Un enjeu majeur pour la Santé Publique


(AFP du 20/11/04) - Depuis fin septembre, Merck, qui produit le Vioxx, a vu son titre perdre plus de 40% de sa valeur boursière

C'est une véritable crise de défiance qui s'est propagée hier à l'ensemble de la planète pharmaceutique. L'affaire du Vioxx, cet anti-inflammatoire fabriqué par Merck, retiré de la vente en septembre parce qu'il est suspecté de provoquer des accidents cardio-vasculaires, est en train d'ébranler tous les grands laboratoires mondiaux.

En reconnaissant que la Food and Drug Administration (FDA), l'agence fédérale américaine chargée de réglementer les médicaments, était, dans son organisation actuelle, «incapable de protéger l'Amérique contre un autre Vioxx», l'un de ses membres a déclenché une véritable tempête sur les autres groupes pharmaceutiques. Et de citer le cas d'autres médicaments, en particulier le Crestor (anticholestérol) fabriqué par AstraZeneca ou le Serevent (antiasthmatique) de Glaxo qui, selon lui, présenteraient des risques sérieux. Ces déclarations, démenties par la FDA, se sont traduites, en Bourse, par la chute des actions des principaux laboratoires concernés, dont AstraZeneca qui a vu son titre perdre près de 10%) et Glaxo (4%).

L'affaire du Vioxx a toutes les chances de continuer de se propager, et de traverser l'Atlantique. Elle pourrait remettre totalement en cause le modèle de développement, bâti sur le principe de produits vedettes (blockbusters), réalisant plus d'un milliard de dollars de ventes, sur lequel repose en large partie aujourd'hui l'industrie pharmaceutique. Que l'un de ces produits soit, en raison des risques qu'il comporte, retiré du jeu, comme c'est le cas du Vioxx qui représente 10% des ventes de Merck, et c'est l'ensemble du laboratoire qui vacille. Depuis fin septembre, Merck a ainsi vu son titre perdre plus de 40% de sa valeur boursière.


Nous profitons de ce nouveau scandale médical (Vioxx, Celebrex et autres), qui n’est cependant que la pointe de l’iceberg rappelant une longue liste de drames sanitaires et écologiques - dont le public ne mesure pas toujours l’ampleur - pour souligner que : tant que nous, citoyens, parents, consommateurs, etc... ne nous mobiliserons pas pour soutenir les associations telles que PRO ANIMA, nous serons complices et responsables du fait que perdurent les tortures légales sur des milliards d’animaux « de laboratoire » avec les conséquences dramatiques sur notre santé, celle de nos enfants, sur notre environnement et à terme la survie de la planète.

Il n’y a que nous pour faire changer les lois et exiger que les méthodes substitutives scientifiques, beaucoup plus performantes, fiables et économiques soutenues par PRO ANIMA remplacent le modèle animal exigé actuellement par notre législation et en finir avec les catastrophes sanitaires dans notre pays et dans le monde.

Toutes les molécules chimiques contenues dans des produits tels que : solvants, détergents, colorants, peintures, pesticides, engrais, cosmétiques, additifs alimentaires, conservateurs, produits ménagers et industriels, médicaments allopathiques etc., sont toxiques à tous niveaux. Nombre d’entre eux sont même cancérigènes et neurotoxiques. Ils ont cependant tous été testés sur les animaux avec des méthodes datant de plus de 60 ans. Ces tests cruels, totalement immoraux et empiriques n’ont pas évolué en même temps que la recherche : on continue à tester sur les animaux (et sur les humains ensuite) toutes ces substances dangereuses dont nous subissons in fine les effets à long terme.
Nous sommes en bout de chaîne alimentaire et absorbons un maximum de poisons chaque jour dans nos assiettes en plus de ce que nous respirons, touchons, utilisons, buvons et sommes aussi, de ce fait, des cobayes, directement après les animaux !

Pour tenter de remédier à ce problème crucial de santé publique, PRO ANIMA - forte de son Alliance Européenne (AFRS : Alliance pour une Science Responsable) et fidèle à ses engagements pour des méthodes de recherche modernes et éthiques - a proposé à la Commission Européenne un programme de toxicologie scientifique, fiable et reproductible, dans le cadre du programme REACH.


Nous avons déjà parlé de ce projet d’évaluation de test de molécules ayant été retirées du marché pour prouver qu’avec des méthodes de biologie plus modernes que l’expérimentation animale et humaine la toxicité de ces molécules aurait pu être décelée immédiatement et à moindre frais.

En attendant nos campagnes continuent : « rat le bol », information cosmétiques, objection de conscience à l’expérimentation animale pour les étudiants, pétitions produits chimiques, etc.

Pour mener à bien toutes ces actions PRO ANIMA a besoin de vous. Saisissez maintenant cette occasion de solidarité internationale en diffusant ce message à tous vos amis, connaissances, associations, groupes, etc., en France comme à l’étranger. Vous avez le droit de savoir mais aussi le devoir de réagir !

Ne sous-estimez pas votre participation. Rejoignez-nous pour soutenir concrètement notre action et, si vous êtes scientifique, ou si vous en côtoyez, mobilisez-vous (mobilisez les) pour défendre notre droit essentiel à la santé et au respect de la vie (humaine, animale et végétale)...

Adhérez, faites nous connaître, contactez-nous, proposez vos services,
Faites un don (déductible à 60% de vos impôts),
Faites-nous part de vos remarques et suggestions, envoyez-nous des articles.

Nous sommes tous concernés par les problèmes de santé publique et d’environnement, il y a urgence à (ré)agir.

Toute l’équipe de Pro Anima vous remercie pour votre engagement et votre soutien et vous souhaite une heureuse Nouvelle Année dans la Paix de Noël.

Dr Jacqueline Bousquet
Dr ès Sciences, Biologie, Biophysique,
Chercheur honoraire au C.N.R.S.
Présidente de Pro Anima

PRO ANIMA – (en latin: "ce qui est animé, vie, souffle, esprit") est un comité scientifique, apolitique, indépendant, rassemblant depuis près de 15 ans, sous la présidence d’honneur de Théodore Monod et le concours de nombreuses personnalités, des bénévoles actifs du monde de la médecine, de l'enseignement et de la recherche.


Si vous souhaitez appronfondir ce sujet ou réagir à cet article, cliquez sur ce lien.


Sources
PRO ANIMA
16 rue Vézelay - 75008 PARIS
Tel : (33) (0) 145 631 089
Fax : (33) (0) 145 634 794


Le site Internet http://www.proanima.asso.fr/ est actuellement en reconstruction.
Merci de votre indulgence


Cet article a été lu fois
depuis le 20/11/04
Home · Editorial · Accueil · Actualité · Articles · Forum · Le meilleur du forum · Le Bickel du mois · Chat · Téléchargements
Bibliographie · Le saviez-vous ? · Historique · Lettre d'information · Livre d'Or · Liens · Rechercher · Contacts
Onnouscachetout.com · Reproduction et distribution autorisée sous réserve d'indiquer les sources