Aller au contenu


Photo

Synergétique: production d'énergie libre


  • Veuillez vous connecter pour répondre
21 réponses à ce sujet

#1 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 26 fvrier 2005 à 20:51

Synergétique


Il y a de cela un peu moins d'un an, un ancien membre de Onnouscachetout.com (youba84) m'envoyait un document relatif à un procédé à énergie libre; basé sur la théorie de la synergétique.
Dans cette théorie différente, construite par un physicien français spécialiste en physique nucléaire, et expert en la matière auprès d'organismes renommés, la matière est constitué d'ondes électromagnétiques piégées.
L'inventeur de cette théorie, René Louis Vallée, a construit sa théorie en l'étayant par des expérimentations qui ont réussi, et dans lesquelles une réaction nucléaire permet d'extraire l'énergie du vide.

Lorsque je suis tombé sur cet article j'ai cherché de la documentation sur Internet. je suis rapidement tombé sur le site du fils de l'inventeur qui décrit la théorie, au format HTML, et qui propose en téléchargement gratuit l'ouvrage de son père sur la théorie complète. Je sui aussi tombé sur deux sites décrivant l'expérience qui a permis de confirmer les possibilités d'extraction d'énergie du vide.


Le site de Franck Vallée (aucun lien avec l'abducté de Cergy Pontoise):
http://franckvallee....fr/SYNERGETICS/
La description HTML de la théorie:
http://franckvallee....duction-emg.htm
Le livre à charger:
http://franckvallee....ement-livre.htm

Un des deux sites proposant un descriptif de l'expérience réalisée:
http://photovni.free...

Lors d'une discussion avec JM Roeder, ce dernier m'a dit avoir assisté comme simple spectateur à l'expérience (ou une de ses reproductions) et avoir vu que ça fonctionnait; ça fera aussi un témoin de plus. Mais il m'a quelque peu découragé en me disant que dans l'expérience il fallait envoyer un signal électromagéntique de fréquence exactement égale à la fréquence de résonnance de l'électron périphérique du carbone, avec une précision dans la fréquence allant jusqu'à 8 chiffres.

Evidemment, cela changeait la donne, et les informations trouvées sur le net ne donnaient pas de description expérimentale précise. J'ai alors cherché différents montages électroniques qui me permettraient de réaliser un tel dispositif, ultra précis, avec une variation possible aussi bien en tension qu'en intensité; et bref ça se compliquait. Evidemment si j'avais les moyens d'un labo je m'achèterais des générateurs programmables qui doivent côuter plusieurs milliers d'euros et la question serait réglée de la possibilité de faire une expérience... c'est là qu'on voit que des idées et de la volonté c'est bien mais on est vite limité sans moyen: il reste à faire du bricolage, à fabriquer soi-meêm ses montages, forcément qui ne permettent pas ce qu'on veut: cela demande temps, énergie et qualification supplémentaire. L'arsenal d'un labo minimal me faisait défaut.

Je m'étais mis de côté l'idée de réaliser une reproduction de l'expérience après les tentatives que je faisais à l'époque pour travailler sur le MEG.
Aussi j'ai bricolé un dispositif, avec un baton de carbone récupéré dans une pile bâton (une grosse) et du fil de cuivre à bobiner.
Voici mon montage provisoire:
Image IPB

Il y a de cela quelques jours, j'ai retrouvé le tout dans un carton de démanagement où cela traînait... et comme par magie hier je suis tombé par le hasard d'un lien en cherchant autre chose sur des réalisations récentes de Naudin sur la question.
Il a réalisé une expérience similaire, tout en étant différente. Dans l'expérience proposée initialement on devait réussir à arrêter la rotation d'un électron périphérique du carbone par une résonnance; dans ce montage de Naudin, qui utilise des notes expérimentales précises de Vallée transmises par son fils (ainsi que tout un tas d'autres documents), il n'y a plus besoin de résonnance: l'électron périphérique est arrêté par un rayon gamma émis par une source radioactive.

Le principe est le même mais la réalisation un peu différente. Il semble que ce soit le sujet d'étude en cours de Naudin car ses mises à jour sur des prototypes en évolution datent d'il y a 2 jours.

Le principe général de l'expérience est de faire traverser un bâton de carbone par un courant, et par un champ magnétique, le tout de même direction et même sens. Puis d'arrêter la course d'un électron périphérique par le biais d'un rayonnement de même énergie. L'électrin tombe alors sur le noyau du carbone, et une réaction nucléaire se produit (fusion qui transfome le carbone en un autré élément). Cette réaction pompe de l'énergie du vide, afin de reproduire un électron par désintégration radioactive qui reproduit le carbone et un supplément d'énergie. Résultat: le carbone n'est pas consommé (même si c'était le cas vu le coût du matériau ça ne serait pas un grand problème) et de l'énergie du vide est récupérée sous forme utilisable. Le tout est donc un système à énergie libre.

Voici donc les liens que j'ai trouvé sur son site (où vous trouverez les expériences réalisées, ainsi que les principes du protocole d'expérimentation et les élements nécessaires à la compréhension de ce qui se passe):
http://jlnlabs.imars.com/vsg/

Pour comprendre:
Principe expérimental:
http://jlnlabs.imars...vsg/protelf.htm
Le vide injecte de l'énergie:
http://jlnlabs.imars...g/nrjduvide.htm
Ses derniers tests:
http://jlnlabs.imars.com/vsg/vsg41.htm
Il obtient des rendements sur unitaires, mais le procédé qui consiste à utiliser un élement radio actif je n'aime pas trop... l'expérience de base qui n'utilisait que des champs électromagnétiques était plus rassurante (seule référence: http://photovni.free...

C'est très intéressant et ça confirme sa thèse de constitution de la matière par des champs électromagnétiques piégés. C'est une manière différente de voir la matière, toujours pas acceptée par le monde scientifique.

#2 mag

mag

    Chercheur d'idées

  • Membres
  • 1 088 messages
  • Genre : Femme
  • Localisation : Dans le vide Là où je suis

Posté 27 fvrier 2005 à 05:03

:D Bonjour Pascuser merci pour ta nouvelle actualisation de recherche et les informations que tu donne,

constitution de la matière par des champs électromagnétiques piégés.


piégés par quoi ?
La forme ? l'attraction gravitationnelle? qu'est ce qui peut piéger des champs éléctromagnétique? Une fréquence de résonnance externe qui les fait se tenir ensemble par pression? Genre la page qui donne forme aux lettres, le blanc entre les lignes...
??? Est ce cela le vide d'où émerge la matière?
Pourquoi ces recherches me font elles phylosopher alors que je ne comprend rien à la physique, n'y connais rien en sciences éléctricité, mécanique, etc ? et quand je lis certains textes ils me font comprendre des choses qu'ils ne disent pas avec mes mots?
Bon pas la peine de répondre je vais aller sur les sites !
En fait j'ai une furieuse envie de me servir autrement plus élégament de l'énergie que ce que le quotidien de mon époque me le permet...C'est peut être pour ça que je m'accroche....
:humhum: @ + et bon dimanche!
La Conscience ne s'approprie pas.
Elle se développe à elle même... Elle se Reconnait ! Natarajan

Pour moi convaincre, n'est plus envisageable, mais témoigner et partager le sont...

#3 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 27 fvrier 2005 à 08:54

Mag,

:D Bonjour Pascuser merci pour ta nouvelle actualisation de recherche et les informations que tu donne,


Merci.

piégés par quoi ?
La forme ? l'attraction gravitationnelle? qu'est ce qui peut piéger des champs éléctromagnétique? Une fréquence de résonnance externe qui les fait se tenir ensemble par pression? Genre la page qui donne forme aux lettres, le blanc entre les lignes...
??? Est ce cela le vide d'où émerge la matière?

Bonnes questions. Je vais essayer d'y répondre selon la théorie de vallée.

Je t'extrais des éléments du site de Vallée pour essayer d'éclairer la chose:
http://franckvallee....duction-emg.htm

L'indépendance de ces équations vis-à-vis de tout système matériel, conduit naturellement à supposer que l'espace est lui-même de nature électromagnétique.Nous avons évoqué les propriétés énergétique et vibratoire de l'espace, mais nous n'avons pas encore décrit l'hypothèse structurelle de l'espace qui vient compléter le modèle synergétique. Une trame d'ondes électromagnétiques de très hautes fréquences, les ondes d'espace, constitue la nature de l'océan énergétique, de sorte que la synergie d'un espace est égale à la somme des énergies apportées par l'ensemble de ces ondes électromagnétiques.


Je commente: l'espace est rempli d'un bain d'onde électromagnétique; même beaucoup plus que cela: l'espace EST un fond d'ondes électromagéntiques.

En d'autres termes, la matière est un piège stable d'énergie d'espace, dont la forme spatio-temporelle répond à l'équation de Poisson. Si l'on rajoute à cela que l'énergie, de nature électromagnétique, ne peut qu'être ondulatoire, on comprend alors comment la théorie synergétique réconcilie les théories quantiques et corpusculaires. Par ailleurs, la matière correspond à des modèles ondulatoires qui ne peuvent être précisément localisés à l'échelle microscopique, mais dont la répartition spatio-temporelle explique également le principe d'incertitude d'Heisenberg.


La matière est alors des zones de l'espace plus stables. La physique quantique dit que la matière est une onde, qui n'existe pas à un endroit précis, mais de manière diffuse, à travers l'espace; avec une présence plus importante dans un "centre", qui est le lieu où on dit que se "trouve" la particule. c'est en fait un paquet d'ondes électromagnétiques concentrées autour d'un point, qui apparait comme une particule.

D'une part, la découverte fondamentale de la synergétique provient du fait que les particules élémentaires ont des similitudes observées avec les cavités résonantes ou guides d'onde de l'électromagnétisme. D'autre part, la théorie introduit l'hypothèse d'un champs électrique limite. Lorsque, du fait des conditions vibratoires du milieu, la valeur du champs électrique tend à dépasser la valeur limite, alors une divergence du champs électrique provoque l'apparition d'une zone disruptive dont la charge équivaut à celle de l'électron - on rappelle que Maxwell a établi la relation entre la charge électrique et la divergence du champs électrique. L'hypothèse du champs limite et des zones disruptives représente des discontinuités d'espace qui permettent de matérialiser un support à de microscopiques guides d'ondes électromagnétique. Les zones disruptives, par inversion locale du champs électrique constituent en effet de véritables miroirs microscopiques aux ondes électromagnétique, et représentent alors autant de parois pouvant piéger les ondes d'espace et provoquer l'apparition des particules élémentaires.


Ta question était : "qu'est-ce qui piègeles ondes?". Et bien voilà ce qu'annonce cette théorie? Ce sont des parois d'énergie (appelées ici "zones disruptives") qui piègent les ondes dans une cavité où les ondes électromagnétiques apparaissent alors de manière plus stable (il doit s'établir une espèce d'onde stationnaire, qui ne bouge plus trop, et dense en énergie: la particule). Alors l'autre question logique: d'où viennent ces parois? Elles sont créées lorsque le champ électrique local dans une zone d'espace dépasse une certaine valeur limite. Ce champ électrique existe comem conséquence du fait que dans cette théorie l'espace est onde électromagnétique: vibrations de champs électriques et magnétiques: donc l'espace est rempli de champs électriques. Probablement que au hasard des collisions des diverses ondes, à certains endroits les champs s'ajoutent assez pour dépasser une certaine valeur seuil au de là de laquelle, il y a une rupture produisant cette "paroi" qui piège les ondes à l'intérieur.

Bon ça c'est en simplifié, c'est le principe. Après il y a de l'explication plus détaillée:

Le photon se comporte quand à lui en un guide d'onde électromagnétique qui, piège de l'énergie entre deux zones disruptives. Sa géométrie est stable que si il se propage à la vitesse de la lumière.Ce n'est pas parce que les deux phénomènes se propagent à la même vitesse et qu'ils présentent des similitudes électromagnétiques, qu'ils sont identiques.

L'électron forme une figure plus complexe, composée de trois zone disruptives, deux de charges négatives et une de charge positive qui piègent une onde électromagnétique tournoyante. L'expérience de la séparation de pairs met en évidence la structure microscopique de l'électron. La rotation des trois zones disruptives représente un microcircuit qui crée un champs magnétique : le spin de l'électron.

Les neutrons et protons, tous deux extrêmement voisins, représentent une figure nettement plus complexe et éloignée du modèle de l'électron et du photon. Il s'agit d'ondes électromagnétiques piégées entre plusieurs zones disruptives dont la somme des charges s'annule dans le cas du neutron et qui comporte une zone positive supplémentaire dans le cas du proton.

Au delà, des particules élémentaires, le modèle moléculaire répond à des figures de plus en plus complexes, un peu à l'image de bulles de savon qui s'agglutinent et qui peuvent fusionner ou se séparer en fonction des contraintes extérieures qu'elles subissent. En tout état de cause, l'image d'Épinal de la molécule, telle qu'on se plait à représenter sous la forme de boules de plastique assemblées par emboîtement n'est vraisemblablement qu'une vue simplificatrice de la réalité microscopique, électromagnétique et énergétique de la matière.


Les ondes électromagnétiques piègées se déplacent dans l'espace, et par interférences elles établissent ce miroir rebond. En fait la paroi n'est pas définie en un lieu précis pour une durée infinie: c'est une interférence particulière qui l'a créée; les ondes piégées selon un certain mode de résonnance dans ce piège rebondissent, et à un autre endroit, elles interfèrent de nouveau pour recréer une autre paroi sur laquelle elles rebondissent, etc: les ondes elles-mêmes créent leur paroi en se déplaçant. Selon le modèle adopté, avec des dispositions géométriques particulières, vallée construit des particules qui se déplacent à la vitesse de l'onde électromagnétiques (photons: c'est la lumière) ou des électrons, neutrons, protons, etc.

Mais ce qui est finalement commun à tout ceci c'est que chacune des parties INTERNES des particules quelles qu'elles soient sont des ondes électromagnétiques rebondissant en tous sens, ce qui crée des zones de répartition électriques au sein de la particule. En effet les champs électriques au sein de la particule évoluent puisque les ondes s'y déploient: donc chaque particule est un cortège INTERNE de zones de charges positives ou négatives, en mouvement ou pas (selon la construction plus ou moins complexe)

C'est ceci qui permet à vallée de voir des charges à l'INTERIEUR des particules (à l'intérieur du photon, de l'électron, des protons, etc), du moins des ZONES de charge.

Zones de charges et parois du photon:
Image IPB

Modèle vibratoire de la matière

La stabilité d'une particule, dont nous venons d'expliquer la nature ondulatoire, nécessite une interaction permanente de cette dernière avec l'espace. En effet, les phénomènes vibratoires piégés à l'intérieur de la particule exercent une pression électromagnétique sur les zones disruptives qui doivent être équilibrées par une pression extérieure, sous peine d'instabilité et d'éclatement de la particule. Or le constat de la stabilité des noyaux des molécules sous des formes quantiques et répertoriées dans le tableau de Mendeleiev, amène à supposer deux phénomènes naturels et universels.

Il existe des fréquences, pour lesquelles les noyaux des particules sont stables. Elles correspondent à des fréquences pour lesquelles la résonance vibratoire peut s'établir - seule manifestation stable et localisée connue pour un phénomène ondulatoire
Du fait de l'équilibre des pressions de " peau ", la particule en constante interaction avec son environnement échange de l'énergie avec l'espace. Cette énergie présente nécessairement une forme radiante dont la densité d'énergie est inversement proportionnelle à son angle solide, et décroît donc suivant une formule en 1/4pr2.
La première hypothèse permet d'expliquer la stabilité ou l'instabilité des particules élémentaires. Seuls l'électron, le proton et le neutron sont des particules élémentaires stables, car ces particules vibrent en résonance avec une fréquence d'espace particulière qui leur confère la stabilité. Les autres phénomènes particulaires, observés en nombre dans les chambres à bulles, correspondent à des phénomènes ondulatoires momentanément stables qui ne résistent que peu de temps aux aléas du milieu électromagnétique. La seule issue pour une de ces particules instables est soit de " rentrer dans le rang " imposé par la cohérence cosmique et de devenir ainsi une particule stable en échangeant la quantité d'énergie dont elle a besoin avec l'espace, soit de se perdre irrémédiablement dans le milieu énergétique.

La seconde hypothèse fait état de la décroissance relative de la densité d'énergie d'espace autour de la particule matérielle. Or, conformément aux lois du milieu énergétique, la variation de densité provoque l'apparition d'une force d'attraction dirigée vers la particule - voilà ainsi expliqué la nature fondamentale des forces de gravitation ainsi que son expression de décroissance en 1/r2.


Voilà aussi quelque chose de raisonnable: il faut des conditions très particulières pour que lamatière se forme et existe de manière stable: des modes de résonnance particulière des ondes. C'est ce qui explique que l'espace n'est pas QUE matière et que produire des ondes électromagnétiques ce n'est pas produire de la matière; il faut d'autres conditions.

Sinon ce dernier texte est il me semble assez explicite.

Pourquoi ces recherches me font elles phylosopher alors que je ne comprend rien à la physique, n'y connais rien en sciences éléctricité, mécanique, etc ? et quand je lis certains textes ils me font comprendre des choses qu'ils ne disent pas avec mes mots?


Tu vois, tu as posé des questions très pertinentes, et il ne faut pas tomber dans le piège que la société veut nous tendre en faisant croire que la physique est une affaire de spécialistes. la technique et la mathématisation, le formel etc pui c'est une affaire de spécialiste. mais comprendre ce qu'il se passe avec notre intuition et nous faire des représentations mentales de ce qui se produit, on peut tous le faire. D'ailleurs c'est toujours ça le plus important; c'est même l'essentiel à chaque fois. Le reste permet ensuite de décrire précisément afin d'inventer des technologies capables d'exploiter notre compréhension.

Merci de ton intérêt.

Et bon dimanche toi aussi. :D

#4 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 27 fvrier 2005 à 09:15

Expérience PROTELF

(PROton ELectron Fusion)


Elle consiste à faire fusionner l'électron qui orbite autour du noyau de l'atome de carbone avec celui-ci.
Production d'énergie potentielle: 2,988 GWatt par gramme de carbone utilisé.
A titre de comparaison la production en électricité d'une centrale nucléaire est de l'ordre de 1GW, donc il suffirait de 0,34 g de carbone en fonctionnement continu pour égaler la même production (c'est théorique, et en supposant pouvoir exploiter la réaction sans perte pour tous les électrons des atomes de carbone, bref évidemment ça ne sera jamais possible avec de telles performances, mais même en mode très dégradé par rapport à cet idéal, c'est assez prometteur)

C'est l'expérience réalisée sur le site de Naudin.

Voici une explication de l'expérience réalisée:

Voir l'image en gif animé sur le site de Naudin (attendre pour le défilement des images):
Image IPB
tiré de http://jlnlabs.imars...vsg/protelf.htm

Voilà les différentes étapes:
Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

#5 vikendios

vikendios
  • Localisation : Nice

Posté 28 septembre 2005 à 18:36

Bonjour !

Tout d'abord, merci pascuser pour ces posts, surtout pour le lien de l'expérience belge ; il faut beaucoup de temps pour lire toute la théorie synergétique du Professeur Vallée et tous les documents du site de Jean-Louis Naudin, et certains passages ne sont pas tres clairs et identiques sur toutes les pages alors j'ai quelques questions :

Il obtient des rendements sur unitaires, mais le procédé qui consiste à utiliser un élement radio actif je n'aime pas trop... l'expérience de base qui n'utilisait que des champs électromagnétiques était plus rassurante.

D'apres ce que j'ai compris, le tungstène chargé en thorium sert juste à démarrer la réaction, les émissions bêta de la réaction (passage du B5 au C6) redirigées par le champ magnétique dans le sens du carbone peuvent stopper d'autres electrons, ce qui fait une réaction en chaine. Mais à mon avis le plus gros probleme est de trouver du tungstene dopé thorium vu que ce sont respectivement le métal et l'oxyde (ThO2) qui ont les plus hautes températures de fusion, ca doit pas etre donné.

Mais alors, dans l'expérience de Eric d’Hoker, comment sont arrêtés les électrons ? Dans le texte au dessus du schéma, je cite : "faire retomber l’électron sur le noyau par l’intermédiaire de champs magnétiques intenses, parallèles et de sens contraire à des champs électriques." on dirait que cela suffit... Et l'expérience le confirme. Pourquoi alors Jean-Louis et René-Louis disent qu'il faut un photon ?

Le fait de sceller le carbone dans du verre doit permettre de mieux conserver le carbone gazeux, qui visiblement est nécessaire a la réaction bien que je ne comprenne pas pourquoi encore, quelqu'un a une idée la dessus ?

Mais il m'a quelque peu découragé en me disant que dans l'expérience il fallait envoyer un signal électromagéntique de fréquence exactement égale à la fréquence de résonnance de l'électron périphérique du carbone, avec une précision dans la fréquence allant jusqu'à 8 chiffres.

Pourquoi pas mettre en place un champ magnétique continu comme dans les autres expériences (jln et d'hoker) ?

Pour finir, la question la plus évidente est pourquoi JL Naudin n'a-t-il pas continué ses travaux en mettant une boucle d'auto-alimentation pour que son générateur soit autonome ? Ca règlerait le probleme une fois pour toute !

merci Pascuser pour tous tes sujets sur ce forum, tu n'es arrivé à rien avec ta bobine que l'on voit en photo ?

#6 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 07 octobre 2005 à 07:33

Toutes tes questions sur Naudin sont justifiées et trouvent écho en moi, car depuis longtemps maintenant je fais plus que douter de Naudin: il passe sans cesse du coq à l'âne, d'une invention à l'autre, sans jamais en développer une seule à fond, en annonçant à chaque fois une réussite! Si ça réussit vraiment pourquoi ne rend-il rien utilisable? On est en droit de se poser la question: est-ce que ça réussit vraiment?

Sinon ma bobine attend toujours au fond d'une boite étant donné que le montage d'un générateur à fréquence ultra précise est au dessus de mes compétences. Il me faudrait bricoler un truc pendant des mois avec essais divers à l'aide de montages existants, et passer beaucoup d'argent dedans; sans savoir si j'arriverai à faire mon montage avec cette précision! A moins qu'elle ne soit pas nécessaire? Je préfère réserver cette dépense d'énergie à quelque chose dont l'aboutissement me parait plus certain.

Merci pour l'intérêt porté et les bonnes questions.

#7 Bipol

Bipol
  • Localisation : banlieue périphérique de la voie lactée

Posté 27 octobre 2005 à 20:50

Je viens de lire ce topic des expériences de Naudin et de la théorie de La Vallée qui font suite à la question sur ITER.
ITER n’est certainement pas une source d’énergie possible pour le 21 siècle, peut être que cela marchera un jour… mais les problèmes énergétiques sont plus pressants comme ça été dit.

Quant à la théorie synergétique de La Vallée, du peu que je viens d’en lire, ou bien il n’a pas compris la physique quantique ou il rêve, je m’excuse Parcuser. Faire tomber un electron sur le noyau de carbone pour faire de l'énergie est une douce plaisanterie... le puits de potentiel nucléaire ne peut etre franchi par l'electron, il faudrait communiquer une energie enorme à l'electron. La confusion de l'energie electromagnetique avec la force forte qui construit la matière est aussi invraisemblable, a moins de jetter par terre toute la mécanique quantique.

La theorie actuelle verifie en laboratoire et observer dans le cosmos est que l'on crée de la matière (protons et toutes une zoologie de particules) à partir du vide en communiquant à celui-ci une très forte densité d’énergie, par exemple par annihilation de particule et de son antiparticule, électron positron ou proton antiproton.

Cette annihilation libère du vide quantique de nouvelles particules qui sont normalement à l’état virtuel (ou non manifesté), c’est à dire qui fluctuent dans la marge d’incertitude de Heinsenberg. Le vide est donc la matrice de la matière, mais il faut apporter au vide de l’énergie pour créer la matière. Donc il n’y a qu’une extrêmement faible densité d’énergie dans le vide à l'etat naturel, (mais non nul). Excepter le rayonnement solaire qui est pour moi un des moyens de solutionner la future crise d’énergie.

J’ai suivi les débuts de la fusion froide avec des collègues physiciens fin des années 80, nous étions tous enthousiastes au début, mais quand les premiers signes d’erreurs expérimentales sont apparus, la déception est venue et s’est malheureusement confirmée.

Il existe actuellement une autre piste de fusion froide en utilisant des ultrasons très intenses dans un medium fluide qui entre en cavitation extrême avec des pressions internes suffisantes pour créer une amorce de fusion.Mais c’est très loin de produire de l’énergie utilisable.

#8 vikendios

vikendios
  • Localisation : Nice

Posté 27 octobre 2005 à 23:23

Pourquoi y a-t-il un apport d'énergie si la théorie ne tient pas debout ? Peut-être que les autres théories (mécanique quantique par exemple) ne sont pas plus correctes...

#9 Jai_arreté

Jai_arreté

Posté 28 octobre 2005 à 05:15

a moins de jetter par terre toute la mécanique quantique.


je suis pas experte, mais je crois bien que c'est ce qu'il fait ;)
ça s'apelle, essayer de trouver des theories qui tiennent mieux la route que celles qu'on a :)

#10 Bipol

Bipol
  • Localisation : banlieue périphérique de la voie lactée

Posté 28 octobre 2005 à 18:55

je suis pas experte, mais je crois bien que c'est ce qu'il fait
ça s'apelle, essayer de trouver des theories qui tiennent mieux la route que celles qu'on a 

Pourquoi y a-t-il un apport d'énergie si la théorie ne tient pas debout ? Peut-être que les autres théories (mécanique quantique par exemple) ne sont pas plus correctes...


Bon, La Vallee a émis cette theorie il y a longtemps, avant que les théories modernes du vide quantique, trou noir , matière anti matiere etc.. soit clairs.

Personne ne s' est interessé à la théorie de la Vallée pour la simple raison qu'elle ne répond a aucune question de la physique; elle a été émise a partir d'une fausse interpretation d'une manip sur le premier Tokamac dans l'espoir d'avoir de l'énergie gratuite .

demander la recette au createur du cosmos , si il veut bien répondre.

Il ne faut pas croire que la physique actuelle est fausse parce qu'elle est pas complète, aucune theories n'est complète, et les theories qui se disent complètes sont généralement des fumisteries.

Il n'y a pas d'apport d'énergie, il faut au contraire énormement d'énergie pour transformer un proton en neutron. La transmutation absorbe de l'énergie et n'est pas un générateur d'énergie, puisqu'il faut vraincre le puits de potentiel à partir de la couche electronique K jusqu'au potentiel du proton.

#11 styx_06

styx_06
  • Localisation : 6

Posté 17 novembre 2005 à 19:09

Pourquoi avec du carbone?

Je suis tombé sur ce site et il me semble que c'est la même expérience
mais avec du cuivre!!!

Lien

Si le problème c'est d'obtenir une résonnance avec la matière et que
avec le cuivre ça à l'air de marcher, peut on penser qu'avec du granit,
de l'eau, du bois, ... ça marcherait aussi?
Une autre matière que le carbone pourrait fournir aussi de l'energie de son vide mais
serait peut être plus accessible pour entrer en résonnance avec elle.
D'ailleurs j'ai chercher sur le net et je n'ai pas trouver de tableau du type
périodique des éléments avec justement les fréquences! Où les trouver?

Modifié par Pascuser, 25 novembre 2005 à 22:08.


#12 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 25 novembre 2005 à 22:20

Très intéressant ce lien. On m'avait déjà parlé de Meyer, mais je ne savais rien de lui... à part son nom. Il faut trouver plus de choses sur lui et ses travaux. Très bon lien.

#13 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 25 novembre 2005 à 22:31

Bon, La Vallee a émis cette theorie il y a longtemps, avant que les théories modernes du vide quantique, trou noir , matière anti matiere etc.. soit clairs.

Personne ne s' est interessé à la théorie de la Vallée pour la simple raison qu'elle ne répond a aucune question de la physique; elle a été émise a partir d'une fausse interpretation d'une manip sur le premier Tokamac dans l'espoir d'avoir de l'énergie gratuite .

Personne ne s'est intéressé à la théorie de Vallée officiellement car elle ne rentre pas dans le cadre des théories modernes de la mévanique quantique puisqu'elle la limite à une vision erronée d'une réalité plus large...

il est connu qu'on ne remet pas en cause une discipline sur laquelle travaillent des scientifiques de renom, pour laquelel il y a des prix Nobels, etc. En effet dire que tout ceci est une masturbation neuronale excessive due à une interprétation faite de travers d'une réalité plus simple mais conceptuellement différente est un terrain miné pour toute personne qui veuit faire sa place dans le milieu de la recherche.

La théorie se tient, et au lieu de dire qu'elle ne tient pas, contredis-là donc.
Pourquoi n'y aurait-il pas de limite au champ électrique? Et si c'est le cas, pourquoi l'hypothèse d'une génération spontanée de charges lors du dépassement de la valeur disruptive du champ serait moins valable que celle de l'existence d'une onde de probabilité accompagnant chaque particule de matière et orécisant la manière dont la matière va se localiser?

Hypothèses contre hypothèses, c'est cela une théorie: des hypothèses qui s'ajustent... et lorsque l'une d'entre elle explique l'autre comme un sous cas particulier et que de plus elle a des vérifications expérimentales (voir l'expérience avec le carbone... ) c'est un argument plus fort pour sa validité encore.

Tu as des éléments qui l'infirment? Si c'est le cas je ne suis pas le seul intéressé. Sauf si les arguments sont de l'ordre de la croyance.... ce qui m'intéresse est non pas de croire mais de chercher à repousser les frontières de notre connaissance. L'univers ne s'intéresse pas aux limitations étriquées de nos égos, à la vanité du "plus chercheur que moi tu meurs" et du "plus scientifique que moi tu peux pas". Bref, ce qui compte c'est d'élargir notre concept de la réalité.

Je fais partie de ceux qui comme Einstein refusent de croire que Dieu joue aux dés... et que la physique quantique est l'explication ultime de l'univers: elle n'est pour moi que le reflet déformé d'une incapacité de notre esprit à concevoir l'univers de meilleure façon pour le moment... là c'est une croyance.. alors je cherche plus loin.

#14 vikendios

vikendios
  • Localisation : Nice

Posté 28 novembre 2005 à 01:03

A propos du nouveau lien Pascuser, ce n'est pas de ça dont tu parlais au debut avec les fréquences de 8 chiffres décourageantes ? En effet c'est un lien tres interressant, y'a "plus qu'a" trouver des quartz avec des fréquences de ce genre...
Merci styx_06 :)

#15 Horbiger

Horbiger

Posté 13 fvrier 2006 à 00:24

Du nouveau dans cette histoire ? Les résultats obtenus ont-ils été publiés (ou soumis) dans une revue avec comité de lecture ? J'avoue que je suis perplexe ...

#16 golem

golem
  • Localisation : Paris

Posté 13 fvrier 2006 à 22:45

que la théorie soit crédible ou non, qu'elle soit exacte ou érronée ce n'est pas le principal.

le montage décrit fonctionne-t-il oui ou non, est il générateur d'énergie ou pas ?

des gens témoignent, soit c'est un canular, soit ça fonctionne.

si cela fonctionne vraiment, il sera temps de corriger la théorie plus tard si elle est erronée.

l'avantage de l'excitation fréquencée d'une barre de cuivre c'est qu'il me semble que l'expérience est plus facilement réalisable que la contre démonstration.

#17 BlacK-WarrioR

BlacK-WarrioR

Posté 13 fvrier 2006 à 23:11

Bonjour,

Petite question à l'attention de Bipol :

Il n'y a pas d'apport d'énergie, il faut au contraire énormement d'énergie pour transformer un proton en neutron. La transmutation absorbe de l'énergie et n'est pas un générateur d'énergie, puisqu'il faut vraincre le puits de potentiel à partir de la couche electronique K jusqu'au potentiel du proton.


Par rapport à nos connaissance (et aux miennent) ceci sonne "vrai" et presque logique.

Mais, une chose que je me demande, c'est, comment, à ce moment là se sont produites les premieres transmutations ?

L'energie devait bien provenir de quelque part ?

De manière plus general, et pour vous faire part d'une reflexion justifiée par rien (lol) je penche pour une these metant de côté la complexité nucleaire (sans pour autant l'ignorée !).

Une intuition me guide depuis quelques années sur le fait que cette extraction d'energie gratuite peu se faire trés simplement, un peu à l'image du procédé photographiée plus haut.

Si l'analogie de "L'aquarium" de Tesla est vraie, l'extraction d'energie gratuite devrait être simple, genialement (justement) simple !

On se souviens de la decouverte de l'air dont nous respirons, affreusement tardive, car beaucoup trop simple. On appelé avant notre "air respirable" : fluide vitale. Avant de connaitre finalement sa nature réel !

Bon, je viens de faire un magnifique hors sujet, veuillez m'en excuser ! :roll:

Sur ce ...


Vive Ma Dictature,
... et vive Moi ! :cyclope:

#18 styx_06

styx_06
  • Localisation : 6

Posté 13 fvrier 2006 à 23:37

Salut,


Si on part du fait que ça fonctionne, j'aurais une interrogation:
Que ce passerait il si au lieu du cuivre on utilisait du néodyme
magnétique. Aurait on de l'énergie aussi, ou est ce que la matière
deviendrait antigravitationnel, ou aurait des capacités tel que les
supraconducteur par exemple? :cogite:

Et puis est ce que quelqu'un connait les fréquences de certaines
matières, est ce qu'il y a un tableau quelque part, comment font
ils pour connaitre la fréquence du cuivre???

#19 Pascuser

Pascuser

    Irrationaliste raisonné

  • Membres
  • 1 972 messages
  • Genre : Homme
  • Localisation : Aude
  • Intérêts : Ce qui devrait intéresser tout le monde: pourquoi et comment, s'appliquant à toutes choses.

Posté 14 fvrier 2006 à 10:46

Article de Science et Vie sur la synergétique, format PDF.

Fichier(s) joint(s)



#20 Horbiger

Horbiger

Posté 14 fvrier 2006 à 13:38

Merci pour le lien Pacuser, c'est un Science et vie de novembre 1975 auquel suit un science et vie de 1976 dont je met les référence :

Renaud de la Taille, « Un jeune français construit une pile inépuisable », Science et Vie n°700, janvier 1976



bon c'est du science et vie mais c'est déjà ça, par contre en 30 ans on a eu de quoi vérifier et/ou valider/breveter une manip qui fonctionne sans doute aucun ...

Modifié par Horbiger, 14 fvrier 2006 à 13:41.


#21 Bipol

Bipol
  • Localisation : banlieue périphérique de la voie lactée

Posté 01 mars 2006 à 20:33

Bon, La Vallee a émis cette theorie il y a longtemps,  avant que les théories modernes  du vide quantique, trou noir , matière anti matiere etc.. soit clairs. 

Personne ne s' est interessé à la théorie de la Vallée pour la simple raison qu'elle ne répond a aucune question de la physique;  elle a été émise a partir d'une fausse interpretation d'une manip sur le premier Tokamac dans l'espoir d'avoir de l'énergie gratuite .

Personne ne s'est intéressé à la théorie de Vallée officiellement car elle ne rentre pas dans le cadre des théories modernes de la mévanique quantique puisqu'elle la limite à une vision erronée d'une réalité plus large...

il est connu qu'on ne remet pas en cause une discipline sur laquelle travaillent des scientifiques de renom, pour laquelel il y a des prix Nobels, etc. En effet dire que tout ceci est une masturbation neuronale excessive due à une interprétation faite de travers d'une réalité plus simple mais conceptuellement différente est un terrain miné pour toute personne qui veuit faire sa place dans le milieu de la recherche.

La théorie se tient, et au lieu de dire qu'elle ne tient pas, contredis-là donc.
Pourquoi n'y aurait-il pas de limite au champ électrique? Et si c'est le cas, pourquoi l'hypothèse d'une génération spontanée de charges lors du dépassement de la valeur disruptive du champ serait moins valable que celle de l'existence d'une onde de probabilité accompagnant chaque particule de matière et orécisant la manière dont la matière va se localiser?

Hypothèses contre hypothèses, c'est cela une théorie: des hypothèses qui s'ajustent... et lorsque l'une d'entre elle explique l'autre comme un sous cas particulier et que de plus elle a des vérifications expérimentales (voir l'expérience avec le carbone... ) c'est un argument plus fort pour sa validité encore.

Tu as des éléments qui l'infirment? Si c'est le cas je ne suis pas le seul intéressé. Sauf si les arguments sont de l'ordre de la croyance.... ce qui m'intéresse est non pas de croire mais de chercher à repousser les frontières de notre connaissance. L'univers ne s'intéresse pas aux limitations étriquées de nos égos, à la vanité du "plus chercheur que moi tu meurs" et du "plus scientifique que moi tu peux pas". Bref, ce qui compte c'est d'élargir notre concept de la réalité.

Je fais partie de ceux qui comme Einstein refusent de croire que Dieu joue aux dés... et que la physique quantique est l'explication ultime de l'univers: elle n'est pour moi que le reflet déformé d'une incapacité de notre esprit à concevoir l'univers de meilleure façon pour le moment... là c'est une croyance.. alors je cherche plus loin.



Je m’excuse Parcuser j’avais raté ta réponse à mon post.

La mécanique quantique énonce en gros que le nombre des états possibles d'un système physique (à savoir, la dimension de l'espace de Hilbert) est limité par le volume spatio-temporel et la quantité d'énergie disponibles pour le système. La mécanique quantique a été vérifiée de nombreuses fois, jamais elle n’a été prise en défaut. Elle est formulée aussi par les inégalités de John Bell qui ont été vérifiés par de nombreuses expériences et différentes équipes, je pourrais t’en faire un sommaire si tu le désires.

L’optique quantique a aussi démontrée la validité de la théorie de la fonction d’onde, l’étude expérimentale de la formation des condensats de Bose- Einstein par refroidissement optique est une preuve expérimentale difficilement contestable.

Le paradoxe EPR de Einstein-Podolski-Rosen, la non localité de la fonction d’onde, a aussi été vérifiée par les expériences de Gisin, qui ont conduit à imaginer la cryptographie quantique qui va devenir certainement dans le future une technique de transmission d’information inviolable.

Mais ce qui est vraiment ennuyeux avec la mécanique quantique c’est qu’elle est contre intuitive, violant nos idées de causalité et de séparabilité. Rappelons nous que notre cerveau d’homme a développé certaines capacités qui lui étaient nécessaires pour intégrer le monde extérieur et s’y adapter à partir de la perception de nos sens, notre pensée a été modelée en conséquence, l’échelle quantique et l’échelle cosmique n’ont pas été encore assimilées par notre cerveau.

Je ne peux pas dire que je suis très content de cela, comme toi j’aimerai bien avoir une conception plus holistique de la réalité, néanmoins les choses sont ainsi, et nous en sommes maintenant en 2006, à décrire la réalité par toute une variété de sciences qui décrivent les phénomènes observés à différentes échelles, et pas du tout de théorie unifiée.
Les lois de la physique diffèrent suivant les échelles, quantique, atomique, moléculaire, macroscopique, biologique et cosmique; ce ne sont pas les mêmes lois qui s'appliquent à ces échelles différentes. A l'échelle sub-atomique il existe des lois de la physique quantique, à l’échelle atomique la physique nucléaire, à l’échelle moléculaire la chimie, à l’échelle du vivant, la biologie, à l’échelle cosmique la théorie de la relativité. Est-on face à de transitions créatrices du cosmos qui font que ces échelles n’ont pas les mêmes lois et sont absolument irréductible entre elle ? Ou bien est-ce notre incapacité à percevoir globalement l’unité par une vision ou pensée rationnelle ? C’est possible.

Pour en revenir à la synergétique, il faut se rappeler que Vallée a émis sa théorie dans son livre "L'énergie Electromagnétique Matérielle et Gravitationnelle"en 1970 avant les découvertes de la physique moderne des dernières 30 années. Personnellement sa théorie ne m’éclaire absolument pas. Dire que proton, neutron, électron, sont constitués d’une énergie électromagnétique piégée contient une idée qui a un sens et une grave erreur. L’idée qui a un sens, c’est qu’effectivement selon la théorie chromodynamique quantique actuelle, le proton par exemple est constitué de 3 quarks liés ensemble. Si l’on somme la masse de chaque quark on est loin de la masse du proton, la différence manquante est constituée par l’énergie vibratoire piégée dans le proton qui est décrite sous forme de gluons.

Sa grave erreur, c’est le mélange de l’énergie nucléaire avec l’électromagnétique. C’est 2 énergies de nature différente à notre échelle, c’est comme si l’on disait que le photon ou le proton c’est du pareil au même. Il y a ce qui est appelée la force forte qui est en action à l’échelle atomique qui stabilise l’énergie sous forme de matière, la force faible qui est la force de désintégration, c’est la radioactivité, la force électromagnétique qui est en fait celle qui nous rend le monde visible, lumière et ondes, et la force gravitationnelle. Ces 4 forces ne sont pas unifiées, et on ne peut pas déduire l’une de l’autre comme le fait allègrement La Vallée. Il y a aussi d’autres points de sa théorie qui ne colle pas à la réalité, il calcule une énergie du vide de 16 GW/h/m^3, c’est invraisemblable, l’équivalent de l’énergie d’une centrale nucléaire, l’énergie du vide mesurée expérimentalement est infiniment plus faible.

Est-ce que la mécanique quantique est une théorie ultime ? Non, , elle est à la base de la physique des semi-conducteurs qui permet de faire des circuits intégrés , lasers etc.. elle n’est pas fausse loin de là, et un peu comme les lois de Newton qui ont été étendues par la théorie de la relativité, un jour aussi ce sera le cas de la mécanique quantique. La remarque de Einstein « Dieu ne joue pas avec les dés » est une boutade, dont la réponse lui a été faite par un autre physiciens , Bohr je pense, qui lui a répondu que « qui peut prétendre ce que Dieu fait ou ne fait pas ». Pour ma part je pense que Dieu, (est on d’accord sur ce mot ?) Joue aussi bien de la causalité que du hasard, et de bien d’autres choses que nous ignorons.

#22 lifter

lifter

Posté 25 septembre 2006 à 13:11

:D peut-être que mon ébauche de théorie va permettre de faire avancer le débat ?
http://lifter.skyblog.com/
En tout cas, je pense que le vide recèle de l'énergie (evanescente : non mesurable directement) car si tu pense que la mécanique quantique est fondé (ce que je pense aussi ! ), alors tu dois connaître le principe d'Heisenberg qui stipule que de l'énergie peut apparaître spontanément dans le vide selon (delta)t*(delta)E >= h(barre) ...