus parce que c'est les adeptes qui fournissent le neccessaire parce que les gourous ne font que bouffer et parler de lumière mais la seule qu'ils peuvent fournir c'est celle de leurs neurones qui éclatent dans leur tête. :peur:


Et les lois de la tranformation , tu connais? Réfléchie avant d'ecrire des bétises comme beaucoup sur les forums. :tss:

Euh non juste dans mon cours d'écolgie de cette année. Et loi de la transformation , non connais pas et j'ais pas trouver sur internet , si tu savais m'expliquer ce que c'est.

#1094 jacotte_eden

jacotte_eden

Posté 02 septembre 2006 à 11:15

bonjour,
actuellement, je ne mange pas de viande pour la seule et unique raison que cela nous apporte de l'acidité et nous avons besoin de manger des aliments alcalins
Auparavant, je mangeais beaucoup de viande et depuis que j'en manque practiquement pas, je me sens mieux! Beaucoup de fruits et de légumes nous avons besoin!
Apres chacun pense a sa façon ^^ :D

#1095 naturelle

naturelle
  • Localisation : 37260 Artannes sur Indre
  • Intérêts : Animaux, alimentation naturelle, nature-environnement, politique, médecines naturelles

Posté 02 septembre 2006 à 22:33

L'homme n'a pas la mâchoire allongée des carnivores, les dents pointus destinées à dilacérer les fibres ; ses dents se rapprocheraient davantage des dents à plateau des herbivores. On ne saurait tirer un argument contraire de la présence, chez lui, des canines courtes, si l'on considère que les animaux franchement herbivores comme le cerf et le chameau en sont également munis. Il est normal de penser que l'homme doit avoir une alimentation voisine de celle du singe, qui est fruitarien. Cette adaptation fruitarienne aparaît dans la conformation de la main, avec ses ongles, qui est faite pour cueillir, non pour attaquer des proies vivantes (l'homme n'a pu devenir chasseur qu'en se servant d'instruments artificiels), de même, l'estomac humain n'a ni la musculature des carnivores, ni la complexité des herbivores : son coecum est d'une taille intermédiaire. La plupart des naturistes dont d'accord sur ce point.

#1096 diamant bleue

diamant bleue

Posté 02 septembre 2006 à 22:41

Cette histoire de dentition a déjà été débattu dans les pages précédentes.
Les singes ayant les plus gros canines sont les grands singes frugivores qui utilisent ces canines pour casser des noix.
Cela a été étudié il y a bien longtemps par des biologistes : l'animal qui possèdent le système digestif le plus proche du notre est justement ce grand singe. Son alimentation est composé principalement de fruits, de plantes, de racines et de noix avec de temps en temps des crabes ou des insectes.
Après si ça vous rassure de vous croire proche des félins ou autres, c'est votre problème, mais quelques bouquins de biologie animale devraient vous permettre de vous faire une idée plus précise.

#1097 eureka

eureka
  • Localisation : belgique
  • Intérêts : rando, lectures, sciences, inventions ,

Posté 03 septembre 2006 à 15:17

bonjour,
actuellement, je ne mange pas de viande pour la seule et unique raison que cela nous apporte de l'acidité et nous avons besoin de manger des aliments alcalins


non, en vertu du ying et du yang, il faut un équilibre, trop acide, pas bon, trop alcalin, pas mieux
donc un apport de viande ?.il y a des aliments alcalins et acides, il faut la diversité
c'est pas un critère, les légumineuses, comme le soya contient aussi des purines, comme la viande
alors l'idéalisme végétarien, il faut mettre un petit bémol...
tout est pas tout blanc, tout est pas tout noir, cela serait du simplisme

Yves

PS : bien sûr on peut équilibrer la balance, avec des végétaux acide (tomate...)
mais attention, le végétarisme, peut amener des carences graves, comme manque de B12
si elle est mal conduite, ..on distingue, non sans raison, le végétarisme et le végétalisme (aucuns produits animaux, tel que oeufs etc)

#1098 vegetal87

vegetal87
  • Localisation : savoie

Posté 04 septembre 2006 à 17:48

le gros problème dant tout çà c'est d'une façon indénaible la pauvreté de l'aliment en général.

Vu les trop nombreux traitements qu'ils subissent.

#1099 Andreas

Andreas

Posté 04 septembre 2006 à 18:37

bonjour,
actuellement, je ne mange pas de viande pour la seule et unique raison que cela nous apporte de l'acidité et nous avons besoin de manger des aliments alcalins


non, en vertu du ying et du yang, il faut un équilibre, trop acide, pas bon, trop alcalin, pas mieux
donc un apport de viande ?.il y a des aliments alcalins et acides, il faut la diversité
c'est pas un critère, les légumineuses, comme le soya contient aussi des purines, comme la viande
alors l'idéalisme végétarien, il faut mettre un petit bémol...
tout est pas tout blanc, tout est pas tout noir, cela serait du simplisme

Yves

PS : bien sûr on peut équilibrer la balance, avec des végétaux acide (tomate...)
mais attention, le végétarisme, peut amener des carences graves, comme manque de B12
si elle est mal conduite, ..on distingue, non sans raison, le végétarisme et le végétalisme (aucuns produits animaux, tel que oeufs etc)

Et quand on manque de B 12 qu'arrive t-il ? Je n'ai jamis mangé ni viande ni poisson ; je n'ai jamais été malade ; dans ce que je fais il faut une concentration permanente et beaucoup d'énergie , et je crois ne manquer ni de l'une ni de l'autre. A l'évidence je manque de cette B12, mais tout le monde manque de quelque chose, ou a trop de quelque chose ! Non ? Je n'ai jamais fait de fixation alimentaire, autre que de ne pas manger d'animaux . Je ne mange plus d'oeufs non plus, et ne mange que du fromage de brebis et pas très souvent ..

#1100 naturelle

naturelle
  • Localisation : 37260 Artannes sur Indre
  • Intérêts : Animaux, alimentation naturelle, nature-environnement, politique, médecines naturelles

Posté 04 septembre 2006 à 19:21

Tu peux trover de la vitamine B12 dans :

- le germe de blé,
-l le riz complet,
- le malt (orge germée),
- la plupart des végétaux frais

#1101 fred77

fred77

    Psylovégane

  • Membres
  • 352 messages

Posté 04 septembre 2006 à 19:42

Tu peux trover de la vitamine B12 dans :

- le germe de blé,
-l le riz complet,
- le malt (orge germée),
- la plupart des végétaux frais


Il paraît qu'on peut aussi en trouver dans les algues, toutes les graines germées, tout ce qui est lacto-fermenté, le kombucha, la flore intestinale saine où elle se synthétise, la spiruline et dans...l'urine http://www.onnouscac...?showtopic=3648

En fait, elle est très présente, mais je crois qu'il faut une bonne flore intestinale pour à la fois l'assimiler et la synthétiser. Elle n'est vraiment pas exclusive à la viande et on peut donc largement s'en passer.

#1102 NumberX

NumberX

Posté 04 septembre 2006 à 23:50

Il y a des personnes qui naissent avec une peau épaisse et d'autres une peau fine et il y a plein de nuances entre ces deux extrêmes. Ceci est une image.


Qui des deux extrêmes de cette humanité est en voie de devenir ou de disparition, allez savoir ? Qu'y voulez vous ? Qu'y pouvez vous ?

Ben sa alors...quel vue étriquer des choses!!!!


Dans la même ligne, si on refesait le monde avec cet étroitesse d'esprit il y aurait juste deux espèce: une espèce intelligente et toi. :ptdrasrpt2:


Je suis plutôt de l'avis d'Eureka qui n'a pas osé ou oublié de mettre l'adjectif adéquat pour les soit disant bien pensant qui se souillent l'âme de toute sorte de pourritures televisuel et autres qui veulent donner des leçons de savoir vivre et de bien manger, vont dans les magasins bio ,ne mange que cela en le fesant savoir car c'est aussi pour ces HYPOCRITES un signe exterieur de richesse parce que pour bouffer BIO tout les jours, faut en avoir de la tune ou avoir son jardin mais a ce moment la on n'y vas pas dans les MACBIO bon chic bon genre.

Les discours des extrémistes végétarien ne mène à rien car tout est une question de bon sens et d'équilibre, ce qui necessite un esprit saint et bien nourri car l'homme ne se nourri pas de pain seulement. :tss:


Tu as raison, c'est une vue étriquée, volontairement caricaturale, comme je l'ai souligné : il y a plein de nuances entre ces deux extrêmes... mais le noir et blanc a parfois ses avantages de mettre en relief certains traits dominants. Cependant, au sein de cet arc-en-ciel, vers quelle teinte nous dirigeons nous ? Dans quel plan sommes nous engagés ? Dans quelle énergie sommes nous embarqués ? Va t'on vers le blanc ou vers le noir ? Symboliquement, marchons nous collectivement vers l'enfer ou bien vers le paradis ? Qu'est-ce qui grandit à l'horizon ? Qu'est-ce qui vient ? Vers quel mur effroyable fonçons nous avec nos yeux aveugles et nos oreilles sourdes ?

Je crois que le végétarisme est vain si il est privé du sens du sacré, au niveau individuel comme collectif. Hors, découvrir le sens du sacré est une quête difficile dans une monde qui a perdu de vue l'essentiel pour se consacrer au superflu, qui se noye dans l'apparence au lieu d'aborder le coeur des choses. Oui, l'homme ne se nourrit pas de pain seulement. Le sens du sacré, cela ne s'achète pas. Cela se mérite. Son prix est celui de bien des douleurs que peu sont prêts à affronter. Au plan collectif, comment inculquer le sens du sacré dans un monde qui va à l'inverse de cela ? Quel prophète ? Quel miracle ? Ecoute la réponse dans le vent...

#1103 Diane

Diane
  • Localisation : quimper

Posté 05 septembre 2006 à 08:08

Je cite "esprit libre" p 56 :

"Le combat végétarien VS carnivore n'a pas lieu d'être, c'est le modernisme économique qu'il serait juste de combattre, mais voilà les végétarien pur et dur préfèrent combattrent plus petit et plus "faible" que soit et après avoir vomis les insanitées qu'ils nourricent dans leur esprit ils viennent se laver la conscience de ce qu'ils ne comprennent pas ou ne veulent pas voir sur leur semblables pour se sentir mieux."

C'est vrai ça pauvres carnivores bafoués et humiliés !! Méchants et cruels végétariens qui ne sont même pas capables de contrer le modernisme économique qu'ils dénoncent ! Pliée de rire...
Ce n'est pas un combat, les végétariens devraient avoir le droit de s'exprimer, mais apparemment les mangeurs de viande ne le supportent pas. Ce que je retiens, c'est que selon "esprit libre", un carnivore est plus petit et plus "faible" qu'un végétarien. Voilà qui devrait l'inciter à arrêter la viande...

Quant au débat sur qui a les moyens ou pas de manger bio, comme c'est la viande qui coûte le plus cher dans une alimentation classique, le fait d'être végétarien permet de manger bio pour le même prix. De toute façon c'est une question de choix.. Qu'on ne nous resorte pas sans arrêt les mêmes vieux arguments "les pauvres n'ont pas les moyens, faut être riche pour manger bio !" Certaines de mes connaissances (pas plus pauvres que moi) disent que c'est trop cher le bio, mais dépensent des fortunes en clopes. Alors...


#1104 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 05 septembre 2006 à 09:24

Diane, je remet ton texte en blanc pour Daman...
... et parce que je l'aime bien aussi !

:bravo:

Je cite "esprit libre" p 56 :

"Le combat végétarien VS carnivore n'a pas lieu d'être, c'est le modernisme économique qu'il serait juste de combattre, mais voilà les végétarien pur et dur préfèrent combattrent plus petit et plus "faible" que soit et après avoir vomis les insanitées qu'ils nourricent dans leur esprit ils viennent se laver la conscience de ce qu'ils ne comprennent pas ou ne veulent pas voir sur leur semblables pour se sentir mieux."


C'est vrai ça pauvres carnivores bafoués et humiliés !! Méchants et cruels végétariens qui ne sont même pas capables de contrer le modernisme économique qu'ils dénoncent ! Pliée de rire...
Ce n'est pas un combat, les végétariens devraient avoir le droit de s'exprimer, mais apparemment les mangeurs de viande ne le supportent pas. Ce que je retiens, c'est que selon "esprit libre", un carnivore est plus petit et plus "faible" qu'un végétarien. Voilà qui devrait l'inciter à arrêter la viande...

Quant au débat sur qui a les moyens ou pas de manger bio, comme c'est la viande qui coûte le plus cher dans une alimentation classique :bravooo: , le fait d'être végétarien permet de manger bio pour le même prix :bravooo: . De toute façon c'est une question de choix..
Qu'on ne nous resorte pas sans arrêt les mêmes vieux arguments "les pauvres n'ont pas les moyens, faut être riche pour manger bio !" Certaines de mes connaissances (pas plus pauvres que moi) disent que c'est trop cher le bio, mais dépensent des fortunes en clopes :bravooo: (Cat : ce sont surtout de "pauvres" victimes de la clope). Alors...



#1105 Espritlibre

Espritlibre

Posté 05 septembre 2006 à 09:27

Diane

Faible est entre guimet et tu n'a pas fait la nuance mais apparemment tu aime plutot te lire et en bleu de surcrois ce qui est presque illisible (merci pour nos yeux).

alors je t'explique: faible parce que cela n'est pas façile d'être végétarien quand toute sa vie , de la naissance a sa vie d'adulte, un individus à hérité du regime traditionnel culinaire de son pays et sa culture qui pour la plupart son carnivore parce que le choix est plus facile puisqu'aucunes questions se pose dans ce cas la jusqu'au jours d'une certaine prise de conscience.
Choisir la facilité est une faiblesse.

Par contre ta comparaison dépense clops===> Bio Si on vas par là , dans des comparaisons absurdes il est très façile de se donner raison.( sophisme à mes yeux)

Regardons plutot la réalité sur un marché bio des prix des fruits et légumes qui sont pratiquement inabordables pour un petit porte monnaie.Je comprend la démarche bio et éthique de certains consommateurs comme les végétariens mais je supporte moins les agriculteurs qui profitent du mouvement pour se remplirent les poches et remplissent le ventre de cela même qui sont responsable en partie de la production intensive et chimique de l'agriculture.
Tes amis (es) ou connaissances ne sont pas représentatifs de toute la société a ce que je sache et ne peuvent servir d'exemple sur une problème plus important et plus complexe que cela.Si il fallaient juger la complexité du problème de cette façon, tout serais façile et ce débat n'existerai plus depuis longtemps.

La réalité est que chez les végétariens et le autres , la connerie est persistente chez certains individus qui campent sur des opinions et se valorisent sur les choix qu'ils font dans des débat stériles et egocentriques ramenants une vraie question à un combat stupide qui n'a pas lieu d'être.Je préfère et de loin ceux qui montrent le chemin pour quitter la malbouffe doucement et tranquillement avec un sens pratique des réalitées que chacun connais, notamment ceux qui publis des sites internet sur des recettes végétariennes à des prix abordables et qui ne tarrissent pas d'ingéniosité et qui n'insultent pas avec un oeil méprisant la différence de l'autre.

Je pense que le problème aujourd'hui à dépassé ( comme le souligne Numberx) celui de la santé qui est quand même toujours d'actualité,et qu'il a atteint son point culminant au niveau éthique et cela est le combat de tous.Par contre cela doit se faire dans le respect mutuel et les stratégies d'un tel combat doit se poursuivre dans l'entraide.Manger moins de viande et de qualité c'est déjà avançer, le sevrage peut être long jusqu'à l'illumination.


Alors ma chère Diane, que nous propose tu comme recette de ton crue et qui fait le plaisir de tes papilles hebdomadairement?


amicalement

Modifié par Espritlibre, 05 septembre 2006 à 09:30.


#1106 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 06 septembre 2006 à 09:34

Bonjour Esprit Libre,

Merci de ta participation ! :D

que cela n'est pas façile d'être végétarien quand toute sa vie , de la naissance a sa vie d'adulte, un individus à hérité du regime traditionnel culinaire de son pays et sa culture qui pour la plupart son carnivore parce que le choix est plus facile puisqu'aucunes questions se pose dans ce cas la jusqu'au jours d'une certaine prise de conscience.


Si tu penses que vivre selon tes valeurs n'est "pas facile", tu n'es pas si libre que cela. Etre libre, c'est s'apercevoir de cela justement. C'est faire la différence entre ce que nous faisons par habitude, par éducation ; et ce que nous faisons par conviction, ou parce que l'on a choisi. Ca c'est difficile : c'est être libre.
Par contre, ne pas manger de viande lorsque l'on considère que ce n'est pas bien, c'est bien plus facile que tu ne le crois - lorsque l'on est REELLEMENT libre.

Concernant le coût, tu as raison, on ne reviendra pas la dessus. Je suis moi même végétarienne et peux te garantir que cela ne revient pas plus cher, et même que cela est plus économique (...quand tu vas au restau par exemple).

Je suis d'accord lorsque tu avances que certains vg sont sectaires, mais c'est aussi le cas de certains omnivores (l'annonce de mon végétarisme provoque parfois des réactions très violentes, je peux te l'assurer).

Quant à se valoriser par rapport à des choix, je ne vois pas bien ou est le mal. Personnellement, je ne suis pas dérangée par les gens qui se valorisent, je trouve cela plutot sain justement.
Pourquoi les gens en général n'aiment pas les personnes qui se valorisent ?
Pourquoi toujours penser que lorsque une personne se valorise, c'est pour rabaisser son interlocuteur ? C'est puéril comme reflexe !
Une personne qui se valorise sur ses choix n'engage qu'elle même, et prouve qu'elle s'aime. C'est tout de même beaucoup plus sain qu'une personne qui n'aime pas son régime, son tabagisme, sa bagnole...

Tout le monde devrait se valoriser par rapport à ses choix, du moment qu'elle ne met pas la vie en danger, je ne vois pas où est le problème...

#1107 Espritlibre

Espritlibre

Posté 07 septembre 2006 à 01:10

chère catarineta

tu remarquera que dans mes propos si tu fait bien attention, je ne fait pas l'almalgame de ceux qui se vantent et ceux qui vivent modestement leur conviction car cela je les portes dans mon coeur et leur démarche est à mes yeux saine et réaliste.
chacun avance à sa vitesse selon l'expérience dont il est capable d'assimiler.comprendre et mettre en pratique ne se fait pas du jour au lendemain, il y a des reflexes et des habitudes qui sont parfois tenaces et sont déjà un combat interieur et je pense qu'il est inutile dans rajouté d'avantage dans des combats stériles qui ne font pas avancer les choses.

Maleuheuresement je ne crois pas qu'une prise de conscience de l'ensemble des masses se fassent au point qu'une majorité adhère à l'éthique végétarienne qui se justifie à la compréhention du désastre qu'engendre la consommation industriel ainsi que sa cruauté.

Je comprend les carnivores et les végétariens et je ne juge ni l'un ni l'autre car je comprend que la réflexion de l'un et de l'autre doit se faire sur un pied d"égalité et que tout n'est pas blanc et noir.Certaine reflexion doivent être prise en considération et remise en question selon la situation du moment, notamment le faite que notre société est devenu un parasite dans sa façon de consommer.

Etre libre c'est aussi pouvoir faire ses choix qu'ils soit bons ou mauvais et d'en accepter les conséquences et être juste c'est de faire en sorte que nos choix ne pénalise personnes.Aujourd'hui être carnivore à des répercutions sur notre monde car notre société ne se soucis pas des repercutions et de l'avenir du vivant, que ce soit pour sa faune ou nos enfants.

Ce que nous fesons subir au règne animal est insjuste et cela seul doit motivé nos actions dans nos choix, se valoriser par rapport a ce choix c'est dire que l'autre est un imbécile parce qu'il ne comprend pas lorsque le role de ceux qui ont compris est de faire comprendre leur motivation et la justice d'un tel choix aux autres sans les accablés par un jugement sectaire et simpliste.

Une tel attitude ne peu faire que se braquer une personne qui à du mal à comprendre cette prise de conscience ou position car rien ne peut changer du jour au lendemain surtout quand des individus se battent et que finalement tout deux ont un reel point commun qui est la sauvegarde du vivant.Se battre c'est tiré les choses vers le bas et je ne peut cautionner un tel exemple qui est un frein au combat reel qui est celui d'une consommation outrancière sponsorisé par des états economiques complices et destructeurs.

Prendre position dans le sens de la moral et de l'ethique est tout à fait honorable aux vues de ce que l'homme fait subir a la nature, tachons aussi que ce le soit aussi dans nos rapport et dans le choix d'une stratégie commune mais la dessus je ne me fait pas d'illusion puisque les conséquence de ce qu'il se passe est du à une immoralité grandissante gagnant l'ensemble du monde.

Etre libre c'est aussi ne pas se faire d'illusion.

#1108 Mad Max

Mad Max

Posté 07 septembre 2006 à 11:27

Je n'ai pas lu tout le topic, je vais donc me contenter d'exposer mon point de vue.

L'homme, comme tout animal et végétal sur cette planète est avant tout un être vivant, inséré dans une chaine alimentaire, occupant une place bien déterminée et une fonction essentielle dans le vivant.

A ces débuts, l'homme fut un être omnivore, ramassant fruits, herbes, et chassant toute sorte d'animaux, il était alors à égalité au sommet de la chaine alimentaire en compagnie des grands prédateurs tels que le Loups, smilodons et autres grands félidés ou encore les grands ours.

Et puis, l'homme s'est mis à évoluer rapidement, son régime alimentaire aidant.

Et malgré toutes les formes de modernismes, civilisation et industries en tête, qui ont tant boulversé le mode de vie de cet être, il a néanmoins conservé un instinct comme n'importe quel être vivant, et dans cet instinct, il y a d'inscrit "régime omnivore".

Pour moi, l'homme a hérité de la même fonction régulatrice que les loups ou les T-Rex. Super prédateur, au sommet de la chaine alimentaire.

L'homme s'est multiplié, devenant l'une des espèces les plus répandue du Monde animal et sans doute de toute l'histoire de la vie sur Terre avec quelques 6 milliards d'individus, de l'Antarctique à l'Alsaka.

Si celui-ci avait conservé ses méthodes de chasses ancêstrales, il aurait très vite anéantie toute forme de vie, lui qui est sans doute déjà responsable de disparitions telles que celles de grands mamifères ou d'espèces de poissons.

Alors, il a accomplit quelque chose d'inédit dans l'histoire de la vie, l'élevage et l'agriculture. Incroyable, une espèce favorise le développement d'autres espèces pour subvenir à ses besoins alimentaires sans impact désastreux sur son environnement, du moins dans un premier temps.

Mais il y a 200 ans, alors que l'acroissement de la population continuait, l'homme est soudain prit par une folie, il invente l'ère industrielle quelques siècles après la civilisation. Et avec elle, subvenir à ses besoins devient non plus un principe de survie, mais un service marchand. Tout cela va conduire à tous les excès, toutes les monstruosités. Massacres, pillages, les méthodes d'élevages ancêstrales sont perdues au profit de fermes indistrielles, bientôt laissant place aux manipulations génétiques, la consommation de masse, enjendrée par l'abrutissement de la population et sa déconnection avec son environnement naturel entretenant ce système voué à l'échec.

Certains, devant ce tableau d'horreur, s'insurgent et prônent le végétalisme. Ceux là ont également oubliés leur origines et leur instinct. Bientôt parcouront t'ils la savane avec des prospectus à encourager les Lions n'arrêter le massacre d'antilopes... Ils ont atteint un tel niveau de confort et de richesse, qu'ils en viennent à avoir le pouvoir de changer de régime alimentaire.

Ceux là ne savent sans doute pas que chaque chose de la nature, du lion au pisenlit n'est pas là pour lui même mais pour l'un et l'autre. Si l'un ne remplissait plus sa fonction, l'autre en souffrirait.

Le désir de protéger l'environnement, l'éveil de la conscience écologique qui fait que nous nous révoltons face à la mise à mort atroce d'animaux ne vient que lorsque nos besoins primaires, secondaires et encore secondaires sont accomplis.

La nature a peut être voulu une espèce évoluée qui sache et respecte enfin de manière consciente ses notions d'équilibre, qui puisse développer une société très évoluée tout en ayant un impact sur son environnement réduit.

Une espèce omnivore qui tue pour ses besoins les plus primaires en s'inscrivant dans ce rôle de régulation avec des méthodes révolutionnaires telles que l'élevage tout en respectant les notions de modération et de respect.

Ce n'est pas le régime alimentaire de l'homme qui cause les grands massacres du Monde, mais ses méthodes de distribution, son économie et sa soif démeusurée envers l'argent et la facilité, c'est l'abrutissement d'une population qui explose, assistée de toute part, ce sont des Etats sans notions écologiques qui ne font rien pour sensibiliser (Chine en tête) et d'autres pays qui entretiennent les trafics en tout genre (Occident), ce sont les principes même de regroupement et de répartition des populations qui s'agglutinent dans des aires urbaines.

L'homme a donc besoin de viande pour vivre, puisque c'est sans doute elle, parmis d'autres facteurs, qui a fait qu'il est aujourd'hui capable de distinguer le bien du mal, de s'insurger contre des méthodes d'abattage horribles.

Végétaux et animaux TOUS ETRE VIVANTS A PART ENTIERE sont donc à sa disponibilité, comme ils le sont pour toutes les autres espèces animales. A lui d'en profiter, de les respecter et de faire en sorte que sa terre puisse encore lui en offrir dans le futur.

Je ne peut pas renoncer au nom d'une soi disante éthique à ce que la nature a fait de nous, le plaisir de pêcher dans un torrent de montagne une superbe truite, qui nourrira la famille pour le dimanche, entre des dizaines d'autres qui elles, seront relâchées. Les oeufs, la viande, le poisson, les végétaux, font que nous avons le régime alimentaire le plus complet et sans doute le plus performant du règne animal. Le modifier ne ferait qu'entrainer de nouveaux problèmes (disparition des végétaux, agriculture disproportionnée et encore plus industrielle, pullulation d'animaux)

J'accèpte aussi bien que l'on se nourisse de vivant (sinon on aurait que des cailloux) tout comme j'accepte que de temps en temps, l'homme soit une victime de l'animal (attaque de grand blanc, piquûre mortelles ect...) Ca fait partie de l'ensemble dans lequel on vit.

Moi je suis contre "abattre pour vendre", pas "abattre pour manger". Je consomme oeufs, viande et poissons en connaissance de cause, sachant que ce que j'ai dans mon assiète vient du vivant (tout comme les plantes) j'aimerais pourtant que ce que j'ai dans mon assiète soit bien plus abondant et que des millions d'autres privés de tout puissent en profité, j'aimerais pour cela lutter contre la pullution, l'urbanisation, l'industrialisation, et l'économie en générale...

Modifié par Mad Max, 07 septembre 2006 à 11:37.


#1109 Catarineta

Catarineta
  • Genre : Ne souhaite pas le dire

Posté 07 septembre 2006 à 11:28

Très très très très cher Esprit Llibre,
(oh ça va je déconne ! :nonnonnon: )

Je ne suis pas étonnée de voir se confirmer, en te lisant, le fait que nous sommes d'accord.

Il n'y a qu'une chose qui me gène un peu, et c'est une idée personnelle :

"se valoriser par rapport a ce choix c'est dire que l'autre est un imbécile"


Je ne vois pas en quoi la manière de se considérer soi même doit avoir un impact sur l'autre... L'autre n'a pas à se sentir imbécile, mais doit analyser ses propres choix. Pensez qu'une personne qui se valorise devant toi te considère comme un imbécile, c'est énormément manquer de confiance en soi, et ce n'est donc pas être libre.

Personnellement, un mec qui se valorise avec un 4 x 4, ou avec un superbe potager, je le congratule, il est en accord avec ses choix. Je n'ai pas l'impression d'être une imbécile parce que je roule en AX ou que je vis en appart... Et si celui qui se valorise le fait réellement pour te considérer comme un imbécile (ce qui est beaucoup plus rare qu'on le croit), penser/deviner qu'il le fait, devenir agressif, c'est jouer dans son jeu, c'est se placer comme sa victime, se donner à manger à lui, tout cru (:piout: ).

Alors oui quand je suis en société, je dis que je suis vg et je dis que j'en suis fière, et en effet j'ai deux types de réactions :
- Ceux qui sont contents pour moi, qui respectent mon choix et qui me disent préférer consommer des animaux morts,
- Ceux qui se sentent cons, qui deviennent agressifs car ils pensent qu'en étant fière, je les rabaisse...

Je te laisse deviner avec lesquelles je continue à discuter... :cogite:

Maintenant, ce n'est pas parce que je décide de boycotter certaines personnes qu'elles sont bêtes, non ! Cela prouve juste qu'elles sont différentes de moi, et je ne nourrit pas de haine particulière envers elle.
C'est beau la différence !

"Prosélytisme" est un mot vulgaire, inventé pour empêcher l'homme d'être fier de lui même, de s'aimer en fait (alors que c'est la base de beaucoup de problème, le manque d'amour de soi). Soyez foers, Crotte ! De votre fils, de votre chien, de vos rideaux, de la musique que vous écoutez... Vous n'offensez personne, ni la vie, ni l'homme, lorsque vous êtes fiers de vous-mêmes. Si la personne qui est en face de vous se sent offensée, elle doit d'abord regarder à l'intérieur d'elle-même, si elle est fière aussi, si elle s'aime, elle n'a aucune raison de se sentir offensée.

Tu vois ce que je veux dire Esprit Libre... Ce n'est pas un "contre-argument", c'est davantage une idée parallèle...

Donc je l'écrit fièrement : "je suis méga contente de ne plus avoir sur la consciente la mort d'êtres qui souffrent et qui sont capables d'aimer"...

... et pour répondre à la question de base : bien-sûr que l'on peut vivre sans viande !

#1110 numéro 6

numéro 6

Posté 07 septembre 2006 à 12:51

Je n'ai pas lu tout le topic, je vais donc me contenter d'exposer mon point de vue.

L'homme, comme tout animal et végétal sur cette planète est avant tout un être vivant, inséré dans une chaine alimentaire, occupant une place bien déterminée et une fonction essentielle dans le vivant.

A ces débuts, l'homme fut un être omnivore, ramassant fruits, herbes, et chassant toute sorte d'animaux, il était alors à égalité au sommet de la chaine alimentaire en compagnie des grands prédateurs tels que le Loups, smilodons et autres grands félidés ou encore les grands ours.

Et puis, l'homme s'est mis à évoluer rapidement, son régime alimentaire aidant.

Et malgré toutes les formes de modernismes, civilisation et industries en tête, qui ont tant boulversé le mode de vie de cet être, il a néanmoins conservé un instinct comme n'importe quel être vivant, et dans cet instinct, il y a d'inscrit "régime omnivore".

Pour moi, l'homme a hérité de la même fonction régulatrice que les loups ou les T-Rex. Super prédateur, au sommet de la chaine alimentaire.

L'homme s'est multiplié, devenant l'une des espèces les plus répandue du Monde animal et sans doute de toute l'histoire de la vie sur Terre avec quelques 6 milliards d'individus, de l'Antarctique à l'Alsaka.

Si celui-ci avait conservé ses méthodes de chasses ancêstrales, il aurait très vite anéantie toute forme de vie, lui qui est sans doute déjà responsable de disparitions telles que celles de grands mamifères ou d'espèces de poissons.

Alors, il a accomplit quelque chose d'inédit dans l'histoire de la vie, l'élevage et l'agriculture. Incroyable, une espèce favorise le développement d'autres espèces pour subvenir à ses besoins alimentaires sans impact désastreux sur son environnement, du moins dans un premier temps.

Mais il y a 200 ans, alors que l'acroissement de la population continuait, l'homme est soudain prit par une folie, il invente l'ère industrielle quelques siècles après la civilisation. Et avec elle, subvenir à ses besoins devient non plus un principe de survie, mais un service marchand. Tout cela va conduire à tous les excès, toutes les monstruosités. Massacres, pillages, les méthodes d'élevages ancêstrales sont perdues au profit de fermes indistrielles, bientôt laissant place aux manipulations génétiques, la consommation de masse, enjendrée par l'abrutissement de la population et sa déconnection avec son environnement naturel entretenant ce système voué à l'échec.

Certains, devant ce tableau d'horreur, s'insurgent et prônent le végétalisme. Ceux là ont également oubliés leur origines et leur instinct. Bientôt parcouront t'ils la savane avec des prospectus à encourager les Lions n'arrêter le massacre d'antilopes... Ils ont atteint un tel niveau de confort et de richesse, qu'ils en viennent à avoir le pouvoir de changer de régime alimentaire.

Ceux là ne savent sans doute pas que chaque chose de la nature, du lion au pisenlit n'est pas là pour lui même mais pour l'un et l'autre. Si l'un ne remplissait plus sa fonction, l'autre en souffrirait.

Le désir de protéger l'environnement, l'éveil de la conscience écologique qui fait que nous nous révoltons face à la mise à mort atroce d'animaux ne vient que lorsque nos besoins primaires, secondaires et encore secondaires sont accomplis.

La nature a peut être voulu une espèce évoluée qui sache et respecte enfin de manière consciente ses notions d'équilibre, qui puisse développer une société très évoluée tout en ayant un impact sur son environnement réduit.

Une espèce omnivore qui tue pour ses besoins les plus primaires en s'inscrivant dans ce rôle de régulation avec des méthodes révolutionnaires telles que l'élevage tout en respectant les notions de modération et de respect.

Ce n'est pas le régime alimentaire de l'homme qui cause les grands massacres du Monde, mais ses méthodes de distribution, son économie et sa soif démeusurée envers l'argent et la facilité, c'est l'abrutissement d'une population qui explose, assistée de toute part, ce sont des Etats sans notions écologiques qui ne font rien pour sensibiliser (Chine en tête) et d'autres pays qui entretiennent les trafics en tout genre (Occident), ce sont les principes même de regroupement et de répartition des populations qui s'agglutinent dans des aires urbaines.

L'homme a donc besoin de viande pour vivre, puisque c'est sans doute elle, parmis d'autres facteurs, qui a fait qu'il est aujourd'hui capable de distinguer le bien du mal, de s'insurger contre des méthodes d'abattage horribles.

Végétaux et animaux TOUS ETRE VIVANTS A PART ENTIERE sont donc à sa disponibilité, comme ils le sont pour toutes les autres espèces animales. A lui d'en profiter, de les respecter et de faire en sorte que sa terre puisse encore lui en offrir dans le futur.

Je ne peut pas renoncer au nom d'une soi disante éthique à ce que la nature a fait de nous, le plaisir de pêcher dans un torrent de montagne une superbe truite, qui nourrira la famille pour le dimanche, entre des dizaines d'autres qui elles, seront relâchées. Les oeufs, la viande, le poisson, les végétaux, font que nous avons le régime alimentaire le plus complet et sans doute le plus performant du règne animal. Le modifier ne ferait qu'entrainer de nouveaux problèmes (disparition des végétaux, agriculture disproportionnée et encore plus industrielle, pullulation d'animaux)

J'accèpte aussi bien que l'on se nourisse de vivant (sinon on aurait que des cailloux) tout comme j'accepte que de temps en temps, l'homme soit une victime de l'animal (attaque de grand blanc, piquûre mortelles ect...) Ca fait partie de l'ensemble dans lequel on vit.

Moi je suis contre "abattre pour vendre", pas "abattre pour manger". Je consomme oeufs, viande et poissons en connaissance de cause, sachant que ce que j'ai dans mon assiète vient du vivant (tout comme les plantes) j'aimerais pourtant que ce que j'ai dans mon assiète soit bien plus abondant et que des millions d'autres privés de tout puissent en profité, j'aimerais pour cela lutter contre la pullution, l'urbanisation, l'industrialisation, et l'économie en générale...

Bravo Mad Max,

Tu à parfaitement synthétisé ma pensée, tu as tout à fait raison de souligner que le végétarisme est une mode où plutôt un courant de pensée, je sais que je vais en faire hurler certains, mais le végétarisme est un luxe de pays riche !

Ce qui est détestable au plus haut point et nous sommes je crois tous d'accord sur ce point c'est la condition de l'élévage des animaux dans le système industriel actuel, beaucoup de souffrance et une viande de toute maniére fortement polluée y compris par le stress des pauvres animaux.

Par contre je ne suis pas d'accord sur le sectarisme de certains sur ce forum en ce qui concerne la défense des animaux ."Jusqu'au boutiste" je dirais même, je suis d'accord sur la defense des animaux et le respect qu'on leur doit mais en aucun cas, je ne vois pas pourquoi on s'interdirait d'en manger sous le fallacieux prétexte qu'ils ont droit à la "vie" .

Exemple :

Mon beau pére à (où plutôt "avait") un petit élevage de poules pour sa consommation personnelle ainsi que pour ses amis et parents, ses poulets étaient libres sur une vaste surface, nourris aux grains (compléments) et bien sur, de nombreux vers de terres et autres insectes qu'ils pouvaient trouver sur leurs parcours, la méthode d'abattage était rapide, efficace et sans que l'animal en souffre et surtout à l'écart des autres.

Un matin comme à son habitude mon beau pére alla à son poulailler et là un spectacle de désolation l'attendait , toutes les poules avaient été massacré pendant la nuit, certainement par une fouine (animal sauvage au demeurant), un vrai carnage les poules avaient du subir un stress énorme des plumes de partout y compris jusqu'en haut du grillage où des arbres où elles ont essayées de se réfugier, en vain.

La fouine avait égorgée toutes les poules y compris le coq pour son simple plaisir, uniquement par plaisir...

Alors me direz vous ? la morale de cette histoire qui se répétent relativement souvent dans beaucoup de poulaillers. Un prédateur restera toujours un prédateur et le mythe de l'animal qui tue juste pour son besoin à la vie dure, il tue en régle général tout ce qui se trouve à sa porté car il est mené par son instinct.

Un lion où un grand carnassier dans la nature sauvage va tuer difficilement un proie sans cesse en mouvement cela s'appelle la "chasse" maintenant prenons le même carnassier sauvage non dénaturé par l'homme et laissons le avec une dizaine d'herbivores dans un enclos, que pensez vous qu'il va se passer ?

A mon avis "un massacre".

Je n'essaye pas de minimiser la responsabilité de l'être humain dans ses comportements outraciers vis à vis des animaux mais à contrario je ne veux pas laisser faire un "diktat" par les végétariens sectaires qui sacrélisent l'animal comme dans un dessin animé de Walt-Disney.