Aller au contenu


Politique israëlienne : liberté d'expression ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
55 réponses à ce sujet

#1 diamant bleue

diamant bleue

Posté 18 octobre 2004 à 22:23

Après l'affaire Dieudonné, les délires d'Arthur avec Cauet et et les reproches à la chaine Arte, voici un nouveau lynchage d'un journaliste qui ose critiquer l'etat d'Israel...

Samedi : France: le SNJ et la CFDT dénoncent les propos d'Alain Menargues (RFI)

Les syndicats de journalistes SNJ et CFDT de Radio France Internationale ont dénoncé samedi les propos "inacceptables" sur les juifs et l'Etat d'Israël tenus par Alain Ménargues, directeur de l'information et des antennes de RFI, sur "Radio Courtoisie".

"Ses propos à l'égard des Juifs et de l'Etat d'israël provoquent l'indignation et le rejet du personnel de RFI", estime le SNJ dans un communiqué qui demande au PDG de RFI, M. Antoine Schwarz, "d'en tirer les conséquences".

La CFDT demande aussi au PDG de "prendre les mesures qui s'imposent". "Ses propos inacceptables provoquent l'indignation et le rejet du personnel de RFI, nous tenons a manifester notre total désaccord", a ajouté le CFDT dans son communiqué.

Le ministère des Affaires étrangères avait également jugé vendredi "inacceptables" les propos du journaliste.

Interrogé sur son livre "Le Mur de Sharon", M. Ménargues a déclaré le 12 octobre selon une cassette fournie par la station: "j'ai été très choqué par le Mur, j'ai été voir des gens, des rabbins, des hommes politiques, si vous regardez le Lévitique dans la Torah, qu'est-ce-que c'est? La séparation du pur et de l'impur. Un Juif pour pouvoir prier doit être pur, tout ce qui vient contrarier cette pureté doit être séparé (...) Lisez le Lévitique, c'est écrit en toutes lettres".

"Quel a été le premier ghetto au monde? Il était à Venise. Qui est-ce qui l'a créé? C'est les Juifs mêmes pour se séparer du reste. Après l'Europe les a mis dans des ghettos", a-t-il poursuivi.

M. Ménargues avait déjà qualifié Israël d'Etat raciste il y a 10 jours devant le Centre d'accueil de la presse étrangère à l'occasion de la présentation de son livre "Le mur de Sharon" et sur LCI le 30 septembre dernier.

Alain Ménargues, 57 ans, est un spécialiste du Moyen-Orient où il a été longtemps en poste avant d'occuper ses fonctions actuelles à la direction de RFI.
http://www.linternau...5qucmz7_i.shtml



Dimanche : RFI: Alain Ménargues démissionne après ses propos sur Israël

PARIS, 18 oct 2004 (AFP) - 19h11 - Alain Ménargues a démissionné lundi de ses fonctions de directeur de l'information de Radio France Internationaleet de vice président de RMC-Moyen Orient, en réponse à l'émotion suscitée par ses propos sur Israël et les ghettos juifs.

Selon la direction de RFI, il n'y a pas eu faute sur l'antenne de RFI, où M. Ménargues a été nommé fin juillet, mais "incompatibilité" entre l'exercice de ses fonctions et "l'exposition d'opinions tranchées" à l'extérieur de la radio.

Longtemps correspondant de Radio France au Moyen-Orient, M. Ménargues, 57 ans, a fait ces derniers jours la promotion de son livre "Le mur de Sharon", dans plusieurs médias français. Présenté comme directeur de l'information de RFI, il a tenu des propos comme "Israël est un Etat raciste" ou encore, sur Radio Courtoisie, "Quel a été le premier ghetto au monde? Il était à Venise. Qui est-ce qui l'a créé? C'est les juifs mêmes pour se séparer du reste".

Ces déclarations ont provoqué de très vives réactions des syndicats et de la société des journalistes de RFI, d'associations juives françaises et du ministère français des Affaires étrangères.

M. Ménargues, interrogé par des journalistes à la suite de sa démission, a expliqué "avoir décidé de se taire". "On a (à RFI) un actionnaire qui s'appelle le ministère des Affaires étrangères. Dès l'instant où le porte-parole (du ministère), à mon sens piégé par une question, répond que ce que j'ai dit est intolérable, j'en tire les conséquences", a-t-il ajouté.

La polémique s'est développée alors que le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier effectue depuis dimanche et jusqu'à mardi une visite en Israël destinée à renouer le dialogue entre ce pays et la France, après une période de tensions.

La démission de M. Ménargues a été rendue publique alors qu'il venait de s'expliquer devant les rédactions de RFI et RMC-MO réunies en assemblée générale à l'appel de l'intersyndicale CFDT, SNJ et SNJ-CGT.

Le PDG de RFI, Antoine Schwarz, a indiqué que M. Ménargues resterait à RFI, à des fonctions qui restent à préciser.

Lors d'une AG houleuse dans une salle de rédaction bondée, M. Ménargues a notamment déclaré: "ce que je peux penser ne s'est jamais traduit sur l'antenne, il n'y a jamais eu de dérive éditoriale".

"Je n'ai pas été invité (dans ces émissions, ndlr) au titre de directeur, j'ai été invité au titre d'auteur", a-t-il souligné.

"Je pense qu'en tant que directeur de l'information il n'a pas de liberté d'expression (...) parce qu'il incarne RFI", a rétorqué une journaliste de la rédaction en anglais.

"Pourquoi est-ce que dès qu'il s'agit d'Israël il y a cette inquisition ? ", a demandé un autre journaliste.

"Je pense qu'il s'est créé pas mal d'inimitiés assez rapidement (...) et que (...) ces propos sont aujourd'hui l'occasion de lui faire la peau dans un tribunal populaire", a estimé un autre participant.

L'intersyndicale a "pris acte" lundi dans un communiqué "de la démission d'Alain Ménargues annoncée "alors qu'une demi-heure avant le PDG lui accordait son entière confiance". Elle "s'étonne de l'absence de réaction du PDG face aux multiples déclarations controversées du directeur de l'information" et "exprime son inquiétude quant à la gestion de RFI".

La Société des journalistes a estimé pour sa part que le successeur d'Alain Ménargues "aura la lourde responsabilité de rendre à RFI sa crédibilité et sa sérénité".
source : AFP

Ca commence à faire lourd... C'est de moins en moins "subtil" comme pression...
A cette allure, ils vont bientot ré-écrire l'histoire... Israel, l'état avec le bras le plus long du monde et la politique qui l'est interdit de critiquer....

Diamant

#2 TomTom

TomTom

Posté 18 octobre 2004 à 23:10

En tous cas tout le monde n'est pas d'accord pour dire que ce sont les Juifs eux-mêmes qui ont créé le ghetto vénitien :

http://www.venice-ho...wish.htm]Venice

En 1516, l'ensemble de la population juive de Venise fut obligée de résider dans le quartier de Ghetto Novo


Lonely Planet/Venise

Il y a une grande différence entre "décider de s'isoler" et "être obligé de s'isoler"

Modifié par TomTom, 18 octobre 2004 à 23:16.


#3 Cristobal

Cristobal

    Pèlerin de l'espace et du temps

  • Membres
  • 1 723 messages
  • Localisation : Paris, mais en direction de Shamballa et autres...

Posté 19 octobre 2004 à 00:03

..... Et, heureusement qu'il y a l'internet.

Grâce aux forums divers et variés et aux sites d'information alternative, je crois bien que je ne vais pas mourir complètement idiot, le cerveau lavé par les grandes eaux javelisées de la propagande et du politiquement correct.

Grâce à internet, j'ai l'impression qu'il est possible d'entendre au-delà du bêlement généralisé des moutons disciplinés (et bêtes....., pour le moins).

Ceci dit, je crois bien qu'Israël, les lobbys juifs aux USA, Bush et la clique des assassins qui l'accompagne sont repartis pour encore quatre ans, au moins.

Le sang n'a pas fini de couler.

Modifié par Cristobal, 19 octobre 2004 à 00:05.


#4 achelhi

achelhi

Posté 19 octobre 2004 à 17:08

SORCIERES, CONTRE LE JOURNALISTE ALAIN MENARGUES

Une nouvelle tentative de chasse aux sorcières est en cours, à Radio France Internationale et avec l’appui impudent du porte-parole du ministère français des Affaires étrangères (un nommé Hervé Ladsous), contre le journaliste Alain Ménargues, de Radio-France International (RFI), coupable de voir en Israël un « Etat raciste ».


En réalité, les détracteurs d’Alain Ménargues ne lui reprochent pas seulement de qualifier de la sorte, à juste raison d’ailleurs, cet Etat fondé sur des critères ethnico-religieux, mais surtout les informations, pertinentes et inédites, fournies par ce journaliste d’expérience, sur les crimes d’Ariel Sharon et plus généralement de l’Etat israélien.

Faisant fi de toute déontologie, les médias ont massivement boycotté, au printemps dernier, la sortie du livre de Ménargues « Les secrets de la guerre du Liban » (Albin Michel, 554 pages, 24 €), qui contient pourtant une information exclusive et importante, un « scoop » comme on dit dans le jargon de la profession : la participation, directe, de soldats de l’armée israélienne, au massacre des Palestiniens à Sabra et Chatila.

Le récit de Ménargues, qui fut correspondant de Radio-France pendant plus de 15 ans au Proche-Orient et présent à Beyrouth en septembre 1982, apporte après des années d’enquête un faisceau d’informations concordantes sur le fait que l’armée israélienne, sous le commandement d’un certain Ariel Sharon, n’a pas seulement fourni la logistique à ses supplétifs de l’extrême-droite libanaise pour perpétrer le massacre.

Elle a aussi « mis la main à la pâte », ses commandos de l’unité spécialisée Saryeret Mat’kal assassinant de manière ciblée, d’une balle dans la nuque, plusieurs dizaines d’intellectuels et professionnels palestiniens désarmés, infirmières, avocats ou journalistes. Les camps de Sabra et Chatila, au moment du crime, étaient vides de combattants palestiniens.

La thèse officielle israélienne complaisamment épousée jusqu’à présent par l’ensemble des médias et gouvernements, était que l’armée –et son ministre de tutelle Ariel Sharon- avait été « négligente », en ne mettant pas fin au carnage qui se perpétrait sous ses propres yeux (Israël occupait militairement Beyrouth avec des milliers d’hommes au moment des faits ; le QG de l’armée israélienne surplombait même les camps de réfugiés de Sabra et Chatila ).

Aujourd’hui, Alain Ménargues sort un nouveau livre, « le Mur de Sharon » (une co-édition Fance Inter/ Presses de la Renaissance, 300 pages, 18 €).

L’ouvrage, commentent les éditeurs, « fait un état des lieux saisissant de ce projet pharaonique qui, réalisé au mépris des résolutions de l’ONU, anéantit toute chance de réconciliation des deux frères ennemis ».

Dans la conclusion de son enquête, Alain Ménargues, qui est aujourd’hui directeur-général adjoint de Radio-France Internationale, dénonce la fusion, désormais totale, de l’idéologie sioniste dominante en Israël, avec les préceptes les plus rétrogrades trouvés dans la Torah : l’enfermement sur soi-même, au nom d’une imaginaire pureté du Juif par rapport au non-Juif.

« Israël s’enferme. Israël s’isole. Avec ce mur, ses habitants seront plus que jamais coupés des réalités de la région. Les juifs européens se sont battus pendant deux siècles pour sortir des ghettos, pour faire tomber le mur de la ségrégation et de l’arbitraire. Celui que les Israéliens construisent aujourd’hui illustre leur peur de l’avenir, leur impuissance, leur désespoir. Il est tel une ultime expression physique de l’une des maximes les plus importantes de l’enseignement juif : ‘Erige un Mur autour de la Torah’

« Le mur de Sharon est aussi ce mur autour de la Torah, car, comme me l’a dit l’un de ses soutiens politiques : ‘si vous laissez un goy circuler librement, tôt ou tard, il tue un juif’ », écrit l’auteur, avant de conclure : « pour qu’un avenir de paix et de justice ait une chance, il est indispensable qu’Israël devienne, enfin, un pays comme les autres ».

Nous recommandons à chacun des lecteurs de cette page (y compris aux détracteurs de Ménargues, s’ils ont un minimum d’honnêteté intellectuelle) de lire les deux livres du reporter.

COMMUNIQUE DE LA CCIPPP

Nous venons par ailleurs de prendre connaissance d'un communiqué de la CCIPPP, auxquels nous nous associons, et qui invite chacun d'entre nous à réagir rapidement auprès du ministère des Affaires étrangères et de RFI.

Voici le texte de ce communiqué :

Communiqué du 17 octobre 2004

L'ensemble des personnes et associations ayant à coeur l'établissement d'une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, sont indignées par la campagne de calomnies et les pressions en vue de sanctions à l'encontre de M. Alain Ménargues, directeur de l'information de RFI pour ses propos condamnant la politique raciste du gouvernement Sharon. En effet, au moment où l'armée israélienne vient une fois de plus, dans la quasi indifférence des gouvernements démocratiques, de montrer le mépris qu'elle a de la vie des Palestiniens, de l'opinion internationale mais aussi de la paix en menant une invasion meurtrière des territoires palestiniens (120 morts et 500 blessés lors de l'opération « jours de pénitence »), au moment où seules des sanctions internationales pourraient freiner cette escalade de la violence et un déni de justice menaçant les deux peuples, nous dénonçons avec vigueur les tentatives de faire taire ceux qui, comme M. Alain Ménargues, en dépit du lâche silence de la plupart des média et des multiples intimidations, refusent d'étouffer leur conscience. Face au racisme, à l'injustice et au cynisme guerrier, l'histoire nous l'apprend, il ne peut y avoir de devoir de réserve comme le prétendent ses détracteurs. Il y a en revanche, une obligation d'indignation et c'est tout à l'honneur de M. Ménargues de s'y être conformé.. Il est urgent de nous mobiliser et de protester contre les menaces d'éviction qui pèsent sur ce dernier et qui n'ont pas d'autre objectif que d'infléchir la ligne éditoriale de RFI au détriment du peuple palestinien.

Appelez d'urgence le standard de RFI au 01-56-40-39-24 et protestez auprès de M. Schwarz, PDG de RFI et auprès du ministère des affaires étrangères (ministère de tutelle de la station RFI) au 01-43-17-53-53.

source : Paix juste au Proche-Orient

#5 achelhi

achelhi

Posté 19 octobre 2004 à 18:01

A lire, ci-dessous, un courrier adressé par MF Baratli, de Lyon, à Antoine Schwarz, PDG de Radio France Internationale, à la suite de la chasse aux sorcières lancée contre Alain Ménargues.


Lyon, le 18 Octobre 2004


Attention : Monsieur Antoine Schwarz - PDG de Radio France Internationale,

"Si les Juifs de France devaient avoir en leur possession des cartes d'identité les désignant comme Juifs (bien que citoyens français), ne pouvaient acheter une terre ou se porter acquéreur ou locataire d'une résidence dans la majeure partie du pays, n'étaient pas admis au service militaire et si la loi française bannissait tout parti politique ou législation demandant les droits égaux pour les Juifs, est-ce que la France serait largement louée aux États-Unis en tant que "symbole de la décence humaine" (New York Times) et un modèle de démocratie? Y aurait-il de vastes protestations si la France, en conséquences de telles lois et pratiques, était qualifiée, par une majorité de membres de l'ONU, d'État raciste?"
Edward Herman -universitaire états-unien


Monsieur Schwarz,

Je viens d'apprendre que de fortes pressions et demandes de sanctions sont actuellement dirigée contre Mr Ménargues en rapport à ses propos jugeant racistes l'état et la politique israéliens. Il me semble extrêmement grave que Mr Ménargues subisse cette hideuse compagne pour avoir simplement repris ce que nombre d'organisations de défense des droits de l'homme, d'institutions internationales (ONU inclus), d'intellectuelles et de militants associatifs et politiques, de par le monde - y compris de nombreux juifs et israéliens - n'ont cessé de confirmer, preuves à l'appui, depuis des dizaines d'années.

La question est pourtant simple : pour savoir si un état, une idéologie ou une politique est raciste ou non, il suffit de le/la soumettre au test de l'égalité des droits devant des cas de différence ethnique, religieuse, etc. Test auquel l'Etat d'Israël non seulement échoue honteusement mais cet état revendique en plus comme idéologie fondatrice cette différence de traitement basée sur des différence ethnico-religieuse.

Je vous rappelle simplement que le 23 mai 2003 une commission de l'ONU des droits de l'homme avait relevé de nombreuses discriminations institutionnalisées à l'encontre non seulement des palestiniens de Gaza et Cisjordanie mais de ceux même qui sont citoyens israéliens, et qu'elle s'y inquiète, entre autres, de :

- "différence continuelle dans le traitement entre les juifs et les non juifs, en particulier les communautés arabes et bédouines, en ce qui concerne la jouissance de leurs droits économiques, sociaux et culturels dans le territoire de l'État membre".
- l'emphase excessive présentant l'État comme étant un "État Juif" qui encourage la discrimination et donne un statut de deuxième classe à ses citoyens non juifs.
- le "statut de la 'nationalité juive', qui est un terrain propice à un traitement préférentiel exclusif pour des personnes de nationalité juive selon la loi israélienne du retour, loi qui leur accorde une citoyenneté automatique et des bénéfices financiers accordés par le gouvernement, et dont le résultat est un traitement discriminatoire envers les non juifs et en particulier envers les réfugiés palestiniens".
- la "pratique restrictive de regroupement familial pour les Palestiniens".

Je vous rappelle aussi,

Que la Commission des Nations-Unies pour les questions d'abolition du racisme a demandé explicitement à Israël d'abroger la loi sur la citoyenneté et de réexaminer sa politique en matière de regroupement familial. Cette loi israélienne amendée empêche, en effet, (et exlusivement) un homme ou une femme des territoires palestiniens marié(e) à un(e) Arabe d'Israël d'obtenir la "citoyenneté".

Que l'ONU a produit un rapport (de David Kretzmer professeur à la faculté de droit à l'université Hébraïque et rapporteur de la commission des droits de l'Homme pour les Nations-Unies) qui recense 17 lois comportant des discriminations envers les citoyens arabes d'Israël.

Que suite à la déclaration de la Commission ministérielle israélienne chargée de la promulgation des lois de son soutien à la " loi des terres pour les Juifs seulement " le député de la Knesset Ahmad Al-Tibi a déclaré que " Jusqu'alors, l'injustice à l'égard des citoyens arabes était cachée, mais maintenant, elle devient manifeste et officielle par le fait d'une loi promulguée par la Knesset " et qu'il allait déposer plainte aux Nations-Unies contre cette loi.

Qu'une loi votée par le gouvernement israélien de l'ancien premier ministre Benjamin Netanyahou fin 1990 déclare que tout Palestinien de Jérusalem qui n'a pas vécu dans la ville pendant sept années consécutives perd ses droits de résidence. La loi Netanyahou, dont la limite dans le temps est depuis passée à trois ans, ne s'applique pas aux juifs israéliens.

Q'un rapport publié par Amnesty International (2001) a épinglé les discriminations pratiquées par Israël à l'encontre des Palestiniens, que ce soit à l'intérieur du pays ou dans les Territoires Palestiniens occupés.

Que ce rapport indique que lors des troubles d'octobre 2000, les services de sécurité ont utilisé de véritables munitions contre des civils , tuant 13 citoyens israéliens arabes. Il signale qu'"il a fallu plusieurs semaines de protestations pour qu'une Commission d'Enquête Judiciaire soit mise en place". Voici des propos d'une policière des frontières rapportés dans ce rapport "Nous abordons les débordements juifs différemment. Lorsqu'une telle manifestation a lieu, il va de soi dès le départ que nous n'emportons pas nos armes à feu avec nous."

Enfin, vous trouverez ci-dessous quelques citations de juifs et/ou israéliens qui, j'espère, vous éclaireront sur ce sujet et reste à votre disposition pour plus de détail.

Respectueusement
M. F. BARATLI


En vérité, ce nationalisme fanatique, qui ne se montre pas brutal par nécessité mais par choix délibéré et décision raisonnée, commence déjà à semer des graines empoisonnées qui suscitent le dégoût. Je fais allusion à la mentalité des colons telle qu'elle apparaît à travers les lettres envoyées aux soldats de l'Opération Rempart par des élèves des Territoires. Ces enfants ne leur demandaient pas d'éradiquer le terrorisme et de frapper les terroristes, mais de "tuer autant d'Arabes que possible". L'un d'entre eux demandait: "Tuez-en au moins dix pour mon compte"; un autre avait une suggestion plus simple encore: "Oubliez la loi, et faites-en des confettis".
Sionisme ou colonialisme ?
Ze'ev Sternhell - édition électronique en anglais du quotidien Ha'aretz - 28 juin 2002

Défendre une égalité complète et sans équivoque entre les Arabes et les Juifs en Israël est devenu synonyme de sédition, voire de trahison. Un juge de la Cour suprême israélienne a récemment déclaré qu'il "est nécessaire d'empêcher un Juif ou un Arabe qui appelle à l'égalité des droits pour les Arabes de siéger à la Knesset ou d'y être élu". Un sondage récent, réalisé par l'Institut israélien de démocratie, révèle que 53% des Juifs israéliens s'opposent à ce que des droits égaux soient accordés aux citoyens palestiniens d'Israël, et qu'un stupéfiant 57% croient qu'ils devraient être "encouragés à émigrer". Une des principales conclusions est que lorsque les Juifs israéliens disent "nous", ils y incluent bien peu souvent les citoyens palestiniens de l'État.
En ce qui concerne les droits à la propriété immobilière, l'inégalité est catégorique. "En terre d'Israël, il est interdit de vendre un appartement à un Gentil", affirmait le Grand rabbin d'Israël en 1986, commentant la tentative d'un Palestinien pour acheter un logement appartenant au Fond National Juif à Jérusalem-Est.
Dans les autres aspects vitaux de la vie, y compris les lois sur le mariage, le développement urbain et l'éducation, Israël a perfectionné un système complet de discrimination raciale envers ses citoyens palestiniens, qui n'a aucun parallèle dans le monde d'aujourd'hui.
Uri Avnery - Militant pacifiste israélien et ancien député à la Knesset - le 3 janvier 2004

"Chaque être humain a plusieurs identités. Je suis un être humain. Je suis égyptien lorsque les égyptiens sont opprimés. Je suis noir lorsque les noirs sont opprimés. Je suis juif lorsque les juifs sont opprimés et je suis palestinien lorsque les palestiniens sont opprimés".
Gravé sur la tombe de Chehata haroun, égyptien juif, qui a refusé d'émigrer en Israel

Eliminer en bannissant hors des territoires occupés l'essentiel de cette population, réorganiser l'exil, comme en 48 et 67 : si certains y pensent dans les sphères gouvernementales israéliennes, ce n'est pas, l'on s'en doute, ce que retient Arno Klarsfeld. Etablir un Etat Palestinien viable en Cisjordanie et à Gaza, et mettre en pratique la " hafrada ", la séparation, que d'autres en Israël souhaitent, laissant un Israël à l'abri de cette bombe démographique ? Cette solution n'a de sens que pour celui qui ne nie pas l'occupation, dont la fin protégerait Israël de cette menace nouvelle, mais ce n'est pas en ce sens que plaide Maître Klarsfeld. Mais alors, vouloir maintenir les colonies et l'occupation, tout en écartant le risque que les Juifs ne deviennent minorité en Israël, cela a un nom, cela a un prix : l'apartheid ! Est-ce là, Cher Maître Klarsfeld, ce que vous appelez " légitime défense " ?
Par Yvan Berrebi en réponse à une tribune d'Arno Klarsfeld parue dans "Le Monde"

" Je ne serai jamais sioniste. Mais mon admiration va, depuis que certains juifs ont cru trouver dans cette voie un remède à l'oppression et à la misère, à tous ceux qui résistent opiniâtrement à la contagion de l'ethnocentrisme raciste de leurs pires persécuteurs. Ce combat-là peut et doit être mené partout. Ma judéité et ma solidarité avec d'autres juifs ne connaissent que cette frontière. "
Jacques Aron, Le sionisme n'est pas le judaïsme , Didier Devillez éditeur, Bruxelles, 2003.

" En Israël il est possible de présenter des projets de loi ouvertement racistes à l'encontre d'une minorité qui représente le cinquième du pays ".
Eric Hazan - Le Monde du 12/09/02

" Le sentiment traditionnel du sionisme est que tous les non-juifs sont antisémites [...] L'hostilité générale des non-juifs est considérée par les sionistes comme un fait inaltérable et éternel de l'histoire juive [...] Cette attitude est pur racisme chauvin et il est évident que cette division entre les juifs et tous les autres peuples - tenus pour ennemis - ne diffère pas des autres théories de la race des seigneurs ".
Hannah Arendt - Philosophe Américaine

"En fin de compte, Israël est le seul exemple restant d'un État nationaliste basé sur la pureté de la race"
Gilad Atzmon Auteur et saxophoniste israélien, Militant pour la justice et la paix

source

#6 ZeH

ZeH
  • Genre : Homme
  • Localisation : Qo'noS

Posté 15 novembre 2004 à 18:30

Venez réagir à l'article "Politique israëlienne : liberté d'expression ?" à la suite de ce topic.
En ce qui me concerne, je n'ai pas à m'inquiéter d'être un jour traitre à mes idées, J'en ai jamais eu.

#7 Cristobal

Cristobal

    Pèlerin de l'espace et du temps

  • Membres
  • 1 723 messages
  • Localisation : Paris, mais en direction de Shamballa et autres...

Posté 15 novembre 2004 à 19:06

Bush fait entrer le religieux dans toutes ses déclarations. Mais dès que vous dites qu'Israël est ce qu'il est, un Etat théocratique, il y a une levée de boucliers.


On sait qu'Israël est le 51ème état des Etats-Unis. Israël dont l'influence est toujours plus grandissante au sein de l'administration Bush et chez les néo-cons. Israël qui a montré la voie avec son état théocratique. Et c'est ce que s'apprête à faire l'administration Bush. Maintenant qu'ils ont tous les pouvoirs pour encore (au moins....) 4 ans, ils vont passer à la phase B de leur plan. Casser les institutions démocratiques et laïques pour y mettre à la place un état théocratique.

Ainsi, dans les Cours de Justice états-uniennes, on trouvera les "Tables de la Loi" de Moïse, les "Dix Commandements" comme référence suprême et incontournable. Et quiconque s'avisera de contester la volonté de Dieu, sera reconnu comme impie et coupable, forcément.

Où cela va-t-il nous mener ? Comment cela va-t-il finir ?

Car il y a une logique dans le délire........

Modifié par Cristobal, 15 novembre 2004 à 19:23.


#8 amrita

amrita
  • Localisation : bruxelles
  • Intérêts : passionnée de recherche,surtout en matière de religion et d'ésotérisme.<br>

Posté 02 dcembre 2004 à 13:24

Merçi d'avoir mis cet article en ligne.
Je suis heureuse de constater que des journalistes osent affrontés les tabous et en subir les conséquences.
Dommage qu'il n'y en ai pas plus...
Enfin je dis "les"journalistes,içi, il est seul et je voudrais voir maintenant jusqu'où il ira et si vraiment il vat mettre ses projets a exécutions...wait and see :aureole7:

Il n'empeche qu'effectivement l'Israel n'est PAS un pays a part et n'a pas TOUS les droits...je met intentionnellement le "L" devant ...

#9 Yiuel

Yiuel
  • Localisation : Cévé, Melville

Posté 17 dcembre 2004 à 16:18

Je crois qu'Alain Ménargues a eu un grand courage pour dire tout ça tout haut. Vivement qu'il poursuive, c'est important pour la société, à mon avis.

Je relève une difficulté cependant que M. Ménargues relève, la difficile critique des États. Oui, on critique facilement de manière superficielle de nombreux États, en premier lieu les États-Unis. Mais les critiques de fond se font rares, et lorsqu'elles arrivent, on tente de les faire taire, et je crois que cela, même si beaucoup plus évident dans le cas d'Israël, se produit pour chaque État. Ceci, à plus forte raison lorsque l'État en question est un "allié". Qui a entendu des critiques récentes sur le Pakistan? Chez nous, ces critiques ont disparus depuis fin 2001...

Certains ici ont le courage de critiquer à fond l'État, d'une manière pratique (comme ici avec M. Ménargues) ou d'une manière "théorique", c'est à dire qui ne vise pas directement un État. Je crois qu'il est très important de même critiquer de l'intérieur (je pense ici à la fameuse clause de discrétion, que je connais moi-même). L'idée de l'ombudsman est très intéressante à cet effet, mais l'idée n'a pas été poussée suffisamment et ne sert plus que d'un moyen de marketing. Chez moi, au Canada, nous avons cette vérificatrice générale Fraser, qui vérifie les agissements du gouvernement. Elle en a du culot, et je crois qu'elle mérite elle aussi un point, même si elle ne va pas aussi à fond que l'on pourrait le souhaiter.

Enfin, tout cela pour dire que l'on manque de critiques de ce genre, et que je souhaite que M. Ménargues poursuive ses démarches.

#10 Dorey

Dorey
  • Localisation : France (Nord)

Posté 17 dcembre 2004 à 23:12

Vous rendez vous compte qu'en étant contre Israël vous vous rendez antisémites ??? Que vous vous rendez comme ceux qui ont soutenu des thèses telles que le nazisme ??? êtes-vous révisionistes ??? Si vous êtes contre Israël vous êtes contre l'humanité, ne l'oubliez jamais !! Nous ne cesserons de vous le rappeler, jours après jours.
Quelle honte de voir des articles pareils sur ce site !!! Rappelez vous de la Shoah !!! Plus de 6 millions de Juifs assassinés !!!
Ça commence à me dégouter de plus en plus de vivre en France parmis cette racaille !!!
ISRAËL VIVRA !!! ISRAËL VAINCRA !!! COUTE QUE COUTE !!! QUEL QUE SOIT LE PRIX, ET NOUS EXTERMINERONS CELUI QUI S'OPPOSERA A NOUS, DU PLUS JEUNE AU PLUS VIEUX, DE LA PREMIERE A LA DERNIERE, EN TERRE D'ISRAEL ET N'IMPORTE OU DANS LE MONDE !!!
AM ISRAEL AÏ !!!

#11 Mike

Mike
  • Localisation : Belgique

Posté 18 dcembre 2004 à 12:19

Vous rendez vous compte qu'en étant contre Israël vous vous rendez antisémites??? Que vous vous rendez comme ceux qui ont soutenu des thèses telles que le nazisme ??? êtes-vous révisionistes ??? Si vous êtes contre Israël vous êtes contre l'humanité, ne l'oubliez jamais !! Nous ne cesserons de vous le rappeler, jours après jours.
Quelle honte de voir des articles pareils sur ce site !!! Rappelez vous de la Shoah !!! Plus de 6 millions de Juifs assassinés Quelle honte de voir des articles pareils sur ce site !!! Rappelez vous de la Shoah !!! Plus de 6 millions de Juifs assassinés !!!
Ça commence à me dégouter de plus en plus de vivre en France parmis cette racaille !!!
ISRAËL VIVRA !!! ISRAËL VAINCRA !!! COUTE QUE COUTE !!! QUEL QUE SOIT LE PRIX, ET NOUS EXTERMINERONS CELUI QUI S'OPPOSERA A NOUS, DU PLUS JEUNE AU PLUS VIEUX, DE LA PREMIERE A LA DERNIERE, EN TERRE D'ISRAEL ET N'IMPORTE OU DANS LE MONDE !!!
AM ISRAEL AÏ !!! !!!


Ce message dans sa forme et son fond, contient tous les ingrédients qui font le malheur des peuples. Il pourrait facilement être adapté pour servir de message à tous les mouvements politiques extrémistes que je connais.

L'auteur utilise les amalgames, l'histoire, les raccourcis, fait appel à la honte, à l'honneur, pour enfin terminer avec ce qui pourrait être la fin d'un discours que l'on donnerait à des troupes prêts pour l'assaut final.

Avec peu de lignes, c'est un exemple très intéressant d'un mode de pensée qui commence à sévir en France.....

Pour l’holocauste, le comportement des extrémistes allemands et des nazis ne justifiera JAMAIS le comportement des extrémistes Israéliens.

Est-ce si extraordinaire à comprendre cela ?

Ou alors le monde entier, l’histoire même a une dette envers la nation Israël et doit lui accorder un statut particulier, dont le droit de spolier le peuple palestinien. Il faudra rédiger la charte internationale du peuple élu contre le peuple maudit.

Si l’on fait référence à l’holocauste, vous remarquerez que l’on fait exclusivement référence aux juifs, rarement aux communistes, aux gitans, aux handicapés qui furent les premiers à payer le prix fort à la barbaries et qui se comptent également en millions de vies humaines.

Evidemment ces minorités, ne contrôlent pas les médias et les productions de films Ils n’essayent pas de justifier l’application d’une politique totalement en désaccord avec le respect élémentaire auquel peut aspirer un peuple.

Quand il y a une critique contre le comportement des homos, ou un film comique comme « la cage aux folles », vous voyez les homos descendrent dans la rue pour interdire le spectacle? Crier à l’homophobie ? Faire référence à l’holocauste ? Ce serait surréaliste non ?

C’est exactement ce qui se passe en ce moment avec les extrémistes juifs…

En 1946 une énorme injustice a été commise contre le peuple palestinien, ce vol qualifié n’a jamais fait l’objet d’une réparation et même continue à travers la colonisation de 60 % de la Cisjordanie et de l’asphyxie des villages palestiniens.

Comment peut-on être autant de mauvaise fois pour réfuter cette horrible réalité et donner du crédit à la politique d’oppression que pratique Sharon et sa clique ?

Nos parents avaient certainement un sentiment de culpabilité vis-à-vis du peuple juif et avaient donc une grande tolérance à l’égard des atrocités qui eurent lieux contre les palestiniens lors de la guerre d’indépendance.. Le vol des terres, et l’exode des réfugiés devinrent une réalité historique « acceptable » pour la conscience mondiale. Cette culpabilité collective s’est émoussée et nous pouvons enfin retrouver une approche objective de la situation.

Les perdants ont toujours tord évidemment, c’est comme les 60 ou 80.000 réfugiés Serbes qui durent fuir les persécutions des troupes nationalistes bosniaques et qui vivent dans des conditions très difficiles en Serbie… Vous en avez entendu parler ? Pourtant lors des intentions de guerre contre la Serbie ou nous a bassiné à longueur de journée la misère des réfugiés kosovart (70.000) Les pays européens les ont pris en charge. Et pour les réfugies Serbes qui crevaient de faim à la même époque ?... Silence radio….

Ce que ces nationalistes israéliens ne comprennent pas, c’est que la politique guerrière de Sharon est contre-productive, que l’état d’Israël s’enfonce dans une impasse politique et financière de plus en plus catastrophique. Le mur, l’armée, la sécurité, les attentats, plombent complètement l’économie et les chances de croissances.
FIN D'UN EMPIRE

#12 mag

mag

    Chercheur d'idées

  • Membres
  • 1 088 messages
  • Genre : Femme
  • Localisation : Dans le vide Là où je suis

Posté 18 dcembre 2004 à 23:41

:tresfache: Mais moi je ne me marre pas,
Dorey tu peux t'expliquer t'as trop bu ce soir là, t'avais la hargne?
J'en suis pas sûre t'a déjà hurlé au gendarme pour des histoire de fée,
c'était gros, mais bon tout le monde peut s'offusquer, moi la première parfois,
mais là je ne supporte pas,
tu me donne envie de dégueuler...
La Conscience ne s'approprie pas.
Elle se développe à elle même... Elle se Reconnait ! Natarajan

Pour moi convaincre, n'est plus envisageable, mais témoigner et partager le sont...

#13 Her Bak

Her Bak
  • Localisation : Paris

Posté 19 dcembre 2004 à 00:16

Eh oui! dire que l' état israëlien est un état raciste, fasciste et d' apartheid ( ce qui est pourtant avéré) n' est pas supporté par les juifs israëliens ( ou juifs pro-israëliens). Nous envoyer la shoah à la figure est non seulement hors de propos, mais vil et mesquin.
Eh quoi, le fait que les juifs se sont faits exterminer par une bande de psychopathes névrosés il y a 60 ans, leur donne-t-il le droit de massacrer et d' exterminer en toute impunité une population sans défense, sans que personne n' ait la possibilité de broncher?
Bon, ce Dorey est visiblement un agité du bocal, mais il me semble que cet état de haine agressive se généralise chez ceux qui s' appellent le "peuple juif", notion qui est bien entendu une fiction ridicule, et l' a toujours été, puisqu' il y a n' y a de "peuple" que dans l' esprit des nationalistes haineux dans le genre de ce pauvre Dorey.
[/QUOTE]ISRAËL VAINCRA !!! [QUOTE]
Si Israël parvient à vaincre ses propres démons, ça sera déjà bien.

#14 Yiuel

Yiuel
  • Localisation : Cévé, Melville

Posté 19 dcembre 2004 à 01:26

Moi, j'aurais été sans doute tuer dans cette Shoah (étant espérantophone), or, je n'en veux pas à l'Histoire d'avoir voulu tuer mes semblables. L'Histoire n'est pas le bonheur, c'est ce qui arrive. On ne peux pas le changer, on ne peux que faire mieux avec le futur... Et je crois que les gens ont oublié la valeur de l'histoire : la leçon...

#15 L'heretique

L'heretique

    Grain de sable........

  • Membres
  • 471 messages
  • Localisation : LYON

Posté 19 dcembre 2004 à 10:56

Je ne prendrais aucune position sur ce sujet si sensible.Je vais me contenter de citer IMAM BOWIE : le plus grand malheur de l'afrique,c'est les africains a elle dit.Je me demande si cette maxime ne pourrait pas s'adapter a ISRAEL.Je constate seulement avec tristesse que quel que soit le drapeau,vous savez ce bout de tissus qui doit representer un peuple,ou un pays,et bien quelque soit ce drapeau il y a toujours des individus en faible proportion qui sont pret a tout et n'importe quoi pour parvenir a leurs fins.Decidemment pour gravir un minucule barreau sur l'echelle de l'evolution,quelles difficultes...............

#16 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 29 dcembre 2004 à 21:37

je viens de lire cet article très intéressant, dont je n'avais pas pris connaissance auparavant. Ce journaliste a bien raison.

L'hérétique dit qu'il ne prendra pas position sur un sujet aussi sensible; et c'est bien là le cas général des français à mon avis: les gens ne peuvent pas s'exprimer, dire ce qu'ils pensent des exactions perpétrées par l'état d'Israël, par la peur d'être accusé d'antisémitisme.

C'est bien la preuve par a+b que le terrosirme intellectuel mené par Israël à l'encontre de tous les pays occidentaux dont nous faisons partie a bien pris racine. Non content de provoquer unfoyer de conflit qui a en germe la future guerre mondiale, les Israëliens exportent le terrorisme sous forme de gestapo de l'expression en se servant comme d'outils des millions de morts de le Shoa: forme ultimememnt détestable de la manipulation. Non seulement c'est détestable mais en plus ils trahissent la mémoire de ces millions de morts en s'en servant comme d'une arme de terrorisme faschiste empêchant quiconque de s'exprimer contre leur politique sans être taxé de nazi antisémiste.

Les extrêmistes comme Dorey semble bien l'être sont des carricatures de ces personnes infectes qui n'ont aucunement leur place dans une république légaliste égalitaire comme la France: ils souillent tous les droits d'expression les plus fondamentaux par une noirceur d'esprit qui n'a d'égale que son étroitesse. Si il faut chercher des faschistes quelque part, en voilà des bons exemples. Ils sont la désolation de tous, et certainement de ceux pour qui être juif est une croyance religieuse et non un moyen de pression pour imposer ses idées aux autres. Je plains ces millions de personnes de confession juives qui voient leur religion considérée comme détestable parceque en retour amalgamée avec le comportement odieux des êxtremistes pro-israëliens. Comme le dit bien le journaliste:

Chez les citoyens de confession juive il y a deux mondes. Ceux qui se sentent d’abord français de religion juive. Et ceux qui se sentent d’abord juifs, israéliens et ensuite français.


Bref, il m'a semblé que tout a été dit de manière intelligente déjà dans les divers autres posts; le mécanisme de terrorisme intellectuel a bien été démonté.

Evidemment Israël ne peut que s'entendre comme larron en foire avec un état basé sur des fondements religieux commes les USA (chez qui on ne peut rien faire sans prêter serment sur la bible); et comment ne pas s'étonner que le pays décrit bibliquement comme étant celui qui va déclencher la guerre de tous contre lui à cause de son attitude détestable, à savoir les Etats-Unis (dans les livres de prophètes faisant partie des écrits juifs comme des écrits chrétiens) soit comem larron en foire avec un pays qui adopte des attitudes comparables et va se trouver dans une situation comparable dans tout le proche-orient.

#17 ZeH

ZeH
  • Genre : Homme
  • Localisation : Qo'noS

Posté 16 fvrier 2005 à 22:47

Le p'tit dernier de Ménargues...

Entretien avec Alain Ménargues (grand-reporter, envoyé spécial permanent au Moyen-Orient et directeur adjoint chargé des antennes et de l’information à RFI

«Je suis viscéralement opposé à l’intolérance»

La Nouvelle République : Que voulez-vous dire par «je suis résolu à me battre contre tous ceux qui accusent injustement des gens honnêtes» ?
Alain Ménargues : Je dis tout simplement que je suis fondamentalement, viscéralement, opposé à l’intolérance. J’écris des choses sur les Israéliens et sur le mur de Sharon, c’est parce que j’ai fait des recherches, j’en suis arrivé à ces conclusions et je suis honnête. Il ne s’agit pas pour moi de renier ce que j’ai dit. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec moi, je trouve cela normal, c’est le débat démocratique, mais on n’accuse pas les gens de choses qui ne sont pas uniquement pour Israël. Mais c’est une méthode de communication propre aux Israéliens et à leur gouvernement, qui a un service de l’armée, le 5e bureau, avec des agents d’influence comme le fameux avocat Goldnadel à Paris. Je vais essayer de me battre contre ces gens-là, et je le fais avec détermination. C’est le type de combat qu’il faut réfléchir. J’ai commencé maintenant à faire un certain nombre de déclarations, à faire construire un site à ce sujet de manière à arrêter ce type de propagande complètement fasciste. Ces gens-là sont de l’extrême-droite israélienne, ils sont pires que Le Pen.

Quelle a été la réaction de votre hiérarchie à l’accusation d’antisémitisme ?
Ils m’ont licencié. Pour faute grave, c’est un prétexte, car c’est un licenciement politique. Mais j’attaque le président Schwartz sur la base de l’article 122/45 du code du travail qui dit que nul ne peut être licencié pour ses opinions politiques. C’est la première fois depuis 32 ans que la justice devra se prononcer sur l’application de ce texte. Je trouve scandaleux que dans un pays de liberté, il y ait des bavures comme cela de la part d’un commis de l’Etat. Le porte-parole du quai d’Orsay a, lui, déclaré que mes propos étaient scandaleux. Mais je crois qu’il va être obligé de s’expliquer devant la justice.

Comment pouvez-vous expliquer les mécanismes qui ont provoqué votre licenciement ?
Cela s’est passé très vite, c’est un des facteurs. C’est d’abord 4 ou 5 journalistes que j’appelle, moi, des fonctionnaires, sans grande valeur professionnelle et militants pro-israéliens de droite qui ont protesté en interne contre mon livre, puis ont fait appel à Goldnadel, l’avocat, dont le communiqué a été repris par ces journalistes. Et en s’appuyant mutuellement, ils ont fait monter la mayonnaise : en petite assemblée générale (100 journalistes sur 600), le PDG, en grand fonctionnaire et énarque qu’il est, a eu peur et a préféré ne pas avoir de problèmes. Schwartz n’a pas été seul, le porte-parole du quai d’Orsay a pris position parce que c’est arrivé le jour où le ministre des Affaires étrangères, Barnier, partait en Israël. La question qui lui a été posée, c’est parce que Barnier allait en Israël. C’est un montage, il y a une manipulation derrière, c’est évident.

Mais face à une manipulation telle que vous en avez été victime, on se demande si on est France, pays de Victor Hugo et d’Emile Zola, figures emblématiques d’un humanisme universel, ou en Israël, un gros gabarit ?
On est en France, et j’estime que mon affaire est une bavure, je demande à la France de la réparer. Cela ne veut pas dire autant qu’elle ait changé de statut, la France reste un pays de liberté, mais la liberté, il faut se battre tout le temps pour la conserver. Pour ce qui concerne Israël, elle peut paraître comme un gros gabarit, parce qu’ils n’ont personne en face d’eux, le monde arabe n’a pas de communication.
Jusqu’à la mondialisation, ceux qui détenaient le secret, détenaient le pouvoir. Depuis la mondialisation, ceux qui détiennent la communication détiennent le pouvoir : l’Amérique a fait la guerre sur une communication de mensonges, mais les dirigeants du monde arabe n’ont pas compris qu’il faut communiquer sainement.

Quel est ce lobby qui manipule l’information, en France, selon vous ?
Pour ce qui concerne le Proche-Orient, il y a un lobby israélien d’extrême-droite, pro- Sharon, de colons qui sont plus à droite que Le Pen. Pourtant, la France a peur de Le Pen, mais elle devrait avoir plus peur de l’extrême-droite israélienne qui est terrible. La gauche israélienne, notamment vis-à-vis des Palestiniens, est encore plus à droite que Le Pen. L’extrême-droite, elle, est un véritable fascisme.

Lors de votre passage sur LCI, vous repreniez votre interlocuteur sur la définition de l’Etat d’Israël, présenté comme un Etat démocratique, en lui précisant qu’on avait plutôt affaire à un Etat raciste et lui expliquant la discrimination dont sont victimes les Arabes fichés comme arabes sur leurs papiers d’identité…
Ils sont fichés comme non-juifs. Israël n’a pas de Constitution pour des raisons religieuses parce que la religion dit qu’il n’y aura d’Etat d’Israël que lorsque le messie arrivera. Donc ils sont régis par des lois fondamentales au nombre de 12. Il y en a une qui a été votée en 1952 qui définit une citoyenneté israélienne pour les habitants d’Israël et cette citoyenneté est subdivisée en nationalités : ils disent que le peuple juif est une nation, que les musulmans sont une nation et les chrétiens, une troisième nation.
Ce que nous appelons une religion, eux l’appellent une nation. Donc les papiers d’identité et en particulier les passeports de citoyens israéliens de nationalité autre que juive ont leurs noms soulignés pour que la police voit s’il s’agit de juifs ou non.
Sur LCI, parliez-vous comme l’envoyé spécial au Moyen-Orient qui a été témoin des humiliations dont sont victimes les Palestiniens ou comme un homme de bon sens ?
Les deux. L’homme que je suis a été formaté par mes études, par mes parents, par mon environnement. A ce titre, c’est Ménargues qui parlait en tant qu’invité, auteur venant parler de son livre et pas en tant que directeur de l’information. D’ailleurs, je n’ai jamais donné la moindre consigne aux journalistes de RFI, ni dans un sens, ni dans un autre, mais j’estime que les journalistes ont un droit d’expression, à commencer par les dirigeants de ces journalistes.

Vos collègues vous ont-ils défendu ?
(Sourire).

Sourire très éloquent, monsieur Ménargues !
Certains m’ont passé des coups de téléphone, d’autres ont agi dans la discrétion, mais personne publiquement.

C’est par peur de représailles ou… ?
Par terreur, parce qu’il y a une véritable terreur et je reproche au gouvernement français d’avoir laissé cette peur s’installer. Il faut savoir que jamais quelqu’un qui a été traîné devant les tribunaux par les associations d’extrême-droite israéliennes pour antisémitisme, jamais ces associations n’ont gagné, elles ont toujours perdu, les victimes ont gagné leurs procès. Mais c’est une campagne de pression et les journalistes ne sont pas courageux.

C’est du terrorisme intellectuel !
Oui, du terrorisme intellectuel ! Je regrette que les hommes politiques français n’aient pas beaucoup de courage, eux aussi. C’est la bêtise et la lâcheté des hommes politiques et fonctionnaires français et la disparition d’une fibre de philosophie politique. Il n’y a plus de valeurs ! Je vous donne un exemple, on vient de passer le soixantième anniversaire d’Auschwitz, il y a beaucoup de Français, de résistants, dans le Vercors, à Paris, qui ont été tués ou amenés en déportation et qui étaient juifs, ils sont morts dans les camps de concentration parce qu’ils étaient résistants.

On a barré leur fonction de résistants pour les installer comme juifs. C’est de la manipulation de l’Histoire et c’est fait par ces associations-là qui sont en train d’installer dans les écoles françaises des listes d’enfants juifs morts en déportation. Pourquoi ne met-on pas les noms de ceux qui n’étaient pas juifs morts en déportation aussi ?

Comment expliquez-vous cette attitude des autorités françaises ?
Le clientélisme politique, la bêtise
politique.

Comment pouvez-vous expliquer une réaction aussi rapide à l’évocation d’Israël, Etat théocratique, ne serait-ce pas lié à la shoah ?
Oui et non, il faut remonter dans l’histoire et prendre cela en géopolitique : jusqu’en 1982, à la guerre du Liban, Israël était un Etat victime, puis il y a eu Sabra et Chatila et la première et surtout la deuxième Intifadha. Du coup, dans l’image, Israël est devenu un Etat agresseur qui fait tout maintenant pour que cette image d’Etat agresseur disparaisse. Tous ceux qui accusent Israël sont attaqués de même que le rapporteur des Nations unies qui parle du camp de Jénine. Pourtant, il y a une résolution des Nations unies qui dit que le sionisme est une philosophie politique raciste, Israël a mis 13 ans pour rayer cela. Quand je dis, moi, qu’Israël est un Etat raciste, je suis attaqué.

Pourquoi maître Goldnadel, qui a changé l’intitulé de son Association des avocats juifs en Association des avocats semant ainsi la confusion avec celle des Avocats de France, persécute-t-il ainsi les journalistes ?
Qui est M. Goldnadel ? C’est un agent d’influence, en termes de renseignement. Un combattant sioniste extrémiste de droite. Il a tenté de lier des liens entre Sharon et Le Pen, mais ce dernier a refusé. Je suis attaqué parce que je suis passé sur Radio Courtoisie (radio d’extrême-droite française) alors que lui y est passé en août. Etre attaqué par lui est pour moi un honneur.

Pourquoi, en France, y a-t-il autant d’attaques de la sorte et pas dans les autres pays européens ?
Parce que sur le plan géostratégique, l’Amérique est trop proche des Israéliens et il n’y a que l’Europe qui pose problème, et qui en Europe ? Pas l’Allemagne, pour cause de camps de concentration, pas les Britanniques, pour cause de mandat, alors ils essaient de rappeler à la France qu’il y a eu les trains de la déportation. Cela avait marché longtemps quand les hommes politiques avaient connu cette époque de la guerre.

C’est une façon d’imposer insidieusement un pouvoir…
Non, un contrôle. Israël fait partie du monde arabe et ce n’est pas parce que les dirigeants sont des Ashkénaze venus d’Europe que l’équipe de football joue en Coupe d’Europe qu’ils vont rentrer dans l’Europe. Ils poussent actuellement la Turquie à rentrer dans l’Europe pour la déstabiliser, mais cela ne les fera pas rentrer, eux, dans l’Europe. Ils se disent la tête de pont de l’Occident, dans le monde arabe, mais il n’y a pas de tête de pont dans le monde arabe. On n’a pas besoin d’intermédiaire israélien avec le monde arabe.
Parlons lexique maintenant, si vous le permettez. Pourquoi les Israéliens s’approprient-ils le concept de «sémites», les Arabes, le sont aussi, sémites ? Même les intellectuels et les journalistes abondent dans cette idée-là ?
Même Arafat a été traité d’antisémite. Mais les Arabes ne leur ont jamais dit, nous aussi, nous sommes des sémites. Ils n’ont jamais défendu leur position, il faut qu’ils revoient leur méthode de communication. Voyez comment les Américains sont entrés en guerre sur un coup de communication de mensonges.

Votre fondation, M. Ménargues, des 100 journalistes, s’agit-il d’un comité d’experts chargé du traitement de ce type d’accusation, de son décryptage et de son explication dans le contexte géopolitique de l’heure ?
Non. Par expérience, c’est en étudiant les dossiers précédents que je me suis aperçu que les accusateurs mettaient en lumière les accusés d’antisémitisme et disparaissaient.
Moi, je veux qu’ils restent à la lumière, c’est pourquoi je veux créer un site où je dirais M. Goldnadel c’est ceci et cela. Je veux démonter les processus. Il ne m’appartient pas et n’appartient pas aux journalistes le droit de dire ceci est bien et cela est mal, mais on peut dire qui est qui et qui fait quoi. Si vous prenez Dieudoné, il a eu
17 procès, en France. Je veux connaître les 17 personnes qui l’ont traduit en justice et mettre leurs photos sur internet. Que tout le monde les voit.

Les journalistes qui vous ont rejoint partagent-ils tous vos opinions ?
Ils partagent totalement mes opinions de ras-le-bol de cette pression et de ce terrorisme intellectuel.

Ont-ils connu ou peuvent-ils connaître des frondes semblables ?
Non, ils sont écœurés par cette espèce d’attaque sans consistance. Donc ils ont décidé de collecter toutes les informations. Par exemple, je dis Goldnadel, tout le monde va chercher qui est cette personne, où elle habite, qui est sa femme, dans quelle association milite-t-il, qui le paye, comment il le paye et on dit, M. Goldnadel, c’est lui. Croyez-moi, cela va changer beaucoup de choses.
Quand les gens attaquent en étant sûrs de leur impunité, ils peuvent attaquer n’importe qui, mais quand ils seront simplement connus, cela va être différent. C’est une affaire de communication. Faisons de la communication.

Cette fondation est-elle ouverte à tout le monde ?
A tout le monde ! Savez-vous que les premiers journalistes à adhérer à cette fondation sont des journalistes israéliens. J’ai des journalistes arabes et américains. C’est ouvert à tout le monde. Ce que je contrôle, c’est l’honnêteté des journalistes. Pour moi, c’est le critère ; objectif ne veut rien dire. Qu’ils disent ce qu’ils pensent comme ils le pensent, même s’ils ne sont pas d’accord entre eux.

Comment pouvez-vous expliquer ce manque de considération d’Israël pour l’ONU ?
Pourtant, ils sont nés grâce à l’ONU, dont ils ont décidé de passer outre. Ils ne peuvent pas le faire longtemps, on ne peut pas faire partie d’une société sans en respecter les règles. Il y a la société internationale, elle a des règles, ils vont être obligés de rentrer dedans sinon ils vont être boycottés.

Quel est le rôle des Etats-Unis dans cette arrogance ?
Pierre Jémayel, un leader arabe chrétien, a dit un jour à Itzhak Rabin, vous êtes le
51e Etat des Etats-Unis. Je me demande si les Etats-Unis ne sont pas une province d’Israël. Si vous regardez le gouvernement américain, beaucoup sont des juifs américains avec la double nationalité israélienne.
Les lectures de Bush, dit un article du Monde, sont des philosophes du Likoud. Le vice-ministre de la Défense, Wolfowitz, est conseiller de Sharon.
On oublie souvent que le régime américain est un régime religieux. Donc, à partir de là ils ont vis-à-vis d’Israël une position religieuse avant d’être politique. J’ai souvent en tête une phrase de Malraux qui disait que le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas.

Dans votre ouvrage Les secrets de la guerre du Liban vous écriviez qu’Ariel Sharon ne voulait qu’une chose, pouvoir entrer en force à Beyrout Ouest et «nettoyer». Il fulminait contre les pressions américaines qui l’empêchaient de faire le ménage. Croyez-vous que Sharon soit revenu actuellement à de meilleurs sentiments en acceptant de rencontrer Abou Mazen et de céder certaines parties des territoires occupés ?
Sharon n’a absolument pas changé d’avis, mais c’est un réaliste. Il y a
7 000 colons à Ghaza, il faut trois fois plus de soldats pour les protéger. Les villes qui vont être cédées coûtent très cher en hommes et en argent.
Cela renvoie la responsabilité sur les palestiniens. Si Sharon avait envie de quitter Ghaza, il l’aurait fait tout de suite, pourquoi attendre des mois jusqu’à ce que les colons s’organisent. Il les connaît bien puisqu’il a été leur ministre.

Comment voyez-vous la suite des événements en Palestine ?
Le climat a changé, certes, mais la réalité est la même sur le terrain. Sharon a besoin de convaincre les Israéliens, comme Abou Mazen de convaincre les palestiniens. Chacun s’organise vis-à-vis de sa propre population. Sharon a besoin de faire croire qu’il va faire la paix, il n’attaque plus les palestiniens.
Quand Abou Mazen va dire à Sharon, il faut détruire le mur, que va-t-il se passer ? A mon avis, chacun d’entre eux est en train de se retourner dans son camp pour assurer ses arrières. Je ne crois pas à la paix pour l’instant. Quel signe y a-t-il eu vers la paix ? On ne tire plus, mais est-ce pour autant la paix ?

Ce mur de la honte…
Israël veut en faire sa frontière, cela veut dire qu’il n’y a pas d’Etat palestinien viable. Quand Sharon dit, il faut un Etat palestinien laïque, Israël est laïque ? Il y a beaucoup de contradictions. C’est pour masquer ces contradictions que les organisations extrémistes manipulent le côté judaïque.

Et cette montée au créneau du gouvernement américain concernant l’Iran qu’il accuse de développer l’arme atomique ?
Parce que c’est la crainte d’Israël. On ne peut pas parler des relations des Etats-Unis avec quelque pays arabe que ce soit sans inclure la donnée israélienne.

Si nous parlions du métier de journaliste dans un pays comme l’Algérie…
Il y a un grand coup de chapeau à donner à la presse algérienne, en général. Elle a su se battre pour garder sa liberté. Bravo ! Qu’il y ait une rivalité entre journaux, c’est normal, que le gouvernement mette sa main dedans, je trouve cela anormal. Dans la loi algérienne, comme la française, il y a assez de règlements pour permettre de punir ceux qui mentaient, mais encore faut-il prouver qu’ils aient menti ou diffamé. L’histoire a montré que chaque fois, par exemple, où on a voulu interdire au nom de la morale, c’était au nom de la politique. Il y a 15 ans à peu près, dans les pays arabes, il n’y a jamais eu de grandes signatures si ce n’est dans l’ombre d’un chef d’Etat. Depuis la guerre du Golfe et la création d’Al Jazeera, les choses ont beaucoup changé. Mais les pays arabes n’ont pas compris l’importance de la communication : la Syrie, par exemple, a été désignée comme un pays terroriste par Bush, qu’a-t-elle répondu ? Rien. Comment voulez-vous que les attaques ne se poursuivent pas ?

Que pensez-vous de l’interdiction d’El Manar ?
C’est encore de pression qu’il s’agit. Le feuilleton pour lequel Al Manar a été interdite est passé en Syrie et en Egypte, pourquoi Israël n’a pas réagi ? Baudis, le directeur du Conseil supérieur de l’audivisuel (CSA) fait partie du bureau de l’Association France-Israël.

Pourquoi ce flirt continuel entre la France et Israël ?
Parce que la France a joué un rôle dans la création et l’armement d’Israël. L’Angleterre et la France ont, d’autre part, été toujours concurrentes, eux soutenaient les Arabes, nous, les juifs jusqu’à la bombe atomique.
Le jour où ils en ont trop fait, De Gaulle a tapé du poing sur la table en disant «ça suffi» dans son discours du 12 novembre 1967, après la guerre (de 1967) où il prend acte de l’occupation des territoires occupés et dit, je le cite de mémoire : «Dans ce pays, une résistance va naître que les Israéliens auront appelée terrorisme, mais jamais ils ne parviendront à bout de ce terrorisme.» Aujourd’hui, la France a bien changé et ce n’est pas un homme comme Barnier qui va marquer l’histoire, dans ce côté lénifiant.

Entretien réalisé par F. Amalou

La nouvelle république
En ce qui me concerne, je n'ai pas à m'inquiéter d'être un jour traitre à mes idées, J'en ai jamais eu.

#18 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 20 avril 2005 à 13:38

Une affaire remontant à deux ans et qui était passée inaperçue...

Une expo sur la Palestine censurée à l’Essec

Dans le cadre d’une exposition consacrée à l’engagement dans l’art, organisée par l’association Noir sur blanc des étudiants de l’ESSEC la photographe Joss Dray, auteur de nombreux ouvrages, avait été invitée à présenter ses photos consacrée à la Palestine, mercredi 21 mai, dans l’enceinte de l’Ecole.

Cette exposition/installation est une œuvre mise en forme par la scénographe et graphiste Anne-Marie Latrémolière.

En début de matinée, plusieurs personnes se réclamant d’une association Essec-Israël sont venues exiger, dans un premier temps le décrochage du panneau de titre « Les Nouvelles portes de Jérusalem, apartheid isReal » qui selon ces personnes pouvaient passer pour une « provocation ». Afin de ne pas alimenter l’agressivité d’une de ces personnes, Joss Dray a accepté de déplacer le panneau, puis de masquer le sous-titre : « Apartheid isReal », un débat devant être ouvert le lendemain soir sur le thème : « L’art doit-il véhiculer un message ? ». Puis, il a été ensuite demandé à la photographe de retirer les cartes de la Cisjordanie et de Gaza présentées pour situer les lieux où avaient été prises les photos, qui étaient parties intégrantes de l’exposition. Ces cartes mettaient en évidence les colonies israéliennes, ainsi que les barrages militaires en territoires palestiniens occupés.

Pour l’un des censeurs, il n’est pas permis de nommer « Cisjordanie », un territoire qui ne peut, selon lui, que correspondre à la dénomination biblique de « Judée et Samarie ». C’est là le vocabulaire classique des colons israéliens. Un vocabulaire qui nie l’existence de tout droit palestinien à un territoire national.

Etrangement, le directeur de l’organisation générale de l’Essec, appelé en renfort, a lui aussi exigé le retrait des cartes. Non plus au nom d’un vocabulaire de colonisateur, mais au nom du refus de toute polémique, voire de toute politique à l’intérieur de l’école. Un argument trois fois fallacieux :

1) L’Essec n’est pas un collège. Les élèves ne sont pas des gamins. Ce n’est pas la première fois que le débat politique y fait intrusion.

2) Un débat légitime devait accompagner cette exposition le 22 mai.

3) Le président de l’Union des étudiants juifs de France, auteur du livre « le sionisme expliqué à mes potes », accompagné de l’ambassadeur d’Israël avait été pour leur part, autorisé à venir présenter leur point de vue, le X janvier à l’école, sans que cela ne trouble la direction.

En outre, nous ferons observer que si tout débat est légitime, les œuvres ne peuvent être découpées ou censurée au gré des opinions de chacun, nous avons donc été contraint de renoncer à présenter une œuvre ainsi vidée de son sens artistique et politique.

De plus, la carte des territoires palestiniens qui sert de base à toutes les conférences internationales ne peut guère être en elle-même un objet de débat. A moins de considérer que la direction générale de l’Essec n’adhère aux thèses des plus extrémistes des colons israéliens. Et cela, derrière l’argutie du refus de la polémique..

C’est en vérité un acte de censure qui a été commis. L’art peut être engagé, oui, mais pas trop, semble penser la direction de l’école. Car le problème n’est évidemment pas que des militants politiques aux idées bien arrêtées aient tenté là comme ailleurs d’empêcher l’expression d’un point de vue qui n’est pas le leur, mais que des responsables de l’école ait aussi facilement obtempéré.

Maurice Smadja responsable de l’association Iconovox, productrice de l’exposition
Joss Dray/ photographe
Anne Marie Latrémolière/scénographe.


Source : http://hns.samizdat....id_article=3025

Mickey 3D chantait : "La France a peur..."

De qui déjà ? :tss:

#19 Stoptou

Stoptou

    convoiteur de fond

  • Membres
  • 262 messages
  • Localisation : Marseille

Posté 28 avril 2005 à 12:55

La vérité sur la shoa??

On ne peut pas dire qu'Israël Shamir est antisémite quand-même!
Par contre on peut lire cette petite histoire...



Webpage

:grognon:

#20 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 15 juin 2005 à 15:02

Dans cet article intitulé "LES MEDIAS ET LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN ", l'auteur rapporte le fait suivant :

(...) Remarquons en passant que l’image qu’on a du conflit en lisant les médias israéliens est beaucoup plus proche de la réalité, et qu’on y trouve beaucoup d’informations, d’analyses et de prises de position que de nombreux journaux occidentaux auraient peur de publier.

Exemple flagrant lu dans le journal « Ha’Aretz », Tel-Aviv, ce cri de colère contre la politique d’Ariel Sharon dans les territoires palestiniens, par Shulamit Aloni, ex-ministre de la culture du gouvernement Rabin et leader de la gauche israélienne :

« Nous n’avons pas de chambres à gaz ni de fours crématoires, mais il n’existe pas qu’une seule méthode pour commettre un génocide. Le docteur Ya’akov Lazovik écrit dans le journal « Ha’Aretz » que le gouvernement de l’État d’Israël et la nation ne sauraient projeter de commettre un génocide. Est-ce de la naïveté ou de l’hypocrisie ? C’est difficile à dire. On sait bien qu’il n’y a pas qu’une façon de commettre un meurtre, et cela vaut également pour le génocide.

L’écrivain Y.L Peretz parlait de ce « chat vertueux » qui ne fait pas couler le sang, mais qui étouffe ses victimes. Le gouvernement israélien, avec son armée et ses instruments de destruction, non seulement fait couler le sang, mais étouffe aussi ses victimes....Bien entendu, avec notre hypocrisie, avec l’adoration que nous vouons à notre « morale juive », nous faisons en sorte que tout le monde sache que les victimes palestiniennes sont merveilleusement soignées dans nos hôpitaux. Mais nous nous gardons bien de faire savoir combien de palestiniens sont exécutés de sang-froid dans leur propre maison. Le génocide dont il s’agit aujourd’hui n’est pas le même que celui dont nous avons été victime dans le passé. Comme me l’a dit l’un de ces généraux malins, nous n’avons pas de chambres à gaz ni de fours crématoires. » Nous ne lirons jamais à la UNE de nos journaux une semblable déclaration. Peur de publier ? Pourquoi ? Et de qui ? Tout le monde le sait, mais peu osent le dire.(...)


Source : http://lesogres.org/...?id_article=477

Quand même incroyable que l'on puisse dire ceci en Israël et non en France. Et quand certains font preuve d'un minimum de courage intellectuel, ils se font licencier comme Alain Ménargues. Ou alors on les harcèle judiciairement, comme Dieudonné, Edgar Morin, Daniel Mermet, etc...

#21 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 15 juin 2005 à 16:06

Comme je citais Edgar Morin dans le post précédent, il faut peut-être rappeler ce qui lui est arrivé.

Le 26 mai dernier, la cour d’appel de Versailles a condamné pour diffamation à caractère racial le journal "Le Monde", Edgar Morin, Samir Naïr et Danièle Sallenave, pour un article paru dans Le Monde du 4 juin 2002. Ils étaient poursuivis par l'association France-Israël et l’association Avocats sans Frontières (celles qui poursuivent Dieudonné par l'intermédiaire de Me Goldnadel). L’association France Israel comprend de nombreux hommes politiques de haut niveau dont le président du sénat, celui du CSA, des ministres, des présidents de région ..etc.

Notons au passage que cette cour d'appel a infirmé le jugement rendu le 12 mai 2004 par le tribunal de grande instance de Nanterre qui avait débouté ces associations de leurs poursuites.

Heu... C'est cette même cour d'appel qui doit se prononcer pour septembre sur les déclarations de Dieudonné. Hum ! :hum:

Bref, pour revenir à Edgar Morin et ses amis, ces derniers ont été condamnés pour les deux passages suivants :

"on a peine à imaginer qu’une nation de fugitifs, issus du peuple le plus longtemps persécuté dans l’histoire de l’humanité, ayant subi les pires humiliations et le pire mépris, soit capable de se transformer en deux générations en peuple dominateur et sûr de lui et, à l’exception d’une admirable minorité, en peuple méprisant ayant satisfaction à humilier".


"les juifs qui furent victimes d’un ordre impitoyable imposent leur ordre impitoyable aux Palestiniens".


Apparemment, Edgar Morin, même si chacun sait qu'il n'a rien d'un antisémite, aurait dû se montrer plus précis dans le choix de ses termes et employer celui de sionistes et/ou d'extrémistes pour désigner ceux qui maltraitent les Palestiniens.

Mais Edgar Morin était certainement dans le collimateur de "qui vous savez" depuis un certain temps. Probablement depuis cet article de 1998 ( http://nicol.club.fr.../b12/b12c13.htm ) dans lequel il déclarait ceci :

(...)La hantise de la Shoah conduit à un judeo-centrisme obsessionnel (justement déploré par Yehudi Menuhin), qui non souvent oublie le sort équivalent subi par les tsiganes, mais aussi oublie les innombrables victimes non juives des déportations et exactions nazies durant la seconde guerre mondiale, tend toujours à atténuer l'énormité des hécatombes du goulag stalinien, tend à occulter les traits communs aux totalitarismes nazi et communiste en ne relevant que leur différence idéologique, et finit par faire du crime antisémite une monstruosité unique et absolue dans l'histoire de l'humanité, alors que les noirs d'Afrique ont subi à partir du 16ème siècle un massif et atroce esclavage dont les conséquences perdurent, que les peuples des Amériques ont été subjugués et détruits, non seulement par les maladies venues d'Europe, mais aussi par les cruautés de leurs asservisseurs.

Le second caractère de l'obsession de la Shoah est d'occulter les souffrances qu'inflige Israël par le rappel du martyre juif passé. Répressions, tueries, bombardements de civils au sud Liban, tortures, ghettoïsation de la Cisjordanie dès qu'il y a attentat, responsabilité collective subie par le peuple palestinien de tout crime terroriste, tout cela tend à être estompé, excusé, toléré par l'idée qu'Israël porte en lui le visage du martyr d'il y a cinquante ans et non celui de l'oppresseur des 25 dernières années. (...)


Des propos qui ont dû "leur" paraître aussi insupportables que cette tirade en guise de conclusion :

Tout cela continue à s'opérer dans un silence moral impressionnant: le tabou de respect pour le martyre juif passé devient un tabou de mutisme pour la tragédie  palestinienne.


Modifié par joel, 15 juin 2005 à 16:34.


#22 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 20 juin 2005 à 00:38

Nous en étions restés la dernière fois sur Edgar Morin. Hé bien, ça tombe bien ! Lisez l'entretien qu'il a accordé à la formidable Sylvia Cattori.

L'article du 18 juin 2005 est consultable ici : http://www.oulala.ne...id_article=1847

Edgar Morin : "On a créé un état d’intimidation"

Quelques extraits :

Edgar Morin, sociologue mondialement connu, a été de tous les combats depuis soixante ans.(1) Son propos, vif et concis, contredit l’idée que « l’antisémitisme » est de retour. Ce terme serait brandi, selon lui, pour occulter la répression israélienne, pour « israéliser » les Juifs, pour fournir à Israël des justifications à sa politique. Ses prises de positions en faveur des Palestiniens humiliés et offensés, ont valu à Edgar Morin d’être calomnié. Nous gardons, de notre rencontre avec lui, l’impression d’un homme de grande simplicité et probité. Nous tenons à le remercier ici de nous avoir accordé l’autorisation de publier cet entretien. Silvia Cattori.

Silvia Cattori : Vous avez été condamné pour « diffamation raciale » (2) pour avoir critiqué Israël. Pouvez-vous nous dire ce qui motive votre intervention dans ce conflit ?

Edgar Morin : Tout d’abord il y a une chose que ne comprennent pas les défenseurs inconditionnels d’Israël, c’est que l’on puisse être animé par la compassion pour un peuple qui souffre. Ce sont les souffrances continues de Palestiniens, en butte à des humiliations, vexations, maisons détruites, arbres arrachés, qui m’animent.


Edgar Morin : Il se passe que, pour une grande partie des Israéliens - et peut-être une grande partie des Juifs qui sont ici en France entre les mains du CRIF (7), de ces organisations que l’on appelle communautaires - il y a une sorte de judéo-centrisme, de phénomène d’hystérie de guerre : l’ennemi est montré sous un angle diabolique et soi-même on croit toujours avoir raison. Il se passe que, bien qu’en France l’on ne soit pas en guerre, il y a cet état d’esprit qui leur fait voir de l’antisémitisme dans toute critique d’Israël. Or il est évident que l’on peut, avec des arguments pervers, insinuer que tous ceux qui critiquent Israël - qui est un Etat qui se déclare juif, qui se veut juif, et qui prétend représenter tous les Juifs - deviennent antisémites. C’est une sorte de cercle vicieux. Je crois qu’au surplus, agiter un antisémitisme imaginaire, renforce l’israélo centrisme.


Edgar Morin : Après la diffusion de mon article il y a eu bien entendu beaucoup de messages de compréhension et de reconnaissance par ceux qui ont compris cette vision complexe ; mais il y a eu aussi des injures et des insultes. Une femme très éduquée, ingénieur, m’a dit « mais Monsieur qu’est-ce que vous racontez ! Jérusalem est à nous depuis trois mille ans ! » Comme si c’était d’évidence historique que Jérusalem été éternellement juive.


Par ailleurs, il est clair pour moi que tous ces procès ont toujours été voulus dans le but de faire croire à l’opinion israélienne et américaine que la France est antisémite. Et ensuite, quand ces organisations perdent les procès, elles répandent l’idée que les juges sont antisémites eux aussi. Donc, ils gagnent de ce point de vue là. Et par là même ils font peur, ils intimident. Or, s’il y a un déferlement de racisme c’est sur les Palestiniens qu’il se manifeste.


Edgar Morin : Beaucoup de gens me disent « mais toi tu peux écrire ces choses là parce que tu es d’origine juive mais nous on n’oserait pas, on a peur, on se ferait tout de suite traiter d’antisémite ». Alors, cette peur de se faire traiter d’antisémite chaque fois que l’on veut exercer un acte de libre critique, créé un climat empoisonné. C’est pourquoi je pense que le jugement rendu par le tribunal l’autre jour - jugement qui me condamne - va encore aggraver ce climat et rendre de plus en plus difficile la critique d’Israël et, en un sens, la liberté d’expression. Sans compter le fait que ce genre de discrédit, d’outrage, fait à des personnes - dont moi-même - qui toute leur vie ont lutté contre toutes les discriminations, est inique autant que grotesque.


Ils ont besoin de crier à l’antisémitisme, de dire que l’antisémitisme se déploie. Tout cela sert à justifier Israël. Ce qu’ils font c’est stratégiquement bien conçu.


L'entretien dans sa totalité : http://www.oulala.ne...id_article=1847

#23 joel

joel

    Tournicoti, Tournicoton

  • Membres
  • 2 859 messages
  • Genre : Homme

Posté 23 juin 2005 à 11:18

Soutien à Edgar Morin

Sur l'initiative de Sylvia Cattori

Suite à sa condamnation ubuesque par la Cour d’Appel de Versailles.

Si vous aussi êtes scandalisé par cette décision, si vous ne pouvez accepter l’aliénation de la justice au "politiquement correct", qui entrave la liberté d’expression et l’objectivité des analyses, peut-être aurez-vous envie de faire suivre et/ou de faire partie des signataires de ce témoignage de solidarité.

(...)

C’est pourquoi :

-Nous nous élevons contre une pratique de lecture qui isole un fragment de texte du texte lui-même et de son contexte. Cette méthode a conduit à imputer aux auteurs une position qui est exactement contraire à leur intention.

-Nous nous inquiétons légitimement de toute mesure qui tend à réduire la liberté de critique à l’encontre de la politique d’un Etat quel qu’il soit.

-Nous craignons que la sanction d’un antisémitisme imaginaire ne contribue à l’expansion néfaste de l’antisémitisme réel.

-Nous exprimons notre profonde préoccupation face à un jugement sanctionnant un article qui plaide clairement, à travers une analyse équitable et complexe, pour la paix et la fraternité entre les protagonistes de la tragédie israélo-palestinienne.


Source : http://bellaciao.org...d_article=16482

#24 iriatome

iriatome
  • Genre : Homme
  • Localisation : Le tartare

Posté 27 juin 2005 à 11:32

Hum... c est quoi un lobby deja ?


En démocratie, l'information est libre et plurielle... en réalité, les médias sont exclusivement entre les mains des Juifs. Ceux-ci s'évertuent à faire passer leurs ennemis pour de dangereux malades.

- Elkabbach (France-Télévysion), Serge Moati, Françoise Giroud (Gourdji, Turquie), Clément (Lehmann, PDG de Arte), Jean Drucker (PDG de M6, frère de Michel, fils d'Abraham ; Roumanie), Polac, Adler-Rotman, Nahon-Benyamin (Envoyé spécial), Patrick "de Carolis", Ivan Levaï, Paul Amar, Nataf, Kravetz, Villeneuve, Chain, Morandini, Aron, Nahmias, Arthur (Essebag), Seguela, Pinto, Kieffer, Nakad, Mano, Guy Sorman, Fogiel, Elkrief, Gérard Miller, Benjamin Castaldi (Loft Story), A la tête des programmes de Canal + : Dominique Farrugia ; Le PDG de TV5 est Serge Adda, Juif tunisien naturalisé français, proche du président Ben Ali (février 2002), etc... Ouvre les yeux, pauvre goy !

- Vous pouvez aussi lire la presse "libre et démocratique" : L'Évt. du Jeudi, Marianne, de J-F. Kahn ; Le Nouvel Obs. de Jean Bensaïd dit Jean Daniel ; Globe de Bergé-Benamou ; L'Express, de Servan-Schreiber ; VSD de Siegel ; Info-Matin de Jézégabel ; Courrier int. d'Adler. Le plus gros actionnaire du journal Le Monde est Alain de Gunzburg, gendre du milliardaire Edgar B ronfman (N°1 mondial de l'alcool et pdt du Congrès juif mondial). Alain Minc (Minkowski), Genestar (Paris-Match), Pierre Assouline (Lire), Spectacle du Monde et Valeurs actuelles sont maintenant la propriété de Bloch/Dassault, Alain-Gérard Slama, Jacques Abergel (Le Nouvel Economiste), Michel Birnbaum (New Look, Play Boy) etc.

Hervé de la Martinière vient de prendre le contrôle des Editions du Seuil (février 2004). Mais le principal actionnaires des éditions de la Martinière est la famille Wertheimer, 5ème fortune de France (100 % de Chanel…). Un exemple parmi d'autres.

- D'innombrables talents sont étouffés par leur monopole. On bat la grosse caisse, on crie au génie, au contraire, pour tout ce qui porte l'estampille judaïque : Goldman, Bruel (Benguigui), Daho (Dahan), Feldman, Jonasz, B. Lévilliers, Elie "Couture", Dany Brillant (Cohen), Sulitzer, Ophélie Winter, Collaro, Reno, Azoulay, Kaplan, Kazan, Maurice Szafran, Mocky, Oury, Bacri, Elie, Sabbag, Lara Russo, Benjamin Castaldi, Viviane Forrester, Gozlan, Abécassis, Guetta, May, Patrick Sébastien (Boutot, nom typiquement juif, comme Bouton, Botton, Bitton), Trigano (Club med), Afflelou, etc...

- Notez les noms des producteurs au bas des affiches de cinéma : vous retrouverez les mêmes noms que sur les plaques d'immeuble des dentistes, médecins, avocats, notaires. Les SDF, en revanche, sont garantis 100% viande gauloise.

Hollywood

Premier, le magazine du cinéma de Michael Salomon a publié (avril 2001) la liste des " 100 personnalités les plus influentes " de Hollywood. Le numéro 1 est désormais Gerald Levin de Time-Warner-AOL, qui détrône ainsi Summer Redstone (son véritable patronyme est Rothstein) de Viacom (CBS, Paramount, MTV, etc.). Le numéro 3 est l' " Australien " Rupert Murdoch, et le numéro 4 est un autre Juif : Michael Eisner (Disney, ABC, Miramar, etc.).

Boycott. Ancien militant maoïste, Marin Karmitz, président du MK2 Group (premier distributeur indépendant français) et président de la Fédération national des distributeurs de films, a été à la pointe du boycott français du film La Passion de Mel Gibson.

- Alex Moïse est à l'origine de l'annulation du spectacle de l'humoriste Dieudonné à l'Olympia (février 2004), mais aussi à Deauville et Roanne. Il est le secrétaire général de la Fédération sioniste de France.

La démocratie garantie la liberté d'expression.

Cela est tout à fait exact. Nous avons le droit de tout dire, sauf le principal. Il est interdit de dénoncer le pouvoir extraordinaire des Juifs, leur politique de destruction des peuples européens par immigration et métissage. La loi Fabius-Gayssot du 13 juillet 1990 permet de punir de lourdes amendes les journaux nationalistes et de les étouffer. Les historiens révisionnistes sont pourchassés sans pitié, couverts de crachats, bastonnés en pleine rue, condamnés aux amendes les plus lourdes. Leurs revues sont interdites. Vous ne les trouverez pas à la FNAC. Des centaines d'ouvrages gênants ne circulent que dans une quasi-clandestinité. Le premier magistrat de France, Pierre Drai (1999), premier président de la cour de cassation, est aussi le pdt de l'Association des Amis de l'université de Jérusalem. Il condamne lourdement tous les écrits révisionnistes.

La loi Lellouche (proche de Chirac) du 3 février 2003 aggrave encore la loi Fabius-Gayssot.

Les années triomphales

AÏDENBAUM Pierre. Maire PS du IIIe arrdt de Paris. Milliardaire socialiste.

ATTALI Jacques. Banquier, né le 1er novembre 1943 à Alger (Algérie). Il est le fils d'un très riche parfumeur algérois qui aurait voulu être rabbin. La famille s'est installée en France en 1956. Jacques Attali devient le conseiller spécial de Mitterrand dès le 11 mai 1981, puis, le président de la Banque européenne de développement.

BADINTER Robert. François Mitterrand en fit son ministre de la justice en 1981. Président du Conseil Constitutionnel en 1986. Il siège toujours au Conseil représentatif des institutions juives et du Fond social juif unifié. Sa seconde épouse, Elisabeth Badinter, est la fille du publiciste milliardaire Marcel Bleustein-Blanchet (Publicis Groupe SA) et la petite-fille du communard Edouard Vaillant (1840-1915).

BARZACH Michèle. Ancien ministre de la Santé de Chirac. Née le 11 juillet 1943 à Casablanca (Maroc), de père ashkénaze.

BENMAKHLOUF Alexandre. Ancien conseiller de Jacques Chirac à la mairie de Paris. Directeur de cabinet de l'ancien Garde des Sceaux Jacques Toubon.

BEREGOVOY Pierre. Il était le fils d'Adrïan Beregovoy. Né le 23 décembre 1925 à Isum (Russie) dans une famille juive d'Ukraine.

BREDIN Jean-Denis. Né Hirsch-Bredin, devenu Bredin par décret du 16 mars 1950, ancien associé de Robert Badinter et académicien antiraciste.

BUFFET Marie-Georges. Ministre communiste de la jeunesse. Son nom de jeune fille est Kosellek. Son directeur de cabinet est Gilles Smadja, militant communiste, ancien chef du service société du journal l'Humanité.

CAMBADELIS Jean-Christophe. Fils de diamantaire originaire de Grèce.

Spécialiste de la lutte contre " l'extrême-droite ". Membre du PS.

COPÉ Jean-François. Secrétaire général adjoint du RPR, maire de Meaux. " Je suis juif non-pratiquant, mais je veille à demeurer, avant tout, le représentant d'une autorité laïque. " (Tribune juive, 15 février 2002). Ses grands parents se sont mariés à la grande synagogue de la rue de la Victoire.

DANIEL Jean (BENSAÏD, dit). Rédacteur en chef du Nouvel Observateur. Né le 21 juillet 1920 à Blida (Algérie). Il est le 11e et dernier enfant d'une famille juive pieuse. Confident de François Mitterrand.

DEBRE Michel. L'ancien Premier ministre du général de Gaulle a renoué avec ses racines au crépuscule de sa vie. Il est petit-fils de grand rabbin. Sans renier ses origines, il n'a jamais été membre de la communauté juive et ne s'est jamais rendu en Israël.

DERAI Yves. Nouveau directeur des programmes de la radio BFM (2001), la radio du big business qui n'hésite pas à inviter ses auditeurs à aller à la fête de Lutte ouvrière. Ancien directeur de Tribune juive (1993-1998).

DRAY Julien. Né le 5 mars 1955 à Oran (Algérie). Juif d'origine pied-noir, il est l'un des animateurs de la Ligue communiste révolutionnaire de 1970 à 1982. Agitateur professionnel, il est à l'origine de la création de SOS Racisme avec Harlem Désir. Il a récemment défrayé la chronique en achetant en liquide une montre de 250 000 francs, ce qui ne l'empêche pas de militer au parti socialiste.

DREYFUS Tony. Député-maire PS du Xe arrondissement de Paris.

DRUCKER Michel. Animateur de télé. Fils du docteur d'origine roumaine Abraham Drucker et frère du PDG de la chaîne de télévision M6.

ESSEL André. Militant trotskyste. Fondateur de la FNAC avec le milliardaire franc-maçon Max Théret.

ESTIER Claude. Ex-président du groupe socialiste au Sénat. Né Claude Hasday Ezratty, il a obtenu de changer son nom en Estier (Journal officiel, 11 septembre 1983). Ami personnel de Mitterrand.

FABIUS Laurent. Son père, André Fabius, était un richissime marchand de tableau. Sa mère, née Strasburger, est issue d'une famille de bijoutiers juifs allemands de Francfort.

FERRAT Jean (TENENBAUM, dit). Auteur-compositeur, communiste militant.

FERRO Marc. Fils de Jacques et de Nelly Fridmann.

FINEL Lucien. Né Finkelstein. Maire DL du IVe arrdt. de Paris

FITERMAN Charles (Chilek, dit). Ancien ministre communiste. Fils d'immigrés juifs polonais naturalisés le 17 octobre 1934.

FRIEDMANN Jacques. Inspecteur général des finances. Il est depuis quarante ans le plus proche confident de Jacques Chirac. Il s'opposera à la réforme du code de la nationalité en 1986 et saura convaincre le Premier ministre.

GEISMAR Alain. Ancien leader de mai 1968. Il a été promu en 1990 Inspecteur général de l'Education nationale. Il se définit (Passages, octobre 1990), comme " issu d'une famille de Juifs alsaciens, des deux côtés, paternel comme maternel ". Son père, futur inspecteur de la Banque de France, fut permanent du Consistoire.

GIROUD Françoise. Léa Françoise Gourdji, devenue Giroud par décret du 12 juillet 1964. Son père Salih Gourdji était originaire de Turquie. Sa mère s'appelait Elda Farragi.

GLUCKSTEIN Daniel. Secrétaire général du Parti des " Travailleurs " (trotskyste).

HALIMI Gisèle. Ex-ambassadeur de France socialiste à l'Unesco. Née le 27 juillet 1927 à Goulette en Tunisie. Son vrai nom est Zeiza, Giselle, Elise Taïeb. Elle reçut l'autorisation de changer son nom par le décret paru au Journal officiel du 7 mars 1996.

HANIN Roger (LEVY, dit). Comédien, né le 20 octobre 1925 à Alger (Algérie). Il a adopté comme pseudonyme le nom de jeune fille de sa mère, Victorine Hanin. " Mon vrai nom, c'est Lévy. Mon père s'appelle Joseph Lévy. Ma mère Victorine Hanin. A l'origine, c'était Ben Hanine. C'est une fille Azoulay. Je suis 100% casher sur le plan génétique. Je suis fils de communiste et petit-fils de rabbin. Je me sens très juif. " (Actualité juive, 4 décembre 1987). Ayant épousé la productrice de cinéma Christine Gouze-Rénal, il est le beau-frère du président de la République François Mitterrand.

HAZAN Adeline. Ancienne présidente du très gauchiste syndicat de la Magistrature. Née d'un père juif égyptien et d'une mère corse, elle fait partie du " premier cercle " de Jospin, qui l'a chargée des problème de " La Ville ".

HERZOG Philippe. Il est le fils d'Eugène Herzog, ingénieur chimiste juif yougoslave immigré en France en 1927. Il était le principal économiste du Parti communiste " français ".

JEAMBAR Denis. Directeur de la rédaction de L'Express. Comme il l'a expliqué à Tribune juive (14 mars 1996), il descend d'une famille juive du Comtat Venaissin : " Je suis d'origine juive par ma mère, bien que baptisé. Je me sens très attaché à Israël. " Ancien directeur général d'Europe 1, il fait du combat contre l'extrême-droite une de ses priorités.

JOXE Pierre. Petit fils de l'écrivain Daniel Halévy et fils de l'ancien ministre gaulliste Louis Joxe (décédé le 6 juin 1991. Pierre Joxe, militant marxiste, était inscrit à la CGT en 1981.

KIEJMAN Georges. Il figure parmi les " 100 Juifs qui comptent " (numéro spécial de Passages, février 1989. Il est membre du Conseil de surveillance du Monde et était un proche de Mitterrand.

KONOPNICKI Guy. Politologue marxiste. Né en 1948 à Strasbourg, il est le fils d'un immigré juif polonais communiste. Membre fondateur de SOS Racisme, il en démissionne le 18 janvier 1991 pour protester contre les positions pacifistes du mouvement pendant la guerre du Golfe. " Cette fois, je le dis sans honte, j'ai applaudi lorsqu'un déluge de feu est tombé sur l'Irak. " Le soutien au Tiers-Monde passe après l'intérêt d'Israël.

KOUCHNER Bernard. Né le 1er novembre 1939 à Avignon. Le 26 février 1981, il a apporté son soutien au Renouveau juif pour faire battre Valéry Giscard d'Estaing. Etroitement lié au réseau de l'extrême gauche. Il vit avec la journaliste Christine Ockrent.

KRASUCKI Henri (Henoch, dit). Il a succédé à Georges Séguy comme secrétaire général de la CGT le 13 juin 1982. Sa mère, Léa Krasucki, née en 1903, a été une responsable du parti communiste polonais naissant dès 1920. Henri Krasucki a été envoyé a Auschwitz où il est indiqué comme ayant été gazé dans le Mémorial de la Déportation des Juifs de France de Serge Klarsfeld au titre du convoi n°55 du 23 juin 1943…

LALONDE Brice. Né le 10 février 1946 à Neuilly-sur-Seine. " Ma mère est d'ascendance écossaise… tandis que mon père venait d'une famille parisienne, d'origine alsacienne, aux racines juives " (Sur la vague verte). Son grand-père, Roger-Raphaël Lévy, et son père, Alain-Gauthier Lévy, ont changé leur nom en Lalonde après la Seconde Guerre mondiale (décret du 16 février 1950). Sa mère, née Forbes, a été naturalisée française. Son cousin était le milliardaire Malcolm S. Forbes. Elevé dans un milieu bourgeois (père gros industriel du textile), il a longtemps milité à l'extrême-gauche, notamment à l'UNEF, dont il était le président.

LANG Jack. Il se considère comme " juif par sédimentation : mon père était un juif laïc, et ma femme, d'origine polonaise, vient d'un milieu beaucoup plus religieux. Nos enfants ont reçu une véritable éducation juive et ont été très actifs au sein de la communauté juive de Nancy " (Tribune juive, 21 janvier 1983). Son épouse, Monique Lang, est née Buczynsky.

LELLOUCHE Pierre. Né le 3 mai 1951 à Tunis, " issu d'une famille juive traditionaliste " (Actualité juive, 1er mars 1989). Il est un proche conseiller de Jacques Chirac.

LEPAGE Corinne. Ancien ministre de l'environnement (1997). Née le 1er mai 1951 à Boulogne. Elle est la fille de Jacqueline Schulman et de Philippe Lévy, autorisé à changer son nom en Lepage par décret du 18 février 1950.

LEVITTE Jean-David. Conseiller diplomatique de Jacques Chirac de 1995 à 2000. Il est depuis lors le représentant de la France auprès de l'ONU.

LEVY Maurice. Il est l'héritier spirituel de Marcel Bleustein-Blanchet, fondateur de Publicis, premier agence de publicité en France.

LEVY Raymond. Ancien président de Renault, aujourd'hui président du conseil de surveillance de Lagardère. Il entretient des relations privilégiés avec Dominique Strauss-Kahn.

LUSTIGER Mgr. " Vous savez, il y a en France deux grands rabbins, un séfarade, Joseph Sitruk, et un ashkénaze, moi ! ". Il s'est en effet converti au catholicisme en 1944.

MARCUS Gérard. Richissime propriétaire d'une des plus importantes galeries de tableaux à Paris. Membre du bureau politique du RPR depuis 1985. Président du groupe d'amitié parlementaire France-Israël.

MELENCHON Jean-Luc. Ministre délégué à l'Enseignement professionnel (juin 2000). Il a constitué un cabinet très axé à gauche (du Jourdain ?) : Attachée de presse : Valérie Atlan, ancienne présidente de l'Union des Etudiants juifs de France à Montpellier, ancienne responsable de la communication à SOS Racisme. Conseiller aux conditions et aux cadres de vie des élèves : Eric Benzekri, ancien cadre trotskyste. Conseiller technique pour les relations sociales : Daniel Assouline, qui dirigea avec son frère David la Ligue ouvrière révolutionnaire, une chapelle troskyste.

MINC Alain. Technocrate mondialiste proche du parti socialiste. Il est le fils d'un dentiste polonais ashkénaze, naturalisé français en 1947. Il occupe le poste stratégique de président de la Société des lecteurs du Monde.

NEÏERTZ Patrick. Directeur général de Christian Dior. Epoux de l'ex-ministre socialiste.

NOIR Michel. Sa mère : Rose Dreyer. Il est l'un des rares hommes politiques français a avoir été coopté au sein du Bilderberg Group, une des plus puissantes associations mondialistes internationales.

OLIVENNES Denis. Président de Canal Plus France (juin 2000) après en avoir été le directeur général. Il s'appelait Olivensztein avant 1960.

Peschanski Marc. Membre du bureau politique de Lutte ouvrière (trotskyste). Il est originaire de Moldavie.

POLAC Michel. Journaliste, né le 10 avril 1930 à Paris XVIe. Il descend d'une famille très fortunée de Juifs polonais.

POHER Alain. Ancien président du Sénat. Médaille d'or du B'nai B'rith (franc-maçonnerie hébraïque) en 1979.

PONCELET Christian. Le président RPR du Sénat s'est confié à Tribune juive (17 février 1999) pour s'inquiéter de " la montée de l'antisémitisme en France et en Europe ". Il a précisé : " Je n'oublie pas qu'il y a des "Kahn" dans ma famille ".

RAFFARIN. Son directeur de cabinet est Pierre Steinmetz. (mai 2002). Dans sa première déclaration de Premier ministre (2002), il déclarait ceci : " La France est un pays métisse et elle le restera ". Avec sa gueule, on peut comprendre qu'il veuille se fondre dans la masse.

SINCLAIR Anne (née SCHWARTZ, devenue SINCLAIR, épouse STRAUSS-KAHN). Journaliste, née le 15 juillet 1948 à New-York. Elle est la fille de Robert Schwartz, puissant homme d'affaires ; autorisé, par décret du 3 août 1949, à prendre le patronyme de Sinclair (nom de guerre).

SCHRAMEK Olivier. Directeur de cabinet de Lionel Jospin (1999)." Athée quoique d'origine juive " (VSD, 28 avril 1989). Il est le petit neveu d'Abraham Schramek qui fut ministre de l'Intérieur du Cartel des Gauches.

STOLERU Lionel. Ancien ministre socialiste. Membre du Bilderberg Group, ancien proche du milliardaire escroc et coreligionnaire Robert Maxwell. Il est le fils de Fernande Blum et d'Elie Stoleru, né à Vaslui, en Roumanie.

SARRAUTE Claude. Fille de la romancière Nathalie Sarraute. " Les années passant, ma judaïté compte de plus en plus pour moi, et pourtant, je n'ai aucune croyance, aucune culture religieuse. Ce qui ne m'empêche pas de porter à mon cou une étoile de David. " Tribune juive, 13.01.2000).

SCHAPIRA Pierre. Conseiller PS de Paris et vice-président du Conseil économique et social (janvier 2001).

STRAUSS-KAHN. Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie. Voici comment il a composé son cabinet, en 1997 : Responsable des entreprises publiques : Stéphane-Paul Frydmann. Responsable des affaires politiques : Gilles Finckelstein (aussi responsable de la cellule arguments de Lionel Jospin). Attachée parlementaire : Michèle Sabban (chargée des déplacements de Lionel Jospin).

SUSSFELD Alain. Directeur général d'UGC. Proche ami de Michel Drucker.

TRISTAN Anne. Directeur de publication de Ras l'front, l'un des principaux journaux qui font leur beurre en traînant dans la boue les militants nationalistes. Son vrai nom est Anne Zelansky.

TUBIANA Michel. Il est le nouveau président de la Ligue des Droits de l'Homme (juin 2000).

WOLKENSTEIN Pierre. directeur adjoint du Crédit Lyonnais, est l'époux de la fille de Bertrand Poirot-Delpech.

ZARKA Pierre. Numéro 2 du Parti communiste " français ". Il est issu d'une famille d'origine juive tunisienne arrivée en France en 1945 .

ZERAH Dov. Ancien directeur de cabinet de Corinne Lepage ; aujourd'hui chef de cabinet à Bruxelles du commissaire européen Edith Cresson. (2000).

Alphandéry, Moscovici, Malvy (Malca-Lévy), Emmanuelli, Sarkosy (Juif originaire de Hongrie)…

" Les Juifs sont la substance même de Dieu, mais les goyim ne sont que la semence du bétail. " Le Talmud

OUVRE LES YEUX !


Source: http://harald-tribun...er=1&unit=weeks



Je trouve cela inquietant,meme si c etait des musulemants ou des boudistes ou autre...qu une communauter quelqu elle soit monopolise autant de pouvoir...car l information ne peut pas etre objective c est impossible... :redeyes:

#25 Présence

Présence
  • Localisation : france

Posté 27 juin 2005 à 12:03

Evidemment, ce post était une blague, n'est-ce pas?

#26 manu

manu

    Chercheur de lumière

  • Membres
  • 3 906 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Genève - Suisse

Posté 27 juin 2005 à 12:33

"Evidemment, ce post était une blague, n'est-ce pas?"

ça fait peur tout à coup, montré comme ça, étallé de tout son long et regroupé de la sorte...

liberté ??? manipulation ???

Mais qui suis-je pour donner un avis, que de la semense de bétail... et je préfère ça que d'être parmis CETTE substance même de dieu...
Une dictature, même de l'Amour, reste une dictature.

Si tu veux la paix dans le monde, commence par trouver la paix intérieur.

#27 iriatome

iriatome
  • Genre : Homme
  • Localisation : Le tartare

Posté 27 juin 2005 à 13:25

Bien sur Presence ,il s’agit d une blague...mais je sais pas pourquoi j'arrive pas a rire, en publiant cette liste de la communauté principale qui a le pouvoir médiatique ou politique en France. Je te rappelle le nom du forum "onnouscachetout" faire l’autruche n’a jamais fait avancer l’humanité. Rien que le fait de mettre cette liste sur ce forum, je mets en danger le forum lui-même. Et moi-même par la même occasion, car je n’est pas cherché a me dissimuler, dans la patrie des droits de l’homme, il y a des choses qu il est interdit de dire ou d’écrire, même s’il n’y a aucune connotation raciste dans ce poste,si je postais la même liste avec tous les dirigeants médiatiques et politiques catholiques, me demanderais-tu s’il s’agit d’une blague ???. Je ne suis pas à l’origine de cette liste, mais je ne peux contester sa réalité. Je rappelle a ceux qui l’aurais oublier que le fait d’être juifs, catholiques ou musulmans,n’est que religieux, et n’a rien a voir avec une quelconque race,car de nos jours on a une fâcheuse tendance a mélangé racisme et religion. Je me demande des fois si on ne retombe pas dans un remake du macartisme ou les communismes étaient poursuivis pour crime de lese pensée.
Et moi je conserverais ma liberté de penser et de parler ou d’écrire.
:guerrier:

Modifié par iriatome, 27 juin 2005 à 13:28.


#28 Tixi

Tixi

    Sans Titre

  • Bannis
  • 3 070 messages
  • Localisation : Agen

Posté 27 juin 2005 à 13:27

qu'ils soient juifs ne veut pas dire qu'ils soient tous sionistes quand même :)

#29 Daman

Daman

    Démiurge perplexe

  • Membres
  • 4 260 messages
  • Genre : Homme
  • Intérêts : Sieste(s).

Posté 27 juin 2005 à 15:39

Tu as pris un gros risque iriatome, mais il fallait le faire. Tu aurais toutefois dû rappeler que la majorité des juifs ne participe pas à la "secte" et n'a rien à voir avec ses agissements car cette "secte" s'est toujours camouflée au milieu d'eux pour echapper aux juste désir de justice de ses victimes. C'est de cette manière qu'elle a sacrifié volontairement les juifs d'Allemagne et d'Europe centrale qui ne filaient pas assez doux à ses yeux.

Il y a quelques années, Joseph Sitruk , grand rabin de France , invité à la télé ( on était en pleine période "socialiste" ) déclarait après avoir jeté un coup d'oeil rusé à droite et à gauche (sans doute un tic ) et baissé la voix : " Je peux dire que maintenant la France est un pays juif " ... En souriant comme pour dire : "vous voyez , les p'tits copains , j'ai osé le dire " ... Puis se reprenant, devant le silence du plateau il ajoutait quelque chose comme : " les valeurs de la France , de démocratie , d'honnèteté etc .. font qu'elle se rapproche de l'éthique juive ..."

J'ai été extrêmement choqué que ce quidam se permette une telle hardiesse dans un pays peuplé à 98% de non-juifs ...mais comme le plateau été déjà pas mal "filtré" , il n'y a pas eu de réaction . J'ai alors mis ça sur le compte d'une action de propagande ...



Maintenant, tu n'as pas fait mention de tous ceux qui installés à des postes-clés dans les universitaire ( quasiment 100%) font barrage à la réussite universitaire du "bétail" surtout s'il est un peu basané et surtout en fac de médecine et de droit.
Si vous posez la question de façon abrupte on vous dira : "ils réussissent mieux parce qu'"ils" sont brillants " . Ne t'avises pas de rappeler que ce "brillant" a attendu une sacrée tripotée de millénaires pour se révéler au monde, qui s'en est très bien passé pendant très longtemps ... et que pour ainsi dire , elle n'est "apparue" que lorsque les principaux banquiers ont quasiment pris le pouvoir , au nom de la "secte", dans le monde occidental, car tu risquerais d'être traité d'antisémite ( ce qui est bien entendu la pire accusation qui se puisse concevoir ) .

Tu aurais pu ajouter que bizarrement la "secte" fournit 90% des pédiatres (on peut se demander pourquoi) et occupe une grande partie des professions les plus protégées ( on comprend pourquoi ) et juteuses, qu'elle a pris d'assaut l'éducation nationale ( et le corps des hauts fonctionnaires ) pour s'assurer que le tri se fera bien de façon efficace et allège sans cesse les contenus des programmes scolaires ( les boeufs n'ont pas besoin de savoir trop de choses) alors qu'en revanche dans ses propres écoles confessionnelles une sélection minutieuse des talents est de mise ( avec l'argent public) et qu'une grosse charge de travail est exigée des élèves ( ce qui donne par la suite ce "brillant" particulière ).

On peut faire le même constat pour d'autres pays occidentaux et l'un des buts de la politique de Bush et de propager la secte dans le monde entier, il suffit pour s'en rendre compte de s'intéresser à l'origine des principaux oligarques défendus par l'administration Bush en Russie ( et systématiquement pourchassés par celle de Poutine :vous ne lirez plus de la même manière les articles défendant par exemple un Khodorovski ) et à l'origine des "nouveaux dirigeants démocrates" des ex-pays de l'Est ( en Géorgie par exemple ) .

De même, au moyen-orient , un certain nombre de dirigeants potentiels que Washington se propose de promouvoir "démocratiquement" à la tête des pays musulmans ont une origine marquée par un "flou" bien reconnaissable. De même , dans les ex-république soviétiques d'Asie centrale , "la Secte" est prête à prendre le pouvoir dès que les dirigeants du crû auront été désignés comme tyraniques ou corrompus . Le Plan , car il y en a un avance mais son issue est connue : tout cela finira dans le sang , j'en ai bien peur . Pour prendre aussi systématiquement les autres pour des idiots il faut vraiment avoir une sérieuse tare génétique .

La vérité doit être dite . Il est inutile de s'abriter derrière une prétendue lutte contre les "communautarismes" pour permettre à celui-là de continuer d'exister et d'agir en toute impunité. La "secte" et le "nouvel ordre mondial" sont exactement la même entité maléfique . Ne prenez plus garde aux discours mais raisonnez sur les faits. Le reste en découlera de lui-même. La situation est tellement tendue et explosive que des juifs fameux comme Israel Shamir ou Noam Chomsky s'en inquiètent ouvertement. Elle ne se caractérise pas par des actes antisémites , dommage pour les non-victimes , mais par une méfiance de plus en plus grande des français et au-delà d'eux de l'ensemble des européens vis à vis des intentions de la secte . Pour l'instant, je ne pense pas qu'il se passera grand-chose de neuf mais je prédis pour la fin du mandat de Bush un gros réveil qui se traduira par un violent antisémitisme des citoyens US ... J'espère que les juifs qui n'ont pas trempé dans les manigances de la secte sauront se faire entendre à temps et s'en démarquer pour qu'ils ne soient pas, une fois de plus victimes à sa place.

De toutes façons, cette dernière, sait que cette fois-ci il n'y aura pas de refuge nulle part et certaines déclarations de ses membres sont claires "nous avons les moyens d'entraîner le monde entier avec nous" et trahissent l'angoisse de voir le Plan échouer...

Modifié par Daman, 27 juin 2005 à 16:25.

La Servitude s'impose de deux façons : l'une est l'abus de la Force, l'autre est l'abus de la Loi. Dans les deux cas, chacun a le devoir de lutter contre elle par tous les moyens..


#30 ferma

ferma
  • Localisation : belgique
  • Intérêts : physique,mathématique,divers études historiques

Posté 27 juin 2005 à 20:36

Dernier texte de shamir

L’agneau coupable
par Israel Shamir

http://www.israelsha...nch/default.htm

on Shamireaders, 20.05.2005

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier



[Le Boston Globe a publié le 19 mai une tribune intitulée « Pourquoi l’Islam est-il méprisé ? », de Jeff Jacoby. Je lui réponds.]



« On ne saurait respecter les musulmans dès lors qu’un événement aussi banal que la destruction d’un exemplaire du Coran les jette dans la frénésie », s’exclame Jeff Jacoby ».



« et s’ils se mettent à assassiner des innocents ; alors que les « gens corrects » - les catholiques, les juifs et les bouddhistes – demeurent de marbre lorsqu’on offense leurs sensibilités religieuses ».



Quand bien même ce serait vrai, cela ne devrait pas nous empêcher de respecter le monde musulman. Notre indifférence au sacrilège et leur conscience de ce qui est sacré devraient impliquer que notre civilisation devenue profane est condamnée à être supplantée par la civilisation musulmane, laquelle est bien vivante et vibrante, et peu importe qu’un type comme Jacoby la méprise.



Mais ce n’est absolument pas le cas. Jacoby se cache derrière son chapeau. Son article m’a rappelé, à moi qui suis un écrivain israélien et vis à Jaffa, une blague juive : « C’est vrai, que Katz a gagné un million à la loterie ? » « Oui, c’est vrai. Mais c’était au poker, pas à la loterie ; et dix dollars, et pas un million. De plus, il n’a pas gagné : il a perdu… » Pas une phrase, dans l’article de Jacoby, qui ne soit mensongère. Il fallait le faire ; on l’applaudit bien fort !



Jacoby relève : « des émeutes musulmanes généralisées… des menaces brutales et le massacre de dix-sept innocents », puis il s’exclame : « les gens honnêtes ne se mettent pas à assassiner autrui pour la simple raison que quelqu’un a froissé leur sensibilité religieuse ». C’est vrai ! Mais ce qui s’est passé, ce n’est pas que des fanatiques musulmans auraient assassiné dix-sept enquêteurs américains innocents. C’est le contraire : des musulmans, qui manifestaient pacifiquement, ont été tués par les forces américaines d’occupation et par leurs auxiliaires en Afghanistan, à Gaza et à Andijan. Les innocents massacrés étaient musulmans, alors que leurs bourreaux brutaux étaient payés par le contribuable américain pour effectuer leur sale besogne.



Jacoby propose un exemple, positif, de ce qui est convenable : « Les communautés juives ne sont pas adonnées à une violence mortelle, en 2000, après que les Arabes eurent démoli le Tombeau de Jacob, incendiant l’ancien mausolée et assassinant un jeune rabbin qui tentait de sauver un rouleau de la Torah. »



Encore une fois, il a tout faux ! Le Tombeau de Joseph, à Naplouse, est un vieux mausolée musulman ; il n’a pas été démoli, mais reconstruit par la municipalité (musulmane) de Naplouse ; le seul Israélien qui soit mort lors des affrontements à proximité du Tombeau n’était pas je ne sais quel « jeune rabbin qui tentait de sauver un rouleau de la Torah », mais un mercenaire druze (de l’armée israélienne). La communauté juive, connue également sous l’intitulé de l’Etat juif d’Israël, a bel et bien été en proie à une violence meurtrière. Les Israéliens ont tué plus de vingt musulmans devant le tombeau, et plusieurs centaines, ailleurs.




Jacoby écrit : « Inimaginable, pour un rabbin modéré, d’exiger qu’un blasphémateur soit égorgé. » Cependant, cet « inimaginable » se produit quotidiennement : plusieurs rabbins modérés ont publié une fatwa équivalent à une condamnation à mort contre toute personne impliquée dans le « sacrilège » du retrait de la bande de Gaza. Cela inquiète le chef de nos services de sécurité ; il en a parlé à la télévision nationale. Jacoby pourra lire des articles à ce sujet dans notre Haaretz et dans d’autres colonnes. Les appels à « exterminer les musulmans » sont très courants, eux aussi ; j’en veux pour preuve ces graffiti sur un mur d’Hébron, occupée par Israël.



De plus, la moindre occurrence d’un sacrilège contre des lieux saints juifs – des inscriptions sur le mur d’une synagogue ou dans un cimetière –, font défiler en solidarité des milliers d’Européens et d’Américains, pendant que Kofi Annan convoque une session spéciale de l’Assemblée générale de l’ONU et que les chefs d’Etat se précipitent à Jérusalem afin d’y jurer de leur soutien entier aux juifs. Ainsi, on le voit, les sensibilités religieuses juives sont bien protégées ; de plus, la loi israélienne permet d’arrêter et de juger, en Israël, quiconque aurait commis un tel agissement où que soit dans le monde. Comme si cela ne suffisait pas, la France, l’Allemagne et quelques Etats encore disposent d’une loi spéciale qui punit de longues peines de prison toute atteinte portée à des sensibilités juives, et quelques dizaines de contrevenants languissent, à présent, dans les prisons européennes, pour ce méfait.



Cependant, les sensibilités musulmanes ne sont protégées ni par l’ONU, ni par des lois nationales, ni par des manifestations massives d’Européens ou d’Américains. Je doute fortement que les interrogateurs états-uniens coupable d’avoir offensé des musulmans se retrouveront en prison aux côtés d’Ernst Zundel, lequel a, lui, offensé les juifs. Au début de la semaine, l’Etat juif n’a pas autorisé le chef d’Etat musulman à la retraite Mahatir Muhammad à aller prier dans la sainte mosquée Al-Aqça, dans la ville occupée de Jérusalem – et cette atteinte flagrante à la liberté de culte n’a pas amené l’ONU à réunir une session d’urgence. Tant pis pour les sensibilités musulmanes et tant pis pour notre indignation ! Les explications de l’irrespect envers l’Islam invoquées par Jacoby s’effondrent comme un château de cartes dans le vent frisquet de la réalité. Me permettrez-vous de proposer une meilleure raison ?



Si l’Islam est vilipendé – non par nous, mais par les Jacobys qui nous entourent – c’est parce qu’il a peu d’influence ; parce qu’il est pacifique et non-agressif ; parce que les musulmans ne comprennent toujours pas pourquoi on les attaque, un peu partout dans le monde, ni pourquoi on les torture à Guantanamo. L’activisme musulman ne s’est jamais enraciné profondément dans le monde musulman – il a été créé de toutes pièces par la CIA afin de combattre les Russes, tant en Afghanistan qu’en Tchétchénie. Les activistes musulmans pro-américains ont été surpris de se retrouver montrés du doigt comme l’Ennemi par excellence et, cela, au moment même où, après l’effondrement de l’Union soviétique et la fin de la Guerre Froide, les Etats-Unis faisaient d’eux « la principale menace pour la paix mondiale ». Les musulmans étaient aussi coupables que l’agneau de la fable de La Fontaine, lequel était coupable parce que le loup avait faim. Le complexe militaire américain avait besoin d’un ennemi afin de justifier ses dépenses ; les médias pro-sionistes avaient besoin d’un ennemi afin de justifier le transfert de milliards de dollars à l’Etat juif ; et le monde musulman fut choisi pour interpréter le rôle du gros Méchant.


Il n’y était pas assez bien préparé ; des musulmans richissimes ont investi dans les valeurs américaines et acheté les industries primaires des Etats-Unis ; ils restent dans la zone dollar et dépensent leurs devises en achetant des biens occidentaux. Encore maintenant, dix ans après le déclenchement de la guerre contre l’Islam, ils sont incapables de comprendre quel est le problème et de trouver la réponse appropriée.



Des moyens – parfaitement pacifiques, qui plus est - les musulmans en détiennent. Ils peuvent mettre la pression sur le dollar et sur les obligations américaines. Ils peuvent acheter des médias états-uniens et renverser les tables sur les Jacobys et consorts. Mais ce n’est pas du tout ce qui se passe : les musulmans ne s’affirment pas dans les médias et ils n’agissent pas sur les marchés financiers. Apparemment, ils se contentent de se prélasser dans leurs salons, à feuilleter le Boston Globe et à se demander, perplexes, « pourquoi l’Islam n’es pas respecté… »



Israel Shamir

Jaffa

Modifié par ferma, 27 juin 2005 à 20:39.